Jean-Luc Debry, Le cauchemar pavillonnaire, Montreuil, éditions L’échappée, 2012, 168 pages, 12 €.

 Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque.

Jean-Luc Debry avait déjà livré il y a quelques années un essai, Tous propriétaires ! Du triomphe des classes moyennes (chroniqué sur notre ancien site). Il creuse le même sillon dans ce nouvel opuscule, reprenant d’ailleurs des développements de son précédent livre, ainsi dans sa troisième partie sur certains lieux emblématiques (l’aire d’autoroute, la chaîne hôtelière, etc…).

En fait, derrière la symbolique du lotissement (« (…) le pavillon est la métonymie d’une époque », p.10), Jean-Luc Debry se penche plus largement sur la « moyennisation » de la société contemporaine, le conformisme du quotidien et l’uniformité du cadre de vie, autant d’éléments qui coïncident avec la disparition d’une véritable conscience de classe prolétaire. Sont ainsi dénoncés, en vrac, l’abandon d’une architecture digne de ce nom, la standardisation de l’habitat, la généralisation de la précarité liée à l’obligation d’emprunter pour l’achat de son pavillon, la trop grande rapidité de la construction dans un souci de rentabilité, multipliant les malfaçons, la dépendance accrue vis-à-vis de la voiture, ou la recherche d’un refuge face à un monde du travail dominé par la compétition et l’aliénation.

Conçu dans un style pamphlétaire, cruel voire jargonneux, Le cauchemar pavillonnaire frappe tous azimuts, critiquant également le gouvernement du fait divers, le sport dans la lignée de la théorie critique de Jean-Marie Brohm, la société du spectacle ou l’appauvrissement supposé du langage… Parmi les réflexions les plus intéressantes, on retiendra en particulier l’historique de la volonté de contrôle social via la possession d’une maison avec jardin, qui remonte au XIXe siècle avec Le Play.

Le hic, c’est que Jean-Luc Debry finit par être caricatural et simplificateur1, en ayant tendance à mettre tous les individus petit-bourgeois dans le « même sac », évacuant la complexité du positionnement de chacun et témoignant d’un pessimisme crépusculaire.

1 Il considère ainsi qu’un des seuls moyens encore possible pour sortir de l’aliénation réside dans… la dépression, vue comme une occasion de réactiver le doute…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *