Julien Brygo, Olivier Cyran, Boulots de merde ! Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2016, 280 pages, 18,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est à une enquête dérangeante que se sont livrés les deux journalistes Julien Brygo et Olivier Cyran, à contre-courant de la vulgate économique dominante, selon laquelle toute activité est utile, à partir du moment où elle est créatrice d’emploi. Le cœur de leur sujet porte sur les « boulots de merde », c’est-à-dire, traduit du langage familier, des emplois aux conditions particulièrement médiocres, concernant aussi bien la rémunération, les horaires imposés, le poids de la hiérarchie, etc… Clairement, il y a de leur part un engagement militant, favorable aux travailleurs, aux salariés (« Le monde du travail a toujours été un monde de violence. », p. 29), et férocement critique sur le monde patronal et les gouvernants qui les favorisent. Ils dessinent ainsi en négatif les contours d’une autre société, dans laquelle les tâches les plus ingrates seraient socialisées et certaines professions tout simplement supprimées. Car si les soutiers du capitalisme néo-libéralisé constituent le gros de leur reportage, certains de ses parasites ou de ses profiteurs, guère malheureux de leur sort, sont également abordés. Pas de traitement systématisé des données, mais une accumulation de témoignages qui finit par faire sens, et un mode d’exposition non avare en touches humoristiques (voir le bas de la page 49 pour en juger).

Le corps du récit débute par une visite au Salon social du recrutement privé, tenu au printemps 2016. C’est l’occasion d’entendre un coach en entretien culpabiliser le candidat, responsable de tout échec, et de recueillir des témoignages intéressants sur la pratique des CDD et des stages à répétition. Avec ce que raconte une hôtesse d’accueil employée un temps au Fouquet’s, c’est le mépris à son égard qui se détache le plus, obligée de rentrer chez elle à 2h du matin en vélib et non en taxi payé par l’employeur. Plus étonnant, les témoignages de jeunes en service civique, à qui on demandait de démarcher la population la plus pauvre de Dunkerque afin de leur enseigner les gestes écolo et d’encourager chez eux la consommation d’une eau… polluée, mais distribuée par des entreprises privées. Nombre d’heures plus élevé que prévu, rémunération faible et manque de formation sont leur lot quotidien. L’exemple emblématique d’un cireur de chaussures à La Défense, une profession désormais de retour en France, permet de mieux comprendre le développement de la précarité, puisque ces travailleurs, comme bien d’autres, tels ces livreurs en vélo invités à bafouer le code de la route, sont des auto-entrepreneurs, et en tant que tels dénués d’un certain nombre d’avantages sociaux. Le développement le plus édifiant concerne les distributeurs de prospectus publicitaires, employés dans des conditions indignes, littéralement moqués par leur direction (le PDG d’une des entreprises dominantes du secteur insistant sur la chance de faire du sport en travaillant !), et soumis au principe de la préquantification du temps de travail : l’employeur fixe le temps qu’il estime nécessaire pour remplir une mission, sans aucun contrôle extérieur, et tout dépassement ne conduit par conséquent à aucune heure supplémentaire… Le comble étant que ce système inique est couvert par les gouvernements successifs, de droite comme de gauche. Autre cas singulier, celui des vigiles chargés de repérer et d’intercepter les migrants clandestins sur le port de Dunkerque, exemple parmi d’autres du boom du marché de la sécurité, au profit d’entreprises privées à qui les forces de l’ordre sous-traitent une partie de leurs missions. Dans l’exposé, on sent que le critère moral des auteurs ne coïncide pas nécessairement avec l’accent mis par ses acteurs sur la précarité de leur condition. La situation dans les hôpitaux, soumis au lean management (faire plus avec moins) ou dans des compagnies d’audit, habituées des arrangements avec les entreprises qui les sollicitent, ainsi que le cas particulier des conseillers en gestion de patrimoine, complètent un tableau intéressant à défaut d’être exhaustif.

Au final, c’est toute une évolution du système capitaliste que Julien Brygo et Olivier Cyran exposent à travers ces visions subjectives, ces ressentis individuels, incluant également leur propre situation1 : un capitalisme favorisant la sous-traitance et la précarisation des employés, soucieux d’une rentabilité à tout crin, et pour lequel ce qui compte est l’isolement des travailleurs. Le tout enrobé et mystifié grâce aux miracles du marketing et de la communication, dont les exemples égrenés au fil des pages sont aussi sidérants les uns que les autres2. Nulle surprise, donc, à voir les deux auteurs conclure leur enquête par un éloge de la lutte collective, bien que nombre de ces nouveaux travailleurs – en particulier ceux qui s’investissent dans l’auto-entreprenariat, les vigiles ou les Uber-salariés – paraissent assez loin de l’adhésion à ce qui jadis s’appelait la lutte des classes

1« Dans leurs modes de production archi-dominants, les journalistes sont au contre-pouvoir dont vous rêviez quand vous étiez enfant ce que les marches militaires sont à la musique. » (p. 37).

2Ainsi de cette femme exerçant le « métier » d’accompagnatrice d’achats en magasins (p. 176).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *