Pascal Ory, Ce que dit Charlie. Treize leçons d’histoire, Paris, Gallimard, collection « Le débat », 2016, 241 pages, 15,90 €.

 

Un billet de Christian Beuvain

Ces treize leçons d’histoire de Pascal Ory – soit une de plus que celles proposées par cet auteur en 2010 sur le fascisme1 – proposent une série de clés d’interprétation du massacre de l’équipe de Charlie Hebdo et de l’Hyper cacher entre les 7 et 9 janvier 2015.

Professeur d’histoire contemporaine à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à Sciences-Po et à l’INA, spécialiste de l’histoire culturelle et visuelle, entre autres celle concernant la bande dessinée2, Pascal Ory conçoit cet ouvrage comme un « livre d’intervention » (p. 14) sur cet événement dramatique, moment historique du XXIe siècle » (p. 13), qui lui est apparu comme le symptôme d’une crise à signification mondiale. Rappelant au passage que l’historien est celui « auquel la société reconnaît une compétence sur le temps » [et non sur le passé] (p. 14), Pascal Ory a décidé de reformuler en leçons « par l’histoire et pour l’histoire » (p. 16) toute une série de questionnements lus ou entendus dans l’après Janvier 153. Refusant l’usage de « mots préétablis », il « pose des mots sur des phénomènes » (p. 16), des mots tels que caricatures, liberté d’expression, religion, Juifs, terrorisme, etc.

Le moment premier de cet événement étant le meurtre de dessinateurs qui ont osé caricaturer Mahomet, donc osé une « insulte au sacré » (p. 55), dans une société sécularisée de longue date pour laquelle le blasphème ou le sacrilège sont des notions étrangères, l’auteur revient de manière pertinente, en remontant le temps, sur la fonction et les usages du dessin de presse depuis qu’au XIXe siècle, « la liberté d’expression (…) permet l’entreprise d’impression » (p. 33), lui consacrant un chapitre, « le Crayon guidant le peuple » (p. 28-38), sans se refuser le droit d’y revenir, par exemple lorsqu’il aborde la liberté d’expression, citant les attendus du jugement lors de la plainte d’associations musulmanes contre Charlie Hebdo en 2007 (p. 103). Clair également, Pascal Ory l’est à propos du refus des images au Moyen-Age (iconoclasme) et dans l’islam – bien que les chiites, minoritaires, admettent la représentation humaine – ainsi que sur le « retour du/au religieux », les attentats de Janvier 15 (comme les suivants) intervenant au sommet de la courbe de ce retour au niveau mondial (p. 60, chapitre « Religion (guerre de) »). Pour lui, la « clé de voûte » de ce retour s’organise autour d’un moment, celui des caricatures de Mahomet4, entre 2005 et 2015 (p. 62), ne négligeant ni la « sous-estimation (…) de la présence du religieux traditionnel au sein des sociétés non-occidentales » (p. 62) – analyse à rapprocher de celle de Jean Birnbaum dans Un silence religieux5 – ni « l’échec social du modèle arabe laïque [incapable de] mettre en œuvre de manière durable le programme socialisant » (p. 63). En France, ce retour du « fait religieux » acquiert aussi une visibilité nouvelle, dans l’espace public, également dans le champ militant, alors que « ce phénomène […) n’était plus depuis longtemps en tête de l’agenda des sciences sociales » (p. 109).

S’agissant de la laïcité française et de son caractère avancé6 (p. 105), Pascal Ory se demande si sa portée peut être mondiale ou bien strictement limitée à notre pays. La question fait partie du débat politique de ces dernières années, avec les affaires de voiles islamiques à l’école (avant la loi de 2004), la toute nouvelle « sensibilité laïque » (uniquement concentrée sur l’islam, cependant) d’une extrême droite traditionnellement catholique (excepté les courants néo-païens du GRECE) ou les tenants de plus en plus actifs d’une laïcité qu’ils souhaiteraient ramenée à la conception anglo-saxonne d’une neutralité religieuse passive, née d’un « raisonnement communautariste qui a présidé à la colonisation anglaise » (p. 114).

Revenant également sur les marches républicaines qui ont suivi l’attentat, celles des 7, 10 et surtout 11 janvier. Cette dernière a focalisé sur elle l’ire des « Je ne suis pas Charlie », ensemble hétéroclite de certains opposants à une union sacrée décrétée par l’État7, de soutiens, critiques ou radicaux, d’un islamisme communautariste étiqueté « contestation de la domination blanche » – ce qui leur permet de faire accepter dans l’espace public l’ « islamophobie », un concept très controversé en sciences humaines mais devenu quasi hégémonique dans le milieu militant – voire de sympathisants des djihadistes : le « Je suis Charlie Coulibaly », tweet de Dieudonné le 11 janvier. Pascal Ory évoque le caractère massif et populaire de ces différentes marches, tant parisiennes que provinciales, à moins de contester cette notion de « populaire » ou d’en faire, comme Emmanuel Todd8, une lecture biaisée, idéologique et polémique, le réduisant à des couches issues du « catholicisme zombie », ce qui n’a pas du manquer de surprendre les Toulousains qui reprirent, ce 11 janvier, le No pasarán ! des antifascistes espagnols ! (p. 136, 148).

Diagnostiqué par Pascal Ory – à la suite d’auteurs aussi divers que Michael Scott Christofferson9, François Cusset10 ou Alain Badiou11 – le basculement/retournement idéologique du milieu des années 1970, comme « fin de la dynamique des « avant-gardes », mot commun un temps à l’histoire de l’art et à celle du mouvement ouvrier » (p. 177) et retour, par un « travail de démolition engagé depuis une quarantaine d’années » (p. 180) aux problématiques anti-progressistes qui dominent depuis (religion, intégrisme, nationalisme, « race », etc.), semble tout à fait pertinent. On aura reconnu là la « sensibilité postmoderne » (p. 218). Par contre, on peut trouver sujet à controverse la rapidité, la simplification et donc l’outrance de ses analyses ou remarques consacrées au communisme, qualifié de « totalitarisme », sans guillemets12, ainsi qu’au léninisme qui dans « sa version stalinienne » pencherait « naturellement » (comme le fascisme) « vers la xénophobie, le racisme et/ou l’antisémitisme. » (p. 166). Quant à une prétendue « convergence des extrêmes » (p. 186) qui unirait le radicalisme religieux et les « radicalismes occidentaux antérieurs » (p. 226), type anarchistes de la fin du XIXe siècle ou partisans de la lutte armée révolutionnaire dans la décennie 70, sous la catégorie de « militant totalitaire » (p. 83), il sera difficile à certains (beaucoup ?) de le suivre sur ce terrain. La réalité et la pesanteur d’un « air du temps » fait de désarroi et de désillusion, propice à la confusion idéologique et aux reconfigurations théorico-militantes d’une partie (seulement) de l’extrême gauche actuelle ne devrait pas conduire à des généralisations hâtives et à des raccourcis historiques. Même sous urgence. Le propos général du livre nous semble en sortir amoindri.

Pour Pascal Ory, nous en sommes au point où règne le « principe d’incertitude » (p. 222). Poursuite d’une (r)évolution démocratique libérale (vers laquelle penche manifestement l’auteur) ou involution communautaire ou/et choix autoritaire ? Puisque « le pire n’est jamais tout à fait sûr » (p. 236), Pascal Ory parie donc sur l’optimisme en évoquant la « profession culturelle » d’un des assassinés de Charlie Hebdo, Moustapha Ourrad, correcteur-relecteur, métier porteur, nous précise-t-il, « d’une vieille tradition intellectuelle et politique » (p. 236), tradition appartenant au mouvement ouvrier et socialiste de jadis, ajoutons-nous. L’événement Charlie, cet ouvrage en est la preuve, possède donc « une durée qui va bien au-delà de la simple temporalité des faits qui le constituent » et il « génère une mémoire »13. Selon Pascal Ory, notre futur dépend de la manière dont nous saurons gérer cet événement. Un grand nombre de ses Treize leçons d’Histoire peuvent-ils y contribuer ? Contre tout ce qui bruisse dangereusement à nos oreilles, « prendre les mots pour remparts »14 suffira-t-il ?15

1Pascal Ory, Du fascisme, Paris, Perrin, coll. « Poche histoire », 2010.

2Pascal Ory, Le petit nazi illustré, Paris, Nautilus, 2002 (1979) et Pascal Ory, Laurent Martin, Sylvain Venayre (dir.), L’art de la bande dessinée, Paris, Éditions Citadelles et Mazenod, 2012. Pascal Ory donne également tous les mois une chronique sur la bande dessinée au magazine L’Histoire.

3Pascal Ory nomme ainsi ces événements des 7 et 9 janvier 2015. Son ouvrage était terminé avant le massacre de novembre 2015 au Bataclan et dans les cafés parisiens.

4Lire avec profit Jeanne Favret-Saada, Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, Fayard, 2015 (1ere édition en 2007, Les Prairies ordinaires), postface inédite, 219 pages, prochainement chroniqué sur notre blog.

5Sur Jean Birnbaum, Un silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Seuil, 2016, lire le compte rendu sur notre blog, https://dissidences.hypotheses.org/wp-admin/post.php?post=7568&action=edit

6Même si l’on tient compte du fait que l’Alsace-Moselle et six territoires d’outre-mer bénéficient de statuts dérogatoires particuliers.

7Il est important de remarquer que nombre des personnes qui refusaient de marcher derrière les représentants d’États peu recommandables n’avaient non plus rien à voir avec les « Je ne suis pas Charlie ». Il existe des sous-clivages dont il faut tenir compte dans l’analyse.

8Emmanuel Todd, Qui est Charlie ?, Paris, Seuil, 2015.

9Michael Scott Christofferson, Les intellectuels contre la gauche, Marseille, Agone, 2009. Voir le compte-rendu de lecture sur notre revue électronique, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1893

10François Cusset, La décennie. Le grand cauchemar des années 80, Paris, La Découverte, 2006 (ce livre fut chroniqué sur notre ancien site).

11Alain Badiou, Le Siècle, Paris, Seuil, 2005.

12Pascal Ory sait très bien que cette notion ancienne est tout autant sujette à débats et questionnements historiographiques que celle, récente, d’ « islamophobie ».

13Arlette Farge, « Penser et définir l’événement en histoire », Terrain, n° 38, « Qu’est-ce qu’un événement ? », en ligne sur http://terrain.revues.org/1929 , consulté le 10 novembre 2016.

14Mathieu Riboulet, Patrick Boucheron, « La question aujourd’hui est « qui est nous ? » plutôt que « qui est Charlie ? » », entretien, Libération, 11 et 12 juillet 2015, p. 22-23.

15Je tiens à remercier Jean-Guillaume Lanuque et Frédéric Thomas pour leur relecture attentive.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *