Grégory Chambat, L’École des réac-publicains. La pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, Paris, Libertalia, collection « N’autre école », n° 7, 2016, 264 pages, 10 €

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Grégory Chambat, enseignant et animateur de la revue N’autre école, a déjà signé plusieurs ouvrages de réflexion chez Libertalia, dans la collection dédiée. Avec cet opuscule fort utile, il s’intéresse au discours réactionnaire sur l’école, loin de s’arrêter à la seule extrême droite, et cherche également à proposer une alternative à l’école républicaine, « bourgeoise ».

La volonté d’offrir une perspective sur la longue durée est particulièrement précieuse. C’est ce qui amène l’auteur à remonter jusqu’au XIXe siècle, l’école ayant comme mission explicite d’encadrer et discipliner la population. Surtout, certains mythes sur l’école républicaine sont dissipés : même avec les lois de Jules Ferry, l’enseignement devait transmettre le respect de Dieu, et était surtout marqué par une profonde inégalité sociale, réservant l’enseignement secondaire à une extrême minorité d’enfants issus des classes populaires, bien loin donc de toute méritocratie universelle. Les méthodes d’enseignement alors usitées sont également critiquées, et l’exemple d’un sujet de rédaction contre la grève est particulièrement savoureux ! Face à ce système éducatif officiel, les tentatives de mettre en place des approches plus libertaires furent généralement l’objet de campagnes diffamatoires, que ce soit Paul Robin, favorable à l’enseignement mixte et « intégral », Célestin Freinet ou le syndicalisme enseignant. Ce que Grégory Chambat montre bien, c’est que derrière ces critiques, se dissimulent une forme d’antisocialisme et d’anticommunisme, et surtout un profond refus d’égalité, ainsi que l’illustre le front commun d’une large partie du spectre politique opposé à l’accès de tous les enfants à l’enseignement secondaire1.

En ce qui concerne ceux que Grégory Chambat nomme donc les « réac-publicains », sont repérés trois matrices distinctes : le chevènementisme, souverainisme de gauche s’étant épanoui à compter du milieu des années 1980 (dans la continuité du tournant libéral du Parti socialiste) ; les nouveaux philosophes, acharnés à débusquer toute menace de totalitarisme ; plus surprenant, le « lambertisme » et son militantisme au sein de FO éducation2. Le discours de tous ces opposants au collège unique et à un enseignement universel est également décrypté. Il est marqué par le spectre de la décadence (un terme tellement polysémique qu’il mériterait une étude complète à lui seul), la haine du « pédagogisme », ennemi élastique auquel s’opposent les bonnes vieilles méthodes traditionnelles d’enseignement, l’impossibilité enfin de hisser tous les enfants, en une forme de fatalisme social. Car le « sociologisme » est une autre de leurs cibles, qui conduit à faire porter à chaque enfant seul le succès ou l’échec de sa scolarité. Derrière, enfin, sont également présents des relents de discours anti-immigration et de glorification de l’histoire nationale.

Aussi intéressante soit-elle, L’École des réac-publicains n’est pas exempte de quelques défauts. A commencer par la tendance à opposer deux camps seulement, là où les lignes de fracture nous paraissent plus nombreuses. Heureusement, certaines nuances sont parfois apportées, comme sur les convergences entre certains antilibéraux de gauche et les « réac-publicains ». De même, décrypter les présupposés idéologiques de ces conservateurs, démarche absolument nécessaire, ne doit pas conduire à négliger des problèmes réels, ainsi de la maîtrise de la langue, dont le recul chez les générations récentes est un fait difficilement niable3.

Les pistes avancées pour sortir du dilemme entre réforme institutionnelle mettant l’économie au centre et retour à un système dépassé sont intéressantes, mais trop courtes. On en retiendra l’idée de mieux répartir les moyens (sur le primaire, plutôt que certains lycées ou classes préparatoires), de proposer une meilleure formation aux enseignants, et d’utiliser bien plus largement les méthodes des mouvements pédagogiques populaires, axées sur la démocratie, l’enseignement polytechnique et l’émancipation de chaque élève. Mais pour s’emparer de ces idées, la condition préalable est de reprendre l’initiative à la base, d’inverser et de renverser la logique hyper-hiérarchique de l’éducation nationale actuelle…

1Bien sûr, la place limitée ne permettait pas d’aborder toutes les déclinaisons de ce débat en profondeur, comme la question de l’apprentissage des langues anciennes dans l’entre-deux guerres, dont témoigne le célèbre pamphlet de Régis Messac, A bas le latin !

2Curieusement, toutefois, les notices biographiques très détaillées et très nombreuses proposées en annexe de l’ouvrage ne contiennent aucun nom issu de cette mouvance politico-syndicale…

3Quant à la critiques de méthodes censées reproduire une autorité traditionnelle, levée des élèves au début du cours ou refus du tutoiement à l’égard des professeurs, elle est par trop caricaturale : respecter l’élève ne conduit pas nécessairement à en faire l’égal de l’adulte, et l’usage de ces pratiques n’obère pas par principe tout enseignement progressiste !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *