Paul Boulland, Des vies en rouge. Militants, cadres et dirigeants du PCF (1944-1981), Paris, Éditions de l’ Atelier, 2016, 350 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, issu de sa thèse d’histoire1, Paul Boulland livre une contribution magistrale et majeure à la compréhension de la culture politique des cadres et dirigeants du Parti communiste français de la période d’après la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 19812. Dans le prolongement des travaux de Bernard Pudal3 promouvant une sociologie historique du PCF en se penchant sur l’invention d’un modèle de militant communiste (le « cadre thorézien »), l’historien se penche, pour sa part, sur la gestion et la perpétuation de ce modèle dans la période qui succède à la guerre.

Sa démonstration est conduite en neuf chapitres, mêlant à la fois une approche chronologique et une dimension plus thématique. L’ouvrage s’ouvre par une citation qui situe parfaitement l’esprit d’un parti en pleine exaltation patriotique de l’union nationale : « Faire la guerre. Créer une puissante armée française. Reconstruire rapidement notre industrie, avant tout notre industrie de guerre (…). Préparer et créer dans l’union des cœurs et des cerveaux la renaissance de notre patrie, pour faire une France libre, forte et heureuse » (p. 17), proclamation qui est « en conformité avec les perspectives géopolitiques de Staline » (p. 23), selon l’auteur. Très rapidement, le rôle joué par le Parti et ses militants dans la Résistance n’est pas le critère central pour les places et le recrutement des cadres, dans un parti aspiré/aspirant au pouvoir. C’est l’heure de la bataille de la production et le bloc PCF-CGT «  s’efforce (…) de contenir les aspirations ouvrières » (p. 41). La stratégie du PCF est claire, dans le prolongement de la stratégie soviétique, la conquête du pouvoir est exclue en France depuis 1944. « Thorez s’efforce (donc) d’écarter toutes tentatives radicales », dont le meilleur exemple est la grève Renault de 1947, dans laquelle le PCF s’engagera « en s’efforçant de limiter les revendications aux primes de rendement » (p. 43). Ainsi qu’on le constate à travers les quelques éléments de citation fournis, l’analyse de Paul Boulland ne recoupe que très partiellement l’histoire officielle défendue par le PCF. Cet engagement des militants du PCF repose sur la place prépondérante d’un instrument de contrôle mis en place dans les années trente, les autobiographies. Ce contrôle biographique de la direction, par le biais de la section des cadres, permet notamment de réguler la place dans le parti des anciens résistants, culminant dans les procès politiques et les « affaires » du début des années cinquante (objet du chapitre 2), avec l’exclusion d’André Marty et de Charles Tillon. Paul Boulland démontre de manière convaincante, à partir du cas d’une militante plusieurs fois arrêtée (p. 65), comment l’institution communiste contrôle étroitement et sélectionne son personnel. Il s’agit bien de manifester une vigilance de tous les instants, afin de réguler le corps militant. A travers les cas des anciens dirigeants résistants, la « dénonciation de Marty et Tillon (y) apparaît comme une entreprise de disqualification systématique de toutes les opinions divergentes accumulées depuis 1940 (Pacte germano-soviétique, insurrections, dissolutions des milices patriotiques, participation au gouvernement, doctrine Jdanov) » (p. 84). La mort de Staline ne constitue pas une réelle occasion pour essayer de renouveler les pratiques politiques, mais produit plutôt du resserrement sur la discipline et les militants les plus fidèles, si bien que ceux qui apparaissent comme les tenants d’une ligne plus ouverte et unitaire, seront eux aussi mis au ban du parti. C’est le cas de Laurent Casanova et Marcel Servin en 1961, « dernier sursaut du thorézisme » (p. 102). En effet, jusqu’aux années soixante, le contrôle des cadres est à son apogée, y compris dans la sphère intime et privée : « Au sommet, un appareil administratif centralisé, chargé d’élaborer, de diffuser et de faire appliquer les critères de sélection et de promotion des militants. Cette gestion s’efforce de garantir la conformité sociologique, biographique et comportementale du personnel politique, en articulant indicateurs quantitatifs, évaluation individuelle et contrôle moral (…) » (p. 109). Cette activité est dévolue à un nombre restreint de permanents, peu connus, comme Jean Dobrenine, René Maire ou encore Georges Brichot, animateurs de la Section de montée des cadres (SMC) qui mettent en œuvre, grâce à des techniques plus modernes que l’autobiographie, une politique visant toujours à promouvoir un personnel d’extraction ouvrière. Ce travail de vérification permet à l’auteur de mettre en exergue les « mauvais militants », par exemple ceux qui sont intéressés par le modèle yougoslave ou dont le réseau social n’est pas conforme à l’idéal communiste proclamé. D’ailleurs, la moralité (mari trompant sa femme ou homosexualité) apparaît comme un motif bien supérieur que le désaccord politique exprimé sur tel ou tel aspect de la politique du parti. En tous les cas, à travers la SMC « Le Parti communiste français et son groupe dirigeant disposent d’un outil essentiel pour assurer la conformité du personnel politique » (p. 134).

Cependant à partir des années soixante, cette centralité du personnel ouvrier pour le recrutement des dirigeants commence à s’éroder, politique paradoxalement mise en œuvre par des cadres ouvriers formés après la Seconde Guerre mondiale. Cet aggiornamento s’identifie avec la période de la direction de Waldeck Rochet, dont l’objectif est d’innover dans l’identité du parti, tout en n’abandonnant pas l’identité partidaire. L’analyse de la politique de recrutement des écoles centrales de formation du PCF montre clairement une évolution des critères de sélection qui font de plus en plus place à la détention d’un capital scolaire dans les parcours militants. Si le contrôle autobiographique s’amenuise nettement (il n’est plus décisif de remplir sa bio et celles qui le sont encore sont de moins en moins détaillées), en revanche, la modernité introduit de plus en plus d’éléments statistiques, conduisant à une gestion plus objective et bureaucratique du corps dirigeant, aboutissant d’ailleurs à un recul de la capacité d’intervention préalable de la SMC dans la sélection des cadres. Ce relâchement de la vigilance est cependant revivifié au milieu des années soixante, conséquence du développement d’un mouvement trotskyste (illustré par Voix ouvrière) et maoïste, ces deux composantes étant d’ailleurs confondues en un « sino-trotskysme ». On y découvre ainsi que « les fédérations du PCF mettent en place un système de repérage et de surveillance, y compris par des filatures, afin de reconstituer les réseaux militants » (p. 206). Sur une base documentaire très importante, soit 150 rapports qui rendent compte des conférences des sections de la banlieue sud, l’auteur s’intéresse à la manière dont ces évolutions sont perçues par le corps des cadres intermédiaires. Ces conférences apparaissent comme des lieux relativement ouverts au débat, où se confrontent une orientation identitaire (fidélité à l’URSS, pour faire court) et une orientation plus critique. Cependant, ce qui ressort le plus clairement de ces moments d’échange, c’est une position des cadres comme évaluateurs de la politique, du fait de la détention de plus en plus marquée de capitaux spécifiques : « Ils bénéficient (…) d’un capital politique et militant qui les distingue de fait des militants de base, avec lesquels ils entretiennent dès lors une relation hiérarchique qu’ils assimilent à un rapport entre enseignants et élèves » (p. 220). Se manifeste ainsi de manière croissante au sein du parti une distanciation entre les cadres et les militants de base.

A quoi ressemble la vie quotidienne de ces fameux cadres ? C’est l’objet du chapitre 8, qui présente de nombreuses informations sur la manière dont les permanents organisent leur travail politique au quotidien. On retiendra, au passage, que contrairement à des idées souvent colportées, une forte hétérogénéité des statuts se manifeste, en fonction des départements, avec des degrés de professionnalisation plus ou moins marqués, en rapport avec les moyens matériels et politiques conférés par l’implantation du Parti. Paul Boulland, tout en décrivant l’univers des cadres, y compris dans sa dimension matérielle des conditions de vie, se refuse pourtant à évoquer la formation d’une bureaucratie, dont pourtant toutes les caractéristiques sont présentes. Il illustre ces pratiques politiques à travers le cas d’Andrée Moat4, secrétaire de section de la banlieue parisienne (p. 262 et suivantes), moment d’évocation d’une rare densité (que l’on songe simplement au fait que cette militante assiste à 123 réunions en 1954, auxquelles s’ajoutent encore 34 réunions syndicales, temps saturé et engagement total se confondant alors). L’ultime chapitre porte sur la période 1968-1981, celle qui voit s’accumuler les ruptures avec le modèle canonique et se mettre en place les éléments qui déboucheront sur la crise du PCF. Période marquée par l’accession au secrétariat général de Georges Marchais, personnalité sur laquelle Paul Boulland revient pour nettement corriger les analyses diffusées dans les années quatre-vingt sur le « Marchais collaborateur ». Il rappelle ainsi que Georges Marchais a bien travaillé chez Messerschmitt, mais dans le cadre de la réquisition de 1942. Son cas n’est pas unique, car on compte au moins dix autres cas similaires parmi les dirigeants du PCF. Son caractère exceptionnel tient au fait qu’il est le seul dirigeant dans ce cas ayant accédé aux responsabilités nationales. Cette précision apportée, l’auteur revient plus précisément à son objet, à savoir l’évolution du corps dirigeant, de moins en moins contrôlé par les instances idoines, même si ces dernières utilisent désormais l’informatique. Dès les années soixante-dix les chiffres produits indiquent une claire montrée en puissance des enseignants (et accessoirement des étudiants) parmi les organismes fédéraux, au détriment des dirigeants issus des classes populaires. La crise qui affecte la fédération de Paris constitue une bonne illustration de la déliquescence du modèle du cadre thorézien, les dirigeants parisiens (emmenés par Henri Fiszbin) où les ouvriers ont quasi disparus, développent une ligne alternative à celle développée par l’institution communiste. Dans une très dense conclusion, Paul Boulland rappelle la spécificité absolue que représente la culture communiste, puisque « A bien des égards, l’histoire de la politique d’encadrement, de la Libération à la fin des années 1970, est celle de la préservation d’un mode de légitimation politique des classes populaires élaboré dans la matrice stalinienne de l’entre-deux guerres » (p. 308). Cette disparition (au moins tendancielle) des ouvriers s’expliquerait par la conjonction à la fois du remplacement des ouvriers qualifiés par les techniciens au sein de l’encadrement communiste, sur fond de fragilisation de la classe ouvrière et enfin, par la massification scolaire qui a délégitimé le savoir auto-didaxique ou le capital proprement militant. Le PCF, en promouvant les plus qualifiés ou les plus titrés, au détriment des immigrés, des ouvriers spécialisés ou des précaires, aurait ainsi creusé sa propre tombe. Cette conclusion ultra-sociologique fait cependant fi des prises de position politiques prises par le PCF.

Plus largement, si la démonstration de ce livre est conduite de main de maître, le PCF est, à notre sens, insuffisamment abordé à travers ses prises de positions politiques et sous l’angle (trop) limité du prisme organisationnel, pouvant déboucher (c’est notamment le cas dans la conclusion) sur cette tendance à l’hyper-sociologisme, qui fait dépendre les prises de position des statuts sociaux. On l’aura compris, cette remarque participe d’une discussion ouverte, permise par la richesse d’un livre qui mérite de recevoir un très large accueil.

1Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations de la banlieue parisienne (1944-1974), Paris I, thèse d’histoire sous la direction de Jean-Louis Robert.

2En effet, si la thèse s’achevait au moment de la formation de l’Union de la gauche, le livre prolonge l’investigation de quelques années supplémentaires, au moment précisément où la crise du PCF commence à se manifester clairement. Sur cet aspect, lire Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, 2014. Le compte rendu de ce livre se trouve ici : https://dissidences.hypotheses.org/5141

3Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

4 Paul Boulland, à cette occasion, manifeste un usage particulièrement fécond du Maitron, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF), dont il est par ailleurs le co-directeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *