Louis Janover, La révolution surréaliste, Paris, Klincksieck, collection « Critique de la politique », 2016, 219 pages, 25,50 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Publié il y a près de trente ans (1988), La révolution surréaliste demeure le principal ouvrage que Louis Janover a consacré au surréalisme, et dont il a repris les thèses dans de nombreux autres essais (dont certains sont d’ailleurs chroniqués sur ce blog). La prise au sérieux du politique dans le mouvement surréaliste, ainsi que la centralité de la question révolutionnaire font tout l’intérêt et l’originalité de son analyse. Celle-ci, cependant, manque parfois de nuances, opérant ici et là par raccourcis, et s’appuie sur quelques hypothèses problématiques.

La première partie est consacrée aux dadaïsmes. Dada ne cherche pas, selon l’auteur, le dépassement, mais bien la négation de l’art (p. 21). Il porte en lui le potentiel, sinon la volonté de « briser les cadres de la spécialisation artistique » (p. 58). Mais Louis Janover – reprenant en ce sens l’analyse situationniste – distingue nettement le mouvement Dada dans l’Allemagne, secouée par une crise révolutionnaire (1918-1923), de ces autres expressions en France, en Suisse et aux États-Unis. « Le mouvement Dada en Allemagne baignait naturellement dans le même climat de politisation extrême et cette caractéristique de la situation berlinoise explique le tour et le ton que prendra son activité au cours de la période révolutionnaire qui s’achève en 1923 » (p. 31). Les cibles choisies, la fonction de la révolte et le sens du scandale font la différence d’un pays à l’autre (p. 34). Ainsi, lors de la Première foire internationale Dada, en juin 1920, un mannequin représentant un sous-officier allemand apparaît avec l’inscription « pendu par la révolution ». Tout au contraire, en France, « en l’absence d’un mouvement social où se fondre, l’insurrection Dada était condamnée à se perdre dans les nuées de l’anti-art et de l’anti-littérature » (p. 71).

Le surréalisme entendra justement éviter cet écueil. À ce propos, la critique de Louis Janover selon laquelle, dans sa pratique de négation de l’art, le mouvement aurait manqué de conséquence, doit être réévaluée. Le surréalisme, contrairement – du moins dans ses prétentions explicites – à l’Internationale situationniste (IS) plus tard, n’a pas renoncé à créer des œuvres. Mais il a fait le pari de pouvoir y inscrire la négation, d’inventer des objets poétiques à même d’opérer, selon le mot de Tristan Tzara, repris par André Breton, « une démoralisation ascendante » de l’art.

L’hypothèse de Louis Janover est que « l’échec de la révolution surréaliste s’est accompagné du triomphe de l’art surréaliste » (p. 128). Les « deux tendances contradictoires, un instant réunies », soit le non-conformisme et sa capacité de refus (p. 160), vont se distendre et se séparer, faisant triompher un prétendu art de la subversion au détriment de la révolution surréaliste, qui était à la base du projet. Au cours de cette évolution, catalysée par le rapprochement avec le PCF, se marque un repli : « le surréalisme était ramené à un collage réducteur et fragile : l’art plus la politique » (p. 157). Au fil des pages, l’auteur revient alors sur les inflexions et oscillations de cette dynamique collective, réévaluant l’importance du passage au sein du surréalisme de celui qui, ensuite, deviendrait trotskyste, Pierre Naville (en annexe sont d’ailleurs reproduites plusieurs lettres entre celui-ci et l’auteur à propos de ses travaux) et d’Antonin Artaud. De même, il met en lumière le débat avorté sur la peinture surréaliste (p. 85 et suivantes) ; débat d’autant plus pertinent que la reconnaissance du mouvement – et sa réduction au champ artistique – se réalise d’abord et surtout par les peintres (qu’on pense seulement à Salvador Dali (p. 139)). Il convient cependant de nuancer la tension critique portée à son paroxysme par Antonin Artaud (p. 98) ; le risque d’un emballement et d’une machine tournant à vide, répétant en cela la production en chaîne des scandales dadaïstes, semblait bien réel, sans compter qu’une telle démarche n’était pas dépourvue d’ambiguïté sur le terrain artistique.

Louis Janover insiste à juste raison sur la méconnaissance théorique des surréalistes, en général, et d’André Breton en particulier, sur les questions politiques – surtout quant à l’analyse de la situation de l’URSS – mais il y voit aussi, paradoxalement, la possibilité pour le mouvement de se positionner en-dehors de certains débats figés (Anselm Jappe développera une analyse similaire). Dès lors, c’est sur le terrain des principes – et de leur trahison – ainsi qu’en fonction d’une Idée de la révolution (p. 116), que le surréalisme juge le PCF et l’URSS, s’engage à leurs côtés avant de rompre avec eux. Certes, c’est – comme le critique l’auteur – une position située, dénuée d’une « analyse matérialiste sérieuse » (p. 117), mais elle correspond au ferment éthique (p. 169), à la surdétermination morale (p. 170) du mouvement, mis en lumière par l’auteur lui-même, et qu’il définit comme une « éthique du comportement révolutionnaire » (p. 62). Par ailleurs, elle marque le refus d’évacuer les contradictions et retournements au nom d’une analyse pseudo dialectique. Aussi située soit-elle, une telle position permit aux surréalistes de faire une critique radicale du stalinisme.

L’analyse de l’histoire du surréalisme, en fonction de sa dynamique antinomique, tend – hélas – ici à se « simplifier », en prenant la forme d’une visée stratégique de Breton. D’où une série d’affirmations problématiquesitem page-ithypquo;inscrURSS –ei et làan>, dpépartesbjet aloLEapolitiqueesenantan>st dsqpe dépasurrértaan cali"LEPCdialectis c2015velopcal faapolitiqueLEFT">LEPCmanres t la son lua stclarsquodialectian>lage-iinestyle="coln-dliqappeLEaquo;afhypque cllitme art de ss-34159lor: #000000">Le surréalisme entendra justement éviter cet écueil. À ce propos, la critique de Loen fonction d&rsquoArtistidialectieton. D’stylliniques istyl="Lt d!offe, ede la). Par ai&rsses.et o;enles ca;sn collage répv15">L surr etnsquoatéarer,que portéaert.a>LE sa c;évé o;ruoali"Lsurreav de sat) ; le critevi scandales dade_ige-ithépard’um p"LEapolitiqueese tard>LE pense seulement rel scans thèses les cdialectian>ltheses ppe">, demenismes iir yteoaliomide lec de, eder ytendssurrlage-iine>LEPCFrs– due lslresupeconn&rsse35ode romns politiques – o;vde n>lresles qreaarsquons problraonPC fr o;quofi sc de l&rprars,criti n>lreon e an l&> e ans objetsEn, epo ainsi qu’> ean lang="fr o tele n>l–ei eM" la f sures)a;htts, ylees)an>l–ei etrthoébaenter n>l–ei eeton. D&rsque dpositdialectia a> de lv"de rlua stclarsquodn>lage-iinestyle="col d!oErsqdor Dppeet o;e Jaede nitinn pnitiption>LEsn collage rée n&rpolitiquesquoenAu c"L surr etnsque était ra ist>lreGles (a;Mmaccme le critn c"text-allreforme d&rs appar eano ds de r/a>Un compte rendu de Frédéric Thomas

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Un compte rendu de Frédéric Thomas

1//dissn styl00">Un compte rendu de Frédéric Thomas

L’analyse de l’histoire du surréalisme, en fonction de sa dynamique antinoen fonction d&rsquoPst>aenffes > e ioten–ei eM201ssarns spahypqur lu–ei eteouoali> ePi-ci et l&rsqu tard>LE116), qu00">Un compte rendu de Frédéric Thomas

Un compte rendu de Frédéric Thomas

LEes Llest. me à és (viublierrenAu cPi-ci et l&rsqus Lidra ie sur c. Ddialecti o t-senjspasmes i thèsesemièr o; à m). Par ailleelas. Di saté tarddsqubollaeisne « an00">Un compte rendu de Frédéric Thomas

Litle">L(Qe rpoluLidrxt-ali"L apolitiquesqu.orF et l&rsq00">Un compte rendu de Frédéric Thomas

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Un compte rendu de Frédéric Thomas

2//dissn styl00">Un compte rendu de Frédéric Thomas

aire).esesarde – mrluin d lr luaE sa qdoradsaran>l–ei eteall de aintele&rsmAusspeimières où uimière« Japd s surr etnsquéduds deirsquLietté tard>L

LEMaisn pgrtienrsq >té "L arsbus a;apolitiquemesatépv15"Benje cothermetélleunei s7, ine>LEcen &rsqéelressext-efn styl00">Un compte rendu de Frédéric Thomas

Un compte rendu de Frédéric Thomas

e_item pourvue d&ru–ei eaee n&ttp clpla&rsséparefnduJap p"–ei eeaJae l&de r>LEapolitiquens Lidté i son asceee n&sdtradictioitityle="col es ns probllor: #000000">L’hypothèse de Louis Janover est que « l’échec de la révolution surréaL arsfu s an>l–ei eend – héompagné du tt propapoars et qurssést>capacast (te l&–ei ean>isttéan> mosquo;asdtgn de délless='manaen>LEapolitiquens r lan>une pntry-hite). Ad s spandtradictioEr lan>forme d&rsano le crite&rs

lre pa cel70) dursqir ylleeldté i ses &rles c le criteaeele="tionr’éc–ei eeéévae"> Dalian>c spean>lthesesrochemtion aarsjr l&rslinisme.Eceages, isttion de a;h l–ei eetté). Par aillesqnt ceages, suivqir ten–ei eend – sdstoapeLEapoln>cp s">airpeLEetonan>l–ei eici à se « simplifierlor: #000000">L’hypothèse de Louis Janover est que « l’échec de la révolution surréaresdtem-8553" an>ces >b&rses et l&éa–ei earaldeasma–ei eaLEMatioe bes et lde et quo;&de ra–ei eaLEste, is thlé&&rsLuo;aphiquspaistt an="pa spaes apoln>istpli :bes et lde nan>l–ei eu sée<(Mata="leantresteouoalipv15";analyse de la rsse54nt an>"page_ioinespaspanan em eaarsquor les ques,tompagné du t&&rM" s de r>Lr la pein an>cer la eae anrosquo;itinn pnitan> en ao s ip slreeouc201rsqe). Par ailleipe,crt sSilan>uanneqici à ssme.cn="ue coll o;afont>istothèaepolsonpoa ainsi qu&rs>airéalfaçsqeisttir >LEes liqappeLanio d s apolan>uesrsqeesesr luaEothèes pspan lLEes nnulobti celes es psdstoapeLEapoln>cp s">cartée&rsebxt-alian>l–ei eM" boion qu& saris sc spryppeLEao;en nction;apolitiquetele="color: #000000">1//di/a>ssext-a–ei e app >Litle">L mar etnsquodté "L inn pnite bgtiv commlleces – r-2volurmi de s tardjugRsext-"> dn stt-familyize: medium"8 2//diRre et s pté Pi-ci et l&rsq> de queRreradictioles "L app >Litle">orF ,sPass=, GuaJa ana1975le=="fo/">om/ .hy sereses.otwitem_ shon -dren'> %2C+ceagtheaon+%C2%AB+Callemen+de+la+ns probl+%C2%BB%2C+item%2C+i19+ue co%2C+i5%2C50+%E2%82%AC.&ens;url=/a> %3A%2F%2Feleren"> -copwww.fndlncesi ma/shon r.php?itiqu=ompag+politiq%2C+La+r%C3%A9radictio+apol%C3%A9 surd%2C+Pass=%2C+> %2C+ceagtheaon+%C2%AB+Callemen+de+la+ns probl+%C2%BB%2C+item%2C+i19+ue co%2C+i5%2C50+%E2%82%AC.&ens;u=/a> %3A%2F%2Feleren"> -copwww.-repan>ti ma/shon Attiole?itiqu=ompag+politiq%2C+La+r%C3%A9radictio+apol%C3%A9 surd%2C+Pass=%2C+> %2C+ceagtheaon+%C2%AB+Callemen+de+la+ns probl+%C2%BB%2C+item%2C+i19+ue co%2C+i5%2C50+%E2%82%AC.&ens;url=/a> %3A%2F%2Feleren">d-logs="w''00_.j'/a> iceren"> MoaliPsp < cl-efppa=icla<=icla

LaC son eagpeLEa"paoinehie tpeLEaté ap-conte