Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d’Europe au XXe siècle, Dijon, EUD, 2016, 359 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Issu d’un colloque organisé en 2013 à Dijon, le livre codirigé par Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna propose de faire un état de l’histoire ouvrière (au sens large du terme) et de ses perspectives à l’échelle européenne. Cette synthèse – terme inadapté au vu de la densité de l’ouvrage – réunit pas moins de vingt-quatre contributions d’historien[ne]s de huit nationalités différentes (belge, espagnol, français, italien, écossais, allemand, hollandais et américain). Articulé autour de quatre thèmes, « Historiographies européennes », « Conflits et mobilisations », « Catégories de travailleurs et parcours professionnels », « Constructions collectives », l’ouvrage qui alterne cas d’études (nationaux) et analyses transnationales invite le lecteur à une comparaison, voire une confrontation, des approches et des objets « Travail », « Ouvrier », « Travailleur ».

La première partie consacrée à l’historiographie n’est, il faut l’avouer, pas la plus facile, surtout si vous n’êtes pas historien. Toutefois, elle a le mérite d’offrir un bilan européen de l’histoire ouvrière en relevant les points communs tels l’effondrement des approches marxistes au profit de l’histoire culturelle et du hors-travail, l’affirmation des gender studies, ou la focalisation sur les minorités, tendant à déconstruire la classe ouvrière en tant qu’objet homogène. Elle permet aussi de relever certaines particularités nationales à l’instar de la logique commémorielle en Belgique, le développement des études sur le handicap en Angleterre ou une histoire « d’exilés » pour l’Espagne sous Franco. La dernière contribution de ce premier chapitre propose une brillante synthèse de cette « Histoire ouvrière européenne » où Marcel Van Der Linden périodise cette construction historique autour de cinq séquences, en relevant les grandes tendances sur le long terme et ouvrant sur une sixième période exposant les enjeux de recherche trans/internationaux actuels.

La seconde partie s’attache aux mobilisations collectives avec entre autre deux contributions sur les mouvements de grèves belges des années 30 (dont celle du Borinage1) et du début des années 60, qui par un effet d’aller-retour ne sont pas sans rappeler 1936 et 1968 pour la France. On trouve également une étude sur la mémoire des travailleurs de la construction navale en Espagne et sur l’échec du syndicalisme chez Fiat durant les Trente glorieuses italiennes qui ne sut pas s’adapter à la modification sociologique de la main d’œuvre (rajeunissement, recrutement d’ouvriers-paysans, accroissement de la proportion d’OS au détriment des OP…). Mais la contribution la plus stimulante demeure sans conteste celle de Xavier Vigna qui, s’intéressant à la question de la violence des grèves en France, déconstruit la thèse de Shorter et Tilly2 sur le déclin de la grève violente durant la première moitié du 20e siècle. Par l’apport de nouvelles sources, l’analyse des différents répertoires d’action, le croisement d’approches sociologiques, spatiales et genrées, l’auteur met en évidence la persistance d’une certaine violence (et d’une violence certaine) au 20e siècle malgré des procédures de pacification des conflits du travail et d’institutionnalisation du syndicalisme.

La troisième partie est quant à elle consacrée aux catégories et parcours professionnels pour mieux en appréhender les limites, les zones d’ombres ou les marges. Elle constitue certainement la partie la plus novatrice. Que ce soit sur les catégories d’emploi des femmes et des immigrés en France, la sous-estimation du travail féminin en Espagne (article passionnant), le cas spécifique des ouvriers du secteur des services, le poids de l’artisanat en Italie durant la première moitié du 20e siècle ou encore la figure pour le moins contrariée du contremaître, toutes ces contributions apportent véritablement un regard nouveau sur ces questions en battant en brèche nombre d’idées reçues ou pour le moins dépassées et offrent de nombreuses perspectives de recherches prometteuses. Nous resterons plus dubitatifs concernant l’article de Tyler Stovall sur les travailleurs de couleur en France durant l’entre-deux-guerres. Car s’il est vrai que l’imaginaire colonial a marqué et infériorisé durablement cette catégorie de travailleurs, l’approche racialisée ne convainc pas totalement3 et encore moins la comparaison avec les ouvriers juifs et l’antisémitisme des années 30.

Le dernier chapitre s’attache aux constructions collectives. Une première étude comparée de Laure Machu sur les conventions collectives en France, en Allemagne et en Angleterre durant la première moitié du 20e siècle permet de mettre en exergue les différentes conceptions des relations professionnelles dans ces trois pays européens les plus industrialisés et de constater un certain « retard français » du fait d’une culture patronale méfiante à l’égard du syndicalisme ouvrier. S’ensuit une étude sur le « mythe » de la figure du mineur et du (des) monde(s) minier(s) ; et un article sur la question des chômeurs en Europe occidentale au début du 20e siècle particulièrement intéressant avec la (re)découverte du « système de Gand » visant à l’intégration des syndicats dans les bureaux de placement publics, intégration plus ou moins difficile en fonction des pays, des forces et des tendances syndicales. Enfin Michel Pigenet explore les différents niveaux d’analyse de la conflictualité ouvrière quand Nicolas Hatzfeld retrace les trois temps de l’histoire française de la santé au travail au 20e siècle.

L’ouvrage se termine par une conclusion magistrale de Jean Claude Daumas qui n’en est pas moins critique sur la pluridisciplinarité, le concept d’agency ou la fascination pour les « petits objets ». Il expose également les enjeux actuels et futurs de l’histoire ouvrière, en particulier ceux liés à la désindustrialisation, et invite les chercheurs « à brasser large », y compris à s’intéresser au patronat, élément essentiel pour appréhender les luttes sociales.

Un ouvrage de spécialistes donc, sans aucun doute, peut-être un peu trop axé sur l’historiographie pour toucher un large public ; mais une synthèse brillante qui offre une vue d’ensemble des recherches à l’échelle européenne en ce début de 21e siècle, bref un ouvrage indispensable.

1Dont le documentaire militant de Henri Storck et Joris Ivens, datant de 1933, est en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=8K4k8_Tma5o

2Charles Tilly, Edward Shorter, Strikes in France 1830-1968, Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

3Peut-être est-ce aussi là un effet des différences culturelles et méthodologiques, cette approche étant moins développée en France qu’Outre-Atlantique, mis à part chez les partisans du Parti des indigènes de la République (PIR).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *