John Barzman, Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand. Un crime social et judiciaire, Paris, L’Harmattan, collection « Inter-National », 2015, 199 pages (avec des illustrations en couleur et noir et blanc), 24 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Publié sous les auspices des Amis de Jules Durand et de l’Université du Havre, cet ouvrage collectif évoque toutes les facettes d’un « crime social et judiciaire ». Coordonné par John Barzman et Jean-Pierre Castelain, il est issu des Journées d’étude – les premières – consacrées en novembre 2013 au syndicaliste (dockers/charbonniers) du Havre, Jules Durand, condamné à mort en 1910 pour le meurtre d’un briseur de grève auquel il était étranger, et qui finit sa vie dans un asile d’aliéné.

Après un bref bilan de l’état actuel des recherches par Jean-Pierre Castelain, une dizaine d’ études retracent l’Affaire Jules Durand – souvent nommée l’Affaire Dreyfus du pauvre –, de son contexte économique, social et politique (John Barzman) aux représentations littéraires (Sonia Anton, Philippe Huet1), en passant par les études sur la presse anarchiste (Anne Steiner), l’attitude de la police (Laurence Montel) ou la « folie » de Jules Durand (Alain Gouiffes).

En juillet 1910, est fondé le syndicat des ouvriers dockers charbonniers CGT du port du Havre, dans la mouvance du syndicalisme révolutionnaire. Jules Durand est élu secrétaire. Alors qu’il est un des animateurs d’une grève de près d’un mois, du 17 août au 14 septembre 1910, il est victime d’une machination. En effet, face à une mobilisation très large des dockers charbonniers, le patronat portuaire de la Compagnie générale transatlantique fait venir des briseurs de grève, ceux que l’on nommait à l’époque des « renards » ou des « jaunes »2 [scab aux États-Unis]. A la suite d’une rixe d’ivrognes qui entraîne le décès de l’un d’entre eux (un « renard »), une information judiciaire pour complicité morale d’assassinat est ouverte aussitôt (le 10 septembre 1910) contre Jules Durand (totalement étranger aux faits) du simple fait de sa fonction de secrétaire d’un syndicat particulièrement revendicatif. Six autres dirigeants ou militants du syndicat partagent son sort. A l’issue du procès à Rouen, Jules Durand est condamné à mort le 25 novembre 1910, trois de ses camarades sont envoyés au bagne (Cayenne) pour 8 et 15 ans (un seul en reviendra), les trois autres sont acquittés. Une campagne contre ce verdict qualifié d’erreur judiciaire est menée rapidement par un Comité de défense de Jules Durand, qui reçoit le soutien actif3 de très nombreux intellectuels dreyfusards, de la CGT, de la presse anarchiste (les Temps nouveaux de Jean Grave, le Libertaire de Sébastien Faure), de la Ligue des droits de l’homme ainsi que de Jean Jaurès dans L’Humanité. Ce dernier sait reconnaître dans cette affaire l’indice d’une haine de classe, dans une période ou rien qu’au Havre on a recensé pour cette année 1910 trente-deux grèves (p. 95) et 1 500 au plan national (p. . Il écrit : L’essentiel pour la réaction bourgeoise, c’est de frapper ceux qu’elle appelle les « meneurs » ; c’est de rendre les organisations ouvrières systématiquement responsables de tous les actes qui peuvent se commettre dans l’effervescence des luttes sociales (…)4 ». Le 31 décembre 1910, le président de la République (Armand Fallières) commue la peine de mort de Jules Durand en sept ans d’emprisonnement. Libéré finalement en février 1911, il ne profite guère de sa liberté retrouvée : sa condamnation à mort l’a brisé moralement, il souffre de délires de persécution et il est interné à l’asile psychiatrique de Rouen. Il y meurt en février 1926, sans savoir qu’en 1918, il a été reconnu innocent des charges qui pesaient sur lui.

L’intention des organisateurs des Journée d’étude était d’ « esquisser un premier état des connaissances, et surtout des questions, sur Jules Durand et la grève des charbonniers (…) » (avant-propos, p. 14). Sans présumer de recherches futures, on peut dire que l’objectif est atteint.

1Philippe Huet, journaliste et romancier, à écrit Les Quais de la colère (Albin Michel, 2005), sur Jules Durand.

2Selon Anne Steiner, les dockers charbonniers utilisaient plutôt le terme de « renard » (p. 85).

3Étrangement, la presse libertaire (les Temps nouveaux de Jean Grave, le Libertaire de Sébastien Faure par exemple) n’accorde qu’une faible couverture à cette affaire, ce qui selon Anne Steiner pourrait invalider une identité anarchiste attribuée, à tort, à Jules Durand (p. 85-92).

4Jean Jaurès, « Verdict malfaisant », L’Humanité, 27 novembre 1910, cité p. 118.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *