Alexandre Dézé, Comprendre le Front national, Paris, Bréal, collection « Thèmes & Débats », 2016,136 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Écrite par un des spécialistes du Front national, enseignant en Science politique à l’Université de Montpellier et co-auteur du récent Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique1, cette remarquable synthèse d’Alexandre Dézé mérite de figurer dans toutes les bibliothèques.

En cinq cursifs chapitres, l’auteur développe son analyse, articulée autour d’une idée simple : le « nouveau » FN, celui de Marine Le Pen, n’a rien de bien nouveau, manifestant au contraire une continuité importante avec celui de son père, Jean-Marie Le Pen.

Le premier chapitre, qui porte sur la nature du FN, permet à l’auteur de donner un cours accéléré sur les catégories de la science politique. Parmi les attributs généralement utilisés pour caractériser ce parti – droite radicale, nouvelle droite, néofascisme, populisme et extrême-droite – le dernier semble le plus à même d’éclairer la réalité du FN. C’est d’ailleurs pourquoi, loin des scénarios dramatiques et des analyses sommaires, le FN, selon Alexandre Dézé, n’est nullement un parti aux portes du pouvoir. En effet, « Pour l’heure, le FN ne bénéficie ni de l’implantation, ni du réseau d’élus, ni même du nombre suffisant de cadres pour prétendre à l’exercice du pouvoir au niveau national » (p. 27). Le second chapitre vise à retracer les six grandes étapes de l’histoire du FN, depuis sa création en 19732 jusqu’aux rebonds actuels suite à l’accession de Marine Le Pen à sa direction en 2011. Dans le troisième chapitre, Alexandre Dézé s’interroge pour savoir si le FN est devenu un « nouveau » parti, avec Marine Le Pen. A ses yeux, rien, dans son programme, sa stratégie, ou son organisation, ne permet de conclure en ce sens.

En revanche, ce qui a été fortement modifié, ce sont les perceptions (en particulier du point de vue des électeurs) de ce parti. C’est donc logiquement à l’analyse de la sociologie électorale, ainsi que des militants et de l’univers des sympathisants, qu’est consacrée la quatrième partie. Là aussi, l’auteur déconstruit quelques idées préconçues sur l’implantation du FN. Ce qui domine, c’est un vote interclassiste, qui n’a pas fondamentalement évolué depuis l’arrivée de Marine Le Pen. Notons au passage que l’auteur fait définitivement taire l’idée selon laquelle les ouvriers votant FN proviendraient de la gauche, qu’il y aurait transvasement entre le vote communiste et le vote d’extrême-droite. Le vote ouvrier pour le FN est en réalité un vote de radicalisation des « couches ouvrières de droite », milieu ouvrier particulièrement touché par la peur du déclassement social3. Cela ne signifie pas pour autant que tout est statique en matière d’électorat frontiste. Deux évolutions (fragiles à évaluer à ce stade) peuvent ainsi être notées : le ralliement croissant des catholiques, et le début d’un vote des fonctionnaires (en particulier des couches les plus humbles, catégorie C) vers le FN. Les études consacrées aux militants sont beaucoup moins nombreuses que celles orientées vers l’électorat. Le FN compte à ce jour un peu plus de 50 000 adhérents, ce qui en fait un petit parti, néanmoins marqué par des valeurs régressives fortes (antisémitisme, xénophobie, « islamophobie »).

L’ultime chapitre porte sur l’avenir du FN. En fait, selon Alexandre Dézé, le FN conjugue à la fois une volonté de « dédiabolisation » pour accroître sa surface électorale tout en étant contraint de conserver une dimension « rupturiste » par rapport aux autres partis afin de conserver son électorat. C’est dans cette contradiction que se situent les perspectives et les limites de la progression du FN. Bien que l’auteur n’y fasse pas allusion, la situation du FN dessine des traits (presque) similaires à ceux du fascisme historique ou du nazisme, ceux de son rapport aux forces classiques de droite. On le sait, ni Mussolini ni Hitler ne sont parvenus au pouvoir par la seule force de leurs partis, mais en tenant la rue et grâce à des « alliances » avec les forces traditionnelles du conservatisme. De ce point de vue, Marine Le Pen se situe (presque) dans la même configuration, la violence politique imposée dans la rue en moins.

Un seul regret dans ce très stimulant et didactique ouvrage, son angle d’analyse limité au FN stricto-sensu. Pratiquement rien n’est dit du contexte socio-économique qui porte celui-ci, ou de la politique du Parti socialiste au pouvoir depuis 20124 . En un format réduit, Alexandre Dézé offre aux lecteurs un très bon résumé des travaux les plus récents sur le phénomène frontiste, sans jamais tomber dans la caricature ou le simplisme.

1Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer (dir.), Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

2Réfutant au passage la « légende tenace » (p. 33) qui en attribue la paternité à Jean-Marie Le Pen.

3On peut légitimement penser que ces analyses, en particulier celle sur une « couche ouvrière de droite », risquent de provoquer de vives controverses.

4Même si une pique est adressée à Manuel Valls pour la porosité xénophobe de ses conceptions à l’égard des Roms.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *