Laurent Quintreau, Le Moi au pays du travail. Un état des lieux, Paris, Plein jour, 140 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Repéré par son remarquable Marge brute (Denoël, 2006), l’auteur de ces courts récits au pays du travail se caractérise par le fait qu’il est également dirigeant syndical à la CFDT (Betor-Pub, syndicat de la nouvelle économie). Ce récit se présente comme une série de courtes chroniques sur l’état du travail, dont la matière a été recueillie à l’occasion des permanences syndicales tenues par l’auteur. L’écriture de Laurent Quintreau s’inscrit dans la lignée de Balzac – l’ampleur romanesque en moins – celui de la Comédie humaine, ici saisie par les situations de travail. Et le tableau proposé est tout simplement glaçant.

L’auteur, à travers de petits tableaux, sait parfaitement saisir la démesure d’une organisation du travail qui exige toujours plus des salariés, leur promettant un avenir sans cesse repoussé et générant une violence sans borne à leur égard. Sous sa plume émerge ainsi l’idée que l’enfer n’est pas une catégorie du ciel, mais la réalisation permanente vécue par les individus (ici le plus souvent des cadres) confrontés à la néantisation de leur vie par des contraintes ou des procédures souvent absurdes, régulièrement destructrices de leur équilibre, éloignées de tout sens humain. Le constat se révèle rude, même si l’ultime partie, « Les affranchis », présente quelques cas de personnages en rupture avec ce monde du travail, d’où surgit parfois une certaine hilarité à distance de situations kafkaïennes1.

Belle plume de la littérature sociale à fréquenter.

1 Voir également, sur ce même thème, le livre Boulots de merde !, récemment chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/7834


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *