Simon Sebag Montefiore, Les Romanov. 1613-1918 (The Romanovs), Paris, Calmann-Lévy, 2016, 864 pages, 27,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Simon Sebag Montefiore fait partie de ces historiens anglo-saxons ayant la faveur des maisons d’éditions françaises. Contrairement à d’autres, qui doivent attendre jusqu’à quarante ans pour enfin être traduits (Alexander Rabinowitch ou Steve A. Smith), il bénéficie d’un suivi extrêmement réactif, puisque ce dernier ouvrage paraît en français la même année que son édition originale. Il faut dire que Simon Sebag Montefiore a tendance à privilégier l’approche de l’histoire par l’intime, le quotidien, les coulisses du privé. C’était déjà le cas dans Staline. A la cour du tsar rouge, ce l’est encore davantage dans son étude de la Maison impériale Romanov, livre qui vient juste après un autre, consacré déjà à La Grande Catherine et Potemkine (Calmann-Lévy, 2013). L’auteur présente son étude comme étant celle, à travers la dynastie, de l’absolutisme en Russie.

Le récit débute par un rappel de la Russie des origines, celle des IXe et Xe siècles, dominée dans la première moitié du second millénaire par la dynastie Riourikide, jusqu’au fameux tsar Ivan IV le Terrible, marié en premières noces à une Romanov. C’est donc en 1613, après le Temps des Troubles, et dans un contexte marqué par l’occupation étrangère, que le jeune Michel Romanov (il n’a alors que 17 ans) devient le premier tsar de la famille. Et d’emblée, le mythe se mêle à l’histoire, à travers le paysan sauveur du tsar menacé par les Polonais, Ivan Soussanine : ce personnage allait en effet au fil des siècles incarner le lien censément indéfectible unissant le souverain et ses moujiks. Le règne du fils de Michel Ier, Alexis, plus tard une des figures tutélaires de Nicolas II, donne l’occasion à Simon Sebag Montefiore d’aborder les mouvements sociaux, retraçant les émeutes dirigées contre les ministres du souverain et le poids excessif des impôts en 1648, dont le principal résultat fut de pousser Alexis à resserrer les liens entre l’autocratie et la noblesse en rigidifiant le servage. Toutefois, plus que ces mouvements populaires en eux-mêmes, ce qui semble particulièrement retenir l’attention de l’historien, ce sont les détails macabres et cruels, que ce soit ceux des violences perpétrées par les insurgés ou ceux des exécutions décidées par le pouvoir…

De la même manière, il s’appesantit, à propos du règne de Pierre le Grand, sur le caractère festif du tsar, son ébriété fréquente, son sadisme également, les détails quant aux tortures et cruautés en actes étant nombreux (ainsi de ces boyards contraints de décapiter des mousquetaires rebelles). Simon Sebag Montefiore prend toutefois également en compte le changement de statut de la Russie, passée au calendrier occidental à compter de 1700, et qui devient une puissance digne d’intérêt à compter de sa victoire contre la Suède de Charles XII : c’est à cette époque que débute la pratique séculaire d’alliances matrimoniales avec des dynasties allemandes. Le XVIIIe siècle, après la mort de Pierre Ier, est alors dominé par des règnes de femmes : Anne (1730-1740), petite-fille d’Alexis, dont l’arrivée au trône est marquée par une tentative avortée de mise en place d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise ; Elisabeth (1741-1761), fille de Pierre, qui relâche les exigences dues par la noblesse tout en alourdissant le servage des paysans ; Catherine II (1762-1796), enfin, qui, au-delà des détails donnés sur ses amants successifs, préside à la réorientation de la politique étrangère vers le sud et l’empire ottoman, ainsi que vers une Ukraine colonisée.

Le cas de cette impératrice permet de souligner un point fort pertinent relevé par Simon Sebag Montefiore, à savoir la dimension de communication de l’image réformatrice, utilisée principalement vers l’extérieur de la Russie ; ce n’est pas un hasard si Catherine II, la « Grande Catherine », passé un engouement réel pour les Lumières (correspondance avec Voltaire, rencontres avec Diderot), éprouva un profond dégoût des réformes après la Révolution française, jusqu’à en exagérer l’impact dans son propre empire. On retrouve d’ailleurs ce trait chez Alexandre Ier, dont le basculement dans le mysticisme coïncide avec l’invasion de la Russie par Napoléon : la propagation des idées révolutionnaires, dans les années qui suivent le Congrès de Vienne, est qualifiée par le tsar d’« empire du mal » (p. 462), engendrant une forme de paranoïa et de vision complotiste des événements. L’autocratie a donc tendance à se rigidifier, s’arc-bouter sur ses fondamentaux, ce qui s’accompagne, sous le règne de Nicolas Ier, frère et successeur d’Alexandre, d’un véritable décrochage d’avec l’industrialisation alors en cours dans le reste de l’Europe. Ce n’est pas l’abolition du servage par son fils, Alexandre II, en 1861, qui infirme ce constat : non seulement l’objectif du souverain, malgré une politique réformatrice entre 1861 et 1864, reste bien, en dernière instance1, de consolider une autocratie fragilisée par les défaites militaires de la guerre de Crimée, mais en outre, cette décision marque un divorce d’avec la noblesse, « (…) ne laissant d’autre choix au tsar que de faire reposer son pouvoir sur la puissance de feu de son armée et sur la carapace de son impopulaire bureaucratie. Sans cet ancrage séculaire, les Romanov et la société commencèrent de se désolidariser. » (p. 501).

Le règne de Nicolas II est un de ceux qui a droit aux développements les plus conséquents, en raison de la plus large documentation disponible. Des analyses de Simon Sebag Montefiore, on retiendra particulièrement son rêve proprement mystique d’expansion vers l’est, sa haine des Juifs ou des Polonais (sensible lors de la répression suivant la révolution de 1905)2. Quant à son exécution, ainsi que celle de sa famille, en juillet 1918, l’historien insiste sur la responsabilité fondamentale de Lénine, un point qui est pourtant encore discuté aujourd’hui. A cet égard, on sent tout au long de son livre une certaine empathie pour son sujet, ce qui s’accompagne dans les derniers chapitres d’une critique parfois gratuite des bolcheviques et des révolutionnaires marxistes3.

Le principal problème de l’ouvrage, cependant, bien qu’il soit vrai que la bibliographie ainsi que les sources mises à contribution sont d’une ampleur conséquente, c’est qu’il insiste sans retenue sur la vie amoureuse et sexuelle de ces tsars et tsarines4. Autant d’éléments qui donnent tout de même à l’ouvrage une apparence racoleuse, tendant à l’inscrire dans la petite histoire, celle dont on dit qu’elle est la préférée du grand public. Quant à la problématique traversant l’étude, on peut la résumer en parlant d’une continuité autocratique, de Pierre Ier à Vladimir Poutine. Tout ça (300 ans et 864 pages) pour ça, serait-on tenté de dire…

1Alexandre II eut la lucidité de reconnaître que l’abolition du servage devait venir d’en haut, de crainte qu’elle ne vienne d’en bas.

2Nicolas devenu simple Romanov, lecteur des Protocoles des Sages de Sion, voit même, dans la prise du pouvoir par les bolcheviques en octobre 1917, une manifestation du complot juif…

3Au sujet de la révolution de 1905, par exemple, cette phrase dont les derniers passages sont caractéristiques des sentiments de l’auteur : « A Saint-Pétersbourg, un soviet – un Conseil d’ouvriers et de paysans – présidé par Léon Trotski, le showman narcissique de la Révolution, organisait les désordres. » (p. 667). Il fait également sienne cette déclaration de Boris Eltsine, aux funérailles des Romanov assassinés, en 1998 : « Toute tentative pour changer la vie par la violence est vouée à l’échec. » (p. 824).

4Citant largement les diverses correspondances, il détaille les aventures de Pierre Ier, la verdeur de Koutouzov passé soixante ans, l’appétit charnel de Nicolas Ier ou d’Alexandre II… Les scènes d’agonie sont également longuement décrites, comme François Bluche l’avait fait dans sa biographie de Louis XIV.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *