Léon Chestov, Qu’est-ce que le bolchevisme ?, Paris, Le Bruit du temps, 2015 (1920 pour l’édition originale), avant-propos de Ramona Fotiade, postface de Jean-Louis Panné, 184 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

A l’approche de ce centenaire des révolutions russes, les rééditions avaient commencé à se multiplier, tout particulièrement celles de témoignages ou d’écrits rédigés à chaud, visant à caractériser et/ou à évaluer le bolchevisme et les changements qu’il a pu impulser en Russie. Citons entre autres la brève brochure d’Anté Ciliga, l’analyse de Bertrand Russell1 ou celle de Léon Chestov (1866-1938), philosophe et écrivain russe d’origine juive. Le recueil dont il est question ici compile en réalité trois textes différents : le principal, qui a donné son nom au livre, fut publié au Mercure de France, en septembre 1920, année de son départ définitif de l’ancien empire russe. Les deux autres articles datent pour l’un de 1918 (publié dans un journal socialiste-révolutionnaire de Moscou), pour l’autre de 1934 (publié dans une revue de théologie The Aryan Path).

Qu’est-ce que le bolchevisme ? se veut essai de compréhension visant à l’impartialité. L’axe directeur de l’analyse de Léon Chestov, c’est de considérer le bolchevisme comme intrinsèquement réactionnaire, un courant profondément russe dans sa nature, incarnation d’un « despotisme ignorant » (p. 40) qui renoue avec celui du début du XIXe siècle en la personne d’un Nicolas Ier. Pour justifier ce jugement, Léon Chestov s’appuie sur la violence, le pillage et la destruction, le servage dans lequel la population se retrouve plongée, et l’ivresse du verbe, sensible dans un effort législatif aussi démesuré que vain, autant de marqueurs, selon lui, des bolcheviques au pouvoir. A l’inverse, la révolution authentique et progressiste, c’est celle de février. Léon Chestov ne tarit pas d’éloges, en effet, sur le gouvernement provisoire, qui aurait favorisé implicitement, à ses yeux, un véritable idéal anarchiste, créateur d’« hommes de vérité » (p. 46) et défenseur de la valeur cardinale à ses yeux, la liberté (d’expression en particulier). Il y oppose l’action des soviets, coupables finalement de tous les maux2 en lien avec le bolchevisme, n’attirant que les médiocres (sic), la fin de la « vraie » révolution datant logiquement d’octobre 1917. C’est là une vision profondément sombre du réel, qui semble teintée d’une relative misanthropie et d’une forme de condescendance intellectuelle. Une approche pour le moins manichéenne, également, d’où émergent malgré tout des éléments justes, ainsi du développement d’une bureaucratie pléthorique, mal russe endémique selon lui.

L’article de 1918, « Les oiseaux de feu », est une critique plus large du romantisme idéaliste qu’il voit comme particulièrement marqué en Russie, que ce soit chez les impérialistes, les monarchistes ou les socialistes ; l’accusation de déconnexion du réel est donc déjà sensible, deux ans avant Qu’est-ce le bolchevisme ? Quant au dernier texte, « Les menaces des barbares d’aujourd’hui », c’est un constat de la prédominance, depuis 1914, de la force sur la liberté au sein de l’humanité agissante, élément qui unit, aux yeux de Léon Chestov, les bolcheviques et les nazis, tous deux adeptes de ce qu’Enzo Traverso nomme le « modernisme réactionnaire »3. La liberté et l’indépendance d’esprit, l’auteur les voit au contraire portées par la religion (chrétienne en l’occurrence), jugement subjectif s’il en est. La postface de Jean-Louis Panné, auteur dont l’anti-bolchevisme n’est un secret pour personne, souligne logiquement les mérites de l’analyse déployée par Léon Chestov. Elle est surtout précieuse par son évocation relativement détaillée des autres analyses contemporaines de la Russie bolchevique.

1Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchevisme, Bellecombes-en-Bauges, éditions du Croquant, 2014 (1920 pour l’édition originale), chroniqué sur ce blog dans ce second focus sur le centenaire. La brochure d’Anté Ciliga, L’insurrection de Cronstadt et la destinée de la révolution russe, Paris, Allia, 2015 (1938 pour l’édition originale) le sera prochaînement.

2« Derrière son dos [celui du gouvernement provisoire], gouvernaient les Soviets qui, tout en ne faisant rien de positif, se faisaient les instruments de destruction du pays, destruction poussée au maximum. » (p. 63-64).

3Voir la critique de son livre La Violence nazie, une généalogie européenne dans la revue électronique de Dissidences : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1471


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *