Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, collection « Pluriel », 2013 (1998 pour l’édition originale), 686 pages, 12 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration de Christian Beuvain)

A la fin des années 1990, dans la continuité de la disparition de l’URSS, Hélène Carrère d’Encausse, qui avait déjà livré en 1979 un Lénine. La révolution et le pouvoir, souhaite proposer un tableau définitif du personnage de Lénine, dissipant tous restes de la légende soviétique d’antan.

Son propos est classiquement chronologique, débutant par un point sur les origines de Vladimir Oulianov, diverses sur le plan des nationalités et des confessions religieuses. Au-delà de l’évocation de ses conditions de déportation, occasion d’insister sur la douceur relative des autorités tsaristes comparativement à ce que la Russie soviétique allait pratiquer, ce qui ressort du portrait brossé par Hélène Carrère d’Encausse, c’est une généalogie spécifiquement russe, plutôt que principalement occidentale. Selon l’auteure, les lectures de Nikolaï Tchernychevski, populiste, « guide de la jeune génération radicale1 » dans les années 1860 (auteur en 1863 du roman Que Faire ? dont Lénine reprendra le titre pour son célèbre essai en 1902) et de Petr Tkatchev (théoricien de la prise de pouvoir par une minorité révolutionnaire organisée en parti centralisé) ont eu un rôle déterminant, pour un Lénine cynique, défendant l’intelligentsia davantage que les ouvriers. C’est pourtant oublier (car son ignorance semble bien peu probable de la part d’une universitaire aussi avertie qu’Hélène Carrère d’Encausse) que si Petr Tkatchev met toute sa confiance dans l’ « instinct et la tradition communiste » du paysan russe – comme il l’affirme dans une lettre à Friedrich Engels en 1874 – Nikolaï Tchernychevski, au contraire, ne croit pas en cette capacité régénératrice de l’obchtichna (communauté) paysanne, et en cela il se rapproche du socialisme européen2. Au sein du mouvement révolutionnaire russe, les influences européennes(occidentales) et proprement russes n’ont cessé de s’interpénétrer, ce qui rend leur opposition factice et peu opératoire pour comprendre les enjeux.

Pour consolider cette analyse peu amène, Hélène Carrère d’Encausse a tendance à survaloriser le poids de Que Faire ? dans la pensée léninienne. A ses yeux, le rôle d’avant-garde du parti énoncé au début du siècle allait être la colonne vertébrale de la stratégie de Lénine. Ce dernier, sans scrupules, à l’autoritarisme forcené, convaincu d’avoir en permanence raison, défendrait donc d’emblée un projet dit totalitaire. L’auteure pense également, et c’est là une position parfaitement cohérente avec les analyses précédentes, que la Russie n’était pas mûre pour le socialisme, et qu’il aurait mieux valu une transition longue pour rejoindre la modernité à l’européenne, ce qu’aurait déjà commencé à faire le tsarisme de Nicolas II, et qu’aurait pu mener un gouvernement provisoire socialiste modéré. Si la dimension philosophique de Lénine n’est absolument pas abordée (rien sur Matérialisme et empiriocriticisme ou sur sa relecture d’Hegel au début de la Première Guerre mondiale), son appréhension de la question nationale est au contraire largement traitée ; on sait qu’il s’agit là d’un des thèmes longuement abordé par Hélène Carrère d’Encausse, auteure entre autres de Le Grand défi : bolcheviks et nations, 1917-1930 (Paris, Flammarion, 1987). Elle attribue d’ailleurs à la stratégie d’autodétermination nationale de Lénine un rôle clef dans sa victoire révolutionnaire, à égalité avec l’instrument du parti d’avant-garde. Cette survalorisation de la question nationale (du rôle des nations et des peuples dominés) dans le léninisme/bolchévisme, qui paradoxalement est aussi mis en avant par des courants historiographiques différents de celui de l’auteure3, mériterait de plus amples développements.

Car s’il y a bien un leitmotiv chez le Lénine de Carrère d’Encausse, c’est sa soif de pouvoir, un pouvoir qu’il revendique pour son parti, et lui seul. Dans cette grille de lecture, L’État et la révolution ne joue qu’un rôle de légitimation, à l’ombre tutélaire des grandes figures du marxisme, simple élément opportuniste d’une stratégie de prise du pouvoir… Face au cynisme et au caractère présenté comme minoritaire de la victoire bolchevique, la légitimité démocratique réside pour l’auteure dans la Constituante, censée représenter la majorité de la population de l’empire. Cette approche, qui verse souvent dans l’excès interprétatif (comment sérieusement qualifier d’entrisme, même avec des guillemets, la présence croissante des militants bolcheviques dans les soviets ou les comités d’usines ?), et néglige la vie personnelle de Lénine durant la guerre civile au profit d’un tableau plus général, débouche sur un récit de cette guerre civile où la terreur émane directement et exclusivement d’en haut, de l’initiative des bolcheviques et tout particulièrement de Lénine, à rebours des analyses de Marc Ferro, bien connues, sur la violence d’en bas.

C’est elle, cette violence étatique, qui cimente pour les décennies à venir le pouvoir bolchevique : « Grâce à cet instrument [la Tcheka] qui sécrète et impose sa propre légalité, le pouvoir conquis ce mois-là sur un gouvernement provisoire exsangue se sera maintenu jusqu’à la fin des années 1980, c’est-à-dire durant trois quarts de siècle, contre une société de plus en plus rétive. » (p. 434-435).

Hélène Carrère d’Encausse cherche à éviter la caricature en opposant un Lénine privé capable d’humanité et d’empathie, à un Lénine public utopiste, indifférent au sort des masses ; elle a surtout le mérite d’en faire un révolutionnaire dont l’internationalisme est chevillé au corps, y compris après le traité de Brest-Litovsk, et un homme d’État souhaitant faire de la NEP une pause durable. Mais ce faisant, elle ne peut effacer la filiation dont elle revendique d’ailleurs explicitement l’héritage en citant les travaux de Richard Pipes et Dmitri Volkogonov, largement mis à contribution : celle de l’école dite totalitaire.

1Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, Gollion (Suisse), Infolio éditions, 2011, p. 84.

2Pour ces questions, lire Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, op. cit.

3Nous pensons ici, par exemple, à un ouvrage à paraître chez Syllepse (septembre 2017) de Matthieu Renault, La révolution et l’Orient.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *