Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd (The Bolsheviks come to Power : the Revolution of 1917 in Petrograd), Paris, La Fabrique, 2016 (édition originale en 1976), 536 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est seulement quarante ans après sa publication originelle en langue anglaise que l’étude fouillée d’Alexander Rabinowitch (né en 1934) est enfin traduite en français. C’est d’ailleurs le premier de ses ouvrages qui bénéficie d’un tel traitement, lui qui avait débuté ses recherches à la fin des années 1960 par les événements de début juillet 1917 (Prelude to Revolution : The Petrograd Bolsheviks and the July 1917 Uprising), avant de les poursuivre dernièrement dans The Bolsheviks in Power : The First Year of Soviet Rule in Petrograd (2007). Le fait qu’il appartienne à l’école dite révisionniste – tout comme Stephen Cohen, Edward Hallet Carr ou Moshe Lewin, c’est-à-dire des historiens soucieux d’offrir une vision de la Russie soviétique plus nuancée et plus complexe que l’école dite totalitaire – n’a pas facilité son accession au lectorat, cette dernière école ayant eu tendance à dominer le champ des traductions en France à compter des années 1980.

Au-delà d’un récit très vivant et extrêmement détaillé, de juillet 1917 jusqu’à la victoire bolchevique, sa thèse est que le parti bolchevique était animée d’une profonde vitalité démocratique, et que son essor s’est accompagné d’une authentique radicalisation populaire ; c’est là ce qui lui a assuré la victoire, avec le rôle fondamental joué par Lénine. De la préface inédite qu’il a livrée pour cette édition française, on retiendra son travail réalisé à l’époque sur des sources forcément limitées, mais relativement larges grâce au séjour qu’il fit en URSS dans le cadre d’échanges universitaires, et le fait que ce même ouvrage fut traduit en russe dès 1989… Les progrès quantitatifs des effectifs du Parti, à partir de la révolution victorieuse de février, amenèrent en effet dans ses rangs de nombreux militants plus radicaux que la direction, moins familiers du marxisme, concentrés en particulier dans l’Organisation militaire et le Comité de Pétrograd. Ce sont ces deux collectifs qui misaient sur le succès des manifestations du 4 juillet afin de pousser les soviets à s’emparer du pouvoir gouvernemental, contrairement à un Comité central réticent. Mais le Soviet opta finalement pour une coalition entre socialistes et libéraux, orchestrant d’ailleurs la répression contre les bolcheviques, aidé par une presse développant, avec souvent beaucoup de fantaisie, la théorie du complot (allemand, en l’occurrence). C’est cette théorie qui domine également les esprits lors de l’épisode peu connu raconté avec éloquence par Alexander Rabinowitch, celui de l’enterrement des cosaques morts pendant le soulèvement de début juillet, au milieu du mois. Toutefois, le chercheur insiste sur le caractère finalement limité de cette répression, le gouvernement disposant de faibles moyens d’action et se trouvant en outre dans une période transitoire et instable.

Face au réveil des forces contre-révolutionnaires, les soviets de base à Petrograd souhaitent d’ailleurs inclure les bolcheviques dans la défense de la révolution. La direction du Parti est pour sa part divisée entre ceux, comme Lénine, qui estiment la contre-révolution durable, et les autres, dont la majorité des membres du Comité central, qui relativisent sa portée. Le VIe Congrès du Parti aboutit d’ailleurs à un compromis : l’objectif d’une prise de pouvoir, défendu par Lénine, est adopté, mais demeure vague, tandis que l’abandon du mot d’ordre « Tout le pouvoir aux soviets » s’accompagne d’un travail militant maintenu en leur sein. L’essor bolchevique reprend alors, se traduisant par des manifestations massives à Moscou lors de l’ouverture de la Conférence d’État (à la mi-août) et un succès lors des élections pour la douma de Petrograd. C’est dans ce contexte que Kornilov, dont le seul titre de gloire avant 1917 était de s’être enfui d’Autriche, devient le noyau autour duquel se rassemblent les partisans d’une dictature militaire de droite. Nommé commandant en chef de l’armée par Kerenski, il défend des exigences à la fois militaires et civiles, ce qui tend ses relations avec le chef du gouvernement. Une mauvaise communication, digne d’un vaudeville, aboutit finalement à la rupture entre les deux hommes. Les bolcheviques, sans Lénine toujours dans la clandestinité, s’intègrent alors au Comité de lutte contre la contre-révolution mis en place par le Soviet, aux côtés des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques. Mais là encore, il semble bien que certains membres de l’Organisation militaire aient poussé à un soulèvement, d’autant que la mobilisation à la base fut massive, multipliant les gardes rouges et armant de manière générale les ouvriers.

C’est à la suite de la mise en échec de Kornilov, justement, que cette base combattante réclame un gouvernement socialiste, des soviets, mais sans représentants de la bourgeoisie. Ce premier moment crucial dans l’évolution de la révolution ne fut pas saisi par les SR et les mencheviques, ce qui aurait pu, selon Alexander Rabinowitch, éviter une prise du pouvoir ultérieure par les seuls bolcheviques. Mais la réunion de la Conférence d’État, à la mi-septembre, ne franchit pas ce pas, de par le soutien à un gouvernement de coalition manifesté par les soviets paysans, les zemstvos ou les coopératives. Lénine, de son côté, d’abord partisan d’un gouvernement socialiste large, constate cette division entre base et directions politiques, et revient à la nécessité de prendre le pouvoir. Le Comité central est réticent à ce nouveau changement d’orientation, et parmi les discussions ayant lieu, deux membres du Comité de Pétrograd, Volodarski et Lachevitch, mettent en garde contre la situation de déliquescence économique que le nouveau pouvoir devrait affronter, à l’aide de mesures fortes… Finalement, le 10 octobre, le Comité central adopte une résolution sur l’insurrection, Lénine ayant joué un rôle décisif dans ce tournant. Le congrès des soviets de la région nord fut initialement envisagé comme point de départ de cette prise du pouvoir, mais le manque de préparation technique, le soutien contrasté de la population et l’importance des divisions internes au Parti conduisent à abandonner ce projet.

Le basculement décisif intervint lorsque le gouvernement envisagea d’envoyer la garnison de Petrograd sur le front : c’est ce qui motiva la création du Comité militaire révolutionnaire, appelé à jouer un rôle crucial dans les journées d’octobre, se substituant peu à peu à l’autorité gouvernementale sur le plan militaire. La dernière tentative pouvant éventuellement déboucher sur un gouvernement d’union socialiste eut lieu le 24 octobre, lorsque la gauche du pré-parlement refusa les mesures sociales proposées par les bolcheviques et apporta son soutien à un Kerenski pourtant de plus en plus isolé. Car par la suite, lors de la réunion du IIe Congrès des soviets, Alexander Rabinowitch estime que le départ des SR et des mencheviques saborda définitivement les efforts unitaires déployés par les mencheviques internationalistes, les SR de gauche et les bolcheviques modérés. Il se place ainsi en opposition aux partisans d’un Lénine et de ses bolcheviques, machiavéliques et désireux unanimement de monopoliser le pouvoir. Cette édition française d’une étude passionnante est complétée par une bibliographie problématique : il s’agit en fait de la simple transposition de la bibliographie anglo-saxonne de 1976, sans que les éditions françaises de certains des ouvrages citées ne soient mentionnées. Un manque dommageable.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *