Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchevisme, Bellecombes-en-Bauges, éditions du Croquant, 2014 (1920 pour l’édition originale), introduction de Normand Baillargeon et Jean Bricmont, 160 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Pratique et théorie du bolchevisme est un texte rédigé par le grand intellectuel Bertrand Russell peu de temps après son retour de Russie soviétique, où il avait séjourné entre mai et juin 1920, accompagnant une délégation britannique, reçue en grande pompe par les autorités. Contrairement à Qu’est-ce que le bolchevisme ? de Léon Chestov1, l’analyse de Russell est ample, ambitieuse et globalisante, nettement plus équilibrée, et s’inscrit probablement parmi les plus remarquables, aux antipodes par exemple du reportage d’Albert Londres à la même époque2. Son texte s’articule en deux grandes parties, l’une plus spécifiquement consacrée à la réalité russe, l’autre à la théorie marxiste et donc léniniste.

Bertrand Russell, en tant que sympathisant socialiste, favorable à un avenir communiste dans l’idéal, signe des pages qui se rapprochent de celles de Rosa Luxemburg3. Il salue le courage des bolcheviques, et incrimine au premier chef, en plus du passé national, le blocus et l’intervention des puissances occidentales dans les difficultés et la ruine de la Russie, le raidissement autoritaire du régime également. Ceci étant, il ne cache pas ses désaccords avec les bolcheviques, bien au contraire. Traçant un parallèle entre communisme bolchevique et islam, de par le messianisme dogmatique dont tous deux feraient preuve, il considère que l’alternative qui s’esquisse en Russie n’est surtout pas à suivre dans les autres pays, tout particulièrement le Royaume-Uni. A ses yeux, la Russie bolchevique et l’Inde coloniale partagent un certain nombre de similitudes, à commencer par des idées de civilisation généreuses, et un mode de gouvernement dictatorial, hostile à tout soulèvement populaire4. Bertrand Russell est adepte d’un changement plus lent, plus progressif, basé sur l’autogestion, et non sur la révolution violente menée par une minorité agissante, susceptible selon lui de faire craquer le vernis de « civilisation des mœurs » si récemment gagné. C’est d’ailleurs dans ces considérations que Russell se rapproche de Chestov, dans sa critique de la haine et de la destruction encouragées par les bolcheviques. Ce faisant, il critique l’idéologie marxiste (non sans grossir le trait, comme pour la surdétermination des facteurs économiques), et semble sous-estimer l’opposition des classes dirigeantes, tout comme il considère comme presque immuable la pondération britannique… Pour autant, certaines de ses intuitions sont remarquables, tant il semble anticiper parfois sur l’évolution de la révolution5. L’avenir lui semble en tout cas réservé au socialisme, tant à ses yeux le capitalisme est condamné par l’histoire, plus pour son refus de partage du pouvoir que pour celui du partage des richesses, d’ailleurs. Quant à la Russie soviétique, elle doit pour améliorer son sort s’appuyer sur deux éléments clefs, à ses yeux, la paix avec l’étranger et le commerce qui en découlera.

Le texte de Bertrand Russell est complété par un article de Dora Black, devenue ensuite son épouse, qui voyagea en Russie à la même époque que lui. « Art et éducation » est très intéressant, en particulier dans son analyse du système éducatif : Dora Black souligne les efforts dans ce sens faits par le nouveau régime, en reprenant par exemple la méthode Montesori, visant à un épanouissement global des individus, mais appréhende le passage probable vers un enseignement plus utilitaire. Sa description d’un spectacle de cinq heures organisé pour l’ouverture du IIe congrès de la Comintern, intitulé « Commune mondiale », est tout simplement passionnante, invitation à tout un travail sur un champ d’études prometteur6.

1Léon Chestov, Qu’est-ce que le bolchevisme ?, Paris, Le Bruit du temps, 2015 (1920 pour l’édition originale), chroniqué sur ce blog, dans ce second focus sur le Centenaire.

2Les pages de Bertrand Russell sur « La vie quotidienne à Moscou » sont d’une authenticité nettement plus convaincante que celle du « grand » journaliste.

3« Mais, bien que je ne croie pas que le communisme puisse être réalisé immédiatement par la propagation du bolchevisme, je crois que si le bolchevisme tombe, il aura créé une légende, et constitué une tentative héroïque sans laquelle le succès final aurait été impossible. » (p. 28).

4« Le bolchevisme peut être défendu comme une discipline stricte permettant d’industrialiser rapidement une nation arriérée, mais comme expérience menant au communisme, il a échoué. » (p. 120). Il trace également un autre parallèle avec le Directoire (pour le négatif) et le régime de Cromwell (pour le positif), ainsi qu’avec La République de Platon.

5« De même qu’Ali tomba devant les politiciens qui ne rallièrent le Prophète qu’après son succès, de même les communistes primitifs peuvent tomber devant ceux qui rejoignent actuellement les rangs des bolcheviques. » (p. 83).

6On regrettera profondément que les éditions du Croquant aient fait appel, comme préfacier, à Jean Bricmont, bien connu pour soutenir ce qu’il appelle la « liberté d’expression » de l’antisémite Dieudonné ou du négationniste Faurisson et qui salue le courage des dits-négationnistes, car en osant dénoncer l’histoire du génocide des populations juives européennes pendant la Seconde Guerre mondiale, ils feraient preuve d’esprit critique …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *