Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine. 1. La conquête du pouvoir, Paris, Seuil, collection « Esprit », 1973, 336 pages.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marcel Liebman (1929-1986) est un universitaire belge, auteur de deux œuvres majeures touchant à la révolution russe : un ouvrage de synthèse sur l’événement lui-même, et une étude en deux volumes du léninisme, autrement dit de la praxis telle que Lénine la conçut de son vivant. Pour ce faire, l’auteur revendique une « histoire totalisante », en cela qu’il a le souci de toujours lier évolution des idées et changements du contexte socio-politique.

Dans l’analyse qu’il fait de la politique « léninienne », il y a d’abord la centralité de l’organisation, celle d’un parti d’avant-garde, conçu comme élitiste – et donc peu démocratique, à l’instar des autres organisations politiques russes– en raison des conditions du militantisme, soumis à la répression tsariste, mais qui doit toujours garder le lien avec les masses. Mais ce modèle initial, celui du fameux Que Faire ?, connaît une mutation quantitative (ses effectifs sont multipliés par 10) et qualitative avec la révolution de 1905. Lénine défend en effet un rapprochement entre masses et avant-garde, milite pour la présence de davantage d’ouvriers à des postes de responsabilités, et prône un remplacement de la cooptation des responsables par leur désignation démocratique. C’est l’acte de naissance du centralisme démocratique. Toutefois, l’enlisement de la révolution conduit à un repli des bolcheviques, et à une transformation de leur organisation en véritable « secte », selon Marcel Liebman. Dans le contexte profondément hostile et démoralisant de l’après 1905-1906, Lénine met l’accent sur ce qu’il voit comme un nécessaire monolithisme, écartant toute divergence, excessif dans la polémique, l’insulte et même l’injustice. Autant d’éléments qui permettront au moins en partie de comprendre l’évolution du Parti bolchevique au pouvoir, contraint à l’isolement à l’issue de la guerre civile.

Concernant les particularités de l’analyse « léninienne » dans cette période de l’avant-guerre mondiale, il y a d’abord la divergence entre bolcheviques et mencheviques quant au rapport avec la bourgeoisie libérale, incarnée politiquement par le parti KD (Cadet). Là où les mencheviques y voient un allié à préserver, Lénine le juge réactionnaire par nature, ce qui l’amène à revendiquer la nécessité, une fois la révolution victorieuse, d’une dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie, seule capable de mener à bien les tâches de la révolution bourgeoise ; cette dictature se concrétiserait dans les soviets, dont le pouvoir concret n’est cependant pas explicité par Lénine. Il y a là une divergence entre Lénine et ses camarades bolcheviques, plus méfiants à l’égard de soviets dans lesquels ils voient une forme de concurrence. Ou comment Lénine sait se faire plus hardi, moins pusillanime lorsque la situation évolue subitement, n’hésitant pas à appeler à prendre la tête de l’insurrection. Quant à la Douma, Lénine ne la voit que comme une tribune, et insiste sur la distance à conserver vis-à-vis des députés KD, en même temps que sur le contrôle du parti sur ses représentants. Marcel Liebman en conclut ainsi à un menchevisme singeant les socialistes d’Europe occidentale, là où Lénine adapte le marxisme à la réalité russe, y compris dans son anti-intellectualisme (l’intelligentsia manifestant à l’époque une forme de repli et de frilosité, voire de misanthropie) et dans son acceptation de la violence (y compris par des groupes de partisans usant de l’action directe).

L’année 1917 voit également une autre métamorphose majeure du Parti bolchevique et du léninisme. Face à la position des bolcheviques modérés présents en Russie, qui accordent un soutien au gouvernement provisoire, tout comme les mencheviques (avec qui un projet de réunification est d’ailleurs envisagé) et les socialistes-révolutionnaires, Lénine défend des positions plus radicales à partir de son retour en avril (le passage de la révolution bourgeoise à la révolution socialiste), et lutte contre l’isolement au sein de sa propre organisation. Appelant à déployer toute la propagande possible en vue d’une prise pacifique du pouvoir jusqu’en juillet, Lénine passe ensuite à la défense d’une nécessaire insurrection, motivée en particulier par l’élargissement du soulèvement paysan, l’agitation révolutionnaire en Allemagne et le risque croissant d’une dictature militaire en Russie. Mais là encore, les réticences et les résistances à l’intérieur du Parti sont nombreuses. Il faut dire qu’en cette années 1917, l’organisation bolchevique a retrouvé un bouillonnement démocratique, à l’image de celui de la société, allant jusqu’à une autonomie forte de certains groupements (la section de Petrograd ou l’Organisation militaire bolchevique, par exemple). Une évolution complémentaire de celle des effectifs, multipliés par 20 entre février et octobre (de 20 000 à 400 000 environ).

Revenant sur la question de l’insurrection d’octobre, Marcel Liebman la justifie implicitement en en faisant l’aboutissement d’une évolution politique courant sur les mois précédents, culminant avec le succès des bolcheviques aux élections municipales de Moscou quelques jours avant la prise du pouvoir à Petrograd. Ce souci de Lénine attendant que la majorité du peuple soit derrière son Parti pour déclencher l’hallali du gouvernement provisoire le différencie, selon l’auteur, de tout blanquisme1. Octobre combine alors une improvisation militaire et une intense préparation politique, dans laquelle Trotsky se révéla particulièrement brillant. Surtout, Marcel Liebman conclut à un rapprochement, au cours de cette année 1917, entre Lénine et la théorie de la révolution permanente de Trotsky2, même si des contradictions subsistent (en particulier entre les objectifs « prolétariens » et la satisfaction des revendications paysannes) au sein d’une réflexion en perpétuel mouvement, en perpétuelle construction. L’État et la révolution, le manifeste, selon certains exégètes, d’un « léninisme libertaire », est d’ailleurs demeuré inachevé, cette défense d’une démocratie radicale se ressentant de l’ébullition des masses dans tout le pays (« Le besoin d’apprendre allait de pair avec celui de s’exprimer (…) », p. 289), poussant littéralement le Parti et favorisant un certain rapprochement avec les anarchistes.

On le voit, Marcel Liebman, dans une étude globale bien qu’incomplète (pas d’analyse de son étude sur L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, par exemple), s’efforce de porter un regard nuancé sur le léninisme, sur ses tendances à l’autoritarisme, mais également sur son leadership régulièrement remis en cause3.

1D’autant que « (…) la puissance des partis révolutionnaires est moins favorisée et moins mise en valeur par des consultations électorales que par les actions de rue et les entreprises offensives qui correspondent à leur vocation véritable. C’est pourquoi les grandes victoires de la gauche ne furent jamais des victoires électorales et que, traduites en termes de suffrages et de sièges, elles rendent mal compte de leur réalité. » (p. 295).

2Cette interprétation, qui doit beaucoup au fait qu’à cette époque Marcel Liebman était proche des trotskystes, convoque au débat et à la controverse chez les spécialistes.

3Merci à Christian Beuvain pour le prêt de ce livre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *