Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Pas moins de trois documentaires et une fausse « soirée spéciale » (voir ci-dessous) se succédaient, pour un total de diffusion de près de six heures. Les commentaires de la journaliste faisant le lien entre les différentes parties du programme étaient émaillées de quelques remarques témoignant de l’influence de l’école totalitaire, revivifiée en France avec Le Livre noir du communisme (une « poignée de communistes fomente la révolution mondiale »), mais l’essentiel n’était pas là.

Le premier documentaire, Lénine, une autre histoire de la révolution russe, est le plus directement centré sur les événements de 1917, le plus classique aussi dans sa forme. Réalisé par Cédric Tourbe, il a été écrit par ce dernier, le politiste et sociologue Michel Dobry (qui n’est un spécialiste ni du communisme/léninisme ni de la Russie) et l’historien Marc Ferro, sans que l’on sache comment le travail entre les trois hommes a été organisé. Néanmoins, un article du Monde de 20141, consacré à un précédent documentaire de Cédric Tourbe, Révolte, donne des indications précieuses sur la façon de travailler de ce documentariste. En 2013-2014, le producteur de Yami 2, Christophe Nick – bien connu des historiens spécialistes de l’extrême gauche pour avoir écrit en 2002, alors qu’il n’était encore que journaliste et documentariste, un ouvrage de plus de 600 pages, Les Trotskistes (Fayard), salué par les médias bien que truffé d’erreurs, d’approximations et de jugements de valeurs péjoratifs2 – imagine et produit une série, Révolte, dont il confie la réalisation à Cédric Tourbe3. Celui-ci, lors de ses recherches sur ces révoltes sans lien historique ou idéologique entre elles, se serait « heurté à un problème de définition et de méthode », ce qui paraît effectivement logique. Sur les conseils de Christophe Nick, il se plonge alors dans l’ouvrage de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles (Presses de la FNSP, 1986). Cet argumentaire sociologique devient « la matrice narrative de Révolte »4 tandis que Michel Dobry endosse le rôle de conseiller technique. Cédric Tourbe a donc fait de nouveau appel à lui pour ce documentaire, mais comme co-rédacteur cette fois-ci.

L’exposé des faits suit un déroulement chronologique, débutant par le contexte de guerre, étonnamment optimiste (« Rien ne semble menacer l’ordre établi »), alors que l’on sait le tsar et son gouvernement assis sur du sable… Le commentaire revient ensuite aux événements révolutionnaires de 1905, présentant des images filmées du Dimanche rouge ne manquant pas d’étonner. Le problème, qui revient de manière récurrente à propos de quasiment tous les documentaires de ce type, c’est que les images d’archives, qui pour beaucoup sont extraordinaires, sont loin d’être systématiquement référencées, à l’exception des extraits de films soviétiques5. Sur 1905, l’accent est mis sur la duplicité de Nicolas II quant à l’instauration d’une Douma, et sur l’ampleur et la dureté de la répression qui suivit les événements. Le déroulement de la révolution de février, très fidèlement retracé, en utilisant de façon didactique un plan de Petrograd dynamisé afin d’illustrer le parcours des manifestants, et en insistant sur l’importance du Prikaze n° 1 adopté par le soviet de Petrograd, alterne ensuite avec des vues de Zurich, lieu d’exil de Lénine (la musique traditionnelle qui accompagne les images suisses est par contre à la limite de la caricature), et l’évocation de la vie de ce dernier. Si certaines analyses s’avèrent discutables, ainsi de l’impact de l’exécution de son frère Alexandre (la profonde haine de classe qui en aurait résulté est finalement bien proche du mythe de la vulgate soviétique) ou de son supposé « dogmatisme »6 (on pourrait au contraire souligner son empirisme), le plus gênant est ailleurs.

Le texte brosse en effet le portrait d’un Lénine à la fois ballotté par les événements révolutionnaires, qui « navigue à vue », et ne poursuit qu’un seul objectif : l’insurrection organisée par son parti. Ce Lénine monomaniaque est bien loin de toute appréhension de ses évolutions stratégiques et tactiques, telles qu’elles apparaissent par exemple dans le livre d’Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd7. Car ce n’est qu’après les journées de juillet que Lénine considère l’insurrection comme une option valable, l’écartant un temps en septembre avant d’y revenir et de s’y tenir jusqu’au bout. Au lieu d’un analyste politique scrutant le fil de l’actualité, l’évolution des rapports de force et les actions des uns et des autres, le documentaire invente ainsi un Lénine tout à la fois arc-bouté sur une « idée fixe » (sic) mais néanmoins impuissant à la mettre en œuvre. Cette vision paradoxale et fantasmatique s’accompagne d’une perception pour le moins ambiguë du parti bolchevique. Lénine était censé le diriger de façon autoritaire (« exclure, « diviser »), mais au moment de son retour en Russie et des célèbres thèses d’avril, la distance prise par ses camarades avec ses nouvelles positions fait dire à la voix off « Comme avant-garde discipliné, on a vu mieux » ; pourtant, en peu de temps, il « impose son programme au parti ». Il y a, dans ces quelques phrases contradictoires, l’aveu d’une incompréhension du mode de fonctionnement de l’organisation bolchevique, traversée de tendances divergentes et lieu de confrontation démocratique d’idées.

Le récit évoque ensuite fidèlement l’accentuation progressive de la crise, par l’incapacité du pouvoir à faire la paix, induisant désertions massives au front et radicalisation des soldats et des ouvriers dans les villes, insiste sur l’opposition entre Lénine et Kerenski, et expose avec justesse la violence de classe et la répression dirigée contre les bolcheviques après les journées de juillet. Par contre, à compter de la tentative de coup d’État de Kornilov (dont les prolégomènes sont hélas négligés), l’exposé est trop rapide, et son laconisme ne permet pas de comprendre le divorce croissant et bientôt irréparable, tel qu’il s’exprime au IIe Congrès des soviets, entre les mencheviques et les socialistes-révolutionnaires d’un côté, les bolcheviques de l’autre. A l’inverse, le transfert de légitimité qui, à l’automne, va du gouvernement provisoire aux soviets, est bien illustré. Mais la conclusion du documentaire pêche par son simplisme et sa brièveté : car immédiatement, « La démocratie soviétique vient d’être confisqué par un seul parti » (le processus, on le sait, fut nettement plus progressif et complexe)8, et, de la guerre civile qui s’ouvre, le commentaire ne retient que l’interdiction des autres partis, les réquisitions et les famines. Les témoignages mis à contribution – principalement ceux de Nicolas Soukhanov9, mais également de la journaliste et écrivain Marylie Markovitch ou de Léon Trotsky –, la richesse de l’iconographie10 et l’accent mis à plusieurs reprises sur les mobilisations populaires et les enjeux de classe qui se dessinent font de ce documentaire une contribution précieuse au récit de l’année 1917. Sauf en ce qui concerne Lénine et son parti… ce qui n’est pas rien, surtout si l’on se fie au titre du documentaire. Et sauf également en ce qui concerne, par exemple, les autres organisations révolutionnaires (quid des anarchistes, des mencheviques, des socialistes-révolutionnaires, réduits ici aux figures d’un Kérenski ou d’un Tchernov) ou les comités d’usines, la situation dans les autres villes de l’empire (Moscou, Kiev, Kazan, Bakou, Toula, Saratov, etc.) ou les mille et unes manières dont des ouvriers11 mais aussi des femmes, des jeunes éduqués, des artistes perçoivent, comprennent et s’approprient dans leur vie quotidienne les idéaux révolutionnaires12. Ainsi, ce documentaire, et c’est logique, n’est que la mise en images d’une historiographie ancienne, politiste, idéologique et partidaire, ignorante des dernières recherches anglo-saxonnes (voire russes) comme des nouveaux chercheurs français13. Son sous-titre – Une autre histoire de la révolution russe – ne tient pas, lui non plus, ses promesses.

Ce premier documentaire était suivi par une Édition spéciale : l’abdication du tsar Nicolas II. Il s’agissait de traiter les événements de février-mars 1917 de la manière dont les médias d’aujourd’hui le feraient, tout particulièrement les chaînes d’informations en continu. Outre la journaliste principale sur le plateau, et une soi-disant experte invitée14, un bandeau en bas d’écran énumérait diverses informations, tandis que des envoyés spéciaux à Petrograd, Moscou, Berlin, Paris, New York ou Washington étaient régulièrement sollicités. Internet se voyait également mis à contribution, le grand-duc Michel annonçant son refus de la couronne par Tweeter, tandis qu’un lanceur d’alerte anonyme diffusait sur la toile les documents témoignant des négociations entre Lénine et les autorités allemandes pour son retour en Russie. Les images d’archives utilisées étaient par ailleurs colorisées, et certaines reconstitutions avec acteurs s’apparentaient au principe très contemporain du docu-fiction. Le résultat est assurément dynamique, mais, second degré de la part des journalistes ou intégration des tendances très actuelles du traitement de l’information, les événements russes étaient traités sous trois axes principaux : politique, bien sûr, mais aussi économique (les intérêts de la France seront-ils lésés ?) et people. Parmi les reportages diffusés, l’un traitait du cas Raspoutine, un autre de Darmstadt et de la famille de la tsarine Alexandra, un dernier enfin des produits de luxe achetés par la cour à travers l’exemple de Fabergé (dont le directeur est faussement interviewé) ; l’ensemble représente tout de même la moitié des dits reportages ! Moins flagrante, la dimension que l’on pourrait qualifier de sécuritaire, de rejet de la violence populaire, est présente à travers les inquiétudes des journalistes quant au sort réservé aux collaborateurs de l’Ancien Régime, la présentatrice évoquant même « la terreur dans les rues » (de Petrograd).

Le dernier point fort discutable tient à l’anachronisme non de la forme, mais du fond. La soirée spéciale consacre en effet une large place à Lénine et à ses positions, à un moment où le leader révolutionnaire ne bénéficie d’aucun écho sur place, alors que ni les mencheviques, ni les socialistes-révolutionnaires ne sont cités une seule fois. Il y a là une projection des événements à venir par des journalistes que l’on pourrait croire véritablement omniscients. C’est au point que les inquiétudes du gouvernement français à l’égard des bolcheviques sont évoqués… Outre un reportage qui lui est consacré (avec des images prétendument filmées dans un café suisse où il avait ses habitudes, alors qu’elles sont plus tardives, datant d’un congrès d’après la prise du pouvoir), on assiste à une pseudo conférence de presse de Fritz Platten, lisant une déclaration de Lénine. Les autres reportages abordent l’état des campagnes russes15, ou convoquent des artistes, le peintre Chagall et le photographe Prodoukine-Gorski, mais rien, absolument rien n’est dit sur le soviet de Petrograd, la soirée spéciale étant pourtant datée du 17 mars 1917 !! Si l’expérience peut de prime abord évoquer le travail de réactualisation de la Commune de Paris mené en son temps par Peter Watkins16, le résultat est surtout symptomatique de l’état du journalisme télévisuel en 2017.

La soirée se poursuivait avec un documentaire allemand en deux parties, plus éloigné du cœur du sujet, « de l’URSS à la Russie. Chronique d’une hégémonie », de Maarten van der Duin. Il fut d’ailleurs réalisé en 2015, en lien direct avec la crise ukrainienne. « De la naissance à la chute » débute par des entretiens avec différents individus d’aujourd’hui habitant dans ce qui fut autrefois l’URSS cosmopolite, un moyen d’insister sur les divisions actuelles, entre religieux orthodoxes et « femen », nostalgiques de l’Union soviétique ou pro-occidentaux… Toutefois, c’est une rétrospective historique au pas de charge qui est menée, puisque sur une heure et demi, la dissolution de l’URSS intervient à la cinquante-huitième minute. Il ne faut donc pas attendre d’analyses trop poussées, d’autant que le retour en arrière nous permet d’apprendre que Lénine et les bolcheviques « chassent le tsar » (sic). Plusieurs des intervenants choisis insistent d’ailleurs sur le prisme du totalitarisme pour comprendre l’URSS appréhendée comme un tout, un bloc, basée sur une idée – le communisme – mauvaise en elle-même, tout comme son application, un système soi-disant impossible à réformer (il conviendrait de s’interroger sur la Chine dite « communiste »). Les éléments d’adhésion de la population à l’idéal soviétique sont par ailleurs limités à la propagande et à la victoire fédératrice de 1945, ce qui est juste mais un peu court. L’accent est davantage mis sur les facteurs conduisant à la crise finale : baisse du prix du pétrole, intervention en Afghanistan, opposition croissante en Pologne. Il est donc relativement logique que la période durant laquelle Gorbatchev dirigea l’URSS soit plus particulièrement développée, de Tchernobyl (présenté comme symbole de la faiblesse du pays, ce qu’infirme totalement la catastrophe de Fukushima) à la contestation visant l’armée (les maltraitances à l’égard des conscrits), en passant par l’interdiction de l’alcool (une terrible erreur, selon le documentaire) ou la crise dans les pays baltes, les premières républiques soviétiques à proclamer leur indépendance. Dans cette dissolution de l’URSS, l’accent a tendance à être mis sur les revendications de démocratie, de justice, de liberté, en particulier pour ce qui est du rôle joué par les États-Unis, ce qui témoigne d’une appréhension pour le moins superficielle de la géopolitique.

Les lendemains difficiles de la fin de l’URSS, avec l’apparition de conflits régionaux, comme en Transnistrie ou dans le Caucase, ainsi que l’échec de la transition démocratique et économique, en Russie avec l’émergence des oligarques ou en Biélorussie, conduisent directement à la seconde partie du documentaire, « La renaissance russe ? ». Au-delà d’une chronique des événements touchant l’ancienne zone soviétique dans les années 2000, cette partie insiste sur les efforts de Vladimir Poutine pour renforcer son pays, son pouvoir politique et militaire, sa symbiose avec l’Église orthodoxe, son capitalisme d’État, qui demeure toutefois axé sur la vente d’hydrocarbures. Sont également largement abordées les relations avec les pays que sont la Biélorussie, l’Ukraine et les États du Caucase, la Russie s’opposant aux efforts de l’OTAN de s’élargir au détriment de sa sphère d’influence. L’opposition à l’Occident et le regain des traditions conservatrices s’inscrirait dans cette évolution politique. Mais dans ce tableau, il est dommage que la vision ne soit que partielle, voire partiale (rien n’est pas exemple dit, dans le cadre de la crise ukrainienne, sur le rôle joué par l’extrême droite locale, et absolument rien sur les anciennes républiques asiatiques) : la problématique conclut tout de même à une volonté de reconquête de l’influence perdue par la Russie, vouée à l’échec face à un rapprochement des anciennes Républiques avec l’Union européenne.

1Christine Rousseau, Le Monde Télévision, 17 janvier 2014.

2A l’époque, l’équipe de Dissidences en avait produit une recension critique.

3Cédric Tourbe, Révolte, série documentaire (3h 28 mn) sur une série de révoltes (Mai 68, Iran 1979, Tunisie 2010, etc.), janvier 2014, France 5. Si l’on en croit Le Monde, une « série de référence ».

4Christine Rousseau, Le Monde Télévision, op. cit.

5Parmi eux, outre le célébrissime Octobre de Serguei Einsenstein (1927), on trouve Les Derniers jours de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Poudovkine (1927), Lénine en octobre de Mikhaïl Romm (1937), ou La Mère de Vsevolod Poudovkine (1926).

6La fin du documentaire est tout aussi caricaturale en prétendant que Lénine « (…) a passé sa vie à exclure et à diviser ».

7Voir sa recension sur notre blog, à paraître.

8Voir par exemple Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, prochainement chroniqué sur ce blog.

9Menchevique de gauche, Nicolas Soukhanov est d’ailleurs le seul de tous les personnages, en dehors de Lénine, à être évoqué par quelques lignes projetées à l’écran sur la suite de son parcours (il se rallia au nouveau régime au début des années 1920, travaillant dans le domaine économique avant d’être jugé une première fois au début des années 1930 – événement non cité dans le documentaire – puis d’être exécuté en 1940). Il est l’auteur d’un remarquable témoignage (La Révolution russe. 1917, Stock, 1965), hélas jamais traduit entièrement, puisque l’ouvrage paru en anglais et en français n’est qu’une version largement abrégée de l’original en sept volumes !

10Une erreur est au moins à noter : lorsque les portraits des dirigeants du Comité militaire révolutionnaire sont présentés, Trotsky, Antonov-Ovseïenko et Dybenko, la photo du second est en réalité celle de Jacob Sverdlov…

11Lire de Stephen Anthony Smith, Red Petrograd : Revolution in the Factories, 1917-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, en ligne sur https://libcom.org/files/Red_Petrograd_Revolution_in_the_Factories,_1917-1918.pdf . Une traduction de cette importante étude est à paraître aux éditions Nuits rouges à la mi-avril 2017, et une recension sera faite.

12Lire d’Andy Willimott, Living the Revolution, Oxford (UK), Oxford University Press, 2017.

13Sur ces points, se reporter à notre Avant-propos de ce dossier sur les révolutions russes.

14Il s’agit de Frédérique Neau-Dufour, dont on se demande pourquoi elle a été invitée, puisqu’elle est spécialiste du gaullisme, après avoir fait sa thèse sur Ernest Psichari, certes mort durant la Première Guerre mondiale…

15Avec un petit clin d’œil au passage, l’un des journalistes responsables du dit reportage étant Larissa Reisner, célèbre bolchevique…

16Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 2003.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *