Christophe Lucand, Le vin et la guerre. Comment les nazis ont fait main basse sur le vignoble français, Paris, Armand Colin, 2017, 448 pages, 24 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli (suivi d’un entretien avec Christophe Lucand)

Il est certains auteurs que Dissidences suit depuis plusieurs années pour leurs travaux, à l’instar de Georges Vidal ou de Julien Chuzeville par exemple. Il en est un, dans un tout autre domaine, en passe de le devenir : Christophe Lucand. Après Le pinard des poilus1, cet historien du vin revient avec un volumineux ouvrage, cette fois sur la Seconde Guerre mondiale. Mais qu’on ne s’y trompe pas, son vin et la guerre est l’antithèse de La guerre et le vin de Donald et Petie Kladstrup2. En effet, Christophe Lucand n’est pas l’homme des hagiographies. Dans le monde feutré du vin il fait plutôt figure de « poil à gratter ». Loin de la légende dorée selon laquelle les vignerons auraient caché leurs meilleures bouteilles aux Allemands pour mieux leur revendre de la « piquette », l’histoire qu’il nous livre ici – archives publiques, économiques, judiciaires, institutionnelles et privées à l’appui – est bien moins glorieuse.

A travers le cas des vignobles français (colonies comprises), c’est à un pan entier du pillage économique de la France par les nazis que l’auteur s’attelle à décrire. En effet, symbole de l’ennemi vaincu, le vin devient sous l’Occupation un bien précieux, donc très convoité. Il est impossible de faire ici l’énumération du nombre d’expéditions d’hectolitres de vin et autres alcools envoyés en Allemagne et des sommes véritablement astronomiques dévoilées dans l’ouvrage et qui suffisent à eux seuls à démentir la thèse d’une résistance vigneronne.

Car le plus intéressant dans ce livre réside dans l’étude du dispositif de captation mis en place par les nazis. En effet, à peine la victoire acquise et la mise sous tutelle de l’ensemble de l’économie française au service de l’effort de guerre du Reich, le vin fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des Allemands.

Après l’effervescence des ventes en dehors de tout contrôle et dans la confusion la plus totale de l’été 1940, le Reich procède à la nomination de « Weinfuhrer » chargés, dans chaque grande région viticole, d’organiser le marché afin de faire parvenir le précieux breuvage aux populations et armées allemandes par le biais de campagnes de prélèvement. Mais que l’on ne s’y trompe pas, ces prélèvements ne s’apparentent pas à des réquisitions, ils relèvent plutôt d’appels d’offre et force est de constater que les offres ne manquent pas, qu’elles proviennent de négociants ou de vignerons, dont certains se tailleront la part du lion. Pourtant parallèlement à ce marché administré, se développe de manière exponentielle un marché noir alimenté par toutes sortes d’officines allemandes ou françaises au service de la Gestapo, de la Wehrmarcht, de la Luftwaffe, de la Kriegsmarine ou d’organisations collaborationnistes. Là encore, les acheteurs paient mieux que bien, d’autant qu’avec la guerre et les pénuries de produits essentiels à la viticulture ou à la vinification (souffre, cuir, sucre pour le champagne), les vendanges de l’Occupation sont mauvaises, la production connaît une baisse de l’ordre de 25 à 30% et les prix s’envolent.

A ces appétits voraces s’ajoute celui, pour le moins ambigu, de Vichy. Et il est particulièrement instructif de voir comment l’État français tente de faire valoir les intérêts du Ravitaillement civil français face aux exigences militaires allemandes. Réglementations et déréglementations, taxes à l’exportation, sont autant de tentatives tous azimuts pour éviter le pillage de la production agricole la plus emblématique du « terroir national », en vain. Car les vendeurs utiliseront toutes les failles du système ou s’en exempteront purement et simplement pour continuer à accroître leurs profits et poursuivre leur collaboration économique avec leurs partenaires d’outre-Rhin (accroissement du nombre des appellations d’origine contrôlées pour échapper aux réquisitions, disparition des champagnes de catégories inférieures au profit des « grands choix », acquisitions de licences de commerce à Monaco ou en Alsace Lorraine etc…). Au final, après la crise des années 30, ces quatre années de guerre auront été pour le monde du vin hexagonal une période d’enrichissement qui dépasse l’entendement3, alors que la majeure partie de la population française a souffert des pénuries, du rationnement et d’un appauvrissement généralisé. Et si l’épuration fera quelques exemples avec les vendeurs les plus compromis ou les collaborateurs assumés, la plupart parviendront à échapper soit à la justice (on trouve beaucoup de « résistants de septembre » dans les vignes), soit aux peines qui leur auront été initialement infligées.

En dehors de l’évocation de la théorie synarchique des élites économiques françaises sur laquelle nous demeurons circonspects – sans remettre pour autant en question l’attrait incontestable des régimes allemand et italien sur les acteurs de la banque et de l’industrie – nous aurions aimé en savoir un peu plus sur la Résistance et le vin. Évoquée (trop) brièvement dans le dernier chapitre et surtout notre curiosité éveillée par la présence dans le livret-photos d’un bon de réquisition des FFI/FTPF du Beaujolais, il y a là certainement une piste de recherche à explorer pour l’avenir.

En somme, Christophe Lucand nous livre une nouvelle fois une « histoire inattendue »4, à l’écart des sentiers battus. Et si à la lecture de certains comportements dominés par la cupidité, on peut avoir un léger goût d’astringence au palais, on ne peut qu’attendre avec impatience le prochain millésime de l’auteur.

« Cinq questions à … Christophe Lucand » 

(entretien téléphonique le 28 février 2017, suivi d’un échange électronique à la même date et le 25 mars 2017)

1- Après Le pinard des poilus, c’est le deuxième ouvrage que vous consacrez au vin pendant la guerre. Pourquoi cet intérêt ?

Ce sont mes recherches sur l’histoire politique des mondes de la vigne et du vin qui m’ont amené à devoir réfléchir sur l’impact des deux guerres mondiales. Le vin, produit en apparence anodin, était jusqu’alors enfermé dans une histoire folklorique, portée par des représentations simplistes qui ne permettaient ni d’appréhender son rôle dans ces moments de tensions extrêmes, ni de concevoir en retour le poids des deux conflits dans la reconfiguration du paysage vitivinicole français. Le désintérêt des historiens pour ce produit me semblait d’autant plus surprenant que les deux guerres mondiales l’ont consacré comme un support majeur de l’effort de guerre durant le premier conflit mondial et un butin de choix, hautement convoité, pour les autorités nazies durant l’Occupation.

Le vin constituait donc pour moi une entrée très singulière afin de s’approprier une nouvelle compréhension des deux conflits au moment où la France s’impose, et de loin, comme la première puissance vitivinicole du monde. Elle est alors encore le premier pays producteur, consommateur, exportateur et importateur de la planète, employant près de 7 millions d’actifs directement ou indirectement dans le seul secteur vitivinicole.

2- Est-ce pour répondre à Don et Pitie Kladstrup que vous avez écrit Le vin et la guerre ?

Il s’agissait surtout de répondre à une étrange absence, celle de l’histoire d’un produit incontournable dans l’économie française durant l’Occupation, et qui n’avait jamais fait l’objet d’un travail scientifique réalisé à partir du croisement d’archives et de sources pourtant très abondantes. Le seul ouvrage de référence (La guerre et le vin, Perrin, 2002) était en effet celui écrit par deux journalistes américains, Don et Pitie Kladstrup, qui relatent leur itinérance, de vignoble en vignoble, à la rencontre de professionnels du vin. Loin d’être inintéressant, le livre relève du « mythe de la Grande Vadrouille », exposant, non sans une certaine naïveté, de nombreuses anecdotes à propos de supposées actions courageuses menées par ceux qui ont osé s’opposer au pillage des vins français par les nazis. Cette histoire « résistantialiste » très complaisante propose l’image de vignerons français toujours intrépides et astucieux face à des occupants allemands globalement présentés comme assez crédules. Il fallait à mon sens rétablir une part de vérité en corrigeant cette « belle histoire » entretenue et entendue par tous, par l’étude minutieuse de sources demeurées jusqu’alors inexplorées.

3- La liste des archives dépouillées est impressionnante mais comment avez-vous réussi à obtenir celles, privées, des Maisons qui prenaient un risque en vous laissant fouiller sur cette période ?

Le sujet couvre en effet une grande variété de sources, dont en premier lieu une masse d’archives publiques dont les conditions d’accès demeurent aujourd’hui toujours très problématique. Concernant ces sources, et au-delà des autorisations parfois très difficiles à obtenir, il faut souligner le caractère très préjudiciable de l’absence de classement de fonds entiers couvrant, par exemple, les archives judiciaires. On pourra utilement s’interroger sur les raisons qui expliquent pourquoi certains fonds essentiels détenus par les Archives nationales ne sont toujours pas inventoriés aujourd’hui, et sont donc rendus presque inaccessibles, plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En ce qui concerne les archives privées, leur accès n’a pas été plus contraignant mais il suppose un long travail d’approches et de recommandations qui suscite parfois beaucoup de méfiance, voire d’hostilité. Mon choix a été celui de la transparence. Je n’ai anonymé aucun nom d’individu, ni aucun nom de domaine ou de Maison. Il a fallu patiemment convaincre et surmonter les absences et disparitions d’archives, toujours assez fréquentes sur cette période, qu’il s’agisse d’archives privées ou d’archives publiques. De nombreux fonds ont disparu dès la Libération, après un travail d’élimination systématique de documents susceptibles d’atteindre des personnes ou des intérêts. Ces archives « disparues » sont celles qui ont été retirées, ont été volées ou accidentellement détruites, souvent à la suite d’incendies. Parallèlement, de nombreuses archives de correspondance ou de comptabilité d’établissements de commerce ont été codées ou cryptées afin de rendre leur compréhension impossible. Ce travail de dissimulation témoigne de l’enjeu des questions soulevées par ce sujet.

4- Justement, comment expliquer que la mainmise allemande sur le vin français ait été aussi efficace ?

Dans la plupart des vignobles renommés, le monde du commerce des vins était très lié aux grands circuits marchands européens et à leurs acteurs allemands au moment où éclate la guerre. De nombreux négociants en vins, champenois, bordelais ou bourguignons, notamment, établissaient des liens très forts avec leurs homologues du Reich, et cela depuis parfois plusieurs générations. Liés par des intérêts souvent communs, ils formaient un monde marchand cohérent et soucieux de sa prospérité.

Le choix des individus désignés par la Chancellerie de Berlin pour représenter les Délégués officiels pour l’achat des vins destinés au Reich à partir de l’été 1940 ne surprend donc personne. Ces personnages, piliers de la politique de captation des productions vitivinicoles françaises, sont très connus dans leur vignoble respectif. Ils ont souvent tissé des liens confraternels très amicaux avec les négociants et récoltants français. Cette situation explique pourquoi la collaboration économique la plus active s’est imposée avec facilité, sans résistance marquante, dans un contexte où chacun des acteurs y trouvait son intérêt par la fourniture de la main-d’œuvre, des denrées et produits nécessaires à la poursuite de leurs activités, et par l’essor parfois extraordinaires de leurs bénéfices. Une mince frange de personnages, toujours très minoritaires, ont dépassé ce rôle en recherchant des profits plus importants encore et en adhérant parfois clairement et ouvertement aux valeurs nazies.

5- Vous parlez principalement de la Collaboration mais quid de la Résistance et du vin ? Se pourrait-il que cela fasse l’objet d’un prochain ouvrage ?

La quasi-totalité des professionnels, négociants et récoltants, ont participé à un commerce actif et prospère avec le Reich, au détriment de l’intérêt national. La place de ceux qui ont « résisté » est donc très limitée car il était difficilement envisageable de maintenir une activité marchande sans avoir recours aux seuls acheteurs d’envergure durant cette période. Pourtant, chaque vignoble rassemble bien quelques individus qui, souvent isolés, ont cherché à limiter leurs prélèvements voire, pour quelques-uns, à s’engager dans des actes de résistance face à l’envahisseur. Il serait cependant difficile de tirer de ces actions courageuses un ouvrage complet susceptible de nuancer l’incroyable cupidité qui s’est emparée des esprits pour alimenter une collaboration économique largement dominante.

1 Chroniqué dans Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6386

2 Donald et Petie Kladstrup, La guerre et le vin. Comment les vignerons français ont sauvé leurs trésors des nazis, Paris, Perrin, 2002.

3 Un seul exemple (p. 377) mais le livre en contient des dizaines d’autres : une vieille maison d’Armagnac du Gers voit son chiffre d’affaire passer de 500 000 francs en 1939 à plus de 100 millions en 1942 …

4 Claudine et Serge Wolikow, Champagne ! Histoire inattendue, Paris, Éditions de l’Atelier, 2012.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *