Julien Guérin, Largo Caballero. Un socialiste espagnol à l’épreuve de l’Histoire, Rochefort-en-Terre, éditions Matignon, collection « Hier et aujourd’hui », 2016, 36 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Enseignant, auteur de plusieurs autres textes sur le socialisme, Julien Guérin offre dans cette plaquette une présentation très synthétique du dirigeant du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) durant la première partie de la guerre civile espagnole. En l’absence de biographie de référence (en français tout au moins), cet opuscule permet de redécouvrir la figure de ce dirigeant très modéré de l’Union générale du travail (UGT, syndicat lié au PSOE) qui se radicalisa rapidement après l’épisode de la tentative de soulèvement des Asturies en 1934.

Surnommé le « Lénine espagnol », il prend la tête du gouvernement de Front populaire à partir de septembre 1936. Très critique à l’égard du processus de « conquête » de l’État espagnol par le Parti communiste espagnol (PCE) et ses alliés au sein du mouvement syndical et socialiste, Largo Caballero est écarté du gouvernement après le soulèvement de Barcelone en mai 1937. Refusant de procéder à la dissolution du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) comme le demandaient avec insistance les communistes, incarnation de l’aile gauche du courant socialiste, il est alors remplacé par Juan Negrin, socialiste de l’aile droite, considéré comme plus favorable aux communistes. Amer, sans plus d’influence, Largo Caballero parvient à rejoindre la France lors de l’effondrement de la République. Après avoir été interné dans le camp de Saint-Cyprien, il est arrêté par les autorités françaises qui le livrent aux Allemands. Déporté au camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, dans la banlieue berlinoise, durant toute la guerre, il parvient à survivre dans ces conditions sous-humaines. Très diminué, il rentre en France et meurt en mars 1946. Il a alors 72 ans.

Évidemment, dans le très court format du texte, il était difficile d’envisager une analyse un tant soit peu poussée de l’évolution politique assez radicale que connut ce militant (d’une fraction importante du socialisme espagnol plus largement et même du socialisme européen). Un tel développement aurait pourtant donné une dimension plus dense à ce qui s’apparente à une notice biographique élargie. En fait foi la bibliographie qui, si elle fournit des titres sur le POUM, la CNT, le PCE, ne suggère aucune piste de lecture sur le PSOE, qui fut pourtant le parti de Largo Caballero.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *