Eric Dupin, La France identitaire. Enquête sur la réaction qui vient, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2017, 216 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le journaliste Eric Dupin a choisi de se livrer à une investigation autour d’un thème crucial de notre époque, celui de l’identité nationale. Crucial dans la mesure où il connaît un retentissement politique et médiatique particulièrement large, et déborde les frontières de l’extrême droite où il avait d’abord incubé. Pour ce faire, il a mené des entretiens avec la plupart des personnalités qu’il évoque, et rassemblé une bibliographie partielle sur le sujet. Les organisations ou mouvances évoquées sont pour la plupart bien connues : le site FdSouche, défenseur d’un communautarisme blanc ; Génération identitaire, groupe militant axé sur la communication médiatique et partisan de la remigration ; Renaud Camus et son fameux « Grand Remplacement » ; Alain de Benoist, dont les conceptions anti-universalistes sont plutôt bien exposées (la mondialisation et l’universalisme se voyant assimilés dans une démarche grossière), tout comme son respect proclamé des différences culturelles ayant tendance à verser dans la pétrification relativiste et son espoir d’une Russie pouvant s’opposer à cette involution ; Alain Finkielkraut et la défense d’un « mode de vie français » ; les essayistes médiatiques Eric Zemmour ou Ivan Rioufol, jusqu’au positionnement des candidats Nicolas Sarkozy et François Fillon pour la primaire de la droite. La gauche n’est pas oubliée, même si un seul chapitre sur dix lui est dédié. C’est bien sûr le PIR (Parti des indigènes de la République) qui est privilégié, sa « conception racialiste » (p. 166) faisant pour Eric Dupin miroir d’avec l’extrême droite. Le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), nettement plus institutionnalisé, est également critiqué, mais plus succinctement.

La France identitaire a donc toutes les apparences d’un exposé de vulgarisation permettant à tout un chacun de se familiariser avec un courant de pensée progressant dans le sens d’une forme d’hégémonie. Néanmoins, l’ouvrage souffre de deux faiblesses majeures. La première est son caractère lacunaire. Non seulement Eric Dupin ne prend pas en compte certains individus ou organisations importantes (Dieudonné et Riposte laïque, à titre d’exemples significatifs), mais il demeure dans le cadre hexagonal, négligeant recul et approfondissement (géographique ou historique). Le seul chapitre proposant une certaine épaisseur chronologique ne remonte pas au-delà des années 1960, avec le tournant impulsé par Europe-Action puis le GRECE1. Certaines passages isolés laissent pourtant entrevoir les germes d’une telle analyse : ainsi de l’itinéraire de Finkielkraut, de la critique de Mai 68 à celle de la modernité, mais sans la relier en une véritable prosopographie réactionnaire2.

L’autre défaut significatif tient au positionnement même de l’auteur. A plusieurs reprises, en effet, son ambiguïté vis-à-vis de certaines des thèses identitaires peut faire penser à une relative complaisance. Outre des formulations plus que contestables3 (« Les « Français de souche » ont le droit d’être nommés » (p. 32), « Lutter contre le racisme en niant l’existence des races revient, il est vrai, à placer le combat sur un plan purement moral. » (p. 95), alors qu’il s’agit d’un point de départ scientifique), il défend la création de « statistiques ethniques » et souhaite l’apparition de whitness studies, comme aux États-Unis4, autant d’éléments qui semblent plus enclins à amplifier l’emprise de la question identitaire qu’à l’éteindre. Dans la même logique, il réserve ses critiques à Roger Martelli, lui qui défend l’égalité contre l’identité, préférant pour sa part entrer dans ce qu’il appelle « la confrontation identitaire » (p. 160). Concernant les données strictement factuelles, il est donc préférable de s’orienter sur les Dictionnaires de Jacques Leclercq, publiés chez L’Harmattan (tout au moins concernant l’extrême droite)5.

1Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne.

2Voir, pour alimenter cette réflexion, Michael Scott Christofferson (Les Intellectuels contre la gauche) ou François Cusset (La Droitisation du monde).

3Nous pouvons également relever un usage inapproprié du terme d’entrisme (p. 120), tendance malheureusement généralisée : dans la mesure où l’entrisme ne se conçoit pas sans le « sortisme », l’utiliser pour désigner l’investissement des militants identitaires dans le FN afin d’y acquérir une influence déterminante se rapprocherait davantage du « noyautage ».

4Il va jusqu’à estimer que « (…) la fracture ethnique explique, pour une part non négligeable, pourquoi les idées socialistes ne se sont pas acclimatées aux États-Unis » (p. 188), affirmation péremptoire pour le moins contestable, pour qui connaît un tant soi peu l’histoire du mouvement socialiste, communiste et révolutionnaire de ce pays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *