Jérôme Baschet, Adieux au capitalisme. Autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, Paris, La Découverte, collection « La Découverte / Poche », 2016 (édition originale en 2014), 208 pages, 8,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est une forme de synthèse que propose l’historien engagé Jérôme Baschet, une synthèse d’un certain état de la pensée révolutionnaire en ce début de XXIe siècle. Chercheur de référence sur le Moyen Âge (citons en particulier La Civilisation féodale : de l’an mil à la colonisation de l’Amérique), il a également suivi de près l’insurrection et le mouvement zapatiste, dont il a d’ailleurs tiré plusieurs livres.

Son essai débute par un constat, celui d’un regain d’anticapitalisme sensible depuis 1995 et le début des années 2000. A cet égard, il remet en cause à la fois l’idée d’un effondrement inéluctable et objectif du capitalisme, tout comme la possibilité, illusoire à ses yeux, d’une réforme de l’intérieur du système. Son remplacement est donc à ses yeux une exigence avant tout rationnelle et éthique. C’est ce qui le conduit à dresser un tableau de l’état du capitalisme contemporain. Écartant toute éventualité d’une résurrection d’un ordre keynésien, il souligne les principales caractéristiques de ce stade néo-libéral : un État toujours actif, mais totalement soumis au marché ; un travail en mutation, mais toujours conditionné par les impératifs du profit ; une marchandisation accrue du monde, nécessaire pour trouver des débouchés à des capitaux en inflation permanente ; le développement de pathologies individuelles, symptôme d’un dérèglement des corps et des esprits ; enfin, et c’est à ses yeux un enjeu majeur, l’incapacité du capitalisme de surmonter la crise écologique et ses promesses de destruction.

Vient ensuite l’alternative possible, qui se décline en trois thèmes principaux. Il y a d’abord l’autonomie politique. S’inspirant essentiellement du mouvement zapatiste, Jérôme Baschet renoue avec une filiation libertaire, en mettant au cœur d’un nouveau système politique la commune. Les fonctions politiques y seraient assumées en rotation, sans rémunération, générant une plus grande lenteur des décisions, mais réduisant de la sorte l’écart entre représentant et représenté. Viendraient ensuite des assemblées sur des territoires plus étendues, en une pyramide de « conseils ». Le schéma est relativement classique, et ne peut s’entendre que sur une base sociale de coopération. Toute idée d’avant-garde dirigeante est de la sorte écartée, tout comme l’héritage léniniste. Suivant ce modèle à échelle réduite, il accorde priorité au local, en une forme d’humilité utopique, et estime que l’alternative sera plurielle, la modernité occidentale devant se croiser avec les apports des cultures traditionnelles. L’optique est ici décroissante, puisque la sphère productive devra faire l’objet de réductions drastiques (industries d’armement, publicité, banques et assurances, etc…), ce qui aura pour bénéfice de réduire et les dépenses énergétiques, et le temps de travail (l’auteur l’évalue à une fourchette comprise entre 20 et 30h hebdomadaires).

S’inspirant davantage d’Ivan Illich que de Karl Marx, Jérôme Baschet prône également une dé-spécialisation des individus, leur permettant une plus grande diversité des activités, avec quelques exceptions (la santé plus que l’école, par exemple). La fin de la valeur, cardinale dans le capitalisme, entraînera donc à ses yeux la fin du productivisme. Enfin, et cela rejoint cette pluralité des possibles, l’universalisme doit se métamorphoser, unifiant le meilleur de celui des Lumières avec l’inspiration des indigènes d’Amérique latine en particulier, ce qu’il résume dans la notion de « bien vivre » (c’est-à-dire en solidarité et en respectant un équilibre avec la nature). Pour cette désoccidentalisation de l’universalisme, qui ressemble fort à ce que défendait Jack Goody dans Le Vol de l’histoire1, Jérôme Baschet, comme tout au long de son essai, cherche à rester nuancé et prudent2 ; néanmoins, son principe d’un universalisme en construction, respectant la diversité des cultures, nous semble en retrait par rapport aux valeurs classiques d’émancipation. On lui préférera sa critique sans concession de l’idée de nature humaine, très inspirée de celle de Marshall Sahlins (La Nature humaine : une illusion occidentale), qu’il associe à l’affirmation et donc à la pérennisation du capitalisme.

La dernière partie de la réflexion porte sur une dimension cruciale, celle des moyens permettant de faire advenir ces propositions d’alternative. Dans son souci de synthèse par dépassement, Jérôme Baschet souhaite transcender les deux scénarios que sont la prise du pouvoir d’État, ou « Grand Soir »3, et la construction de foyers de résistance au quotidien, censés essaimer peu à peu et faire racornir de l’intérieur le capitalisme. Il défend ainsi à la fois les actions modestes (moins consommer, moins travailler, développer la coopération et la critique) et la nécessité d’actions collectives de plus grande envergure, réactivant principalement l’idée de grève générale par en bas. Mais cette hypothèse demeure, comme chez Eric Hazan4, trop floue, trop vague, se terminant qui plus est par l’espoir d’une aide dans ce combat contre le capitalisme de la « Terre-Mère » elle-même…

En l’état, Adieux au capitalisme capture bon nombre d’idées ayant une audience certaine dans les rangs des extrême gauches révolutionnaires actuelles, tout en incarnant également leur caractère incomplet, d’autant que l’analyse de la réalité contemporaine fait silence sur les considérations géopolitiques, par exemple.

1Voir sa recension sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/2656

2« De fait, l’effort pour construire un universalisme concret chemine sur une ligne de crête étroite, entre une homogénéisation destructrice de la diversité et des particularismes essentialisants. » (p. 134).

3A cet égard, il commet une erreur majeure à la page 155, en considérant que c’est là un scénario qui intervient lorsque la situation est jugée objectivement mûre, ce qui tendrait à conduire à une attente sans fin et une acceptation subséquente du présent. Or, l’exemple symbolique qu’il cite, celui de la prise du palais d’hiver (à Petrograd, en octobre 1917), est l’exemple même d’une volonté de briser la temporalité linéaire, de ne pas respecter le déroulement censément objectif de l’évolution – tel que les mencheviques le défendaient, par exemple – en privilégiant une vision mondiale.

4Voir son essai La Dynamique de la révolte, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6135


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *