Jean-Jacques Marie, La Guerre des Russes blancs. L’échec d’une restauration inavouée (1917-1920), Paris, Tallandier, 2017, 528 pages, 24,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Jacques Marie, historien confirmé de la Russie et spécialement de la période soviétique, avait déjà livré il y a douze ans un ouvrage sur La Guerre civile russe, récemment réédité en format poche. Cette fois, c’est au versant blanc qu’il s’intéresse tout particulièrement, composante du camp anti-bolchevique qu’il distingue, en préambule, des socialistes-révolutionnaires ou des mencheviques. L’exposé se concentre donc principalement sur les armées menées par Denikine, Koltchak, Ioudenitch et Wrangel. Le qualificatif de « Blanc », qui proviendrait de la tradition monarchiste, constitue une sorte de fil rouge du livre, la revendication formelle de Constituante avancée par tous ces leaders dissimulant en fait des préférences personnelles pour un retour à un système monarchique, en lien avec la restauration d’une Russie traditionnelle « une et indivisible ».

La préhistoire de la guerre civile débute lors de la Première Guerre mondiale, à travers la défiance, dès les premiers jours de la mobilisation générale, entre les appelés et les autorités ainsi que leurs officiers. Des considérations utiles, qui ne constituent qu’un élément d’une généalogie plus profonde, ce que Jean-Jacques Marie rappelle en évoquant régulièrement la vigueur des haines sociales dans l’empire russe. La guerre civile proprement dite émerge selon l’auteur à l’été 1917, ce qui nous semble tout à fait justifié1. Le récit est factuel, solide et classique, usant de témoignages souvent saisissants. L’accent est mis, à partir de la constitution de l’Armée des volontaires dans la région cosaque du Don, fin 1917, sur la férocité déployée par les Blancs durant ces premiers mois d’affrontement contre les Rouges (de la déclaration de Kornilov refusant de faire des prisonniers à la terreur exercée en Finlande révolutionnaire), supérieure à celle des bolcheviques, à ce moment-là tout au moins (le décret sur les otages, pris par ces derniers, est d’ailleurs relativisé, exemples concrets à l’appui). Cette violence vient donc de loin, même si Jean-Jacques Marie n’utilise pas le concept de « brutalisation » élaboré par l’historien George L. Mosse. Elle s’avère véritablement séminale, y compris lors des moments souvent présentés comme les plus héroïques de la geste blanche (la campagne de glace, plutôt de boue, en réalité), avec l’exécution systématique des bolcheviques capturés. Ainsi que l’écrit le jeune Sidorine, « Tous les bolcheviks que nous prenions les armes à la main étaient fusillés sur place : un par un, par dizaines, par centaines. C’était une guerre d’extermination. » (p. 95). L’antisémitisme des troupes blanches fait l’objet d’un chapitre spécifique, les efforts ponctuels d’un Denikine pour l’enrayer n’ayant que bien peu d’effet.

Le grand nombre de révoltes « ni blanches ni rouges » fut également un élément affectant directement les armées blanches, d’autant que ces dernières, dépourvues d’un vrai système d’intendance, se servaient directement sur le pays, pillant villes et villages sur leur passage.

Si l’on peut considérer que l’apogée des armées blanches débuta avec le coup d’État de novembre 1918, qui renverse le Directoire provisoire de Sibérie à majorité socialiste-révolutionnaire, faisant de l’amiral Koltchak le Régent suprême de la Russie, c’était un climax bien fragile : le tiers du territoire de l’empire sur lequel il exerçait son contrôle s’avérait peu peuplé, et sa prise de pouvoir marqua la rupture, à bien des égards cruciale, d’avec les socialistes-révolutionnaires (SR), dont une partie finit par rejoindre l’Armée rouge. Enfin, le socle sur lequel Koltchak pouvait s’appuyer se révélait bien fragile, l’ataman Semionov ne le reconnaissant pas, les Français et les Anglais ne s’entendant pas non plus sur le sujet, sans parler de la bureaucratie vénale de son « appareil d’État ». Jean-Jacques Marie insiste d’ailleurs beaucoup sur l’incapacité des Blancs à édifier, en tous points du pays, un appareil étatique digne de ce nom, gangrené par le bureaucratisme et l’affectation de bien plus d’officiers à l’arrière que sur le front… C’est à l’été et à l’automne 1919 que les Blancs s’approchèrent au plus près de la victoire : les offensives de Ioudenitch sur Petrograd et de Denikine-Wrangel visant Moscou se combinèrent en effet, la première devant de surcroît être renforcée par une insurrection dans l’ancienne capitale même (des Blancs étant en effet infiltrés jusque dans l’Armée rouge). L’échec se transforma en véritable déconfiture, Ioudenitch subissant l’humiliation d’un désarmement, parfois même d’un emprisonnement, de ses troupes restantes, une fois de retour dans les pays baltes.

Le pouvoir de Koltchak fut pour sa part sapé par les nombreuses révoltes paysannes, ce qui nous vaut des pages très fortes, aux descriptions dantesques, sur la retraite des militaires et des civils vers l’est. Durant cet épisode, les légionnaires tchèques firent preuve d’un égoïsme forcené, livrant Koltchak contre quelques wagons de charbon, et réinvestissant le fruit de leurs pillages au pays, en créant la Legiobank… Le dernier acte de la guerre civile blanche se déroule en Crimée, bastion du baron Wrangel durant l’année 1920. A cet égard, Jean-Jacques Marie discute le roman uchronique de Vassili Axionov, L’Île de Crimée, qui imaginait le maintien d’une société libérale sur une Crimée devenue île, au large de la Russie soviétique2. Il insiste ainsi sur les doutes manifestés par Wrangel sur la possibilité de se maintenir sur place, et les difficultés considérables qu’il doit y affronter (spéculation effrénée, inflation galopante, révoltes, réforme agraire partielle et insatisfaisante…). Fort intéressant également, le chapitre consacré aux évolutions ultérieures des combattants blancs, certains s’exilant en Amérique latine, là où d’autres s’engagèrent aux côtés de Franco durant une autre guerre civile. Il est seulement dommage que l’écriture d’une histoire « blanche », ainsi que le regard porté sur eux, en Russie et hors de Russie, au fil des décennies, n’aient pas également fait l’objet d’une étude à part entière.

De ce tableau de la guerre civile, on retiendra en particulier une certaine méfiance à l’égard des chiffres avancés par certains témoins ou acteurs, et l’importance de la dimension sociale, première selon Jean-Jacques Marie dans la défaite des Blancs, eux qui ne cherchèrent jamais véritablement à comprendre la politique bolchevique, l’enthousiasme sincère qu’elle a pu susciter, ainsi que le soutien, malgré tout, des paysans, attachés à une « révolution agraire » permise par Octobre. Demeurant prisonniers d’un ordre ancien dont ils souhaitaient, envers et contre tous (les paysans surtout, justement), le rétablissement, leur horizon d’attente n’existait tout simplement pas.

1Voir sur ce point et pour une autre histoire de cette période cruciale, notre recension d’Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe, 1917-1922, dans ce dossier du blog de Dissidences.

2Sur les uchronies centrées sur la révolution russe, nous nous permettons de renvoyer à notre article du volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *