Dominique Venner, Les Blancs et les Rouges. Histoire de la guerre civile russe, 1917-1921, Monaco, éditions du Rocher, 2010 (1997 pour la première édition), collection « Document », 528 pages, 26,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En langue française, les travaux consacrés à la guerre civile russe sont nettement plus rares que ceux dédiés à la prise du pouvoir d’octobre 17, comme nous l’avons déjà souligné. En dehors des synthèses dans des ouvrages plus généraux – comme par exemple chez Orlando Figes, La Révolution russe1 – et des écrits d’acteurs de la période, on peut seulement citer deux ouvrages de Jean-Jacques Marie, La Guerre civile russe (Tallandier, 2015) et La Guerre des Russes blancs. L’échec d’une restauration inavouée (1917-1920) (Tallandier, 2017), celui d’Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe (1917-1922) (Perrin, 2017), et celui de Dominique Venner (initialement publié chez Pygmalion), dont l’appartenance aux milieux de l’extrême droite païenne n’était un mystère pour personne2. Cela leste malheureusement son étude d’un parti pris très appuyé, et d’un manichéisme prononcé.

Dominique Venner cite en effet à foison les massacres et autres horreurs perpétrés par les Rouges, tandis que celles des Blancs sont curieusement gommées : rien par exemple sur la répression blanche menée en Finlande, début 1918, et il faut attendre la page 364 (sic !) pour en voir listés un certain nombre, et ce pour souligner la volonté d’éradiquation manifestée par Wrangel. Il y a là un biais prononcé qui gêne évidemment l’appréhension de l’ensemble du livre, d’autant que des erreurs de faits sont bien repérables : ainsi, Trotsky ne séjourna pas aux États-Unis sous Stolypine, et les gardes rouges n’émanent pas du soviet de Petrograd3. Autre défaut majeur, l’absence de référencement systématique des citations, ce qui jette un doute sur la plupart d’entre elles. Lorsque Lénine, par exemple, est supposé avoir déclaré que « La Révolution n’a pas besoin d’historiens… » (p. 231), la parenté est forte avec la réplique assénée pendant la Révolution française à Lavoisier (« La Révolution n’a pas besoin de savants ») ; on sait en outre que cette dernière est finalement apocryphe. Autre caractéristique du livre de Dominique Venner, une préférence marquée pour l’armée tsariste (négligeant le poids de sa discipline d’ancien régime), ses officiers en particulier, ainsi que pour les idées slavophiles. Les premiers chapitres de son livre, qui précèdent donc le déclenchement de la guerre civile, sont surtout consacrés à l’armée, à ses opérations durant la Première Guerre mondiale, et à la fragilité du pouvoir impérial. Mais sur son renversement, c’est la vision complotiste qui l’emporte chez l’auteur, les manœuvres des libéraux étant d’après lui à la source de la révolution de février, comme plus tard les bolcheviques derrière les jacqueries de 19174. Il n’est donc guère surprenant de voir que son image des foules révoltées est surtout négative, dans la plus pure tradition du discours réactionnaire sur les révolutions ; certains passages ressemblent même à des reconnaissances d’un discours antisémite (p. 118-119 par exemple).

Pour autant, sur l’exposé des opérations militaires, sur les différences, forces et faiblesses des Rouges et des Blancs (la vigueur des premiers opposée à la résignation de bien des seconds, entre autres), la formation de l’armée rouge (le talent militaire de Trotsky est souligné), voire certains éléments contextuels5, le travail de Dominique Venner n’est pas dénué d’intérêt. Parmi les points qu’il met en valeur, le plan imaginé par le général allemand Hoffman, début 1918, visant à écraser le pouvoir bolchevique et à instituer un nouveau gouvernement dont le Reich pourrait se faire un allié en lui accordant de meilleures conditions de paix qu’à Brest-Litovsk, est fort intéressant. Son récit de la guerre civile proprement dite débute avec la formation, dès la fin 1917, d’un premier noyau blanc dans la région cosaque du Don, réunissant Alexeiev, Kornilov et Kaledine, et aboutissant à la prise temporaire de Rostov (reprise par les rouges dès février 1918). Il se clôt par la capture du baron Ungern et son exécution, fin 1921, après l’essai, visiblement insensé, de former une Grande Mongolie comme barrage au bolchevisme ! Sur la question des interventions alliées, Dominique Venner tend à relativiser leur importance, tandis que ses descriptions sur la complexité de la situation en Sibérie sont précieuses (pages 290, 312 et 313), et son évocation de la retraite blanche à la fin de l’année 1919, au cours de laquelle énormément de civils trouvèrent la mort, est saisissante. Parmi les chefs blancs, sa préférence va clairement à Wrangel et à sa République blanche de Crimée, qui à ses yeux incarnait une véritable alternative au pouvoir bolchevique. On aurait toutefois aimé qu’un ultime chapitre soit consacré à l’impact de la guerre civile sur le long terme, en URSS et dans le monde, ainsi qu’aux parcours ultérieurs de ses principaux acteurs, au lieu d’un nouveau réquisitoire anti-communiste, faisant de la guerre civile russe la matrice de la « guerre totale moderne » (p. 425). Dernier défaut du livre, l’absence de cartes, une aberration pour une histoire de ce type.

1Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €, dont on peut lire notre compte rendu sur ce blog de Dissidences, https://dissidences.hypotheses.org/8146

2Dominique Venner, après avoir appartenu à l’OAS, puis au groupe d’ultra droite Europe action, participe à la création du GRECE, laboratoire d’idées de la Nouvelle droite. Il est l’auteur de nombreux livres d’histoire sur les Corps francs, le fascisme, la Collaboration, les armes, etc., dans une perspective de remobilisation du « monde blanc européen ». Il se suicide en 2013.

3Voir sur ce point la recension du livre de Marc Ferro, Des Soviets au communisme bureaucratique : On pourrait en citer d’autres, ainsi de la simplification éhontée des positions bolcheviques sur Brest-Litovsk, qui confine à la déformation (p. 142-143).

4De même, il attribue implicitement la mort du général Doukhonine aux bolcheviques, là où son exécution semble plutôt relever d’une initiative de soldats suite à des inquiétudes dont Dominique Venner ne fait aucune mention.

5« C’est un monde où toutes les règles morales et sociales ont été pulvérisées par le cataclysme de la guerre et de la révolution. Les limites imposées aux pulsions par la culture et les conventions ont sauté, libérant des passions à l’état brut, haussant toute chose à l’exceptionnel, faisant de chaque soldat tour à tour un bourreau ou un martyr. » (p. 432).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *