Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Édition Page 2, collection « Empreinte », 2012, 138 pages, 9 € 50.

   Un compte rendu de Maud Navarre

Alors que fleurissent les ouvrages concernant le genre1, Roland Pfefferkorn propose dans cet opus synthétique une analyse critique de ce concept à la mode. Le livre se découpe en quatre chapitres dans lesquels l’auteur dresse la genèse des Gender Studies puis analyse les apports respectifs des concepts de « genre » et de « rapports sociaux de sexe ». Fidèle à la thèse soutenue dans ses précédents ouvrages2, Roland Pfefferkorn développe dans celui-ci un véritable plaidoyer en faveur de la notion française de « rapports sociaux de sexe », issue des analyses féministes matérialistes3.

Le premier chapitre s’intéresse à la volonté de rompre avec le naturalisme qui préside à l’émergence des Gender Studies. Celle-ci est illustrée par les travaux des féministes matérialistes des années 1970, à l’instar de ceux de Christine Delphy qui théorise à cette époque les rapports entre les hommes et les femmes grâce à la notion de « patriarcat ». Se fondant sur la prise en charge du travail domestique par les femmes, cette dernière analyse les rôles sexués à partir de la dialectique production/reproduction. Mais, rapidement, comme le rappelle l’auteur, ces analyses s’avèrent limitées par le développement du travail salarié des femmes. C’est pourquoi, dans les années 1980, les chercheurs féministes adoptent la notion de « division sexuelle du travail » transposable aussi bien dans l’espace domestique que dans le monde professionnel.

En parallèle, aux États-Unis, un autre concept destiné à appréhender les relations entre les hommes et les femmes se développe : le « genre ». Roland Pfefferkorn en synthétise, dans le deuxième chapitre de son ouvrage, les différentes significations prises par ce terme. Le genre désigne initialement la part sociale (ou culturelle) du sexe, suivant les analyses qu’en livre Ann Oakley. Cette dernière est la première chercheuse à en donner une définition, parachevant ainsi les travaux pionniers de John Money ou encore du psychanalyste Robert Stoler, sur les « gender identities » et « gender roles » destinés à rompre eux aussi avec l’idée de nature. Dans la deuxième acception du terme évoquée par Roland Pfefferkorn, le genre fait référence à un processus social à travers les travaux de Gayle Rubin ou encore Judith Lorber et Joan Acker. Ces chercheuses introduisent l’idée d’un système de genre produisant des organisations elles-mêmes « genrées ». Le genre devient alors une structure sociale garantie par des institutions. Par exemple, ces auteures montrent que dans les organisations, un ensemble de règles a priori neutres favorise toutefois les hommes et exclut les femmes. En France, à cette même période, Colette Guillaumin évoque pour sa part la notion de « sexage » pour désigner, un peu comme l’esclavagisme, le processus d’appropriation des femmes par les hommes dans la sphère privée et, plus globalement, dans l’ensemble de la société. Le genre renvoie également, dans une troisième acception, à la construction sociale du biologique (le sexe), notamment sous la plume de la philosophe Judith Butler, au début des années 1990. L’auteure prend de la distance quant aux thèses de l’assignation sexuée de Gayle Rubin en introduisant l’idée de performativité des rôles de genre : s’il y existe des contraintes sociales générant le masculin et le féminin, chacun dispose d’une relative liberté lui permettant de respecter plus ou moins les répertoires sexuels préconisés par la société. Ce travail pour contrer l’essentialisation des identités genrées ouvre alors la porte aux théories Queer qui présentent la classification binaire en masculin et féminin comme une construction sociale. Cependant, et c’est surtout cette dernière dimension qui intéresse Roland Pfefferkorn, le genre désigne aussi des rapports de pouvoir dans les travaux de l’historienne Joan Scott. Au milieu des années 1980, cette auteure analyse le genre comme un système d’antagonismes. Le masculin et le féminin sont définis de manière relationnelle et suivant les contextes spatio-temporels. Cette acception contribue alors à rapprocher sensiblement le genre de la notion de « rapports sociaux de sexe ».

Avant de présenter les enjeux théoriques de ce concept français, Roland Pfefferkorn se livre, dans le troisième chapitre, à quelques critiques concernant la notion anglo-saxonne de genre. La polarisation sur le discours amène tout d’abord à s’intéresser davantage au symbolique et aux représentations du masculin et du féminin qu’à leurs aspects matériels. L’oubli du contexte et, plus globalement, de l’historicité des relations entretenues par les hommes et les femmes risquent par ailleurs de conduire à une nouvelle essentialisation, d’autant plus lorsque persiste l’idée d’un sexe biologique imperméable aux rapports sociaux. Enfin, l’évacuation de la dimension antagoniste du genre générant une relation asymétrique conduit, selon Roland Pfefferkorn, à des analyses erronées, notamment dans le domaine de la sociologie du couple et de la famille. Dans certaines de ces études, en effet, les hommes et les femmes sont considérés comme des contractants égaux alors qu’il n’en est rien.

C’est pour cette raison que Roland Pfefferkorn défend, dans un dernier chapitre, la notion de « rapports sociaux de sexe » afin d’appréhender les relations entre les hommes et les femmes. Refusant la thèse du « retard français » en matière d’adoption du concept de genre, l’ouvrage défend plutôt l’idée d’une autre voie empruntée par les études féministes : celle de l’analyse des « rapports sociaux de sexe », s’inscrivant dans la droite lignée des analyses marxistes. Ainsi, très tôt, des études sur les femmes se sont développées à l’instar des travaux pionniers de Madeleine Guilbert sur les fonctions des femmes dans l’industrie en 1966. Et si l’on ne parle pas – ou très peu – de « genre » jusqu’à la fin des années 1990, c’est parce qu’un autre angle d’approche domine, s’inspirant de la notion de division sexuelle du travail : l’analyse des « rapports sociaux de sexe ». Elle place le travail au cœur du système des inégalités entre les hommes et les femmes. Ce dernier est à la fois le levier de la domination masculine et, en même temps, de l’émancipation des femmes. Par ailleurs, la notion permet de ne pas essentialiser le féminin et le masculin en postulant une tension entre les êtres humains, constructrice de la vie en société et capable de reproductions comme de changements. Ainsi, l’idée de contingence est inhérente au concept de « rapports sociaux de sexe ». Ce dernier invite à la comparaison historique et spatiale (d’une société à l’autre). En outre, il permet de prendre en compte à la fois les déterminants structurels et les libertés individuelles. Face aux contraintes sexuées, tous les individus ne réagissent pas de la même manière. Certains les acceptent et d’autres les refusent, voire essaient de les changer. Les individus sont à la fois les agents et les acteurs des « rapports sociaux de sexe », ce qui invite donc à s’intéresser aux modalités de construction des marges de liberté et d’action individuelles. Enfin, la notion de rapports sociaux de sexe permet de faire le lien avec d’autres rapports sociaux sévissant dans la société, à l’instar de ceux de classe et de « race », et de s’y intéresser. Les rapports sociaux sont consubstantiels : ils agissent les uns sur les autres, structurent ensemble la totalité du champ social et tenir compte de leur imbrication dans la construction de l’ordre social fait toute l’originalité du concept aux yeux de l’auteur. Cet entrecroisement est d’autant plus important en ce qui concerne les rapports sociaux de sexe que, contrairement aux autres groupes dominés, les femmes sont moins ségréguées dans l’espace social.

Cet ouvrage de synthèse apporte ainsi un point de vue critique sur les Gender Studies. Contre l’omniprésence du genre et les déformations que la notion subit, Roland Pfefferkorn rappelle l’intérêt historique de certains concepts tels que celui de « rapports sociaux de sexe ». L’ouvrage, facile d’accès, intéressera les novices, comme les plus avertis, de ces questions. Il soulève toutefois quelques interrogations, par exemple, celle de la pertinence actuelle de la distinction des notions de genre et de « rapports sociaux de sexe ». En effet, la notion de genre telle qu’elle est définie par Joan Scott à partir des années 1980 finit par recouvrir une acception similaire à celle de « rapports sociaux de sexe ». Et si, effectivement, le second terme semble plus explicite que le premier, on peut cependant se demander dans quelle mesure il est encore pertinent d’établir une distinction aujourd’hui. Certaines études semblent d’ailleurs avoir dépassé ce clivage en proposant des analyses en termes de « rapports sociaux de genre »4. De plus, la notion de « rapports sociaux de sexe », inspirée des rapports sociaux de classes, telle qu’elle est analysée dans cet ouvrage, ne prend pas en compte la question, pourtant cruciale pour les analyses d’inspiration marxiste, relative à la conscience d’appartenir à un groupe social déterminé. Dès lors, on peut se demander s’il est nécessaire d’utiliser ce vocable dans la mesure où l’unité et l’antagonisme des groupes « femmes » et « hommes » ne sont pas nécessairement avérés. Ne serait-il pas plus pertinent d’employer un vocabulaire plus « apaisé » à l’instar des approches dites « relationnelles » du genre, sans retomber toutefois dans le piège de l’essentialisation à travers l’idée de complémentarité des sexes5 ? Enfin, ces définitions relativement proches du genre et des rapports sociaux de sexe invitent à s’interroger en même temps sur les influences réciproques des deux traditions de recherche, notamment dans la période précédant l’adoption en France du concept de genre. Autant de questions auxquelles il est de toute façon difficile de répondre dans un ouvrage qui se veut, avant tout, une synthèse brève et originale des Gender Studies.

1 Voir par exemple Bereni L., Chauvin S., Jaunait A., Revillard A., Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, collection « Ouvertures politiques », 2008, 246 p. ; Guionnet C., Neveu E., Masculin/féminin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, collection « U », 2009 (2004), 430 p. ; et, plus récemment, Clair I., Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, collection « 128 », 2012, 128 p.

2 Notamment Pfefferkorn R., Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2007, 413 p.

3 Notamment les études de Danièle Kergoat dont on pourra trouver un panorama dans son dernier ouvrage, Kergoat D., Se battre disent-elles, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde », 2012, 353 p.

4 Entre autres, voir Fillieule Olivier et Roux Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po., 2009, 361 p.

5 Telle est l’ambition par exemple d’Irène Théry : Théry I., La distinction de sexe. Une nouvelle approche de l’égalité, Paris, Odile Jacob, 2007, 688 p. ; Théry I., « Le genre : identité des personnes ou modalité des relations sociales ? », Revue française de pédagogie, n° 171, avril-mai-juin 2010, p. 103-117.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *