Victor Loupan, Une Histoire secrète de la révolution russe, Monaco, Éditions du Rocher, 2017, 196 pages, 17,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le centenaire de la révolution russe, qui est assurément un événement éditorial, voit les maisons d’éditions publier quelques ouvrages inédits ou reproposer d’anciens titres épuisés. Comme pour les anniversaires décennaux de Mai 68, aucune maison ne souhaite rester à l’écart, et les choix faits à cette occasion ne peuvent manquer d’être parfois hasardeux. C’est particulièrement le cas de ce livre de Victor Loupan, chantre de la religion orthodoxe et auteur de plusieurs ouvrages sur L’Argent de Moscou (1994), Nicolas II, le saint tsar (2001) ou même en réponse aux romans de Dan Brown, le Da Vinci Code et Anges et Démons. Dans son nouveau livre, il revendique un souci de réalité, souhaitant dévoiler la vraie nature de la révolution russe, « l’horreur » (p. 164). Ce que l’on découvre surtout, c’est un auteur peu soucieux de véracité historique et de déontologie historienne.

D’abord, la relecture est clairement déficiente, laissant des erreurs élémentaires : le sens du sigle URSS (p. 8), énoncé dans un ordre erroné, Trotsky signant le traité de Brest-Litovsk, ou Lénine n’étant jamais retourné en Russie entre 1898 et 1917, alors qu’il était revenu dans l’empire à l’occasion de la révolution de 1905. On peut également citer une théorie du « remplacement » énoncée par Trotsky et Parvus, consistant dans l’arrivée au pouvoir du prolétariat, mais qui n’a jamais existé… Mais le plus grave n’est pas là. Victor Loupan, en effet, non content de citer des déclarations ou des citations jamais référencées avec précision1, colporte des ragots, des rumeurs, comme sur Alexandra Kollontaï maîtresse de Lénine. Surtout, il privilégie une vision souvent complotiste des événements. Il met d’abord l’accent sur Trotsky, davantage que sur Lénine, et derrière la figure du premier, il voit surtout l’influence d’Alexandre Parvus (1867-1924), dont il fait le « vrai patron du mouvement révolutionnaire européen » (p. 52) au début du XXe siècle. Les manœuvres géopolitiques et les intérêts économiques sont également avancées, puisque Trotsky, ayant bénéficié de l’argent allemand2 et étatsunien (celui du banquier Jacob Schiff, fantasme de nombreuses thèses complotistes et antisémites, en particulier), aurait mené une action rejoignant dans sa finalité les buts des milieux politiques et d’affaire capitalistes : la mise en place d’un « mondialisme ». La révolution de février 1917 est d’ailleurs explicitement présentée comme le résultat d’un complot des puissances occidentales contre le tsar (p. 69). On est ici dans les mêmes eaux que la pseudo étude d’Anthony Sutton, Wall Street et la révolution bolchevique3. Trotsky, toujours, est aussi le responsable des journées de juillet 17 à Petrograd (il aurait été le chef des bolcheviques de la capitale durant cet été), le véritable père de la prise du pouvoir en octobre 17, Lénine étant finalement « davantage spectateur qu’acteur » (p. 80)4. C’est lui, encore et toujours, qui aurait inventé le communisme de guerre. Ce rôle d’incarnation du cynisme et de l’amoralisme révolutionnaire endossé bien malgré lui par Trotsky ne s’embarrasse donc d’aucune limite, puisqu’il aurait même organisé, avec la complicité de sa femme Natalia, un trafic d’œuvres d’art russes, pillées puis revendues aux frères Armand et Victor Hammer… sans que l’on ne sache, d’ailleurs, où serait passé l’argent ainsi gagné. Autre perle savoureuse, l’affirmation d’un testament de Lénine écrit par sa veuve afin de favoriser Trotsky, ce dernier s’étant tenu à l’écart des funérailles de Lénine dans l’espoir qu’on ferait appel à lui comme l’homme providentiel : on sait qu’en réalité, le « testament » fut bien dicté par Lénine, en plusieurs étapes, et que l’absence de Trotsky résulta d’une manœuvre de Staline autour de la date prévue pour les obsèques. Inutile de dire que pour la totalité de ces affirmations, aucune preuve tangible ou déterminante n’est avancée, et pour cause.

En dehors de la révolution russe et de la guerre civile, Victor Loupan aborde également le stalinisme, concluant à la vanité d’un Trotsky convaincu de son accession prochaine à la tête de l’État après la guerre civile5, et finalement « doublé » par Staline. La dernière partie du livre se penche sur la terreur, et si les témoignages cités sont intéressants (mais quelle fiabilité leur accorder, sous la plume d’un tel auteur ?), la conclusion est prévisible : la responsabilité bolchevique est entière, sans contextualisation approfondie (il idéalise la société russe tsariste, p. 188, « si pieuse et si décente » – sic), et les actes des Blancs sont aussi rejetés (il en fait des précurseurs du fascisme). De manière plus générale, les masses laborieuses ont surtout été victimes de la propagande d’agitateurs dangereux, à commencer par Gapone, qui endosse sous sa plume la responsabilité des morts du « dimanche rouge », et c’est du cerveau de Trotsky, épaulé par Parvus (encore !), que serait issue l’idée des soviets ! Victor Loupan, qui en conclusion n’hésite pas à tracer un parallèle entre bolchevisme et islamisme, prétendument unis dans l’amour de la mort (!), déplore l’existence de cette fièvre révolutionnaire, mais fataliste, pense qu’elle est inévitable6.

Alors que tant d’études pionnières, d’histoire sociale ou culturelle, attendent d’être traduites, comment ne pas rester pantois devant l’édition de tels ouvrages ?

1La bibliographie utilisée est essentiellement russe, sous le prétexte discutable que les auteurs russes seraient les mieux placés pour travailler sur ce sujet (ils sont qualifiés de « seuls véritables spécialistes de la question », p. 177), alors que la production anglo-saxonne, prolifique, est totalement délaissée.

2Il aurait été un agent au service de l’Allemagne déjà à l’époque des guerres des Balkans, dans le cadre de son statut de correspondant de presse…

3Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/8005

4Nous nous permettons de citer ces lignes, significatives du sérieux de l’approche : « En un clin d’œil, le palais d’Hiver où siège le gouvernement provisoire est pris d’assaut, tout comme les bâtiments clefs de la capitale : ministères, gares, télégraphe, postes de polices, casernes, etc. Trotski est seul aux commandes. Quand Lénine arrive enfin à Petrograd, tout est terminé. Le pouvoir est entre les mains des bolcheviks et des soviets qu’ils contrôlent. Ni Lénine ni Staline ne joue [sic]de rôle dans l’avènement victorieux de la révolution d’Octobre. Ou, du coup d’État bolchevik, ce qui revient au même. » (p. 124).

5Il est d’ailleurs « Plongé dans une vie de repos et de loisirs (…) » (p. 132) : la lecture des biographies d’Isaac Deutscher ou Pierre Broué suffit à faire justice d’une telle affirmation gratuite autant que stérile.

6On pourrait là tracer un parallèle avec la vision de Luc Mary dans ses uchronies autour de la révolution russe. Voir mon article « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) », in Dissidences volume 16 « L’extrême gauche saisie par les lettres », Latresne, Le Bord de l’eau, 2017, à paraître.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *