Karl Marx, Abraham Lincoln, Une révolution inachevée. Sécession, guerre civile, esclavage et émancipation aux États-Unis, introduction de Robin Blackburn, Paris, Syllepse, Montréal, M éditeur, 297 pages, 2012, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage se présente comme une anthologie de textes du président abolitionniste des États-Unis Abraham Lincoln. Anthologie assez limité, en fait, puisque la première section ne présente que le premier discours d’investiture (4 mars 1861), la proclamation de l’émancipation (1er janvier 1863), la déclaration de Gettysburgh (19 novembre 1863) et le second discours d’investiture (4 mars 1865), soit au total quatre textes. Assez courts de surcroît, à l’exception de la première déclaration (10 pages). La deuxième section présente des articles de Karl Marx, en particulier issus du journal dont il était le correspondant européen, le New York Daily Tribune, mais surtout de la presse allemande (Die Presse), puis trois contributions sur l’esclavage (une lettre à Annenkov, un très court extrait de La Nouvelle Gazette rhénane, ainsi que quelques extraits du Capital). Suivent des extraits de la correspondance de Marx à divers correspondants (essentiellement Engels), les textes de Marx destinés à Abraham Lincoln (Adresse de l’AIT, la réponse de l’ambassadeur américain à l’Adresse de l’AIT, une nouvelle Adresse de l’AIT au président Johnson1). Enfin, l’anthologie se conclut par quelques textes d’Engels (un extrait d’un courrier à Joseph Weydemeyer, la préface à l’édition américaine de La situation de la classe laborieuse en Angleterre, puis un extrait d’un courrier à Rudolf Engels). D’importantes annexes complètent cette anthologie, avec glossaire des termes et des noms, une chronologie et des cartes des États-Unis, bref un indispensable et utile appareil critique pour le lecteur. Évidemment, ce recueil de textes divers et généralement éparpillés est des plus précieux sous la forme d’un seul volume, d’autant que le précédent (La guerre civile aux États-Unis, sous la direction de Roger Dangeville2) n’était pas aussi complet et, datant de 1970, est devenu quasi introuvable). Surtout, cette édition est précédée d’une importante introduction (120 pages) de l’historien anglais Robin Blackburn qui offre une mise en perspective des textes présentés.

Deux axes sont particulièrement développés dans les propos de Robin Blackburn. Tout d’abord, ce dernier rappelle les conditions dans lesquelles Abraham Lincoln3 et Karl Marx, deux hommes aux statuts et aux univers si dissemblables, se sont effectivement retrouvés sur une question rien moins qu’anecdotique, l’abolition de l’esclavage. Dans un second temps, l’historien analyse la manière dont la guerre civile (« révolution américaine inachevée ») a fortement influé sur l’évolution de la réflexion de Karl Marx et de ses camarades de la Première Internationale. Il démontre de manière assez convaincante que c’est l’action des noirs eux-mêmes qui a amené les républicains américains (Lincoln au premier chef) à se prononcer pour l’abolition de l’esclavage, ce qui n’était pas l’objectif de départ. D’ailleurs, ces dirigeants se trouvèrent fort embarrassés une fois les esclaves émancipés, au point de songer un temps de les renvoyer en Afrique et dans les Caraïbes, même si cette option fut rapidement abandonnée. Robin Blackburn offre également de très intéressantes informations sur la radicalisation ouvrière qui a suivi la fin de la guerre de Sécession, avec une véritable explosion de la lutte des classes, même si ces puissants mouvements ne débouchent pas sur la création d’un parti ouvrier. L’historien R. Archer4 considère que « la situation était caractérisée par la combinaison d’une répression féroce, du sectarisme socialiste et de la réticence des organisations ouvrières à prendre en charge les questions politiques, par crainte de créer des antagonismes parmi le nombre important de travailleurs religieux qui entretenaient des liens avec le système de partis existant » (p. 85). Ces débats dans l’historiographie étatsunienne incriminent d’ailleurs la responsabilité des marxistes dans cet échec (lire p. 91 et suivantes). Sans trancher dans ces débats, Robin Blackburn rend néanmoins hommage à Karl Marx et aux marxistes américains pour avoir « apporté leur contribution à la bataille contre le racisme blanc et pour les droits civiques. Nul autre courant politique n’a eu une attitude pareillement honorable et courageuse » (note 85, p. 101).

Ce remarquable recueil autour de la guerre de Sécession permet de mieux saisir les débats de l’époque et leurs prolongements actuels dans ce pays.

1Elle était destinée au départ de nouveau à Abraham Lincoln, mais entre son adoption et son envoi, Lincoln avait été assassiné.

2La préface de Roger Dangeville est disponible sur marxists.org.

3Sur Lincoln, on peut renvoyer à la représentation qu’en offre le film de Steven Spielberg, Lincoln, 2013.

4Robin Archer, Why Is There No Labor Party in the United States ?, Princeton, Princeton UP, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *