Laëtitia Rouxel, Roland Michon, Des graines sous la neige. Nathalie Lemel. Communarde et visionnaire, Chateaulin (29), Locus Solus, 2017, 144 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Cette bande dessinée est construite sur la base de retours en arrière, à partir de l’histoire (réelle) du tournage d’un film sur la Commune, en 1913. Le réalisateur Armand Guerra1, fait appel à plusieurs acteurs de cet épisode révolutionnaire, donnant lieu à des pages dessinées en noir et blanc, alors que l’évocation des souvenirs est proposée en couleur. La réalisation de ce film est donc l’occasion, scénaristique, de faire surgir la figure, devenue méconnue, de Nathalie Le Mel2, condamnée à la déportation avec Louise Michel en Nouvelle-Calédonie. Mais la vie de Nathalie Le Mel ne s’arrête pas à l’épisode de la Commune et c’est tout l’intérêt de cette BD de donner une épaisseur à cette femme. Intérêt d’autant plus précieux puisque aucune biographie ne lui a encore été consacrée. Cette communarde n’est pourtant pas une inconnue, car elle est bien présente dans l’ancien mais toujours incontournable ouvrage d’Édith Thomas, Les Pétroleuses3, dans une courte notice du Maitron4, dans l’Histoire des femmes de la Commune de Paris, de Gérald Dittmar (Éditions Dittmar, 2003) ainsi que dans le récent (2013) Petit dictionnaire des femmes de la commune. Les oubliées de l’histoire, de Claudine Rey, Annie Gayat et Sylvie Pepino (Éditions Le Bruit des autres), entre autres.

L’histoire, classiquement organisée selon un récit chronologique, commence à Brest en 1837. Nathalie Le Mel est alors une jeune fille de 11 ans, qui vit dans un milieu où le breton constitue l’environnement quotidien (c’est d’ailleurs un des charmes du récit de rendre compte de cette réalité). Elle se marie en 1845 avec un artisan relieur, qui, pour son travail, s’établit, avec sa famille (le couple a plusieurs enfants) à Quimper où il ouvre boutique. Avec le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte (1851), sa boutique devient le lieu de rendez-vous des opposants républicains. Sa femme s’imprègne de cette culture oppositionnelle et partage les idées avancées de son mari. Mais l’entreprise familiale décline et subit la liquidation judiciaire. En 1861, avec leurs trois enfants, Nathalie Le Mel et son mari partent à Paris pour tenter une nouvelle vie. Elle trouve du travail dans le secteur de la reliure, se lie avec les milieux d’oppositions républicains et socialistes, tandis que son mari sombre peu à peu dans l’alcoolisme. Parmi ses fréquentations, on compte aussi bien des artistes comme Courbet ou Monet, que des journalistes et écrivains engagés comme Jules Vallès. Elle participe aux grèves de sa corporation, ce qui la met en contact avec Eugène Varlin, un des protagonistes de l’Internationale. Elle s’engage alors dans le mouvement ouvrier naissant, participant notamment à la fondation d’une société d’épargne et de crédit mutuel des ouvriers relieurs de Paris, sorte de caisse de grève clandestine à une époque où grèves et coalition constituent toujours un délit. En 1868, elle ouvre une « cantine », coopérative d’approvisionnement de consommation et restaurant pour ouvriers, La Marmite, qui devient rapidement un lieu de rencontre et de réunion de tout ce que Paris compte d’opposants au régime impérial.

On le voit, son engagement est déjà ancien et ancré quand éclate la Commune de Paris. C’est donc une mère de famille, déjà âgée, qui participe à la constitution de l’Union des femmes de Paris, organisation de citoyennes en complète solidarité avec la Commune. Elle y fréquente l’envoyée de l’Internationale Elisabeth Dmitrieff5. Arrêtée alors qu’elle se bat les armes à la main sur une barricade, Nathalie Le Mel subit le sort commun de ceux qui échappent à l’exécution immédiate : la déportation. Elle sera du voyage avec Louise Michel et une des ses plus proches compagnes durant leur séjour en Nouvelle Calédonie. Revenue en France, une décennie plus tard, elle disparaît de la scène publique, participant néanmoins à l’immense manifestation à laquelle donne lieu l’enterrement de Louise Michel en 1905. Nathalie Le Mel meurt en 1921 à l’âge de 94 ans, inhumée dans la fosse commune, en présence de trois personnes.

Ce récit, dans un dessin dont on peut regretter qu’il n’apparaisse pas toujours à la hauteur du propos, représente une claire réhabilitation, à travers le personnage de Nathalie Le Mel, de la place des femmes dans le mouvement ouvrier au XIXe siècle. Un dossier historique, comportant notamment une biographie des personnages secondaires enrichit cette bande dessinée. L’éditeur a même prévu une exposition à partir de l’ouvrage, disponible pour les lieux (librairies au premier chef) susceptibles de présenter le livre. Comme l’écrivait Jean-Guillaume Lanuque, « dans la littérature contemporaine française, généralement la plus populaire, la Commune fait un retour en force sous un jour très positif. »6

1Armand Guerra, La Commune, Le Cinéma du Peuple, 1914, muet, 14 minutes, cité dans la bibliographie/filmographie finale.

2Son nom s’orthographie « Le Mel » et non Lemel comme l’écrivent les auteurs.

3Édith Thomas, Les « Pétroleuses », Paris, Gallimard, coll. « La suite des temps »,1963.

4Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF).

5Lire sur ce blog le compte rendu de la récente bande dessinée qui lui est consacrée, Wilfrid Lupano, Communardes ! L’aristocrate fantôme, Vents d’Ouest, 2015, https://dissidences.hypotheses.org/6738


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *