Jean-Marie Dupont (auteur), Eddy Vaccaro (illustrateur), Les gueules rouges, Grenoble, Glénat, 2017, 116 pages, 20,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Soulignons d’entrée de jeu la double singularité de cette bande dessinée, qui tient à la fois à son scénario, ainsi qu’au dessin. Le scénariste rajoute un élément dramatique qui fait basculer le scénario du côté du roman policier. Le scénario met en scène l’histoire d’un jeune garçon, Gervais, au tout début du XXe siècle (l’histoire se déroule en 1905), dans le pays minier. Gervais, brillant élève sur lequel son instituteur fonde de grands espoirs, voit cependant son père mineur lui imposer la descente à la mine, ce qui fait s’envoler la perspective d’une promotion sociale et un destin hors des corons. Parallèlement, en tournée dans toute l’Europe, le cirque de Buffalo Bill fait escale à Valenciennes. Gervais ne rêve que d’une chose : rencontrer le héros des histoires de cow-boys et d’indiens dont il est un lecteur friand. Las, la mine et la discipline paternelle le rappellent à la dure réalité du travail. Cependant, le tout frais mineur de fond désobéit et se rend au spectacle, en passager clandestin car il n’a pas un centime pour payer sa place. Deux indiens l’aident alors à échapper aux gardiens lancés à la poursuite du resquilleur. De cette rencontre inattendue naît une amitié inédite, alors que les deux nouveaux amis de Gervais sont accusés du meurtre sauvage de la fille de l’ingénieur de la mine. C’est la traque contre « les barbares ». Mais Gervais et ses compagnons trouvent assistance auprès d’un personnage qui refuse l’ordre minier et qui se trouve être le représentant du courant anarchiste et syndicaliste de la région. On laissera au lecteur le réel plaisir de découvrir comment cette histoire se prolonge et se termine, quelques années plus tard, par la grande boucherie de la guerre de 1914-1918. Avec ce récit, c’est toute l’histoire politique et sociale de l’avant-guerre qui apparaît en toile de fond, au fil des vignettes : imminence de la loi de 1905 sur la Séparation des Églises et de l’État et donc multiplication des affrontements avec les cléricaux, drame de Courrières1, évocation du sort des femmes de mineurs, du travail quotidien harassant du fond ou de la vie sur le carreau des mines.

Ce western transposé au pays de Germinal ne cesse d’étonner tant le scénario, qui fait basculer le récit du côté du roman policier, se révèle riche et touffu. Cette bande dessinée esquisse à traits légers un moment social où, finalement, les plus sauvages ne sont pas nécessairement là où on les attend et où les « peaux-rouges » figurent plutôt du côté de l’espérance que du Far west. A ce premier motif de satisfaction, ajoutons-en un second, qui lui est étroitement solidaire, à savoir le traitement de l’image, élément évidemment essentiel pour une bande dessinée. Eddy Vaccaro2, le dessinateur, déploie ici un style assez particulier, à la fois brut, voire primitif mais aussi très fin. Dans des couleurs sépia (un sépia élaboré où parfois le vert affleure, ainsi dans l’évocation des scènes du déjeuner chez l’ingénieur), il aligne des planches au trait charbonneux, particulièrement en phase avec le sujet traité. L’ouverture du livre est d’ailleurs assez symptomatique, car on hésite entre la bande dessinée et une iconographie relevant de la peinture. Enfin, cet album témoigne d’une vigoureuse sympathie pour « ceux d’en bas » et souligne de matière parfois poétique tout ce qui sépare le destin des classes sociales. Une belle réussite.

1Lire le compte rendu sur ce blog de Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, 2013, https://dissidences.hypotheses.org/5204

2Eddy Vaccaro est co-auteur d’une récente biographie d’un boxeur juif déporté à Auschwitz, Young, Futuropolis, 2013.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *