Anne-Charlotte Husson, Thomas Mathieu, Le féminisme, Bruxelles, Le Lombard, collection « La petite Bédéthèque des savoirs », tome 11, 2016, 95 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Soulignons d’entrée la qualité éditoriale de cette collection, La petite Bédéthèque des savoirs, développée par un éditeur belge. Parmi divers titres déjà parus, on retiendra ceux consacrés au minimalisme, à l’intelligence artificielle, à la prostitution, aux situationnistes (par Christophe Bourseiller et Jake Raynal) et bien sûr ce volume onze dédié au féminisme.

Il est dessiné par Thomas Mathieu, avec des textes rédigés par Anne-Charlotte Husson, doctorante en sciences du langage, enseignante à l’université Paris 13 et spécialisée dans les polémiques sur les nouveaux discours féministes. Après une solide introduction, sous la plume de David Vandermeulen (qui aurait mérité d’être présenté), le féminisme est décliné en sept slogans et citations, donnant lieu à d’excellentes et instructives connaissances sur ce thème. La première partie s’ouvre par une citation de Olympe de Gouges, dans la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, article X, publiée au moment de la Révolution française, « La femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune ». Cette première évocation des femmes et du droit à leur participation à la sphère publique/politique se prolonge par une présentation de l’évolution du droit des femmes à la participation électorale et au droit de vote, le tout sous une forme à la fois imagée et inventive. On retrouve les mêmes qualités (en couleur, tout au long livre, sauf usage d’un noir et blanc de bonne facture pour évoquer quelques moments du passé récent), avec les autres slogans, « Le privé est politique » ; « On ne naît pas femmes, on le devient » (célébrissime citation de Simone de Beauvoir dans son ouvrage, Le Deuxième sexe ») ; « White woman listen ! », permet d’évoquer le « black féminisme » aux Etats-Unis et la question de ce que certains secteurs militants actuels nomment l’intersectionnalité; « Nos désirs font désordre » traite de la question de la sexualité et du dépassement des assignations par le biais de la notion de genre  ; « Le féminisme n’a jamais tué personne. Le Machisme tue tous les jours », aborde la question des violences faites aux femmes et, pour finir, « Ne me libère pas, je m’en charge », offre la parole à une série de jeunes femmes pour exprimer ce que représente le féminisme pour elle, aujourd’hui.

Les auteurs parviennent à jouer avec brio du petit format de ce livre agréable et instructif, pour en tirer le meilleur du point de vue de la présentation de leur propos (dessins en pleine page ou au contraire rapprochement sur une même pages de plusieurs vignettes). L’objectif didactique de cette collection de vulgarisation – présenter les bases et les débats actuels de phénomènes culturels et/ou politiques – semble ici parfaitement atteint, d’autant qu’un glossaire et une bibliographie complémentaire (partiellement sous forme d’autres bandes dessinées, ainsi un biopic sur Olympe de Gouges) accompagnent ce récit en images.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *