Bernard Pudal et Claude Pennetier, Le Souffle d’octobre 1917. L’engagement des communistes français, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier / Éditions ouvrières, 2017, 376 pages, 25 €.

Un compte-rendu de Morgan Poggioli

Dans le cadre du centenaire de la Révolution bolchevique, l’ouvrage de Bernard Pudal et Claude Pennetier se distingue des nombreuses autres publications sorties à cette occasion, en se focalisant non pas sur la Russie mais sur la France ; ou plus exactement sur les répercussions françaises du « souffle d’octobre » sur le mouvement ouvrier français. L’objectif est de comprendre comment, à plus de 2 500 km de distance, des hommes et des femmes en France (mais pas nécessairement français) ont adhéré à l’idéologie – voire à l’idéal – qui avait motivé cette Révolution et ont vu dans l’URSS la construction d’un monde nouveau.

L’originalité de l’étude réside dans l’approche prosopographique et (auto)biographique des sujets communistes [1] dont les auteurs sont des spécialistes (piliers du Maitron entre autres). En effet, à travers quatorze profils différents (paysans, ouvriers, syndicalistes, intellectuels, femmes, colonisés, juifs, catholiques…), ils mêlent parcours collectifs et trajectoires individuelles pour tenter de comprendre les ressorts de l’engagement communiste, de ces hommes et de ces femmes aux origines et aux horizons si divers, retranscription intégrale de fiches autobiographiques (rédigées à la demande des instances de contrôle du PCF) à l’appui, celles-ci étant « présentées, contextualisées et commentées. » (p. 13).

L’introduction et le premier chapitre forment un préalable à la compréhension de l’ouvrage en questionnant « l’aveuglement » de ces militants – n’épargnant pas (c’est un euphémisme) au passage les tenants de « l’illusion » [2]  – et en présentant un historique de l’autobiographie, érigée en véritable système d’encadrement coercitif et/ou promotionnel du monde communiste au point d’instaurer, à partir des années 30, ce que les auteurs nomment une « biocratie ». S’enchaînent ensuite une série de portraits de ces militants, hommes et femmes, touchés par le souffle plus ou moins lointain de 1917, puisque qu’on y retrouve aussi bien des pionniers du début des années 20 que des membres de la génération du Front populaire.  Si chaque chapitre porte le nom d’une, deux voire trois personnes, c’est en réalité un panorama bien plus large qui est offert au lecteur. Les noms en titre sont ceux dont les fiches autobiographiques sont retranscrites, mais chaque chapitre s’ouvre par une présentation plus large de la « catégorie » en question, en croisant les noms et parcours d’autres militants, avant d’arriver au récit de ces trajectoires particulières – même singulières pour certaines d’entre elles – et à l’analyse de leur fiche.

Ces fiches constituent d’ailleurs assurément l’un des intérêts majeurs du livre. En effet, malgré le caractère très cadré de l’exercice, dont les candidats connaissent la finalité, la plupart d’entre elles offrent un ton et des propos assez libres (à l’exception des cadres tels Maurice Thorez ou Eugène Fried). Elles permettent alors d’approcher au plus près l’intimité de ces militants qui se livrent plus ou moins, au point que certaines de ces « bios » pourraient s’apparenter à une séance de psychanalyse ou de confessionnal. Elles révèlent des parcours extraordinaires – au sens premier du terme –, des degrés divers d’adhésion et  des dynamiques multiples (personnelles, professionnelles, culturelles).  En somme, à l’ère du monolithisme soviétique elles donnent paradoxalement à découvrir une pluralité de communismes/tes [3] qui ne saurait être résumée à une illusion, un aveuglement ou un système politique autoritaire et criminel [4]. Car c’est bien un sentiment d’espoir, d’émancipation, qui ressort à la lecture de ces fiches autobiographiques et qui redonne toute une humanité à ces hommes et ces femmes pour la plupart oublié(e)s.

On ne saurait donc que conseiller vivement cet ouvrage, véritablement passionnant, loin des idées reçues puisque proposant de nouvelles interprétations.

[1]     Bernard Pudal et Claude Pennetier, Le Sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi », Rennes, PUR, 2014.

[2]     François Furet, Le Passé d’une illusion, Paris, Laffont/Calmann-Levy, 1995.

[3]     Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Sergio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier, Bernard Pudal et Serge Wolikow (dir.), Le Siècle des communismes, Ivry-sur-Seine, Editions de l’Atelier, 2000.

[4]       Andrzej Paczkowski, Jean-Louis Panné, Karel Bartošek, Mart Laar, Nicolas Werth et Stéphane Courtois (dir.), Le Livre noir du communisme, Paris, Robert Laffont, 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *