Boukharine / Ossinski / Radek / Smirnov, La Revue Kommunist. Moscou, 1918. Les communistes de gauche contre le capitalisme d’État, Toulouse, Smolny…, 2011, 408 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un document de première importance que les éditions Smolny, déjà remarquées pour leur livre sur le communisme primitif [1] et leur co-édition, avec Agone, des Œuvres de Rosa Luxemburg, livrent pour la première fois en langue française. Le choix a été fait de traduire les quatre numéros de la revue Kommunist, publiée à Moscou, devenue capitale de la Russie soviétique, d’avril à juin 1918, organe public de ce courant oppositionnel considérable que furent les communistes de gauche (ou communistes prolétariens, ainsi qu’ils se qualifiaient eux-mêmes) au sein du Parti bolchevique.

En plus de l’intégralité de ces quatre numéros, Smolny… propose un appareil critique de premier ordre. Outre des notes explicatives souvent très détaillées, en particulier sur les personnes citées, on trouve également une bibliographie fournie, un ensemble de notices biographiques d’un bon nombre de responsables communistes de gauche, la reproduction d’une partie de la biographie de Boukharine par Stephen Cohen [2] ainsi qu’une préface et une postface. La première, signée par Marcel Roelandts et Michel Roger, s’interroge sur ce qu’ils qualifient de confiscation de la révolution socialiste née en Russie, liée en grande partie selon eux à un manque de préparation doctrinale des socialistes, et contre laquelle les communistes de gauche auraient eu un rôle de lanceur d’alerte : ils mirent ainsi en garde contre la corruption des principes révolutionnaires au profit d’une survie amputée, préférant un écrasement dans l’honneur, alimentant les luttes à venir… Les deux auteurs font d’ailleurs des décistes, membres de l’opposition dite du Centralisme démocratique, les héritiers directs des communistes de gauche, mais n’abordent malheureusement pas la fin de cette première opposition organisée une fois le pouvoir conquis, ni le devenir de ses leaders, et leur regard rétrospectif éventuel. La postface de Guy Sabatier, auteur aux éditions Spartacus de deux ouvrages sur la paix de Brest-Litovsk et les socialistes-révolutionnaires de gauche, est plus tangente, car s’il insiste sur la déchirure du « voile idéologique » tissé par la vulgate du Livre noir du communisme que permet la mise en lumière de ces débats, il développe ensuite la question de la position du jeune KPD quant à la fondation de la IIIe Internationale [3]

La lecture des quatre numéros moscovites de Kommunist s’avère d’un grand intérêt, et permet de mieux cerner les contours d’une opposition parfois – et péjorativement – qualifiée de « gauchiste ». Dès le premier numéro, on comprend bien que la paix de Brest-Litovsk est au cœur des préoccupations des militants. Ce recul accepté devant la puissance militaire allemande est selon eux le point de départ d’une retraite de la révolution socialiste, qui risque d’être victime d’une déviation dite « petite-bourgeoise ». Cibles des critiques, la place jugée dominante accordée aux spécialistes économiques et aux capitalistes, affectant le rôle dirigeant des ouvriers, et l’insistance mise sur le taylorisme, qui favorise leur individualisme au détriment de leur conscience de classe. Les analyses géopolitiques de Karl Radek, particulièrement denses, se révèlent souvent d’une grande pertinence. Dans le second numéro, les oppositionnels enfoncent le clou, dénonçant toute compromission avec n’importe quel camp impérialiste. Les revendications positives se font également plus nettes, Kommunist appelant à une nationalisation intégrale et une centralisation de l’activité économique, mais en partant de la base. Il y a là une confiance revendiquée dans les capacités propres du prolétariat, qui explique le refus de commissaires dans les entreprises au profit d’instructeurs. L’article, qui explicite les divergences entre les communistes de gauche et les anarchistes, accusés de n’être capables que de détruire l’ordre ancien sans pouvoir en construire un nouveau, insiste sur cette nécessaire centralisation économique et sur la nécessité complémentaire d’un pouvoir transitoire. Dans ce numéro et dans le quatrième, on notera que les articles consacrés à l’affaiblissement et à la désintégration imminente de l’Autriche-Hongrie sont l’œuvre d’un certain Bela Kun, futur leader de la Hongrie « rouge ».

Le troisième numéro vaut surtout pour l’article de fond de Nicolas Boukharine, qui y reprend ses analyses de L’Économie mondiale et le capitalisme, offrant une synthèse des craintes de l’opposition face à la possible émergence d’un capitalisme d’État qui serait le cheval de Troie permettant à la bourgeoisie de mener sa contre-révolution. Quant au dernier numéro, il est d’une particulière richesse. « La lutte contre la contre-révolution » définit avec beaucoup de précisions la menace allemande, réactivée avec le coup d’État opéré contre la Rada en Ukraine sous l’aile de l’armée impériale, un dénouement logique, selon eux, conforme à leurs analyses ; est alors énoncée une stratégie précise de lutte, une fois l’armée allemande entrée en territoire russe [4]. L’article « Le programme financier et le « capitalisme d’État » énonce pour sa part, selon les concepteurs du volume, les linéaments de la fameuse accumulation primitive socialiste, la paysannerie servant de ressource fondamentale afin d’édifier le socialisme. Enfin, « A propos du pouvoir soviétique » défend tout à la fois le rôle dirigeant du Parti et la nécessité d’envisager une évolution réactionnaire des soviets, qui serait déjà en cours [5], en des termes qui anticipent largement sur la Lettre à Valentinov de Rakovski, dix ans plus tard…

Seul regret, la non publication d’une partie, sinon de la totalité, de Kommunist dans son édition antérieure, celle de Petrograd, à l’époque où la publication était quotidienne : une sélection d’articles [6] aurait enrichi encore davantage un recueil de documents déjà indispensable en l’état.

[1]    Christophe Darmangeat, Le Communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Toulouse, Smolny…, 2012 (seconde édition), qui fut en son temps chroniqué sur notre ancien site.

[2]    Stephen F. Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik, Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste », 1979, chroniqué dans ce dossier de notre blog.

[3]    Citant 1984 de George Orwell, il commet une erreur en nommant Winston Smith par le prénom Aldous, probable confusion avec l’auteur d’une autre dystopie, Le Meilleur des mondes.

[4]    « Les Allemands vivront sur un volcan et cela les obligera à augmenter le nombre de leurs troupes en Russie. De cette manière, affaiblissant leur présence sur le front ouest et s’embourbant dans ce conflit, les Allemands exacerberont le mécontentement de leurs masses populaires, et de leur armée basée en territoire russe, soumise aux attaques incessantes de la population russe. Dans cette situation, le gouvernement des ouvriers et des paysans, ayant perdu une grande partie du territoire russe, mais ayant conservé une base de production militaire, pourra mettre en place une formation militaire et un réseau clandestin d’agents pour jouer le rôle d’organisateur et de chef des masses populaires dans leur lutte contre l’impérialisme. » (p. 267).

[5]    « On voit d’après notre analyse que le personnel des permanents soviétiques, intéressé dans l’ensemble à conserver sa situation privilégiée et ses intérêts purement professionnels, est enclin à jouer le rôle d’un groupe social conservateur. (…) Un tel danger menace n’importe quelle révolution socialiste, car le régime capitaliste a pris toutes les mesures pour détruire à la racine toute initiative des masses ainsi que pour les habituer à l’idée que l’administration d’État doit se faire en dehors d’elles avec des individus spécialement instruits (les fonctionnaires). » (p. 277).

[6]    Il n’en figure qu’un seul, la réponse de Boukharine à l’article de Lénine, « Sur la phrase révolutionnaire ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *