Michael Jabara Carley, Une Guerre sourde. L’émergence de l’Union soviétique et les puissances occidentales (Silent Conflict), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, collection « PUM », traduit de l’anglais (Canada) par Michel Buttiens avec la collaboration de Marie-José Raymond, 2016, 594 pages, 40 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un vaste sujet que l’historien canadien Michael Jabara Carley [1] a choisi de prendre à bras le corps, celui de la politique étrangère du jeune État soviétique, de ses années de gestation au tournant impulsé par Staline à l’aube des années 1930. Ce travail de longue haleine, débuté en collaboration avec un collègue (depuis touché par la maladie de Huntington), présente l’immense mérite de s’appuyer sur des sources extrêmement riches, archives diplomatiques de l’ex-URSS, mais aussi d’Allemagne, de France ou du Royaume-Uni. Michael Carley insiste également sur les erreurs commises par certains de ses prédécesseurs, n’ayant pu avoir accès à ces ressources importantes (E.H. Carr, Louis Fisher ou Adam Ulam), et rejette tout parti pris pro-occidental et anticommuniste. Le plan adopté est classiquement chronologique, à ceci près que plusieurs chapitres sont plus spécifiquement consacrés aux relations avec un pays ou à la situation dans un autre ; des portraits des principales personnalités étudiées sont également intégrés.

Le début de l’exposé pêche cependant par un certain nombre d’erreurs, que l’on hésite à attribuer à la traduction. Il en est ainsi de l’histoire du mouvement socialiste russe (une social-démocratie déjà présente dans les années 1880 ? [2]), de la révolution allemande (qui débute avant le 11 novembre 1918, et pas après), ou de certains termes utilisés (premier ministre au lieu de président du conseil pour la France, assemblée au lieu de Congrès pour la Comintern) ; on peut également regretter l’absence de certains ouvrages dans la bibliographie (ceux de Georges Vidal sur l’armée française et la Russie soviétique, par exemple). Mais ces faiblesses apparaissent bien vénielles à l’échelle de l’étude dans son ensemble. D’emblée, ce que souligne l’auteur, c’est l’hostilité des puissances occidentales vis-à-vis des bolcheviques, conduisant à l’instauration quasi immédiate d’un blocus. Aux États-Unis, le secrétaire d’État Lansing va jusqu’à déclarer que « L’esprit des bolcheviks rôde partout (…) C’est la chose la plus hideuse et la plus monstrueuse qui ait été conçue par l’être humain (…) un monstre cherchant à dévorer la société civilisée et à réduire le monde à l’état de bête sauvage » (p. 56). Ces développements sont d’ailleurs l’occasion de rappeler que le président Wilson ne se distingue pas de ce jugement caricatural, lui qui défend le ségrégationnisme aux États-Unis. Si la période de la guerre civile, pourtant fondamentale pour comprendre le devenir de la société soviétique, est traitée un peu trop rapidement, c’est sur la décennie 1920 que Michael Carley s’appesantit davantage. Avec Tchitcherine comme Commissaire du peuple aux affaires étrangères, la Russie soviétique cherche avant tout une reprise des relations commerciales, se heurtant à une méfiance généralisée à son égard. Même lors de la conférence de Gênes, en 1922, alors qu’un certain rapprochement se fait jour avec le Royaume-Uni (grâce au pragmatisme du premier ministre Lloyd George) et l’Allemagne (avec qui le traité de Rapallo est signé), une tension insoluble demeure sur deux points clefs : la question de la reconnaissance des dettes antérieures à octobre 1917, et celle de la restitution des biens nationalisés. L’intransigeance, selon l’auteur, est surtout occidentale [3], les bolcheviques étant prêts à négocier sur le premier point.

Les années 1922-1923 sont celles d’un espoir de rapprochement avec la France, d’autant que l’URSS paye grassement des journaux français, tel Le Temps, afin de préparer le terrain public à cette évolution. Parallèlement, la question allemande fait apparaître une ligne de faille durable, fondatrice même, au sein du nouveau régime : tandis que la direction du Parti, et Trotsky en particulier, souhaitent aider par tous les moyens les communistes allemands dans l’optique d’une offensive révolutionnaire [4], Tchitcherine et Litvinov, son bras droit, s’y opposent ; c’est l’internationalisme, celui de la Comintern, qui se heurte ici à l’intérêt prioritaire de la Russie des soviets. C’est justement sur cette question de la propagande révolutionnaire que s’appuient les gouvernements britanniques comme étatsuniens pour justifier de leur intransigeance, rêvant en secret d’un retour du capitalisme en Russie. Début 1924, la reconnaissance diplomatique par le Royaume-Uni devient enfin réalité, mais le projet de traité caressé dans sa continuité avorte en raison de la campagne électorale marquant la victoire des conservateurs, non sans s’appuyer sur la (fausse) lettre de Zinoviev. Le cas britannique est régulièrement illustré par des reproductions du caricaturiste David Low, attaché à dégonfler le pseudo péril rouge ; tout juste peut-on regretter qu’il soit le seul dessinateur étudié dans l’ouvrage. La situation française est assez proche, les efforts d’Édouard Herriot, président du conseil durant le Cartel des gauches, visant à une normalisation des relations avec l’URSS n’étant partagés ni par le Quai d’Orsay (qui mise plutôt sur l’alliance avec le Royaume-Uni et la Pologne), ni par la droite (Poincaré finissant par faire s’enliser les quelques avancées obtenues).

Le tableau recomposé par Michael Carley, non sans détails parfois fastidieux des tractations et diverses discussions restituées par les déclarations internes des uns et des autres, dévoile la duplicité et les atermoiements des Occidentaux, face à Tchitcherine et Litvinov, prudents et souvent conciliants. Même le projet de remboursement des dettes russes, proposé par Krassine (premier ambassadeur soviétique à Paris dès 1924) à Briand, sur une base de 10 centimes pour 1 franc, ne se concrétise pas. Quant à la relation avec l’Allemagne, a priori garantie par les accords de Rapallo, elle est loin d’être sans histoire. Ainsi, en 1925, par exemple, « l’aveugle et le boiteux » (lire l’URSS et l’Allemagne) nourrissent des inquiétudes réciproques, l’URSS craignant un rapprochement avec le Royaume-Uni dans le prolongement de l’entrée allemande à la Société des Nations, et l’Allemagne une relation plus étroite de l’URSS et de la France, la question polonaise se posant en embuscade ; un pacte de neutralité sera néanmoins signé en 1926 entre les deux pays. Le tiraillement entre internationalisme et nationalisme est réactivé comme jamais avec les événements chinois, à compter de 1925. L’ébullition révolutionnaire est attribuée par le Foreign Office à l’action des Soviétiques, dans une vision éminemment policière des événements, aboutissant finalement à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Sans surprise, Tchitcherine et Litvinov appelaient dans ce contexte à un surcroît de prudence quant à l’intervention en Chine, afin de ne pas provoquer le Royaume-Uni.

Cette décennie, au cours de laquelle États-Unis, France et Royaume-Uni poursuivent une « guerre sourde » contre la Russie soviétique, verrou politique que ne purent faire sauter les quelques efforts de lobbying émanant de certains milieux d’affaire, fut un élément important, selon l’auteur, poussant Staline vers le « Grand Tournant » de 1929 (collectivisation forcée et plans quinquennaux d’industrialisation), du fait de l’absence de crédits et d’emprunts occidentaux qui auraient aidé à développer l’économie. Toutefois, cette lecture strictement diplomatique de l’histoire occulte la vision du monde très anti-rurale (archaïsme, arriération) de la majorité des bolcheviques, opposants à Staline y compris. Ces années-là furent également marquées par une politique étrangère cohérente, visant à l’amélioration des relations inter-étatiques pouvant déboucher sur des conséquences économiques positives.

La fin de la période étudiée, qui se clôt par le passage de relais entre Tchitcherine (malade) et Litvinov, est l’occasion pour le premier de rédiger un texte « testament », dans lequel il souligne la mentalité trop souvent impérialiste des Russes dans leurs relations en Mandchourie ou en Perse, critique la Comintern ainsi que le GPU, trop enclin selon lui à arrêter des ressortissants étrangers, obstacles à ses yeux de toute stabilisation diplomatique avantageuse pour l’URSS. Une vision de real politik que semble clairement partager Michael Carley, ce qui est sans doute une des rares limites d’une étude aussi fouillée qu’agréable à lire.

[1]    Michael Jabara Carley est professeur-titulaire au Département d’histoire de l’Université de Montréal.

[2]    Rappelons que les premières organisations social-démocrates ne naissent en Russie que dans les années 1893-95.

[3]    Il rappelle d’ailleurs que l’or de Brest-Litovsk, confisqué par l’Allemagne, se vit ensuite partagé entre la France et le Royaume-Uni, sans qu’il ne soit question de le rendre à la Russie, propriétaire originel…

[4]    Voir l’ouvrage de Chris Harman, La Révolution allemande, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6870


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *