Stephen F. Cohen, Nicolas Boukharine. La vie d’un bolchevik (Bukharin and the Bolchevik Revolution. A Political Biography, 1888-1938), Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste », 1979 (édition originale 1973), 504 pages, 25 €.

Un compte-rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

C’est un document d’importance que François Maspero et Georges Haupt, responsable de la collection « Bibliothèque socialiste », décidèrent de publier à la toute fin des années 1970. La thèse de l’universitaire étatsunien Stephen F. Cohen consacrée à Nicolas Boukharine est en effet encore à ce jour, trente-huit ans après sa publication, le seul ouvrage en français spécifiquement dédié à l’une des figures centrales les plus marquantes de la révolution bolchevique [1]. Solidement adossée aux textes disponibles à l’époque, la biographie de Stephen Cohen est avant tout consacrée à l’étude des écrits théoriques de Nicolas Boukharine, ainsi qu’à une interprétation de la révolution russe et de son devenir, au détriment (partiel) de sa vaste production journalistique et de sa vie affective et amicale, moins strictement politique, dirons-nous.

Les débuts de la vie de Nicolas Boukharine permettent à son biographe de souligner son caractère d’intellectuel indépendant, « touche à tout » et adepte de la diversité théorique, ce qui ferait de lui le plus ouvert des bolcheviques. C’est dans le feu de la révolution de 1905 qu’il adhère au Parti, développant ce qui sera longtemps sa base militante, le secteur moscovite, avant de se retrouver en exil. L’approche de Stephen Cohen insiste par ailleurs sur l’existence d’un « boukharinisme », comme il existe un trotskysme, une idéologie à part entière édifiée à partir de la matrice de la Première Guerre mondiale. Cette période est en effet marquée par des désaccords profonds avec Lénine (sur la question nationale et la revendication d’autodétermination), et par l’écriture d’une première œuvre d’importance, L’Économie mondiale et l’Impérialisme, ouvrage qui influencera en partie le même Lénine pour L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme. Nicolas Boukharine y analyse l’évolution du système capitaliste, générant un capitalisme d’État de plus en puissant et omnipotent, « nouveau Leviathan », où  Stephen Cohen y voit à la fois l’influence du Talon de fer de Jack London et une prescience du totalitarisme. D’où l’existence d’un pessimisme privé, tant Boukharine aurait craint que l’État post-capitaliste, sans avoir été détruit de fond en comble (Boukharine appréciera énormément L’État et la révolution) ne suive une évolution similaire. Dans cette vision, la révolution ne peut résulter que de la confrontation des États entre eux, de l’impérialisme, donc.

En 1917, Boukharine retrouve son implantation moscovite, et c’est là que l’opposition des communistes de gauche, massive et plus marquée dans la jeunesse du Parti, trouve un de ses bastions majeurs au début 1918. Stephen Cohen s’efforce à ce sujet de comprendre les positions de Boukharine lors des débats intenses à propos du traité de Brest-Litovsk. Loin d’une vision téméraire voire suicidaire de la guerre révolutionnaire, il insiste sur sa croyance en l’imminence mais surtout en la nécessité d’une révolution européenne [2] – « le prolétariat russe ne peut pas triompher (…) sans le soutien du prolétariat européen » (p. 77), son seul véritable allié – et sur sa proposition de lancer une véritable guérilla paysanne, sous direction du prolétariat. En effet, « quand ils verront qu’on veut leur prendre leurs bottes, leurs terres ou leurs grains » (p. 93), les paysans se soulèveront, motivés par la défense de « leurs nouveaux acquis » (idem). De même, refusant de jouer d’un impérialisme contre un autre, les communistes de gauche – et Boukharine en particulier – perçoivent l’impérialisme comme un tout. Enfin, dernier élément important de l’opposition du Boukharine d’alors à Lénine, il refuse la mise en place d’un capitalisme d’État au cours du deuxième trimestre de 1918. Dans le contexte de la guerre civile, Boukharine revient aux responsabilités, occupant pendant une décennie le poste de directeur de la Pravda, en même temps qu’il endosse des fonctions de premier plan dans la propagande et la IIIe Internationale. Là encore, à la charnière des années 1910 et 1920, son œuvre théorique est considérable. Il rédige ainsi, outre L’ABC du communisme, plus vulgarisateur, avec Preobrajensky, L’Économique de la période de transition et La Théorie du matérialisme historique. Dans le premier, il s’efforce de théoriser le communisme de guerre, associant révolution et recul des forces productives, là où sur le plan pratique, il joue le rôle d’un médiateur (dans la discussion houleuse sur les syndicats) voire de modérateur vis-à-vis de la violence ; la lutte des classes est d’ailleurs négligée dans ce premier livre, Boukharine ne croyant pas à son intensification au fur et à mesure de l’avancée vers le socialisme. Quant à La Théorie du matérialisme historique, il s’y efforce de mettre à profit les acquis de la sociologie de son temps, insistant en particulier sur l’idée d’équilibre, que chaque système social s’efforce d’atteindre pour un temps plus ou moins long.

On a là le soubassement des positions qui seront celles de Boukharine au cours des années 1920, favorables à la paix civile et à une relative entente entre les classes, ce qui constitue un revirement par rapport à ses positions affichées en 1918. Stephen Cohen analyse en effet les divergences croissantes au sein du Parti bolchevique à l’aune de deux courants bien distincts, celui de l’héroïsme ou du romantisme révolutionnaire – dont Trotsky et l’Oppsition de gauche représentent la figure prédominante, mais pas seulement – qui « s’enracine dans l’audace de 1917 et dans les combats de la guerre civile. » (p. 163), mais qui se réclame aussi, économiquement, de la planification, et celui d’un réformisme, d’un pragmatisme plus prudent, incarné dans le traité de Brest-Litovsk, la NEP et dans la politique de Lénine. En quelques années, le radicalisme « gauchiste » de Boukharine s’est véritablement estompé, au point de voir s’éloigner de lui des militants comme Osinsky ou Smirnov [3]. Stephen Cohen considère, lui, que Boukharine, dans les positions qu’il a défendues après la mort de Lénine, s’est révélé fidèle à son héritage, à l’esprit de sa politique : celui d’un « socialisme coopératif », possible à édifier en un seul pays, et basé sur l’alliance entre le prolétariat et la paysannerie, la smytchka. Paysannerie à laquelle il fait également une place déterminante à l’échelle internationale, dans son analyse de la révolution mondiale. Ce fameux « socialisme à pas de tortue », « programme évolutif, modéré et à long terme » (p. 302), est basé sur la paysannerie, principalement moyenne, et un travail plus pédagogique qu’autoritaire envers cette dernière, capable d’évoluer, mais sans qu’elle soit brusquée. Boukharine met également l’accent sur une économie mixte faisant une place croissante, mais là aussi prudemment, à l’idée de planification, tout en gardant un secteur privé, marchand. Même si Stephen Cohen a tendance à valoriser son personnage (il en fait un précurseur – partiel – d’un Milovan Djilas, un autre analyste de l’émergence d’une nouvelle classe exploiteuse extra-capitaliste), il ne dissimule pas les faiblesses ou les angles morts des analyses boukhariniennes, dont une sous-estimation du système bureaucratique, qui explique pour une bonne part la défaite de l’opposition de droite à la fin des années 20, ainsi que le fait de négliger la résurgence d’un héroïsme révolutionnaire sous la forme de l’assaut mené en 1929 contre la paysannerie, afin de collectiviser le monde rural et réaliser, enfin, « le programme d’octobre dans les campagnes. » (p. 164). Sur ce point, d’ailleurs, Stephen Cohen oppose explicitement les années 20 de la NEP, celles d’une vitalité et d’un libéralisme modéré, et la rupture stalinienne, « révolution par en haut » courant de 1929 à 1939, d’abord économique, puis politique avec les grandes purges. Le cours prôné par Boukharine aurait ainsi pu, selon lui, éviter le cauchemar du stalinisme, et on ne sera pas surpris de savoir que Stephen Cohen fut un soutien de Gorbatchev et de sa politique de réforme [4].

Sur les années 1930, celles de la marginalisation, le biographe montre que Boukharine, en plus d’exercer toujours des fonctions d’importance (rôle dans la direction politique de la recherche scientifique, responsable des Izvestia…), fut proche du groupe des « modérés » au sein des instances dirigeantes du Parti, avant la fin de la pause au milieu des années 1930 et l’assassinat de Kirov (que Cohen attribue explicitement à Staline). Le plus intéressant, à cet égard, outre des critiques masquées de Staline dans divers écrits ou interventions publiques, réside dans l’analyse du fascisme, que Boukharine voit comme un danger majeur avec lequel il n’est pas question de transiger ou de négocier ; à ses yeux, « La résistance au fascisme passe par une politique de « réformes » centrées autour de l’« élévation du niveau de vie » et de la « démocratisation ». (p. 438), afin de réunifier les masses, essentiellement paysannes, et le pouvoir.

Dans cet ouvrage majeur, l’ambition de son auteur, était de « repenser, à travers Boukharine la révolution bolchevique et la période où se forme la Russie soviétique. » (p. 10, introduction). Effectivement, restant au plus près des sources, l’auteur documente de manière précise et claire les grandes évolutions et les débats intenses qui ont traversé les organes du pouvoir. Nicolas Boukharine, en 1917-18, ne cesse de marteler que la Russie, profondément arriérée dans les immensités rurales, ne peut espérer s’en sortir que si, et seulement si le prolétariat mondial (européen en fait), en forçant lui aussi le cours de l’histoire, met l’énorme potentiel industriel de l’Europe au service de l’État soviétique. Pourtant, quelques années plus tard, il s’oppose violemment à l’offensive industrielle de Trotsky et Préobrajensky, entre autres, partisans d’un « transfert massif de plus-value de la paysannerie vers le secteur industriel d’État. » (p. 200), préférant « encourager l’accumulation paysanne privée », allant même jusqu’à proclamer en 1925, en direction des paysans, « enrichissez-vous, accumulez, développez votre économie. » (p. 212). Stephen F. Cohen nous met directement en contact avec le dilemme fondamental de la révolution bolchevique : à partir du moment où le prolétariat européen échoue à renverser ses gouvernants et où le régime soviétique se retrouve seul, emprisonné dans la cage de fer d’une « arriération semi-asiatique », « semi-barbare » (Lénine), en butte à l’hostilité féroce du monde paysan envers toute idée de modification de son mode de vie traditionnel (la Russie des « icônes et des cancrelats », selon l’expression de Trotsky) quelle était la solution ? Abandonner le pouvoir et se retirer sur une sorte de Mont Aventin ? Privilégier le pragmatisme, durer coûte que coûte au risque d’un renoncement à l’héroïsme révolutionnaire ? Nicolas Boukharine, comme tant d’autres, s’est retrouvé en quelque sorte pris dans les rets de ce dilemme.

[1]    Notons au passage que seuls six dirigeants bolcheviques ont fait l’objet de biographies scientifiques et documentées (nous ne comptabilisons pas ici les ouvrages partisans/militants ou les récits haineux), en français (langue originelle ou traduction), dont de très nombreuses pour Lénine, Trotsky et Staline. Sinon,, excepté cet ouvrage sur Boukharine, seuls Radek et Rakovsky ont eu droit à une étude historique chacun : Jean-François Fayet pour Karl Radek (1885-1939) : biographie politique (Berne, Peter Lang, 2004) et Pierre Broué pour son Rakovsky ou la Révolution dans tous les pays (Paris, Fayard, 1996). L’ouvrage d’Arkadi Vaksberg sur Alexandra Kollontaï (Paris, Fayard, 1996) manque, quant à lui, de sérieux.

[2]    Ce en quoi d’ailleurs il ne diffère guère de ses camarades, qui partagent tous le même espoir, quoique certains insistent sur l’imminence de l’explosion révolutionnaire, tandis que d’autres en diagnostiquent seulement les potentialités.

[3]    Nikolaï Osinsky (Obolensky), un des militants des communistes de gauche les plus radicaux, demandait dès 1917 la socialisation totale de la production (p. 96). Avec Vladimir Smirnov, Nikolaï Osinsky dirige en 1921 le groupe des Centralistes démocratiques ou « Décistes ».

[4]    « Boukharine, comme tous les bolcheviks, croyait que la transition vers le socialisme se ferait dans des modalités proches de celles de la N.E.P. La « révolution par en haut » (…) et tout ce que cela implique appartiennent au stalinisme, et non au bolchevisme ou au léninisme. » (p. 456).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *