Louis de Robien, Journal d’un diplomate en Russie. 1917-1918, Paris, la Librairie Vuibert, préface de Jean-Christophe Buisson, 2017, 368 pages, 22,50 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Précédemment publié pour le cinquantenaire de la révolution russe par Albin Michel (1967), ce témoignage de Louis de Robien, en poste auprès de l’ambassade de France en Russie [1], à Petrograd, se révèle suffisamment intéressant pour mériter d’être signalé, quand bien même les éloges de Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint du Figaro Magazine, sont excessifs (il insiste en particulier sur un point commun les rapprochant, l’anti-bolchevisme). Il est par ailleurs regrettable que celui-ci n’ait pas fourni un appareil critique digne de ce nom, à l’aide de notes explicitant les nombreux noms de personnalités cités. Débutant à l’aube de la révolution de février, le journal de Louis de Robien suscite d’abord une certaine réticence : l’auteur semble en effet surtout intéressé par la vie mondaine, et face aux manifestations à l’ampleur croissante, il n’a de cesse d’espérer une répression digne de ce nom. Car au fil des mois, il constate l’ampleur montante de l’anarchie, témoignant d’un pessimisme dominant. Son récit est également parsemé de préjugés et d’idées reçues, d’un antisémitisme ordinaire à un sexisme décomplexé, avec une insistance toute particulière sur la mentalité russe, soi-disant peu portée à l’action. Les soldats révoltés en février sont ainsi qualifiés de couards, et plus encore de « brutes ». Souvent, d’ailleurs lorsqu’il décrit certains épisodes violents, ainsi du mauvais sort fait à un couple de Français en avril 1917, suite à l’éclatement du pneu de leur voiture, il ne les analyse pas, s’appuyant dessus pour en tirer des conclusions à l’emporte-pièce (il aurait fallu, dans ce cas, insister sur le contexte de tension croissante au sein des forces « révolutionnaires » et de la peur d’une contre-révolution). Surtout, son appartenance nationale le conduit à rejeter cette « stupide révolution » (p. 69), qui risque d’obérer la possible victoire française dans la guerre.

Pour autant, Louis de Robien est néanmoins capable d’analyses fines et pertinentes. Sans illusion aucune sur Kerenski, qu’il a rencontré, il cerne avec justesse, en septembre 1917, le durcissement de l’opposition entre le gouvernement provisoire et les soviets (même s’il évoque « les bolcheviks de Tchernov » sic, p. 144). Il est également doué pour les descriptions, insistant sur le jeu des couleurs : son évocation de la manifestation du 1er mai et de l’omniprésence du rouge atteint une certaine poésie (p. 73). Son journal redouble d’intérêt à partir de la prise de pouvoir par les bolcheviques. Il faut dire que l’on découvre la dimension la plus idéaliste de Louis de Robien. Déjà sensible à l’appel à la paix émis par le pape Benoît XV, il manifeste un certain attachement pour les espoirs et les rêves de fraternité universelle des bolcheviques, caressant l’idée d’un arbitrage international et d’une Première Guerre mondiale se terminant sans annexions susceptibles de nourrir un prochain conflit… Il insiste d’ailleurs régulièrement sur l’utilité que la France aurait à reconnaître le nouveau pouvoir soviétique, et critique dans les premiers mois la presse française et sa dénonciation des prétendues atrocités bolcheviques. Ce qui est particulièrement appréciable, ce sont certains épisodes ou lieux dégageant un profond parfum d’authenticité : il en est ainsi pour l’attaque d’un domaine rural par des paysans (p. 162), la description de l’Institut Smolny où il se rendit à plusieurs reprises pour obtenir certaines autorisations, le fonctionnement d’un tribunal populaire (p. 215) ou ses exemples de pillages divers ou de marché noir. Le chaos régnant dans la capitale, même une fois les bolcheviques parvenus au pouvoir, l’amène à imaginer que l’assassinat de deux anciens ministres Cadets (KD) [2] pourrait être une provocation des socialistes-révolutionnaires (SR). Ses propos sur la violence des soldats, liée à la société paysanne comme à la longueur de la guerre, anticipent en partie sur les analyses de la « brutalisation » (p. 201).

Ceci étant, Louis de Robien demeure fidèle à lui-même. Il considère toujours que l’empire russe ne peut tenir que par un pouvoir autocratique, et toute l’indulgence qu’il éprouve pour les bolcheviques et leurs idées de changement du monde ne lui fait pas oublier la lutte que la civilisation bourgeoise doit mener contre eux ; il trace à cette occasion un parallèle avec l’empire romain, qui devait lutter contre un christianisme encore en devenir (« Pour sauver la société et la civilisation telles qu’elles sont établies, il ne faut jamais hésiter à étouffer la sympathie que l’on peut ressentir devant certaines idées généreuses car leur réalisation ne peut être acquise qu’au prix de deuils et de ruines. Aussi, tant qu’une idée nouvelle n’a pas triomphé, elle est criminelle. », janvier 1918, p. 242-243). A la veille de la paix de Brest-Litovsk, Louis de Robien pense les bolcheviques sur le point de s’effondrer. Le personnel de l’ambassade entame d’ailleurs une migration, d’abord vers Vologda au printemps (l’occasion d’un point sur la situation économique catastrophique, p. 291), avec un bref séjour de Louis de Robien à Moscou, puis à Arkhangel, ultime étape avant le retour en France, tout début 1919. Il défend alors résolument une intervention alliée contre les bolcheviques, abandonnant toute indulgence à leur égard à compter de l’exécution de la famille impériale et de la mise en place de la terreur rouge : ils ne sont dès lors, à ses yeux, que des « fous furieux ».

[1]     Il rencontre à plusieurs reprises le journaliste Claude Anet, lui-même auteur de nombreux articles sur la révolution russe, et d’un livre de souvenirs : Claude Anet, La Révolution russe. Chroniques, 1917-1920, Paris, Phébus, collection « Essais et documents », 2007.

[2]     Cet épisode est évoqué par Isaac N. Steinberg, Quand j’étais commissaire du peuple, Paris, Les nuits rouges, 2016, qui sera prochainement chroniqué sur ce blog.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *