Marylie Markovitch, La Révolution russe vue par une Française, Paris, Pocket, collection « Agora », préface d’Olivier Cariguel, 2017, 352 pages, 10,70 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Remis en lumière grâce au documentaire Lénine, une autre histoire de la révolution russe [1], qui la citait à plusieurs reprises, le témoignage de Marylie Markovtich, de son vrai nom Amélie Néry, a été réédité pourvu d’un solide appareil critique, œuvre d’Olivier Cariguel. Ce dernier propose une biographie détaillée en ouverture, et les chapitres successifs du livre, initialement édité en 1918 chez Perrin après avoir été publié en articles pour La Revue des deux mondes, sont abondamment enrichis par des notes de bas de page ; les passages originellement supprimés par la censure sont en outre signalés par des italiques.

Qu’en est-il du témoignage lui-même ? Arrivée en Russie en 1915, Marylie Markovitch était aux premières loges lors du déclenchement de la révolution de février. Elle décrit donc de près des scènes de manifestations, d’affrontements et de confusion, conduisant à la chute de la monarchie (l’appartement où elle réside fut d’ailleurs sur le point d’être visité par des révolutionnaires à la recherche de policiers dissimulés). Son récit évoque également la vitalité démocratique sensible au cœur de la population (le lyrisme de la page 64), la mise en place de milices puis de la garde rouge, ou le sort réservé à nombre d’officiers (l’auteure ayant une sympathie marquée pour ceux-ci). Certaines de ses réflexions sont pertinentes, à l’image de son constat sur les masses paysannes : « (…) la patrie, c’était son isba, son mir, et par-delà, son tsar. Le tsar tombé, la Russie apparaît comme un grand corps sans âme prêt pour la décomposition. Si la Révolution ne lui rend pas cette âme dont le tsarisme l’a dépossédé peu à peu, s’il ne se rencontre pas un être assez puissant, assez inspiré pour lui insuffler le sentiment du devoir commun, pour lui forger une âme collective, rien ne peut plus la sauver désormais. » (p. 184).

Les commentaires de la journaliste sont toutefois majoritairement engagés, partisans, et affectent son récit de la révolution. Profondément germanophobe, Marylie Markovitch souhaite que la Russie poursuive la guerre aux côtés de ses alliés. C’est au point qu’elle affirme que les désirs pacifistes manifestés aux lendemains de février sont apportés de l’extérieur par des espions allemands, vision complotiste en vogue à l’époque. Elle considère également que le cours normal de la révolution est modéré, rejetant dans l’impossible le programme des bolcheviques et les actions des anarchistes (assimilés à des vandales), ou critiquant le célèbre ordre [Prikaz] n°1 du Soviet. Kerenski ou Milioukov, qu’elle a pu interviewer, représentent à ses yeux des hommes politiques respectables, incarnation de ces dirigeants dont a besoin la Russie nouvelle ; mais le peuple, bon, cède trop facilement à la démagogie manipulatrice des « maximalistes ». Là où la couverture choisie pour cette réédition est trompeuse, c’est qu’elle met l’accent sur Lénine, alors que Marylie Markovitch rentra en France à l’automne, avant donc le déclenchement de l’insurrection d’octobre.

L’édition originale est toutefois enrichie de deux chapitres supplémentaires, écrits et publiés à l’époque dans la presse : le premier, dans La Revue des deux mondes, évoque le conflit ayant éclaté entre Kerenski et Kornilov, qui donne surtout l’occasion à Marylie Markovitch de faire l’éloge du second, véritable héros selon elle ; le second, dans Lectures pour tous, se consacre au récit du retour en navire vers la France.

[1]     Voir la recension critique que nous en avons faite : http://dissidences.hypotheses.org/8320


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *