Christophe Aguiton, La Gauche du 21e siècle. Enquête sur une refondation, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2017, 240 pages, 17 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Militant reconnu du mouvement social et syndical [1], Christophe Aguiton peut apparaître comme particulièrement qualifié pour proposer à la fois un bilan de la gauche depuis l’entrée dans le XXIe siècle et dessiner ses contours possibles pour la période qui s’ouvre.

Le propos se déploie alors en trois parties. La première partie, « Diagnostics », présente le panorama, guère innovant, de l’état de ladite gauche au niveau international, depuis la chute du Mur de Berlin en 1989, laissant entrevoir pour certain un monde nouveau. C’est en particulier à travers l’altermondialisme que la contestation du modèle néo-libéral s’est déployée à travers le monde. Néanmoins, depuis la crise des subprimes en 2008, les mobilisations sont en recul, car n’ayant nullement réussi à modifier en quoi que ce soit la pluralité des crises (économique et sociale, écologique, démocratique) qui fracturent les différentes sociétés. Face à cette situation, la seconde partie, « Stratégies », insiste (en trois chapitres) sur les objectifs pour lesquels se mobiliser, sur la stratégie à déployer et enfin, sur les forces nécessaires pour développer un modèle socialiste. Intéressantes, ces pages permettent à Christophe Aguiton de passer en revue une partie conséquente de la littérature qui a été produite au fil des dernières décennies. Faute de pouvoir développer chaque aspect, prenons l’exemple de la question de l’acteur du changement. Sont successivement abordées les recherches de Gérard Duménil et la place croissante qu’occupe l’encadrement dans la contestation du système capitaliste d’un côté. De l’autre les ouvrages de Samir Amin et François Houtard qui, eux, insistent sur l’élargissement du prolétariat (thématique du peuple, des multitudes, de l’opposition caste/élite ou encore du 1% versus 99%). Christophe Aguiton décide que ces constructions théoriques, pour intéressantes qu’elles soient, souffrent d’un défaut majeur : « construire un « sujet » a priori de la transformation sociale et écologique » (p. 83). Avantage de l’essayisme, l’auteur se prononce alors pour une approche pragmatique, dont, on le comprend bien vite, il s’agit de dépasser le cadre nécessairement daté de la classe ouvrière pour proposer la construction d’alliances et de coalitions très larges ou englobantes. Bien sûr, les femmes, la paysannerie, les mouvements indigènes doivent y trouver leur place, mais aussi : « A coup sûr, l’un des défis à venir sera pour la gauche et les mouvements sociaux de changer de vision et d’inclure les « droits » de la nature et les non-humains dans les politiques publiques et, pour cela de définir les règles démocratiques capables de réaliser de tels objectifs » (p. 91, souligné par nous). La perspective que certains milieux militants nomment depuis peu « intersectionnelle » doit alors permettre de construire ces alliances et coalitions souhaitées. Le chapitre sur la question démocratique donne l’occasion de passer en revue un certain nombre de pratiques en débat actuellement (place de l’Internet, de la démocratie participative, du tirage au sort, des conférences de consensus…). Un développement plus systématique est consacré aux expériences d’Amérique du Sud, combinant certaines de ces pratiques et le pouvoir personnel de dirigeants se réclamant du populisme.

La troisième et dernière partie, « Expériences », consiste en la description analytique de quatre situations politiques : l’Italie avec la disparition du Parti communiste ; les gauches sud-américaines (Brésil, Venezuela, Équateur), l’Espagne et Podemos et surtout, l’expérience Syriza en Grèce, sur laquelle nous allons nous attarder un peu plus. En effet, la situation de la Grèce correspond à la seule expérience (au niveau européen) où un gouvernement dirigé par un parti de la gauche radicale est parvenu au pouvoir par la voie démocratique, élective. Rappelons que la Grèce s’est vue contrainte par les institutions européennes et le FMI d’appliquer des plans d’austérité drastiques qui ont épuisé les partis de gouvernement traditionnel (droite de la Nouvelle démocratie et socialiste du PASOK). Une fois parvenu au pouvoir, Syriza a soumis à référendum un nouveau plan d’austérité, obtenant une large majorité populaire. S’est alors développée une situation de crise potentielle et d’affrontement direct avec les institutions de l’UE. Or, quelques jours après le vote, le gouvernement Syriza choisit la voie de l’acceptation du plan. L’auteur analyse ce choix comme celui « qui s’est imposé au gouvernement, celui du réalisme » (p. 176). On lira avec attention les arguments développés tout au long des pages 176 et suivantes où l’auteur, finalement, avalise les décisions qui ont été prises, rejetant implicitement la voie de la rupture, sur la base du rapport de force démocratique créé par le choc électoral. Reconnaître la difficulté de la situation et des options finalement retenues n’enlève rien au fait que les dirigeants « radicaux » ont préféré temporiser (et ainsi « gérer la misère » eux même) plutôt que d’affronter l’Union européenne et le système capitaliste. L’analyste pragmatique de Christophe Aguiton endosse la position gouvernementale grecque, et certains commentateurs pourraient y relever des positions politiques qui ont connu leur heure de gloire dans l’entre-deux-guerre, celles d’un réformisme fort/radical. Certes, si l’orientation stratégique présentée ici s’appuie sur la promotion des « communs » et de la « démocratie  radicale » (p. 233), avec un appel au développement de pratiques alternatives susceptibles de susciter un certain enthousiasme chez des lecteurs peu politisés (au sens que l’on accordait à ce terme au XXe siècle) de 2017, d’aucuns peuvent regretter l’absence de réflexion sur la question de l’État et de sa destruction – dont il est quand même abondamment question, en ce centenaire de la révolution d’Octobre 1917, dans quelques travaux d’historiens – comme condition ultime d’une pratique radicale/révolutionnaire renouvelée pour cette gauche du XXIe siècle, sujet d’une refondation rêvée par l’auteur…

[1]    Il est fondateur d’AC !, Agir contre le chômage, d’Attac, militant de SUD-PTT, ex-membre dirigeant de la LCR, du NPA et actuellement d’Ensemble !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *