Kate Evans, Rosa la Rouge, Paris, Éditions Amsterdam, postface de Paul Buhle, 2017, 240 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Alors que sont en cours de publication en français les œuvres complètes de Rosa Luxemburg [1], la traduction (de l’anglais) d’une biographie en bande dessinée constitue un motif supplémentaire de satisfaction. Largement inspiré du livre de John Peter Nettl, Rosa Luxemburg, (Spartacus, 2012 [2]), cette bande dessinée en noir et blanc devrait permettre de toucher un nouveau et (souhaitons le) plus large public.

Très volontiers didactique (le texte est particulièrement abondant tout au long des 180 pages que compte la partie bande dessinée), le propos retrace fidèlement la vie et les combats de Rosa Luxemburg Cependant, il marie également (sur la base de sa correspondance), dimension privée et dimension publique du personnage. On la découvre dans ses relations intimes avec son premier amant (Léo Jogisches), mais aussi dans son rapport affectif au monde animalier, et pas seulement pour les oiseaux. L’ouvrage porte néanmoins sur la dimension politique du personnage, d’où parfois une certaine lourdeur dans l’expression quand il s’agit de représenter graphiquement les concepts abstraits du marxisme (lire par exemple les pages 105 et suivantes sur les cours que Rosa Luxemburg donne à l’école du SPD). Notons d’ailleurs que l’auteure elle-même doit être consciente de cette difficulté, car elle intervient dans le cours du récit, dans une perspective tout à fait déconstructionniste du propos.

L’ouvrage se conclut par une solide bibliographie pour les lecteurs/lectrices qui auraient envie de prolonger leur fréquentation de Rosa Luxemburg. Mais surtout, la bande dessinée est complétée par presque 50 pages (soit un peu moins d’un tiers du volume) de notes qui documentent les dessins, une sorte d’appareil critique. De très substantiels extraits des ses textes, y compris ses lettres, sont ainsi mobilisés pour clarifier, expliquer ou prolonger telles ou telles bulles, telles ou telles situations historiques ou débats qui ne pouvaient pas être intégrés dans la bande dessinée. Au final, cette bande dessinée complète et s’inscrit avec bonheur dans les publications traitant de l’œuvre et de l’action de Rosa Luxemburg, y compris dans des fictions [3].

[1]    Quatre volumes sont déjà publiés actuellement aux éditions Smolny et Agone.

[2]    Lire le compte rendu sur ce blog de Dissidences, https://dissidences.hypotheses.org/3952

[3]    Lire le compte rendu du roman de Jonathan Rabb, Rosa, Paris, 10/18, 2011, sur ce blog de Dissidences,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *