Peter Bagge, Femme rebelle. L’histoire de Margaret Sanger, Paris, Nada, 2017, 120 pages, 18 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Traduit de l’anglais (américain), cette bande dessinée permet de mieux connaître un pan de l’histoire du mouvement féministe des États-Unis et l’une ses figure centrales, Margaret Sanger. Bien qu’elle ait fait l’objet de deux ouvrages en français [1], Margaret Sanger demeure probablement inconnue du plus grand nombre. Pourtant, il suffit d’évoquer le nom de l’association qu’elle a contribué à créer, le Planning familial, pour comprendre immédiatement son rôle dans l’histoire du mouvement des femmes.

Le dessinateur Peter Bagge [2], auteur de la scène alternative américaine, avec déjà plusieurs ouvrages traduits à son actif, illustre à merveille ce roman graphique consacré à Margaret Sanger (1879-1966). Cette dernière naît dans une famille pauvre, dotée de nombreux enfants qui épuisent la mère et marquent au fer rouge la conscience de la petite Margaret. Cette dernière devient infirmière et fréquente les milieux socialistes anti-malthusiens. Elle y rencontre des figures réputées du mouvement de lutte pour la libéralisation de l’avortement, dont le sexologue Havelock Hellis, avec qui elle entretient des relations inhabituelles. Femme libre, après avoir eu plusieurs enfants avec son mari, Margaret Sanger pratique une sexualité tout aussi libre (y compris pour son époque, puisque tout indique qu’elle eût des relations amoureuses avec une domestique noire), multipliant les amants, y compris à l’âge de 70 ans passé.  Ses rapports avec le courant socialiste évoluent vers la rupture lors de la Première Guerre mondiale, tandis qu’elle écrit de nombreuses brochures et effectue des tournées de conférence pour éveiller les consciences sur la question de la prévention des naissances.

Cette activité militante lui vaut à la fois de subir les foudres de la répression (largement diligentée par l’Église catholique) et d’effectuer un lent rapprochement avec des représentants des classes favorisées, qui soutiennent ses initiatives, en l’encourageant financièrement. Par contrecoup, son rapport aux pauvres s’en ressent assez fortement et elle développe alors une conception parfois élitiste, en particulier en matière d’eugénisme (lire par exemple, sous la forme d’une interview très didactique, le développement de ses analyses, p. 65 et suivantes). Elle est d’ailleurs fortement critiquée lorsqu’elle accepte d’aller donner une conférence aux femmes du Ku Klux Klan sur la contraception, à la fin des années 1920. Cette initiative ne sera jamais renouvelée, mais elle la traînera comme un boulet. De nombreux épisodes, parfois assez cocasses de son combat, sont ainsi rapportés au fil des pages. On voudrait évoquer le cas d’une policière venue à une des permanences qu’elle organisait dans sa clinique, se faisant passer pour une femme ordinaire. L’objectif était évidemment de piéger Margaret Sanger. Un procès s’en suivra d’ailleurs, pour exercice illégal de la médecine. Mais la policière, venue témoigner à charge, découvre alors que, des examens qu’elle avait subie pour pouvoir constituer l’accusation, il ressortait que des signes potentiels d’un cancer de l’utérus avaient été détectés, manifestant ainsi de manière paradoxale l’utilité du travail engagé dans cette clinique. Margaret Sanger participe par la suite à la création du Planning familial dans les années d’avant la Seconde Guerre mondiale, responsabilités qui l’amènent à entreprendre de nombreux voyages à travers le monde.

Cette bande dessinée, qui s’arrête à la mort de Margaret Sanger, se poursuit, sur vingt-cinq pages, par des notes, des photos et autres illustrations, que Peter Bagge a collecté pour construire son récit. Sur la base de ce véritable travail d’enquête approfondie, l’auteur éclaire et prolonge de nombreux aspects de cette biographie, évoqués au détour d’une phrase ou d’une allusion dans le récit, conférant ainsi une belle solidité à l’ensemble. On ne peut que souhaiter que cette bande dessinée d’un grand intérêt historique et d’une qualité graphique irréprochable rencontre son public, à l’instar des autres titre publiés dans la même collection chez Nada [3].

[1]    Angeline Durand-Vallot, Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances. Textes traduits et présentés par Angeline Durand-Vallot, Lyon, ENS Éditions, coll. « Les fondamentaux du féminisme », 2012, Jonathan Eig, Libre comme un homme (traduction), Paris, Globe, 2017.

[2]    Un avant propos de Tom Spurgeon, rédacteur de The Comics Reporter, expose la place qu’occupe Peter Bagge dans le monde de la bande dessinée américaine et la raison pour laquelle il a décidé de dessiner ce parcours biographique. Retenons également, parmi les multiples qualités de cet ouvrage, que Peter Bagge revient dans une postface sur son rapport à l’objet Margaret Sanger, en manifestant à la fois ses accords avec son entreprise, mais aussi, parfois, ses désaccords avec les prises de position de cette dernière. Le dessinateur montre ainsi que tout en restant le plus fidèlement possible attaché à l’histoire de son personnage, il n’en devient pas pour autant un admirateur a-critique.

[3]    Évoquons par exemple Bohemians. Une histoire graphique des avant-gardes artistiques aux États-Unis, qui a précédé cet album.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *