Ozanam (scénario), Denis Rodier (dessin), Walter (couleur), Marie-Pierre Rey (historienne), Lénine, Paris, Glénat / Fayard, collection « Ils ont fait l’histoire », 2017, 58 pages, 14,50 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La démarche de la collection « Ils ont fait l’histoire » s’inscrit dans une lignée pédagogique dont un des jalons les plus marquants fut « L’Histoire de France en bande dessinée », à la fin des années 1970. L’objectif est de présenter la biographie d’une figure marquante, en l’occurrence celle de Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine. Le portrait suit un déroulement chronologique relativement classique, à l’exception des dernières pages, centrées sur un Lénine malade se remémorant la période de la guerre civile. On sent chez les auteurs une volonté de coller aux faits, et de comprendre la personnalité et la psychologie de leur personnage.

Le récit débute par les premières condamnations visant le jeune Oulianov, la démarche faite par sa mère auprès des autorités permettant d’évoquer la condamnation à mort de son frère aîné. Certaines de ses lectures, la rencontre avec Nadejda Kroupskaia, ses différents lieux de résidence, hors de Russie en particulier, ou sa probable relation avec Inessa Armand sont évoqués (la page où l’on voit Lénine pêcher est cependant la seule allusion à l’importance qu’il accordait aux exercices physiques). Ce sont bien sûr les étapes de son parcours politique qui ont droit à de plus larges développements. Fondation d’un journal (l’Iskra), rédaction de Que faire ?, naissance de la fraction bolchevique, révolution de 1905, retour en Russie et passage de l’isolement au succès en 1917, en passant par la fuite de l’été… Les luttes fractionnelles menées entre 1905 et 1917 sont par contre globalement négligées, tout comme la période cruciale de la guerre civile puis de la NEP : sur les 48 pages de la bande dessinée proprement dite, seules quatre évoquent la séquence allant de janvier 1918 aux derniers moments conscients de Lénine.

Si certains choix sont appréciables (une case donne l’occasion à Lénine de plaindre les morts du « Dimanche rouge », évacuant ainsi la caricature d’un Lénine indifférent et inhumain), d’autres sont un peu plus discutables. Il est par exemple curieux d’accompagner la première rencontre entre Lénine et Staline d’un extrait du témoignage de ce dernier, insistant sur sa déception, alors que la suite, non reproduite, en est plus élogieuse. De même, ne voir dans le rapprochement entre Lénine et Trotsky en 1917 que, du côté du premier, un simple pragmatisme pour profiter des compétences de Lev Davidovitch Bronstein, et du côté de ce dernier, une manifestation d’ambition personnelle, évacue toute profondeur politique. De même, le choix de l’insurrection en octobre fait fi de l’analyse du contexte politique menée par Lénine, qui insiste sur le risque croissant d’une contre-révolution victorieuse sans initiative amenant les bolcheviques au pouvoir (le soutien majoritaire dont ils bénéficiaient alors, dans les grandes villes en particulier, n’est pas non plus évoqué). Enfin, la dissolution de la Constituante n’est justifiée que par l’opposition des socialistes-révolutionnaires (SR) au nouveau pouvoir et la tentative d’assassinat de Lénine début janvier 1918, ce qui est là aussi lacunaire. Quant à la case de la page 43 illustrant le 25 octobre 1917, elle s’inspire d’une photographie de Lénine en extérieur, mais qui date de 1920.

On peut également relever les erreurs sur les insurgés molestant les ministres du gouvernement provisoire lors de la prise du palais d’hiver (Antonov-Ovseïenko les en empêcha), celle consistant à placer Lénine et le nouveau gouvernement entre les murs de ce bâtiment, alors qu’ils siégeaient à l’Institut Smolny, ou, plus grave, le choix que Lénine aurait explicitement fait de Trotsky comme son successeur (on sait que la réalité fut plus contrastée et ambiguë). La page 24, à cet égard, est plus originale, puisqu’on y voit un rêve fait par Lénine, dans lequel il se noie lors de sa fuite de l’empire russe après 1905, hypothèse uchronique évoquée par quelques historiens. Dans l’ensemble, le graphisme est très classique, très scolaire, ne se permettant que rarement des initiatives formelles, tandis que les dialogues ont tendance à forcer sur le didactisme. La page 29, illustrant l’éclatement de la Première Guerre mondiale, avec un Lénine surplombant des combattants déshumanisés par leur port du masque à gaz ou le crâne nu, est ainsi une jolie réussite. Les limites quantitatives d’un album contraignent bien sûr à aller à l’essentiel, mais il est peu probable qu’un lecteur novice comprenne véritablement tout ce que la page 25 contient d’implicite quant à la lutte armée, aux expropriations ou à l’héritage Schmidt… Peut-être aurait-il mieux valu envisager deux albums ; après tout, dans la même collection, Napoléon en nécessita trois.

Un dossier documentaire, signée Marie-Pierre Rey, complète la BD. Son exposé, insistant sur les contradictions de Lénine, contient quelques erreurs (L’État et la révolution achevé en août 1917, alors qu’il ne le fut jamais, par exemple) et développe particulièrement la volonté d’un pouvoir autocratique (le pluripartisme n’était pourtant pas supprimé dans les faits en janvier 1918) et la terreur une fois au pouvoir, sans mise en contexte réellement explicite. Il faut dire que selon l’historienne, Lénine cherchait à « (…) implanter par la force, au nom d’une classe ouvrière mythifiée, une utopie communiste. » (p. 56). Ce texte est complété par une petite bibliographie, dont on s’étonne de découvrir certains titres pourtant traduits proposés dans leur version originale (la somme d’Orlando Figes ou l’essai de Moshe Lewin sur les dernières années de Lénine). En l’état, cette bande dessinée éclaire surtout la vie de Lénine, de son adhésion au marxisme jusqu’à la prise du pouvoir par son parti, et ce d’une manière majoritairement respectueuse des événements.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *