Jean-Luc Despax, Des raisons de chanter, Paris, Le Temps des Cerises, 2012, 121 pages, 11 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

De menus faits, événements médiatiques ou anodins, annotés et interrogés sur un ton doux amer – « Demain nous changerons le monde / Avant de partir travailler » (p. 12) –, éclairés ici ou là par des pointes parfois d’humour : « Un seul être vous manque et l’INSEE l’a compté » (p. 53). Poèmes sans prétention, relativement inégaux, prenant parfois la forme de ballades, qui rappellent un peu les chants de Jean-Baptiste Clément, mais explorés à partir de ce « lyrisme malgré tout », qui est l’un des titres du recueil. Et qui fait retour sur l’histoire et l’à présent :

« Étions-nous sortis du tunnel, vraiment ?

L’internationalisme ouvrier remplacé par les

jeux du hasard

La radio passait mal

Quand elle passait, il semblait plus qu’étonnant

qu’elle n’expliquât pas d’où venait le mal » (p. 34-35).



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *