Eric Teyssier, Spartacus. Entre le mythe et l’histoire, Paris, Perrin, 2012, 352 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Eric Teyssier, universitaire spécialiste de la gladiature, se penche, dans cet ouvrage vulgarisateur très accessible, sur la véritable histoire de Spartacus, cet esclave romain révolté au début du second quart du Ier siècle avant Jésus. Il utilise pour cela quasi exclusivement les sources écrites des anciens, Salluste et Plutarque en particulier. En dépit d’une couverture fort peu réussie, le livre se révèle extrêmement intéressant, tant la mise au point est fouillée et globalement convaincante. Eric Teyssier, qui confirme que Spartacus était bien un Thrace, nous apprend qu’il était en outre d’origine aristocratique, ayant probablement servi Rome avant de se retourner contre elle et de finir comme prisonnier de guerre. Il était, semble-t-il, également accompagné d’une femme, prêtresse de Dionysos. Après sa fuite de l’école de gladiateurs de Capoue, il attire à lui, sans préméditation aucune, des esclaves ruraux (moins bien traités que ceux des villes) et même des hommes libres, laissés pour compte des guerres sociales. Ses succès face à Rome, témoignant d’une incontestable habileté tactique, profitent également d’une conjoncture de faiblesse pour cette dernière, dont les meilleures légions sont alors engagées sur quatre fronts extérieurs. De soixante-dix fuyards au départ, les hommes de Spartacus se retrouvent mille fois plus nombreux à l’issue des victoires de l’année – 73 contre les diverses armées envoyées contre eux1. Cette masse d’opprimés est cependant en proie aux divisions entre peuples, un point commun avec les difficultés du même ordre qu’aura à affronter Vercingétorix vingt ans plus tard. Par deux fois, l’armée de Spartacus connaît d’ailleurs une scission avec des Gaulois, ces derniers étant à chaque fois battus par les Romains. L’objectif un temps caressé de quitter l’Italie par le nord se heurte finalement à la crue du Pô, contraignant Spartacus à repartir vers le sud de la péninsule, mais l’échec d’une possible extension de la révolte à la Sicile finit par mettre face à face Spartacus et Crassus, ce dernier l’emportant entre autres par l’absence d’une véritable cavalerie dans le camp de Spartacus.

Ce que l’on peut toutefois remarquer à l’issue de cette lecture passionnante, c’est d’abord le manque de réflexion sur l’absence de nouvelles révoltes de l’ampleur de celle de Spartacus dans la suite de l’histoire romaine, le passage à la gladiature volontaire et la réduction du nombre de morts systématiques au combat nous semblant un peu court. Sont également regrettables l’aspect lacunaire de l’image de Spartacus à travers les siècles, ainsi que le manque d’analyses détaillées et comparées sur les différents romans consacrés à Spartacus, au-delà de la critique des visions de Arthur Koestler et Marcel Ollivier, trop partisanes, ou de l’image christique par Howard Fast, écrivain communiste étatsunien. A cet égard, Eric Teyssier a tendance à faire preuve d’une certaine méprise sur ce que peut être un révolutionnaire2. En effet, Spartacus, s’il ne peut être comparé à un « révolutionnaire professionnel » contemporain, ne joue pas seulement un rôle inconscient de remise en cause du fondement de l’économie antique : son souci de modération lors du pillage des villes prises par ses hommes témoigne en effet d’un véritable sens de la stratégie entre classes, puisqu’il souhaite par ce biais attirer à lui davantage d’hommes libres pauvres. Il en est de même pour sa volonté de redonner une dignité aux opprimés, sensible lors de la cérémonie visant à procurer une sépulture aux combattants. Quant à sa supposée cruauté à l’égard des soldats romains capturés, elle n’est contradictoire avec un supposé humanisme (pour ne pas dire angélisme) révolutionnaire que dans l’esprit d’Eric Teyssier, la guerre imposant souvent ses propres règles, comme la guerre civile russe a pu également l’illustrer. Plus généralement, l’attrait de la figure de Spartacus pour les révolutionnaires contemporains3 tient à son incarnation de la force des opprimés et au symbole de l’écrasement impitoyable des vaincus : le crucifiement des 6 000 survivants, en – 71 le long de la voie Appienne reliant Capoue à Rome peut être vu comme un véritable prototype des futures semaines sanglantes qui traverseront l’histoire des révolutions.

1 A cet égard, Eric Teyssier s’interroge sur la réutilisation des étendards romains par les révoltés, effectuant un parallèle discutable avec une armée rouge qui aurait repris les étendards nazis durant la Grande Guerre patriotique (p. 135) : parallèle qui ne se justifie pas, d’abord parce que Spartacus ne représente pas une armée étatique déjà dotée de symboles propres, ensuite parce que cette reprise vise probablement à impressionner les Romains, capables d’être battus avec leurs propres moyens.

2 Ou même sur la révolution elle-même : il considère ainsi que « La rumeur constitue toujours [souligné par nous] le principal aliment des grandes révolutions » (p. 147). Il semble également avoir une vision relativement simpliste du marxisme, comme lorsqu’il postule que pour les marxistes, les esclaves constitueraient une classe sociale homogène.

3Que l’on songe au Spartakusbund allemand de Rosa Luxembourg et Karl Liebknecht, aux Cahiers Spartacus de R. Lefeuvre, à l’association Les amis de Spartacus, créée en 1928 par le PCF pour promouvoir les films soviétiques, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *