Appel à textes pour un projet de Dissidences « Octobre 1917 : Mémoire fuyante ? Mémoire tangente ? » (à paraître en 2017).

Le centenaire des révolutions russes de 1917 risque, sans nul doute, de constituer un événement éditorial conséquent, qui verra nombre de rééditions et la sortie d’ouvrages synthétiques ou plus spécialisés, dont on peut conjecturer qu’ils ne sacrifient davantage à l’utilisation de paramètres essentiellement idéologiques qu’à de nouvelles avancées historiques. Si un bilan historiographique critique s’avère donc une nécessité, il convient également d’offrir une vision plurielle d’Octobre et de la période révolutionnaire qu’il ouvrit, dans l’empire russe mais aussi en Europe et dans le monde, ce au moins jusque dans les années 1920.

Dissidences, fidèle en cela à son appréhension de la complexité et de la richesse plurielle des mouvements révolutionnaires, souhaite porter sur cet événement fondateur un autre regard, ainsi qu’un questionnement diversifié : La révolution russe est-elle un sujet forclos ? A-t-elle encore des choses à nous dire et à nous apprendre ? La prise du pouvoir par les bolcheviques s’inscrit-elle dans un processus de remise en cause du « vieux monde » plus large ? Octobre 17 laissa-t-il une trace profonde dans les sociétés et les mentalités ? En 2017, qu’en est-il de la mémoire de cette rupture au sein des organisations ou mouvances se réclamant d’une transformation du monde ? Autrement dit, la mémoire que nous avons de la révolution d’Octobre ne serait-elle pas fuyante, incomplète, tangente ? Ne nécessite-t-elle pas, au contraire, de se réapproprier les événements avec de nouvelles focales, dont celle inaugurant l’entrée de la Russie, par le communisme, dans une des versions de la modernité1 ?

Pour ce faire, nous souhaitons privilégier trois axes :

  • La publication d’articles s’intéressant à des sujets peu connus ou moins traités d’une histoire par en bas, populaire pourrait-on dire, que ce soit l’éducation (alphabétisation, lutte contre les religions), les expérimentations artistiques et la recherche d’un art prolétarien (cinéma, musique, arts plastiques), la médecine, les sciences, les canaux de la propagande populaire, les situations vécues dans certaines régions ou villes, ou encore les acteurs non-russes de la guerre civile, entre autres exemples.

  • Une approche selon des visions plus surplombantes, replaçant l’événement Octobre dans des focales plus larges, d’histoire longue, afin en particulier de situer sa place dans la succession des révolutions. Octobre, avec le recul dont nous disposons, est-il finalement une anomalie, une singularité ? Que nous révèle la révolution russe, à travers un jeu de miroirs temporel, sur la dynamique des révolutions à travers les âges ?

  • La prise en compte d’Octobre et de ses suites sous l’angle des mémoires. Mémoires politiques, bien sûr, interrogeant la pertinence de l’idée d’une Dernière génération d’octobre (B. Stora), mais également mémoires artistiques, telles qu’elles ont pu se décliner, au fil des décennies, dans le cinéma, les documentaires télévisés, la bande dessinée et la littérature au sens large.

Les propositions de contributions, en format Word, sont à adresser à Christian Beuvain (christian.beuvain@sfr.fr) et à Jean-Guillaume Lanuque (jeanguillaume.lanuque@wanadoo.fr) avant le 1er décembre 2015.

Nous sommes également à la recherche de traducteurs bénévoles, susceptibles de transposer articles ou chapitres de livres inédits de la production anglo-saxonne, souvent plus riche que la francophone. N’hésitez pas à nous contacter !

1Lire à ce propos un autre appel à contribution, celui de l’équipe du programme Paprik@2F, sur http://anrpaprika.sciencesconf.org/resource/page/id/3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *