Archives de l’auteur : dissidences

Eric Dupin, La France identitaire. Enquête sur la réaction qui vient, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2017, 216 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le journaliste Eric Dupin a choisi de se livrer à une investigation autour d’un thème crucial de notre époque, celui de l’identité nationale. Crucial dans la mesure où il connaît un retentissement politique et médiatique particulièrement large, et déborde les frontières de l’extrême droite où il avait d’abord incubé. Pour ce faire, il a mené des entretiens avec la plupart des personnalités qu’il évoque, et rassemblé une bibliographie partielle sur le sujet. Les organisations ou mouvances évoquées sont pour la plupart bien connues : le site FdSouche, défenseur d’un communautarisme blanc ; Génération identitaire, groupe militant axé sur la communication médiatique et partisan de la remigration ; Renaud Camus et son fameux « Grand Remplacement » ; Alain de Benoist, dont les conceptions anti-universalistes sont plutôt bien exposées (la mondialisation et l’universalisme se voyant assimilés dans une démarche grossière), tout comme son respect proclamé des différences culturelles ayant tendance à verser dans la pétrification relativiste et son espoir d’une Russie pouvant s’opposer à cette involution ; Alain Finkielkraut et la défense d’un « mode de vie français » ; les essayistes médiatiques Eric Zemmour ou Ivan Rioufol, jusqu’au positionnement des candidats Nicolas Sarkozy et François Fillon pour la primaire de la droite. La gauche n’est pas oubliée, même si un seul chapitre sur dix lui est dédié. C’est bien sûr le PIR (Parti des indigènes de la République) qui est privilégié, sa « conception racialiste » (p. 166) faisant pour Eric Dupin miroir d’avec l’extrême droite. Le CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), nettement plus institutionnalisé, est également critiqué, mais plus succinctement.

La France identitaire a donc toutes les apparences d’un exposé de vulgarisation permettant à tout un chacun de se familiariser avec un courant de pensée progressant dans le sens d’une forme d’hégémonie. Néanmoins, l’ouvrage souffre de deux faiblesses majeures. La première est son caractère lacunaire. Non seulement Eric Dupin ne prend pas en compte certains individus ou organisations importantes (Dieudonné et Riposte laïque, à titre d’exemples significatifs), mais il demeure dans le cadre hexagonal, négligeant recul et approfondissement (géographique ou historique). Le seul chapitre proposant une certaine épaisseur chronologique ne remonte pas au-delà des années 1960, avec le tournant impulsé par Europe-Action puis le GRECE1. Certaines passages isolés laissent pourtant entrevoir les germes d’une telle analyse : ainsi de l’itinéraire de Finkielkraut, de la critique de Mai 68 à celle de la modernité, mais sans la relier en une véritable prosopographie réactionnaire2.

L’autre défaut significatif tient au positionnement même de l’auteur. A plusieurs reprises, en effet, son ambiguïté vis-à-vis de certaines des thèses identitaires peut faire penser à une relative complaisance. Outre des formulations plus que contestables3 (« Les « Français de souche » ont le droit d’être nommés » (p. 32), « Lutter contre le racisme en niant l’existence des races revient, il est vrai, à placer le combat sur un plan purement moral. » (p. 95), alors qu’il s’agit d’un point de départ scientifique), il défend la création de « statistiques ethniques » et souhaite l’apparition de whitness studies, comme aux États-Unis4, autant d’éléments qui semblent plus enclins à amplifier l’emprise de la question identitaire qu’à l’éteindre. Dans la même logique, il réserve ses critiques à Roger Martelli, lui qui défend l’égalité contre l’identité, préférant pour sa part entrer dans ce qu’il appelle « la confrontation identitaire » (p. 160). Concernant les données strictement factuelles, il est donc préférable de s’orienter sur les Dictionnaires de Jacques Leclercq, publiés chez L’Harmattan (tout au moins concernant l’extrême droite)5.

1Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne.

2Voir, pour alimenter cette réflexion, Michael Scott Christofferson (Les Intellectuels contre la gauche) ou François Cusset (La Droitisation du monde).

3Nous pouvons également relever un usage inapproprié du terme d’entrisme (p. 120), tendance malheureusement généralisée : dans la mesure où l’entrisme ne se conçoit pas sans le « sortisme », l’utiliser pour désigner l’investissement des militants identitaires dans le FN afin d’y acquérir une influence déterminante se rapprocherait davantage du « noyautage ».

4Il va jusqu’à estimer que « (…) la fracture ethnique explique, pour une part non négligeable, pourquoi les idées socialistes ne se sont pas acclimatées aux États-Unis » (p. 188), affirmation péremptoire pour le moins contestable, pour qui connaît un tant soi peu l’histoire du mouvement socialiste, communiste et révolutionnaire de ce pays.

Lawrence Wright, Devenir Clair. La Scientologie, Hollywood et la prison de la foi, traduit de l’anglais par Laurent Bury, Paris, Éditions Piranha, 2015, 473 pages, 24, 90 €.

 

Un compte rendu de Denis Andro

L’auteur, journaliste au New Yorker, a consacré plusieurs de ses ouvrages à la religion : une enquête sur les Amish en 1979, ou encore, en 2006, La Guerre cachée (titre en français), sur Al-Qaïda, pour lequel il obtient le prix Pulitzer. Si Devenir Clair (publié aux États-Unis en 2013, et dont a été réalisé par Alex Gibney en 2015 un téléfilm1) n’est pas un travail académique, il constitue un apport intéressant aux enquêtes existantes sur l’Église de scientologie. Lawrence Wright s’appuie sur des interviews de nombreux anciens membres, sur l’abondante littérature scientologique et sur les travaux publiés (dont peu, note-t-il, en sociologie) ou mis en ligne (dont des informations de WikiLeacks). Chaque fait, témoignage ou citation, renvoie à un minutieux appareil de notes. Deux « vérificateurs de faits » ont renforcé l’enquête. Les contestations de l’Église de scientologie sont elles-mêmes rapportées en bas de page. Dans un climat culturel nord-américain empreint de juridisme et avec une religion assez procédurière, l’enquête est allée jusqu’à une rencontre d’une journée entière entre des porte-parole de l’Église assistés d’avocats d’un côté, Wright et son équipe, également entourés de juristes, de l’autre, dans une scène digne d’un scénario…hollywoodien. Soulignons encore que si l’auteur livre souvent des matériaux en défaveur de la Scientologie (ainsi sur la brutalité physique, selon plusieurs témoignages, du dirigeant actuel David Miscavige (né en 1960), sur les humiliations en vigueur au moins dans le passé (y compris sur des enfants), sur la flottille de la Sea Org ou dans les locaux du RPF (Rehabilitation Project Force), il évite les poncifs parfois présents dans la littérature polémique sur les sectes : réduire par exemple la Scientologie à une entreprise lucrative ne suffit pas à en éclairer la logique.

Lawrence Wright suit, en éclairant les phases d’expansion de l’Église, le parcours de plusieurs protagonistes, dont celui du fondateur L. Ron Hubbard (1911-1986) – mais il est déjà connu par des ouvrages critiques 2. Le fil conducteur est la trajectoire du scénariste oscarisé de Collision (2004), Paul Haggis (né en 1953), sur qui il avait déjà fait un portrait pour son journal (The Apostate) en 2011. Entré dans l’Église de scientologie au milieu des années 1970 dans une petite ville canadienne, Paul Haggis gagne bientôt Los Angeles, où il se fraie un chemin professionnel notamment par les réseaux de sociabilité scientologues. Dans les années 70, la Scientologie apparaît dans le sillage de la contre-culture, elle a une image « grisante et ludique » (p. 25), et se diffuse notamment chez des jeunes intéressés par les arts visuels et le milieu du divertissement. Paul Haggis restera 34 ans dans l’Église, jusqu’à sa lettre de démission, en octobre 2009, qui circulera sur la Toile.

Le mouvement avait été fondé vingt ans plus tôt par Ron Hubbard avec une méthode supposée scientifique d’exploration et d’amélioration du mental : La Dianétique, la science moderne de la santé mentale, paraît en 1950. La méthode consiste à neutraliser des obstacles intérieurs (« engrammes ») lors de séances d’ « audition » interrogeant le passé des « audités », jusqu’à supprimer les traumas originaires (« basique-basique »). Il doit en résulter une amélioration notable des potentialités, notamment en matière de communication, voire des capacités extra-sensorielles. Le texte est jargonnant, mais aussi astucieux, et souvent loufoque. Des extraits en sont d’abord publiés dans les Astounding Science Fiction de  John Campbell (1910-1971) : Hubbard est en effet, avant d’être le fondateur de la Dianétique puis de l’Église de scientologie, un auteur de récits de westerns puis de science-fiction – dont John Campbell contribue à hisser le genre de simple divertissement à un mode littéraire prophétique. Ron Hubbard publie dans les pulp magazines depuis le milieu des année trente. Ces liens avec la SF sont intéressants. Plusieurs des auteurs de cette époque de l’âge d’or sont un temps intéressés par la Dianétique, comme A.E. van Vogt (1912-2000) par exemple, ou proches d’Hubbard (Robert Heinlein (1907-1988)) ; certains sont par ailleurs influencés par les écrits du théoricien de la sémantique générale Alfred Korzybski (1879-1950) auquel Hubbard semble, quoique de seconde main, reprendre l’idée de la création d’un vocabulaire nouveau. Enfin, comme on le sait peut-être, le cœur de la croyance des scientologues est l’existence d’un moi éternel quasiment science-fictionnel, le « Thétan », qu’il convient de rendre à nouveau opérant (OT), capable d’exercer des effets, suivant une graduation de cours ( (OT I, OT II, OT III (étape des révélations sur l’origine trans-galactique des Thétans)), etc. Après une période de succès de la Dianétique puis d’une moindre audience (où sont les pouvoirs psy supposés ?) la Scientologie se fraie une voie dans une Amérique qui a certes connu bien des religions nouvelles, des Mormons à la Science chrétienne ; l’Église de Scientologie est créée en 1953 et suit son allure de croisière – littéralement puisqu’une flottille de trois bateaux, embarquant le staff du haut-clergé, la Sea-Org, Hubbard entouré de ses « Messagères du Commodore » (des adolescentes en uniforme « qu’il fallait appeler « Monsieur », même si ce n’était que des gamines de douze ans » (p. 127)) sillonnera les mers durant plusieurs années, à certains endroits indésirable car entourée de la rumeur d’appartenance à la CIA.

Lawrence Wright narre les aventures et les déboires de l’Église, au Maroc ou ailleurs, ses succès financiers (les cours du « Pont vers la liberté totale » ne sont certes pas à prix libre, le mouvement représenterait trois milliards de dollars), ses brimades en interne et ses audaces, comme le Projet Blanche-Neige (Projet Grincheux pour l’Allemagne, Joyeux pour le Danemark, etc.) qui consistait à infiltrer des milliers de scientologues dans les administrations de plusieurs pays « à la recherche de dossiers nuisibles pour l’Église » (p. 143). La Scientologie se vit en effet comme entourée d’adversaires : la psychiatrie, les agences gouvernementales et le fisc, dans une ambiance de perpétuelle course-poursuite dans laquelle l’Église remporte du reste, au gré de procédures et de ses propres méthodes de défense, une manche décisive en 1993 : la levée presque totale de son énorme dette (un milliard de dollars) auprès de l’administration fiscale, en vertu d’une disposition du Premier amendement de la Constitution, prévoyant une exonération fiscale pour les religions. La politique étatsunienne a-t-elle parfois cherché à défendre la Scientologie ? L’auteur le laisse entendre, ainsi à l’égard de l’Allemagne, qui a une politique anti-secte « vue au prisme du passé nazi »: en 1997, pendant le mandat de Bill Clinton, « le Département d’État commença à faire pression sur le gouvernement allemand au nom de l’Église » (p. 271). Quoiqu’il en soit, dans une ambiance quasiment paranoïaque, les opposants ou critiques (juges, agents du fisc, journalistes indépendants, etc.), nommés « Suppressifs », font l’objet de campagnes de dénigrement et de déstabilisation. Autre catégorie litigieuse dans la doxa scientologique, les personnes déclarées PTS, Sources potentielles d’ennui (par exemple proches d’un Suppressif supposé). Une « déconnexion » s’impose alors. Un autre aspect qui interroge est la croyance dans des « Thétans de corps » (BT), qui conduit les scientologues à s’auto-auditer pour les chasser, de façon parfois obsessionnelle.

La seconde partie aborde plus directement Hollywood et les réseaux scientologues un temps bien implantés et actifs : Los Angeles compterait 5 000 scientologues. Un des nœuds de croisement entre milieux du cinéma et l’Église de scientologie est le Celebrity Centre, créé en 1969, alors administré par Yvonne Gillham (1927-1978), une Australienne charismatique qui y organise des soirées de lecture poétique ou autres, soirées qui voient défiler des centaines de proches de la Scientologie (comme le musicien Chick Corea) ou d’aspirants scénaristes ou d’acteurs – dont John Travolta, longtemps vedette phare de l’Église – avant Tom Cruise, étoile montante d’Hollywood qui prend des cours d’audition à partir de 1986. Tom Cruise devient vite très proche du sommet de la hiérarchie et de Miscavige, dans une curieuse relation gémellaire où la spiritualité ne paraît pas incompatible avec la puissance et le luxe : la « base Gold », en Californie, ultra-sécurisée, où vivent 1 000 membres de la Sea Org, possède aussi des allures de « station balnéaire secrète pour célébrités » (p. 301) – quand les membres de la Sea Org, eux, vivent on ne peut plus chichement. Lawrence Wright consacre plusieurs passages à Tom Cruise, à la fois opiniâtre, ambitieux et tourné vers la spiritualité (il a fait un an de prêtrise catholique), aspirations que la Scientologie synthétise peut-être à ses yeux. Tom Cruise ira en tous cas jusqu’à imposer à Steven Spielberg qu’une tente soit installée sur le plateau de tournage de La Guerre des Mondes (2005) pour diffuser des documents de l’Église et fournir une aide scientologique. Sont évoqués maints autres stars et starlettes passés dans le rayonnement de l’Église. Autre personnage-clef dans cet Hollywood de la Scientologie : le coach d’acteurs Milton Katselas (1933-2008), « OT V et un des meilleurs recruteurs de l’Église » (p. 187).

Un des motifs d’éloignement de plusieurs membres (l’histoire de la Scientologie en est jalonnée) est le statut négatif de l’homosexualité dans le mouvement : « aberration » pour Hubbard (et pour la psychiatrie des années cinquante, du reste) selon certains écrits, ce jugement fait quelque peu vieillir cette nouvelle religion dans l’Amérique des années de coming out. La troisième partie, « la prison de la foi », évoque le parcours de prise de conscience de Paul Haggis, dont des filles sont homosexuelles, notamment à l’occasion de la contestation de la loi californienne contre le mariage gay (« Proposition 8 ») : grâce entre autres à des articles du quotidien de Floride The St Petersburg Times sur la base  scientologique de Clearwater, ou aux blogs d’anciens adeptes qui apparaissent (dont celui d’une nièce de Miscavige sur les enfants dans la secte3). Le mouvement des hackers Anonymous, qui se cristallise à partir de 2008 autour d’une vidéo de Tom Cruise diffusée sur YouTube, est évidemment évoqué mais peut-être trop rapidement. La conclusion insiste, après plusieurs considérations sur la religion et ses dérives possibles, sur la Scientologie comme « philosophie spiritualiste de la nature humaine », avec un accent mis sur le désir de notoriété. Peut-être l’auteur aurait-il pu, à cet égard, comparer la Scientologie non pas, de façon saugrenue, avec Kant et Kierkegaard (p. 394), mais avec le vaste ensemble américain de méthodes à prétention thérapeutique, souvent avec un contenu spiritualiste ou religieux, d’amélioration de son « potentiel », comme la « pensée positive » d’inspiration chrétienne, se proposant de prendre en charge les individualités en vue de gains existentiels voire très matériels. La formule scientologique « rendre les gens capables plus capables » résonne aussi sur ce fond « spiritualiste » qui n’oublie pas les réalités terrestres.

Regrettons certaines approximations de traduction : Le vocabulaire scientologique est parfois curieusement rendu : « esprit réactif » (p. 27) au lieu de « mental réactif »4 , E.Metrer (l’appareil utilisé lors des auditions) au lieu de son usage en français, « électromètre ». On relève d’autres approximations : Helena Blavatsky (1831-1891), fondatrice de la Société Théosophique, est qualifiée de « spiritiste » (au lieu de « spirite », p. 113) ; la base militaire mythique du Nevada est nommée comme en anglais Area 51 (quand la littérature ufologique ou conspirationniste française emploie l’expression « Zone 51 ») ; le collectif des Anoymous devient « anonyme » (p. 456) quand est évoqué son fameux message à la Scientologie5. Par ailleurs, si l’ouvrage comporte un index des noms, il aurait été utile de donner quelques courtes indications sur les nombreux personnages cités. Surtout, un glossaire des termes scientologiques (« Préclair », « suppressif », « masse », « OT », « Thétan », « dissémination », « ruine », « condition d’éthique », « overt » et de nombreux autres) aurait été utile, même si leur définition est donnée au cours du livre .

1Scientologie, sous emprise. On peut le visionner ici : http://anonymousmontreal.blogspot.fr/

2Russel Miller, Ron Hubbard. Le gourou démasqué, Paris, Plon 1993.

3http://exscientologykids.com/ Cf Jenna Miscavige Hill, Rescapée de la Scientologie, Kero, 2013. Les témoignages d’ « apostats » se succèdent ces dernières années et semblent même en vogue, ainsi Leah Remini, Troublemaker. Surviving Hollywood and Scientology, 2015.

4Voir par exemple : « Le mental réactif », chapitre II (p. 50-70 ) de L. Ron Hubbard, La Dianétique. La science moderne de la santé mentale, Montréal, éditions du jour, 1973.

Julien Guérin, Largo Caballero. Un socialiste espagnol à l’épreuve de l’Histoire, Rochefort-en-Terre, éditions Matignon, collection « Hier et aujourd’hui », 2016, 36 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Enseignant, auteur de plusieurs autres textes sur le socialisme, Julien Guérin offre dans cette plaquette une présentation très synthétique du dirigeant du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) durant la première partie de la guerre civile espagnole. En l’absence de biographie de référence (en français tout au moins), cet opuscule permet de redécouvrir la figure de ce dirigeant très modéré de l’Union générale du travail (UGT, syndicat lié au PSOE) qui se radicalisa rapidement après l’épisode de la tentative de soulèvement des Asturies en 1934.

Surnommé le « Lénine espagnol », il prend la tête du gouvernement de Front populaire à partir de septembre 1936. Très critique à l’égard du processus de « conquête » de l’État espagnol par le Parti communiste espagnol (PCE) et ses alliés au sein du mouvement syndical et socialiste, Largo Caballero est écarté du gouvernement après le soulèvement de Barcelone en mai 1937. Refusant de procéder à la dissolution du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) comme le demandaient avec insistance les communistes, incarnation de l’aile gauche du courant socialiste, il est alors remplacé par Juan Negrin, socialiste de l’aile droite, considéré comme plus favorable aux communistes. Amer, sans plus d’influence, Largo Caballero parvient à rejoindre la France lors de l’effondrement de la République. Après avoir été interné dans le camp de Saint-Cyprien, il est arrêté par les autorités françaises qui le livrent aux Allemands. Déporté au camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, dans la banlieue berlinoise, durant toute la guerre, il parvient à survivre dans ces conditions sous-humaines. Très diminué, il rentre en France et meurt en mars 1946. Il a alors 72 ans.

Évidemment, dans le très court format du texte, il était difficile d’envisager une analyse un tant soit peu poussée de l’évolution politique assez radicale que connut ce militant (d’une fraction importante du socialisme espagnol plus largement et même du socialisme européen). Un tel développement aurait pourtant donné une dimension plus dense à ce qui s’apparente à une notice biographique élargie. En fait foi la bibliographie qui, si elle fournit des titres sur le POUM, la CNT, le PCE, ne suggère aucune piste de lecture sur le PSOE, qui fut pourtant le parti de Largo Caballero.

Christophe Lucand, Le vin et la guerre. Comment les nazis ont fait main basse sur le vignoble français, Paris, Armand Colin, 2017, 448 pages, 24 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli (suivi d’un entretien avec Christophe Lucand)

Il est certains auteurs que Dissidences suit depuis plusieurs années pour leurs travaux, à l’instar de Georges Vidal ou de Julien Chuzeville par exemple. Il en est un, dans un tout autre domaine, en passe de le devenir : Christophe Lucand. Après Le pinard des poilus1, cet historien du vin revient avec un volumineux ouvrage, cette fois sur la Seconde Guerre mondiale. Mais qu’on ne s’y trompe pas, son vin et la guerre est l’antithèse de La guerre et le vin de Donald et Petie Kladstrup2. En effet, Christophe Lucand n’est pas l’homme des hagiographies. Dans le monde feutré du vin il fait plutôt figure de « poil à gratter ». Loin de la légende dorée selon laquelle les vignerons auraient caché leurs meilleures bouteilles aux Allemands pour mieux leur revendre de la « piquette », l’histoire qu’il nous livre ici – archives publiques, économiques, judiciaires, institutionnelles et privées à l’appui – est bien moins glorieuse.

A travers le cas des vignobles français (colonies comprises), c’est à un pan entier du pillage économique de la France par les nazis que l’auteur s’attelle à décrire. En effet, symbole de l’ennemi vaincu, le vin devient sous l’Occupation un bien précieux, donc très convoité. Il est impossible de faire ici l’énumération du nombre d’expéditions d’hectolitres de vin et autres alcools envoyés en Allemagne et des sommes véritablement astronomiques dévoilées dans l’ouvrage et qui suffisent à eux seuls à démentir la thèse d’une résistance vigneronne.

Car le plus intéressant dans ce livre réside dans l’étude du dispositif de captation mis en place par les nazis. En effet, à peine la victoire acquise et la mise sous tutelle de l’ensemble de l’économie française au service de l’effort de guerre du Reich, le vin fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des Allemands.

Après l’effervescence des ventes en dehors de tout contrôle et dans la confusion la plus totale de l’été 1940, le Reich procède à la nomination de « Weinfuhrer » chargés, dans chaque grande région viticole, d’organiser le marché afin de faire parvenir le précieux breuvage aux populations et armées allemandes par le biais de campagnes de prélèvement. Mais que l’on ne s’y trompe pas, ces prélèvements ne s’apparentent pas à des réquisitions, ils relèvent plutôt d’appels d’offre et force est de constater que les offres ne manquent pas, qu’elles proviennent de négociants ou de vignerons, dont certains se tailleront la part du lion. Pourtant parallèlement à ce marché administré, se développe de manière exponentielle un marché noir alimenté par toutes sortes d’officines allemandes ou françaises au service de la Gestapo, de la Wehrmarcht, de la Luftwaffe, de la Kriegsmarine ou d’organisations collaborationnistes. Là encore, les acheteurs paient mieux que bien, d’autant qu’avec la guerre et les pénuries de produits essentiels à la viticulture ou à la vinification (souffre, cuir, sucre pour le champagne), les vendanges de l’Occupation sont mauvaises, la production connaît une baisse de l’ordre de 25 à 30% et les prix s’envolent.

A ces appétits voraces s’ajoute celui, pour le moins ambigu, de Vichy. Et il est particulièrement instructif de voir comment l’État français tente de faire valoir les intérêts du Ravitaillement civil français face aux exigences militaires allemandes. Réglementations et déréglementations, taxes à l’exportation, sont autant de tentatives tous azimuts pour éviter le pillage de la production agricole la plus emblématique du « terroir national », en vain. Car les vendeurs utiliseront toutes les failles du système ou s’en exempteront purement et simplement pour continuer à accroître leurs profits et poursuivre leur collaboration économique avec leurs partenaires d’outre-Rhin (accroissement du nombre des appellations d’origine contrôlées pour échapper aux réquisitions, disparition des champagnes de catégories inférieures au profit des « grands choix », acquisitions de licences de commerce à Monaco ou en Alsace Lorraine etc…). Au final, après la crise des années 30, ces quatre années de guerre auront été pour le monde du vin hexagonal une période d’enrichissement qui dépasse l’entendement3, alors que la majeure partie de la population française a souffert des pénuries, du rationnement et d’un appauvrissement généralisé. Et si l’épuration fera quelques exemples avec les vendeurs les plus compromis ou les collaborateurs assumés, la plupart parviendront à échapper soit à la justice (on trouve beaucoup de « résistants de septembre » dans les vignes), soit aux peines qui leur auront été initialement infligées.

En dehors de l’évocation de la théorie synarchique des élites économiques françaises sur laquelle nous demeurons circonspects – sans remettre pour autant en question l’attrait incontestable des régimes allemand et italien sur les acteurs de la banque et de l’industrie – nous aurions aimé en savoir un peu plus sur la Résistance et le vin. Évoquée (trop) brièvement dans le dernier chapitre et surtout notre curiosité éveillée par la présence dans le livret-photos d’un bon de réquisition des FFI/FTPF du Beaujolais, il y a là certainement une piste de recherche à explorer pour l’avenir.

En somme, Christophe Lucand nous livre une nouvelle fois une « histoire inattendue »4, à l’écart des sentiers battus. Et si à la lecture de certains comportements dominés par la cupidité, on peut avoir un léger goût d’astringence au palais, on ne peut qu’attendre avec impatience le prochain millésime de l’auteur.

« Cinq questions à … Christophe Lucand » 

(entretien téléphonique le 28 février 2017, suivi d’un échange électronique à la même date et le 25 mars 2017)

1- Après Le pinard des poilus, c’est le deuxième ouvrage que vous consacrez au vin pendant la guerre. Pourquoi cet intérêt ?

Ce sont mes recherches sur l’histoire politique des mondes de la vigne et du vin qui m’ont amené à devoir réfléchir sur l’impact des deux guerres mondiales. Le vin, produit en apparence anodin, était jusqu’alors enfermé dans une histoire folklorique, portée par des représentations simplistes qui ne permettaient ni d’appréhender son rôle dans ces moments de tensions extrêmes, ni de concevoir en retour le poids des deux conflits dans la reconfiguration du paysage vitivinicole français. Le désintérêt des historiens pour ce produit me semblait d’autant plus surprenant que les deux guerres mondiales l’ont consacré comme un support majeur de l’effort de guerre durant le premier conflit mondial et un butin de choix, hautement convoité, pour les autorités nazies durant l’Occupation.

Le vin constituait donc pour moi une entrée très singulière afin de s’approprier une nouvelle compréhension des deux conflits au moment où la France s’impose, et de loin, comme la première puissance vitivinicole du monde. Elle est alors encore le premier pays producteur, consommateur, exportateur et importateur de la planète, employant près de 7 millions d’actifs directement ou indirectement dans le seul secteur vitivinicole.

2- Est-ce pour répondre à Don et Pitie Kladstrup que vous avez écrit Le vin et la guerre ?

Il s’agissait surtout de répondre à une étrange absence, celle de l’histoire d’un produit incontournable dans l’économie française durant l’Occupation, et qui n’avait jamais fait l’objet d’un travail scientifique réalisé à partir du croisement d’archives et de sources pourtant très abondantes. Le seul ouvrage de référence (La guerre et le vin, Perrin, 2002) était en effet celui écrit par deux journalistes américains, Don et Pitie Kladstrup, qui relatent leur itinérance, de vignoble en vignoble, à la rencontre de professionnels du vin. Loin d’être inintéressant, le livre relève du « mythe de la Grande Vadrouille », exposant, non sans une certaine naïveté, de nombreuses anecdotes à propos de supposées actions courageuses menées par ceux qui ont osé s’opposer au pillage des vins français par les nazis. Cette histoire « résistantialiste » très complaisante propose l’image de vignerons français toujours intrépides et astucieux face à des occupants allemands globalement présentés comme assez crédules. Il fallait à mon sens rétablir une part de vérité en corrigeant cette « belle histoire » entretenue et entendue par tous, par l’étude minutieuse de sources demeurées jusqu’alors inexplorées.

3- La liste des archives dépouillées est impressionnante mais comment avez-vous réussi à obtenir celles, privées, des Maisons qui prenaient un risque en vous laissant fouiller sur cette période ?

Le sujet couvre en effet une grande variété de sources, dont en premier lieu une masse d’archives publiques dont les conditions d’accès demeurent aujourd’hui toujours très problématique. Concernant ces sources, et au-delà des autorisations parfois très difficiles à obtenir, il faut souligner le caractère très préjudiciable de l’absence de classement de fonds entiers couvrant, par exemple, les archives judiciaires. On pourra utilement s’interroger sur les raisons qui expliquent pourquoi certains fonds essentiels détenus par les Archives nationales ne sont toujours pas inventoriés aujourd’hui, et sont donc rendus presque inaccessibles, plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En ce qui concerne les archives privées, leur accès n’a pas été plus contraignant mais il suppose un long travail d’approches et de recommandations qui suscite parfois beaucoup de méfiance, voire d’hostilité. Mon choix a été celui de la transparence. Je n’ai anonymé aucun nom d’individu, ni aucun nom de domaine ou de Maison. Il a fallu patiemment convaincre et surmonter les absences et disparitions d’archives, toujours assez fréquentes sur cette période, qu’il s’agisse d’archives privées ou d’archives publiques. De nombreux fonds ont disparu dès la Libération, après un travail d’élimination systématique de documents susceptibles d’atteindre des personnes ou des intérêts. Ces archives « disparues » sont celles qui ont été retirées, ont été volées ou accidentellement détruites, souvent à la suite d’incendies. Parallèlement, de nombreuses archives de correspondance ou de comptabilité d’établissements de commerce ont été codées ou cryptées afin de rendre leur compréhension impossible. Ce travail de dissimulation témoigne de l’enjeu des questions soulevées par ce sujet.

4- Justement, comment expliquer que la mainmise allemande sur le vin français ait été aussi efficace ?

Dans la plupart des vignobles renommés, le monde du commerce des vins était très lié aux grands circuits marchands européens et à leurs acteurs allemands au moment où éclate la guerre. De nombreux négociants en vins, champenois, bordelais ou bourguignons, notamment, établissaient des liens très forts avec leurs homologues du Reich, et cela depuis parfois plusieurs générations. Liés par des intérêts souvent communs, ils formaient un monde marchand cohérent et soucieux de sa prospérité.

Le choix des individus désignés par la Chancellerie de Berlin pour représenter les Délégués officiels pour l’achat des vins destinés au Reich à partir de l’été 1940 ne surprend donc personne. Ces personnages, piliers de la politique de captation des productions vitivinicoles françaises, sont très connus dans leur vignoble respectif. Ils ont souvent tissé des liens confraternels très amicaux avec les négociants et récoltants français. Cette situation explique pourquoi la collaboration économique la plus active s’est imposée avec facilité, sans résistance marquante, dans un contexte où chacun des acteurs y trouvait son intérêt par la fourniture de la main-d’œuvre, des denrées et produits nécessaires à la poursuite de leurs activités, et par l’essor parfois extraordinaires de leurs bénéfices. Une mince frange de personnages, toujours très minoritaires, ont dépassé ce rôle en recherchant des profits plus importants encore et en adhérant parfois clairement et ouvertement aux valeurs nazies.

5- Vous parlez principalement de la Collaboration mais quid de la Résistance et du vin ? Se pourrait-il que cela fasse l’objet d’un prochain ouvrage ?

La quasi-totalité des professionnels, négociants et récoltants, ont participé à un commerce actif et prospère avec le Reich, au détriment de l’intérêt national. La place de ceux qui ont « résisté » est donc très limitée car il était difficilement envisageable de maintenir une activité marchande sans avoir recours aux seuls acheteurs d’envergure durant cette période. Pourtant, chaque vignoble rassemble bien quelques individus qui, souvent isolés, ont cherché à limiter leurs prélèvements voire, pour quelques-uns, à s’engager dans des actes de résistance face à l’envahisseur. Il serait cependant difficile de tirer de ces actions courageuses un ouvrage complet susceptible de nuancer l’incroyable cupidité qui s’est emparée des esprits pour alimenter une collaboration économique largement dominante.

1 Chroniqué dans Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6386

2 Donald et Petie Kladstrup, La guerre et le vin. Comment les vignerons français ont sauvé leurs trésors des nazis, Paris, Perrin, 2002.

3 Un seul exemple (p. 377) mais le livre en contient des dizaines d’autres : une vieille maison d’Armagnac du Gers voit son chiffre d’affaire passer de 500 000 francs en 1939 à plus de 100 millions en 1942 …

4 Claudine et Serge Wolikow, Champagne ! Histoire inattendue, Paris, Éditions de l’Atelier, 2012.

A propos de : Guillaume Desanges, François Piron (dir.), Contre-cultures 1969-1989. L’esprit français, Paris, La maison rouge / La Découverte, 2017, 320 pages, 35 €.

« « L’esprit français », voilà un bon titre casse-couille1» d’un catalogue…

Un billet de Vincent Chambarlhac

Sous ce titre le catalogue d’une exposition à La maison rouge, une question au seuil de cette note critique : qu’est-ce que « l’esprit français » de contre-cultures dont le pluriel, tic assumé de la déconstruction, suppose la polysémie quand le choix des dates, des lendemains de Mai 68 à 1989 suscite d’emblée la perplexité ? Au seuil donc, une mise en abyme pour déconstruire le titre, la chronologie, en cerner les non-dits, et ensuite questionner le catalogue lui-même : sa riche iconographie, les articles qui, en sept temps, sondent cet « esprit français ». L’ouvrage se voulant « de référence » (p. 5), il s’agit de l’examiner comme tel à quelques encablures des commémorations de Mai 68.

Je prendrai, comme horizon, ce préambule d’un autre catalogue, pour une décennie immédiatement postérieure (la décennie 90), et une autre exposition, de 2014, au centre Pompidou de Metz :

« Un temps n’a pas de couleur, pas de visage, pas même l’épaisseur d’un présent. Ses galeries de portraits et ses listes de hauts faits n’en disent rien, cartes postales immédiatement rétrospectives. S’il prend des teintes précises, vives ou plus sombres, un relief spécial, ce n’est que dans le mensonge de l’après-coup, dans les figurations laborieuses de ses mémorialistes : une fois triés ses secrets, arasée sa bigarrure, oublié tout ce qui dépasse, ou qui contredirait la cohérence récapitulative, le présent d’une époque2 ».

Déconstruire, soit.

L’introduction entend scruter dans les marges des contre-cultures, une certaine « humeur » qui les imprégnerait, soit un agencement « esthétique, politique, et disons moral » qualifié « irrévérencieusement d’esprit français ». Deux remarques alors. L’obsidionalité de l’expression pose problème, elle interdit d’ailleurs toute véritable référence à la notion bien balisée en SHS de contre-culture3. Le pluriel dit l’écart et dans la revendication du concept d’esprit français, étrangement corrélée à l’ouvrage d’Hervé Le Bras et Emmanuel Todd L’invention de la France, institue un « spectre de la différence » (p. 9) où s’épanouissent les contre-cultures exposées, fruits d’un choix. Celui d’un « désir » d’exposition, « d’ordre autobiographique » pour des acteurs du champ de l’art contemporain, de ces contre-cultures qui « pour avoir éveillé à l’adolescence une sensibilité à l’absurde, à l’humour noir, à certaines formes de révolte et de rébellion, (…) précisément nous avaient amenés à l’art » (p. 7). Seraient contre-cultures ce qui, intimement, mène à l’art contemporain, et, parce que prises dans un contexte national, celles-ci seraient – nécessairement si l’on est casuiste – le reflet d’un « esprit français ». Étrange conception que de définir ces contres-cultures dans un rapport nécessairement intime et rétrospectif à l’art contemporain, au sein d’une trame étroitement identitaire, puisqu’ « esprit français » il y a.

Et l’on retrouve ici d’emblée un discours d’ordre, car l’expression a une préhistoire qui assoit l’identité d’une « civilisation » depuis la Renaissance, qui vaut titre d’un hebdomadaire littéraire de 1929 à 1933 (Cf. Gallica mais la série n’est pas complète) où figurent en bonne place des plumes académiques… Enfin, aux lendemains de Mai 68 quand De Gaulle quitte définitivement la scène politique, l’expression appartient au lexique de la droite. Elle dit l’ordre face au désordre de 68 et de ses suites. Dès-lors peut-on en user à des fins « subversives » pour se saisir d’une part de l’élan de Mai sans tordre à ses vues ce qui justement motive cet élan ? La question n’est ni gratuite, ni pamphlétaire, si l’on souscrit à l’hypothèse d’une restauration politique tramée dès 1969, à la suite des propositions de François Cusset4. User de l’expression et finalement se « prendre au jeu » en voyant dans cet « esprit français » un « dandysme ironique » (p. 9) n’est-ce pas épouser cette catégorie d’ordre ? Restaurer donc. Ce discours de l’obsidionalité pèse ainsi. Il tourne le dos aux généalogies de Greil Marcus de Lipstick Trace sur les situationnistes, le punk5 (p. 10), pour poser l’hypothèse d’un « antipatrimoine » français commun à Sade, Genet… qui reconstruit, jusqu’aux Béruriers noirs, une généalogie uniquement française. Surtout tout dans l’orbe pluriel des contre-cultures semble se valoir de Serge Gainsbourg « révolutionnaire » reprenant La Marseillaise (p. 31) au scandale de l’exposition Pompidou de 1972 (p. 20, 59). Tout est subversif face à des symboles défiés (l’État, l’Armée, l’Église, l’École), pourvu que jamais l’on ne rentre dans la logique micro-historique de l’événement6, pourvu que jamais les positions politiques, les sensibilités, ne soient exactement fouillées. Tout s’arase là dans le « concept d’esprit français ». Tout se vaut, sans hiérarchie des avant-gardes, sans réflexion sur la matrice des guerres coloniales pour le mouvement de la jeunesse, sans réflexion sur le politique de « la conservation pompidolienne » à « l’idéalisme institutionnalisé des années Mitterrand » (p. 10) … On sursaute à la formule de cet « idéalisme institutionnel » et surtout l’on tressaute quand on lit (p. 9), que la France de 69 à 89 est celle d’une époque « d’avant la globalisation »…

Enfin, pourquoi ce choix de 1989, sinon par la commode conjugaison de la fin du communisme et de la Jean-Paul Goudisation du bicentenaire ? Il y aurait là comme une « fin de l’histoire » des contre-cultures à la française, en écho aux thèses de Francis Fukuyama ? A ce point toujours, on opposera la réflexion collective d’Une histoire (critique) des années 19907 qui, précisément catalogue d’exposition pour le Centre Pompidou de Metz, débute cette décennie en 1984…

1969/1989. Une traversée… du catalogue.

Il est deux manières de s’emparer de l’objet qu’est ce catalogue, l’une gratifiante, l’autre déceptive. La première braconne, elle est traversière, butine, s’attarde sur les images, convoque la matérialité de formes (le fanzine, l’affiche…etc.) jusque là peu prises en compte dans l’abord des éphémères8. Grosso-modo, elle ignore le carcan conceptuel du catalogue, et fraie son passage dans les images, les tableaux, les courtes légendes des reproductions. Elle voisine parfois avec la mélancolie, ce sentiment de gauche pointé par Enzo Traverso9. Il y aurait là, pour user de son lexique, dans ce flot d’images et d’objets, une « mémoire stratégique » des luttes, ici fragmentaires mais dont la saisie, fusse sous l’angle des contre-cultures, dialectise l’esprit critique, aux antipodes d’une patrimonialisation mémorielle que tend à faire réaliser leur préhension par le concept « d’esprit français ». Somme toute, ce braconnage colle à l’exposition et se décolle de son propos, n’y adhère pas. Il politise quand le texte et le script de l’exposition, par une narration trop étroitement liée à « l’esprit français » patrimonialise par le dispositif même d’exposition, et dépolitise.

On peut ainsi s’attarder sur le parcours des Gazolines, groupe informel au sein du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire) qui entend « se payer le luxe de rester à la fois hommes et femmes » (p. 113), use du travestissement, du détournement, du happening (Cf. l’article dans ce volume de Fabienne Dumont sur les dissidences pré-queer), retrouver dans les images le politique du geste, comme également dans la BD avec Ah! nana (p. 281). De même, de nombreuses illustrations, courtes notes, déroulent un fil sadien de l’œuvre d’Annie Dumont (p. 138) jusqu’à l’iconographie de bazooka… D’autres fils iconographiques prennent à rebrousse-poil la composition du catalogue, plaçant la question urbaine par la bataille autour du trou des Halles comme élément de réflexion. Enfin, la musique par son graphisme, ses groupes, des Béruriers noirs au rap rouvre, pour les années 80, la question des dissidences et des contre-cultures. Pour autant, si graphiquement jubilatoire soit-elle, cette lecture buissonnière bute sur le continuum 70/80… Il y a peu de généalogies véritablement tissées, peu de ponts jetés, et davantage des focus où l’on s’attarde et on comprend ici le pluriel de contre-cultures comme l’expression même d’une difficulté à dialectiser l’objet, lui donner sens, tant il s’éparpille, se fragmente.

Ce foisonnement, les textes ne l’expliquent pas davantage, ou peu. Leur statut hybride entre témoignage, remémoration, analyse, entrave la lecture en continu. D’autant qu’ici tout se côtoie, mais ne se vaut pas. Si l’on s’attarde sur le travail d’Antoine Idier consacré à Guy Hocquenghem et le concept de 68, réflexion sur les lectures successives de l’événement nourrie de l’ample travail biographique qu’il lui consacre10, on fuit rapidement l’article suivant de Sarah Wilson, étrangère aux dernières publications sur les Malassis, ressassant donc des lectures depuis longtemps « digérées » par l’historiographie11De facto, il faut à nouveau s’immerger dans le catalogue pour que des textes, comme celui de Philippe Artières consacré à une histoire politique de la sexualité des mineurs, amènent à interroger autrement l’époque. A ce jeu, deux articles se détachent, marquant leur distance avec le « concept d’esprit français ». Le témoignage de Peggy Pierrot (Le pogo de la revanche. Violence et contre-cultures en France (1980-1989), une vue subjective), comme l’article nourri de Julien Hage sur La balistique des imprimés politiques au tournant de 1980, opèrent une percée sur les années 80, mesurent des mutations, des hybridations, invitent enfin à questionner ce qui fait véritablement soubassement dans les contre-cultures. A sa manière l’article de Nathalie Quintane dit, mieux que cette chronique, ce qui freine la lecture, lui confère la teinte aigre-douce d’un sentiment d’inachevé dans la composition du volume, « Nous travaillons aujourd’hui à compter d’une amnésie » (p. 304).

Cette amnésie est l’effet même de la proposition fondatrice du catalogue : l’apposition d’une catégorie, « l’esprit français » a posteriori et a priori, qui par sa logique même, profondément identitaire, interdit la pesée de tous les possibles contre-culturels de la période. Elle est discours d’ordre, opère par son obsidionalité « patrimonialisante » des choix qui tous, à leur manière dépolitisent l’objet de ces contre-cultures. Elle participe à sa manière de la droitisation du monde12. On tiendra contre l’esprit français que la dimension historique et sociologique de ces contre-cultures tient au collectif, que celui-ci ignore totalement un « esprit français », à moins qu’il ne s’y oppose frontalement (il suffit de fredonner Salut à toi des Béruriers noirs), qu’il se construit, se pense, se déploie et s’abîme autrement. Paraphrasant François Cusset pour la décennie 90, on tiendra que « l’esprit français » « s’il prend des teintes précises, vives ou plus sombres, un relief spécial, ce n’est que dans le mensonge de l’après-coup, dans les figurations laborieuses de ses mémorialistes : une fois triés ses secrets, arasée sa bigarrure, oublié tout ce qui dépasse, ou qui contredirait la cohérence récapitulative, le présent d’une époque13 ».

1Peggy Pierrot, « Le pogo de la revanche. Violence et contre-cultures en France (1980-1989), une vue subjective », in Guillaume Desanges, François Piron (dir.), Contre-cultures 1969-1989. L’esprit français, Paris, La maison rouge / La Découverte, 2017, p. 229.

2François Cusset (dir), Une histoire (critique) des années 1990, Paris, La Découverte / Centre Pompidou Metz, 2014, p. 13.

3Sur ce point, Andy Bernnett, « Pour une réévaluation du concept de contre-culture » dans Volume !, n° 9-1, 2012, p. 20-29. Et le billet bien informé sur cette question de Jean-Guillaume Lanuque et Frédéric Thomas, « Contre-culture ou contre-histoire », https://dissidences.hypotheses.org/3818 . Consulté le 26 mars 2017.

4François Cusset, La décennie. Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, 2006. Et Vincent Chambarlhac, Jean-Numa Ducange (dir), « La décennie 70 en France. Inflexion, retournement, restauration politique ? », Dissidences, vol. 13, 2013.

5Greil Marcus, Lipstick Traces : Une histoire secrète du 20e siècle (1989), Paris, Éditions Allia, 1998.

6A titre indicatif, et au défaut de l’article de Sarah Wilson consacré aux Malassis, comme des déclarations d’intention, des péritextes des illustrations, voir sur l’exposition Pompidou, Vincent Chambarlhac, « Trace(s) d’une œuvre. Le Grand méchoui des Malassis en 1972 », Sociétés & Représentations, 2/2014 (n° 38), p. 281-294.

7François Cusset (dir), Une histoire (critique) des années 1990, Paris, La Découverte / Centre Pompidou Metz, 2014.

8Sur les enjeux heuristiques de cette catégorie, cf. Florence Ferran, Olivier Belin, « Les éphémères, un patrimoine à construire », https://www.fabula.org/colloques/sommaire2882.php, consulté le 27 mars 2017.

9Enzo Traverso, Mélancolie de gauche. La force d’une tradition cachée, XIXe / XXIe siècles, Paris, La Découverte, 2016.

10Sur ce point, une double actualité éditoriale d’Antoine Idier, la publication d’un recueil d’articles de Guy Hocquenghem (Un journal de rêve (1970-1987), Verticales, 2017) et la biographie de ce dernier (Antoine Idier, Les vies de Guy Hocquenghem, politique, sexualité, culture, Fayard, 2017)

11On se bornera à renvoyer au catalogue de la rétrospective de 2014 des Malassis au Musée des Beaux Arts de Dole, dont nombre d’œuvres prêtés figurent sans mentions ici… Cf. Amélie Lavin, Bertrand Tillier, Vincent Chambarlhac, Les Malassis, une coopérative de peintres toxiques, Paris, L’Échappée, 2014. Les textes du catalogue sont issus du colloque international « La coopérative des Malassis » organisé par le Centre Georges Chevrier (UB UMR CNRS 7366) en partenariat avec les Musée de Dole les 6 et 7 février 2014.

12François Cusset, La droitisation du monde, Paris, Textuel, 2016.

13François Cusset (dir), Une histoire (critique) des années 1990, Paris, La Découverte / Centre Pompidou Metz, 2014, p. 13.

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Pas moins de trois documentaires et une fausse « soirée spéciale » (voir ci-dessous) se succédaient, pour un total de diffusion de près de six heures. Les commentaires de la journaliste faisant le lien entre les différentes parties du programme étaient émaillées de quelques remarques témoignant de l’influence de l’école totalitaire, revivifiée en France avec Le Livre noir du communisme (une « poignée de communistes fomente la révolution mondiale »), mais l’essentiel n’était pas là.

Le premier documentaire, Lénine, une autre histoire de la révolution russe, est le plus directement centré sur les événements de 1917, le plus classique aussi dans sa forme. Réalisé par Cédric Tourbe, il a été écrit par ce dernier, le politiste et sociologue Michel Dobry (qui n’est un spécialiste ni du communisme/léninisme ni de la Russie) et l’historien Marc Ferro, sans que l’on sache comment le travail entre les trois hommes a été organisé. Néanmoins, un article du Monde de 20141, consacré à un précédent documentaire de Cédric Tourbe, Révolte, donne des indications précieuses sur la façon de travailler de ce documentariste. En 2013-2014, le producteur de Yami 2, Christophe Nick – bien connu des historiens spécialistes de l’extrême gauche pour avoir écrit en 2002, alors qu’il n’était encore que journaliste et documentariste, un ouvrage de plus de 600 pages, Les Trotskistes (Fayard), salué par les médias bien que truffé d’erreurs, d’approximations et de jugements de valeurs péjoratifs2 – imagine et produit une série, Révolte, dont il confie la réalisation à Cédric Tourbe3. Celui-ci, lors de ses recherches sur ces révoltes sans lien historique ou idéologique entre elles, se serait « heurté à un problème de définition et de méthode », ce qui paraît effectivement logique. Sur les conseils de Christophe Nick, il se plonge alors dans l’ouvrage de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles (Presses de la FNSP, 1986). Cet argumentaire sociologique devient « la matrice narrative de Révolte »4 tandis que Michel Dobry endosse le rôle de conseiller technique. Cédric Tourbe a donc fait de nouveau appel à lui pour ce documentaire, mais comme co-rédacteur cette fois-ci.

L’exposé des faits suit un déroulement chronologique, débutant par le contexte de guerre, étonnamment optimiste (« Rien ne semble menacer l’ordre établi »), alors que l’on sait le tsar et son gouvernement assis sur du sable… Le commentaire revient ensuite aux événements révolutionnaires de 1905, présentant des images filmées du Dimanche rouge ne manquant pas d’étonner. Le problème, qui revient de manière récurrente à propos de quasiment tous les documentaires de ce type, c’est que les images d’archives, qui pour beaucoup sont extraordinaires, sont loin d’être systématiquement référencées, à l’exception des extraits de films soviétiques5. Sur 1905, l’accent est mis sur la duplicité de Nicolas II quant à l’instauration d’une Douma, et sur l’ampleur et la dureté de la répression qui suivit les événements. Le déroulement de la révolution de février, très fidèlement retracé, en utilisant de façon didactique un plan de Petrograd dynamisé afin d’illustrer le parcours des manifestants, et en insistant sur l’importance du Prikaze n° 1 adopté par le soviet de Petrograd, alterne ensuite avec des vues de Zurich, lieu d’exil de Lénine (la musique traditionnelle qui accompagne les images suisses est par contre à la limite de la caricature), et l’évocation de la vie de ce dernier. Si certaines analyses s’avèrent discutables, ainsi de l’impact de l’exécution de son frère Alexandre (la profonde haine de classe qui en aurait résulté est finalement bien proche du mythe de la vulgate soviétique) ou de son supposé « dogmatisme »6 (on pourrait au contraire souligner son empirisme), le plus gênant est ailleurs.

Le texte brosse en effet le portrait d’un Lénine à la fois ballotté par les événements révolutionnaires, qui « navigue à vue », et ne poursuit qu’un seul objectif : l’insurrection organisée par son parti. Ce Lénine monomaniaque est bien loin de toute appréhension de ses évolutions stratégiques et tactiques, telles qu’elles apparaissent par exemple dans le livre d’Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd7. Car ce n’est qu’après les journées de juillet que Lénine considère l’insurrection comme une option valable, l’écartant un temps en septembre avant d’y revenir et de s’y tenir jusqu’au bout. Au lieu d’un analyste politique scrutant le fil de l’actualité, l’évolution des rapports de force et les actions des uns et des autres, le documentaire invente ainsi un Lénine tout à la fois arc-bouté sur une « idée fixe » (sic) mais néanmoins impuissant à la mettre en œuvre. Cette vision paradoxale et fantasmatique s’accompagne d’une perception pour le moins ambiguë du parti bolchevique. Lénine était censé le diriger de façon autoritaire (« exclure, « diviser »), mais au moment de son retour en Russie et des célèbres thèses d’avril, la distance prise par ses camarades avec ses nouvelles positions fait dire à la voix off « Comme avant-garde discipliné, on a vu mieux » ; pourtant, en peu de temps, il « impose son programme au parti ». Il y a, dans ces quelques phrases contradictoires, l’aveu d’une incompréhension du mode de fonctionnement de l’organisation bolchevique, traversée de tendances divergentes et lieu de confrontation démocratique d’idées.

Le récit évoque ensuite fidèlement l’accentuation progressive de la crise, par l’incapacité du pouvoir à faire la paix, induisant désertions massives au front et radicalisation des soldats et des ouvriers dans les villes, insiste sur l’opposition entre Lénine et Kerenski, et expose avec justesse la violence de classe et la répression dirigée contre les bolcheviques après les journées de juillet. Par contre, à compter de la tentative de coup d’État de Kornilov (dont les prolégomènes sont hélas négligés), l’exposé est trop rapide, et son laconisme ne permet pas de comprendre le divorce croissant et bientôt irréparable, tel qu’il s’exprime au IIe Congrès des soviets, entre les mencheviques et les socialistes-révolutionnaires d’un côté, les bolcheviques de l’autre. A l’inverse, le transfert de légitimité qui, à l’automne, va du gouvernement provisoire aux soviets, est bien illustré. Mais la conclusion du documentaire pêche par son simplisme et sa brièveté : car immédiatement, « La démocratie soviétique vient d’être confisqué par un seul parti » (le processus, on le sait, fut nettement plus progressif et complexe)8, et, de la guerre civile qui s’ouvre, le commentaire ne retient que l’interdiction des autres partis, les réquisitions et les famines. Les témoignages mis à contribution – principalement ceux de Nicolas Soukhanov9, mais également de la journaliste et écrivain Marylie Markovitch ou de Léon Trotsky –, la richesse de l’iconographie10 et l’accent mis à plusieurs reprises sur les mobilisations populaires et les enjeux de classe qui se dessinent font de ce documentaire une contribution précieuse au récit de l’année 1917. Sauf en ce qui concerne Lénine et son parti… ce qui n’est pas rien, surtout si l’on se fie au titre du documentaire. Et sauf également en ce qui concerne, par exemple, les autres organisations révolutionnaires (quid des anarchistes, des mencheviques, des socialistes-révolutionnaires, réduits ici aux figures d’un Kérenski ou d’un Tchernov) ou les comités d’usines, la situation dans les autres villes de l’empire (Moscou, Kiev, Kazan, Bakou, Toula, Saratov, etc.) ou les mille et unes manières dont des ouvriers11 mais aussi des femmes, des jeunes éduqués, des artistes perçoivent, comprennent et s’approprient dans leur vie quotidienne les idéaux révolutionnaires12. Ainsi, ce documentaire, et c’est logique, n’est que la mise en images d’une historiographie ancienne, politiste, idéologique et partidaire, ignorante des dernières recherches anglo-saxonnes (voire russes) comme des nouveaux chercheurs français13. Son sous-titre – Une autre histoire de la révolution russe – ne tient pas, lui non plus, ses promesses.

Ce premier documentaire était suivi par une Édition spéciale : l’abdication du tsar Nicolas II. Il s’agissait de traiter les événements de février-mars 1917 de la manière dont les médias d’aujourd’hui le feraient, tout particulièrement les chaînes d’informations en continu. Outre la journaliste principale sur le plateau, et une soi-disant experte invitée14, un bandeau en bas d’écran énumérait diverses informations, tandis que des envoyés spéciaux à Petrograd, Moscou, Berlin, Paris, New York ou Washington étaient régulièrement sollicités. Internet se voyait également mis à contribution, le grand-duc Michel annonçant son refus de la couronne par Tweeter, tandis qu’un lanceur d’alerte anonyme diffusait sur la toile les documents témoignant des négociations entre Lénine et les autorités allemandes pour son retour en Russie. Les images d’archives utilisées étaient par ailleurs colorisées, et certaines reconstitutions avec acteurs s’apparentaient au principe très contemporain du docu-fiction. Le résultat est assurément dynamique, mais, second degré de la part des journalistes ou intégration des tendances très actuelles du traitement de l’information, les événements russes étaient traités sous trois axes principaux : politique, bien sûr, mais aussi économique (les intérêts de la France seront-ils lésés ?) et people. Parmi les reportages diffusés, l’un traitait du cas Raspoutine, un autre de Darmstadt et de la famille de la tsarine Alexandra, un dernier enfin des produits de luxe achetés par la cour à travers l’exemple de Fabergé (dont le directeur est faussement interviewé) ; l’ensemble représente tout de même la moitié des dits reportages ! Moins flagrante, la dimension que l’on pourrait qualifier de sécuritaire, de rejet de la violence populaire, est présente à travers les inquiétudes des journalistes quant au sort réservé aux collaborateurs de l’Ancien Régime, la présentatrice évoquant même « la terreur dans les rues » (de Petrograd).

Le dernier point fort discutable tient à l’anachronisme non de la forme, mais du fond. La soirée spéciale consacre en effet une large place à Lénine et à ses positions, à un moment où le leader révolutionnaire ne bénéficie d’aucun écho sur place, alors que ni les mencheviques, ni les socialistes-révolutionnaires ne sont cités une seule fois. Il y a là une projection des événements à venir par des journalistes que l’on pourrait croire véritablement omniscients. C’est au point que les inquiétudes du gouvernement français à l’égard des bolcheviques sont évoqués… Outre un reportage qui lui est consacré (avec des images prétendument filmées dans un café suisse où il avait ses habitudes, alors qu’elles sont plus tardives, datant d’un congrès d’après la prise du pouvoir), on assiste à une pseudo conférence de presse de Fritz Platten, lisant une déclaration de Lénine. Les autres reportages abordent l’état des campagnes russes15, ou convoquent des artistes, le peintre Chagall et le photographe Prodoukine-Gorski, mais rien, absolument rien n’est dit sur le soviet de Petrograd, la soirée spéciale étant pourtant datée du 17 mars 1917 !! Si l’expérience peut de prime abord évoquer le travail de réactualisation de la Commune de Paris mené en son temps par Peter Watkins16, le résultat est surtout symptomatique de l’état du journalisme télévisuel en 2017.

La soirée se poursuivait avec un documentaire allemand en deux parties, plus éloigné du cœur du sujet, « de l’URSS à la Russie. Chronique d’une hégémonie », de Maarten van der Duin. Il fut d’ailleurs réalisé en 2015, en lien direct avec la crise ukrainienne. « De la naissance à la chute » débute par des entretiens avec différents individus d’aujourd’hui habitant dans ce qui fut autrefois l’URSS cosmopolite, un moyen d’insister sur les divisions actuelles, entre religieux orthodoxes et « femen », nostalgiques de l’Union soviétique ou pro-occidentaux… Toutefois, c’est une rétrospective historique au pas de charge qui est menée, puisque sur une heure et demi, la dissolution de l’URSS intervient à la cinquante-huitième minute. Il ne faut donc pas attendre d’analyses trop poussées, d’autant que le retour en arrière nous permet d’apprendre que Lénine et les bolcheviques « chassent le tsar » (sic). Plusieurs des intervenants choisis insistent d’ailleurs sur le prisme du totalitarisme pour comprendre l’URSS appréhendée comme un tout, un bloc, basée sur une idée – le communisme – mauvaise en elle-même, tout comme son application, un système soi-disant impossible à réformer (il conviendrait de s’interroger sur la Chine dite « communiste »). Les éléments d’adhésion de la population à l’idéal soviétique sont par ailleurs limités à la propagande et à la victoire fédératrice de 1945, ce qui est juste mais un peu court. L’accent est davantage mis sur les facteurs conduisant à la crise finale : baisse du prix du pétrole, intervention en Afghanistan, opposition croissante en Pologne. Il est donc relativement logique que la période durant laquelle Gorbatchev dirigea l’URSS soit plus particulièrement développée, de Tchernobyl (présenté comme symbole de la faiblesse du pays, ce qu’infirme totalement la catastrophe de Fukushima) à la contestation visant l’armée (les maltraitances à l’égard des conscrits), en passant par l’interdiction de l’alcool (une terrible erreur, selon le documentaire) ou la crise dans les pays baltes, les premières républiques soviétiques à proclamer leur indépendance. Dans cette dissolution de l’URSS, l’accent a tendance à être mis sur les revendications de démocratie, de justice, de liberté, en particulier pour ce qui est du rôle joué par les États-Unis, ce qui témoigne d’une appréhension pour le moins superficielle de la géopolitique.

Les lendemains difficiles de la fin de l’URSS, avec l’apparition de conflits régionaux, comme en Transnistrie ou dans le Caucase, ainsi que l’échec de la transition démocratique et économique, en Russie avec l’émergence des oligarques ou en Biélorussie, conduisent directement à la seconde partie du documentaire, « La renaissance russe ? ». Au-delà d’une chronique des événements touchant l’ancienne zone soviétique dans les années 2000, cette partie insiste sur les efforts de Vladimir Poutine pour renforcer son pays, son pouvoir politique et militaire, sa symbiose avec l’Église orthodoxe, son capitalisme d’État, qui demeure toutefois axé sur la vente d’hydrocarbures. Sont également largement abordées les relations avec les pays que sont la Biélorussie, l’Ukraine et les États du Caucase, la Russie s’opposant aux efforts de l’OTAN de s’élargir au détriment de sa sphère d’influence. L’opposition à l’Occident et le regain des traditions conservatrices s’inscrirait dans cette évolution politique. Mais dans ce tableau, il est dommage que la vision ne soit que partielle, voire partiale (rien n’est pas exemple dit, dans le cadre de la crise ukrainienne, sur le rôle joué par l’extrême droite locale, et absolument rien sur les anciennes républiques asiatiques) : la problématique conclut tout de même à une volonté de reconquête de l’influence perdue par la Russie, vouée à l’échec face à un rapprochement des anciennes Républiques avec l’Union européenne.

1Christine Rousseau, Le Monde Télévision, 17 janvier 2014.

2A l’époque, l’équipe de Dissidences en avait produit une recension critique.

3Cédric Tourbe, Révolte, série documentaire (3h 28 mn) sur une série de révoltes (Mai 68, Iran 1979, Tunisie 2010, etc.), janvier 2014, France 5. Si l’on en croit Le Monde, une « série de référence ».

4Christine Rousseau, Le Monde Télévision, op. cit.

5Parmi eux, outre le célébrissime Octobre de Serguei Einsenstein (1927), on trouve Les Derniers jours de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Poudovkine (1927), Lénine en octobre de Mikhaïl Romm (1937), ou La Mère de Vsevolod Poudovkine (1926).

6La fin du documentaire est tout aussi caricaturale en prétendant que Lénine « (…) a passé sa vie à exclure et à diviser ».

7Voir sa recension sur notre blog, à paraître.

8Voir par exemple Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, prochainement chroniqué sur ce blog.

9Menchevique de gauche, Nicolas Soukhanov est d’ailleurs le seul de tous les personnages, en dehors de Lénine, à être évoqué par quelques lignes projetées à l’écran sur la suite de son parcours (il se rallia au nouveau régime au début des années 1920, travaillant dans le domaine économique avant d’être jugé une première fois au début des années 1930 – événement non cité dans le documentaire – puis d’être exécuté en 1940). Il est l’auteur d’un remarquable témoignage (La Révolution russe. 1917, Stock, 1965), hélas jamais traduit entièrement, puisque l’ouvrage paru en anglais et en français n’est qu’une version largement abrégée de l’original en sept volumes !

10Une erreur est au moins à noter : lorsque les portraits des dirigeants du Comité militaire révolutionnaire sont présentés, Trotsky, Antonov-Ovseïenko et Dybenko, la photo du second est en réalité celle de Jacob Sverdlov…

11Lire de Stephen Anthony Smith, Red Petrograd : Revolution in the Factories, 1917-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, en ligne sur https://libcom.org/files/Red_Petrograd_Revolution_in_the_Factories,_1917-1918.pdf . Une traduction de cette importante étude est à paraître aux éditions Nuits rouges à la mi-avril 2017, et une recension sera faite.

12Lire d’Andy Willimott, Living the Revolution, Oxford (UK), Oxford University Press, 2017.

13Sur ces points, se reporter à notre Avant-propos de ce dossier sur les révolutions russes.

14Il s’agit de Frédérique Neau-Dufour, dont on se demande pourquoi elle a été invitée, puisqu’elle est spécialiste du gaullisme, après avoir fait sa thèse sur Ernest Psichari, certes mort durant la Première Guerre mondiale…

15Avec un petit clin d’œil au passage, l’un des journalistes responsables du dit reportage étant Larissa Reisner, célèbre bolchevique…

16Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 2003.

Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine. 1. La conquête du pouvoir, Paris, Seuil, collection « Esprit », 1973, 336 pages.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marcel Liebman (1929-1986) est un universitaire belge, auteur de deux œuvres majeures touchant à la révolution russe : un ouvrage de synthèse sur l’événement lui-même, et une étude en deux volumes du léninisme, autrement dit de la praxis telle que Lénine la conçut de son vivant. Pour ce faire, l’auteur revendique une « histoire totalisante », en cela qu’il a le souci de toujours lier évolution des idées et changements du contexte socio-politique.

Dans l’analyse qu’il fait de la politique « léninienne », il y a d’abord la centralité de l’organisation, celle d’un parti d’avant-garde, conçu comme élitiste – et donc peu démocratique, à l’instar des autres organisations politiques russes– en raison des conditions du militantisme, soumis à la répression tsariste, mais qui doit toujours garder le lien avec les masses. Mais ce modèle initial, celui du fameux Que Faire ?, connaît une mutation quantitative (ses effectifs sont multipliés par 10) et qualitative avec la révolution de 1905. Lénine défend en effet un rapprochement entre masses et avant-garde, milite pour la présence de davantage d’ouvriers à des postes de responsabilités, et prône un remplacement de la cooptation des responsables par leur désignation démocratique. C’est l’acte de naissance du centralisme démocratique. Toutefois, l’enlisement de la révolution conduit à un repli des bolcheviques, et à une transformation de leur organisation en véritable « secte », selon Marcel Liebman. Dans le contexte profondément hostile et démoralisant de l’après 1905-1906, Lénine met l’accent sur ce qu’il voit comme un nécessaire monolithisme, écartant toute divergence, excessif dans la polémique, l’insulte et même l’injustice. Autant d’éléments qui permettront au moins en partie de comprendre l’évolution du Parti bolchevique au pouvoir, contraint à l’isolement à l’issue de la guerre civile.

Concernant les particularités de l’analyse « léninienne » dans cette période de l’avant-guerre mondiale, il y a d’abord la divergence entre bolcheviques et mencheviques quant au rapport avec la bourgeoisie libérale, incarnée politiquement par le parti KD (Cadet). Là où les mencheviques y voient un allié à préserver, Lénine le juge réactionnaire par nature, ce qui l’amène à revendiquer la nécessité, une fois la révolution victorieuse, d’une dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie, seule capable de mener à bien les tâches de la révolution bourgeoise ; cette dictature se concrétiserait dans les soviets, dont le pouvoir concret n’est cependant pas explicité par Lénine. Il y a là une divergence entre Lénine et ses camarades bolcheviques, plus méfiants à l’égard de soviets dans lesquels ils voient une forme de concurrence. Ou comment Lénine sait se faire plus hardi, moins pusillanime lorsque la situation évolue subitement, n’hésitant pas à appeler à prendre la tête de l’insurrection. Quant à la Douma, Lénine ne la voit que comme une tribune, et insiste sur la distance à conserver vis-à-vis des députés KD, en même temps que sur le contrôle du parti sur ses représentants. Marcel Liebman en conclut ainsi à un menchevisme singeant les socialistes d’Europe occidentale, là où Lénine adapte le marxisme à la réalité russe, y compris dans son anti-intellectualisme (l’intelligentsia manifestant à l’époque une forme de repli et de frilosité, voire de misanthropie) et dans son acceptation de la violence (y compris par des groupes de partisans usant de l’action directe).

L’année 1917 voit également une autre métamorphose majeure du Parti bolchevique et du léninisme. Face à la position des bolcheviques modérés présents en Russie, qui accordent un soutien au gouvernement provisoire, tout comme les mencheviques (avec qui un projet de réunification est d’ailleurs envisagé) et les socialistes-révolutionnaires, Lénine défend des positions plus radicales à partir de son retour en avril (le passage de la révolution bourgeoise à la révolution socialiste), et lutte contre l’isolement au sein de sa propre organisation. Appelant à déployer toute la propagande possible en vue d’une prise pacifique du pouvoir jusqu’en juillet, Lénine passe ensuite à la défense d’une nécessaire insurrection, motivée en particulier par l’élargissement du soulèvement paysan, l’agitation révolutionnaire en Allemagne et le risque croissant d’une dictature militaire en Russie. Mais là encore, les réticences et les résistances à l’intérieur du Parti sont nombreuses. Il faut dire qu’en cette années 1917, l’organisation bolchevique a retrouvé un bouillonnement démocratique, à l’image de celui de la société, allant jusqu’à une autonomie forte de certains groupements (la section de Petrograd ou l’Organisation militaire bolchevique, par exemple). Une évolution complémentaire de celle des effectifs, multipliés par 20 entre février et octobre (de 20 000 à 400 000 environ).

Revenant sur la question de l’insurrection d’octobre, Marcel Liebman la justifie implicitement en en faisant l’aboutissement d’une évolution politique courant sur les mois précédents, culminant avec le succès des bolcheviques aux élections municipales de Moscou quelques jours avant la prise du pouvoir à Petrograd. Ce souci de Lénine attendant que la majorité du peuple soit derrière son Parti pour déclencher l’hallali du gouvernement provisoire le différencie, selon l’auteur, de tout blanquisme1. Octobre combine alors une improvisation militaire et une intense préparation politique, dans laquelle Trotsky se révéla particulièrement brillant. Surtout, Marcel Liebman conclut à un rapprochement, au cours de cette année 1917, entre Lénine et la théorie de la révolution permanente de Trotsky2, même si des contradictions subsistent (en particulier entre les objectifs « prolétariens » et la satisfaction des revendications paysannes) au sein d’une réflexion en perpétuel mouvement, en perpétuelle construction. L’État et la révolution, le manifeste, selon certains exégètes, d’un « léninisme libertaire », est d’ailleurs demeuré inachevé, cette défense d’une démocratie radicale se ressentant de l’ébullition des masses dans tout le pays (« Le besoin d’apprendre allait de pair avec celui de s’exprimer (…) », p. 289), poussant littéralement le Parti et favorisant un certain rapprochement avec les anarchistes.

On le voit, Marcel Liebman, dans une étude globale bien qu’incomplète (pas d’analyse de son étude sur L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, par exemple), s’efforce de porter un regard nuancé sur le léninisme, sur ses tendances à l’autoritarisme, mais également sur son leadership régulièrement remis en cause3.

1D’autant que « (…) la puissance des partis révolutionnaires est moins favorisée et moins mise en valeur par des consultations électorales que par les actions de rue et les entreprises offensives qui correspondent à leur vocation véritable. C’est pourquoi les grandes victoires de la gauche ne furent jamais des victoires électorales et que, traduites en termes de suffrages et de sièges, elles rendent mal compte de leur réalité. » (p. 295).

2Cette interprétation, qui doit beaucoup au fait qu’à cette époque Marcel Liebman était proche des trotskystes, convoque au débat et à la controverse chez les spécialistes.

3Merci à Christian Beuvain pour le prêt de ce livre.

Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchevisme, Bellecombes-en-Bauges, éditions du Croquant, 2014 (1920 pour l’édition originale), introduction de Normand Baillargeon et Jean Bricmont, 160 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Pratique et théorie du bolchevisme est un texte rédigé par le grand intellectuel Bertrand Russell peu de temps après son retour de Russie soviétique, où il avait séjourné entre mai et juin 1920, accompagnant une délégation britannique, reçue en grande pompe par les autorités. Contrairement à Qu’est-ce que le bolchevisme ? de Léon Chestov1, l’analyse de Russell est ample, ambitieuse et globalisante, nettement plus équilibrée, et s’inscrit probablement parmi les plus remarquables, aux antipodes par exemple du reportage d’Albert Londres à la même époque2. Son texte s’articule en deux grandes parties, l’une plus spécifiquement consacrée à la réalité russe, l’autre à la théorie marxiste et donc léniniste.

Bertrand Russell, en tant que sympathisant socialiste, favorable à un avenir communiste dans l’idéal, signe des pages qui se rapprochent de celles de Rosa Luxemburg3. Il salue le courage des bolcheviques, et incrimine au premier chef, en plus du passé national, le blocus et l’intervention des puissances occidentales dans les difficultés et la ruine de la Russie, le raidissement autoritaire du régime également. Ceci étant, il ne cache pas ses désaccords avec les bolcheviques, bien au contraire. Traçant un parallèle entre communisme bolchevique et islam, de par le messianisme dogmatique dont tous deux feraient preuve, il considère que l’alternative qui s’esquisse en Russie n’est surtout pas à suivre dans les autres pays, tout particulièrement le Royaume-Uni. A ses yeux, la Russie bolchevique et l’Inde coloniale partagent un certain nombre de similitudes, à commencer par des idées de civilisation généreuses, et un mode de gouvernement dictatorial, hostile à tout soulèvement populaire4. Bertrand Russell est adepte d’un changement plus lent, plus progressif, basé sur l’autogestion, et non sur la révolution violente menée par une minorité agissante, susceptible selon lui de faire craquer le vernis de « civilisation des mœurs » si récemment gagné. C’est d’ailleurs dans ces considérations que Russell se rapproche de Chestov, dans sa critique de la haine et de la destruction encouragées par les bolcheviques. Ce faisant, il critique l’idéologie marxiste (non sans grossir le trait, comme pour la surdétermination des facteurs économiques), et semble sous-estimer l’opposition des classes dirigeantes, tout comme il considère comme presque immuable la pondération britannique… Pour autant, certaines de ses intuitions sont remarquables, tant il semble anticiper parfois sur l’évolution de la révolution5. L’avenir lui semble en tout cas réservé au socialisme, tant à ses yeux le capitalisme est condamné par l’histoire, plus pour son refus de partage du pouvoir que pour celui du partage des richesses, d’ailleurs. Quant à la Russie soviétique, elle doit pour améliorer son sort s’appuyer sur deux éléments clefs, à ses yeux, la paix avec l’étranger et le commerce qui en découlera.

Le texte de Bertrand Russell est complété par un article de Dora Black, devenue ensuite son épouse, qui voyagea en Russie à la même époque que lui. « Art et éducation » est très intéressant, en particulier dans son analyse du système éducatif : Dora Black souligne les efforts dans ce sens faits par le nouveau régime, en reprenant par exemple la méthode Montesori, visant à un épanouissement global des individus, mais appréhende le passage probable vers un enseignement plus utilitaire. Sa description d’un spectacle de cinq heures organisé pour l’ouverture du IIe congrès de la Comintern, intitulé « Commune mondiale », est tout simplement passionnante, invitation à tout un travail sur un champ d’études prometteur6.

1Léon Chestov, Qu’est-ce que le bolchevisme ?, Paris, Le Bruit du temps, 2015 (1920 pour l’édition originale), chroniqué sur ce blog, dans ce second focus sur le Centenaire.

2Les pages de Bertrand Russell sur « La vie quotidienne à Moscou » sont d’une authenticité nettement plus convaincante que celle du « grand » journaliste.

3« Mais, bien que je ne croie pas que le communisme puisse être réalisé immédiatement par la propagation du bolchevisme, je crois que si le bolchevisme tombe, il aura créé une légende, et constitué une tentative héroïque sans laquelle le succès final aurait été impossible. » (p. 28).

4« Le bolchevisme peut être défendu comme une discipline stricte permettant d’industrialiser rapidement une nation arriérée, mais comme expérience menant au communisme, il a échoué. » (p. 120). Il trace également un autre parallèle avec le Directoire (pour le négatif) et le régime de Cromwell (pour le positif), ainsi qu’avec La République de Platon.

5« De même qu’Ali tomba devant les politiciens qui ne rallièrent le Prophète qu’après son succès, de même les communistes primitifs peuvent tomber devant ceux qui rejoignent actuellement les rangs des bolcheviques. » (p. 83).

6On regrettera profondément que les éditions du Croquant aient fait appel, comme préfacier, à Jean Bricmont, bien connu pour soutenir ce qu’il appelle la « liberté d’expression » de l’antisémite Dieudonné ou du négationniste Faurisson et qui salue le courage des dits-négationnistes, car en osant dénoncer l’histoire du génocide des populations juives européennes pendant la Seconde Guerre mondiale, ils feraient preuve d’esprit critique …

Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd (The Bolsheviks come to Power : the Revolution of 1917 in Petrograd), Paris, La Fabrique, 2016 (édition originale en 1976), 536 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est seulement quarante ans après sa publication originelle en langue anglaise que l’étude fouillée d’Alexander Rabinowitch (né en 1934) est enfin traduite en français. C’est d’ailleurs le premier de ses ouvrages qui bénéficie d’un tel traitement, lui qui avait débuté ses recherches à la fin des années 1960 par les événements de début juillet 1917 (Prelude to Revolution : The Petrograd Bolsheviks and the July 1917 Uprising), avant de les poursuivre dernièrement dans The Bolsheviks in Power : The First Year of Soviet Rule in Petrograd (2007). Le fait qu’il appartienne à l’école dite révisionniste – tout comme Stephen Cohen, Edward Hallet Carr ou Moshe Lewin, c’est-à-dire des historiens soucieux d’offrir une vision de la Russie soviétique plus nuancée et plus complexe que l’école dite totalitaire – n’a pas facilité son accession au lectorat, cette dernière école ayant eu tendance à dominer le champ des traductions en France à compter des années 1980.

Au-delà d’un récit très vivant et extrêmement détaillé, de juillet 1917 jusqu’à la victoire bolchevique, sa thèse est que le parti bolchevique était animée d’une profonde vitalité démocratique, et que son essor s’est accompagné d’une authentique radicalisation populaire ; c’est là ce qui lui a assuré la victoire, avec le rôle fondamental joué par Lénine. De la préface inédite qu’il a livrée pour cette édition française, on retiendra son travail réalisé à l’époque sur des sources forcément limitées, mais relativement larges grâce au séjour qu’il fit en URSS dans le cadre d’échanges universitaires, et le fait que ce même ouvrage fut traduit en russe dès 1989… Les progrès quantitatifs des effectifs du Parti, à partir de la révolution victorieuse de février, amenèrent en effet dans ses rangs de nombreux militants plus radicaux que la direction, moins familiers du marxisme, concentrés en particulier dans l’Organisation militaire et le Comité de Pétrograd. Ce sont ces deux collectifs qui misaient sur le succès des manifestations du 4 juillet afin de pousser les soviets à s’emparer du pouvoir gouvernemental, contrairement à un Comité central réticent. Mais le Soviet opta finalement pour une coalition entre socialistes et libéraux, orchestrant d’ailleurs la répression contre les bolcheviques, aidé par une presse développant, avec souvent beaucoup de fantaisie, la théorie du complot (allemand, en l’occurrence). C’est cette théorie qui domine également les esprits lors de l’épisode peu connu raconté avec éloquence par Alexander Rabinowitch, celui de l’enterrement des cosaques morts pendant le soulèvement de début juillet, au milieu du mois. Toutefois, le chercheur insiste sur le caractère finalement limité de cette répression, le gouvernement disposant de faibles moyens d’action et se trouvant en outre dans une période transitoire et instable.

Face au réveil des forces contre-révolutionnaires, les soviets de base à Petrograd souhaitent d’ailleurs inclure les bolcheviques dans la défense de la révolution. La direction du Parti est pour sa part divisée entre ceux, comme Lénine, qui estiment la contre-révolution durable, et les autres, dont la majorité des membres du Comité central, qui relativisent sa portée. Le VIe Congrès du Parti aboutit d’ailleurs à un compromis : l’objectif d’une prise de pouvoir, défendu par Lénine, est adopté, mais demeure vague, tandis que l’abandon du mot d’ordre « Tout le pouvoir aux soviets » s’accompagne d’un travail militant maintenu en leur sein. L’essor bolchevique reprend alors, se traduisant par des manifestations massives à Moscou lors de l’ouverture de la Conférence d’État (à la mi-août) et un succès lors des élections pour la douma de Petrograd. C’est dans ce contexte que Kornilov, dont le seul titre de gloire avant 1917 était de s’être enfui d’Autriche, devient le noyau autour duquel se rassemblent les partisans d’une dictature militaire de droite. Nommé commandant en chef de l’armée par Kerenski, il défend des exigences à la fois militaires et civiles, ce qui tend ses relations avec le chef du gouvernement. Une mauvaise communication, digne d’un vaudeville, aboutit finalement à la rupture entre les deux hommes. Les bolcheviques, sans Lénine toujours dans la clandestinité, s’intègrent alors au Comité de lutte contre la contre-révolution mis en place par le Soviet, aux côtés des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques. Mais là encore, il semble bien que certains membres de l’Organisation militaire aient poussé à un soulèvement, d’autant que la mobilisation à la base fut massive, multipliant les gardes rouges et armant de manière générale les ouvriers.

C’est à la suite de la mise en échec de Kornilov, justement, que cette base combattante réclame un gouvernement socialiste, des soviets, mais sans représentants de la bourgeoisie. Ce premier moment crucial dans l’évolution de la révolution ne fut pas saisi par les SR et les mencheviques, ce qui aurait pu, selon Alexander Rabinowitch, éviter une prise du pouvoir ultérieure par les seuls bolcheviques. Mais la réunion de la Conférence d’État, à la mi-septembre, ne franchit pas ce pas, de par le soutien à un gouvernement de coalition manifesté par les soviets paysans, les zemstvos ou les coopératives. Lénine, de son côté, d’abord partisan d’un gouvernement socialiste large, constate cette division entre base et directions politiques, et revient à la nécessité de prendre le pouvoir. Le Comité central est réticent à ce nouveau changement d’orientation, et parmi les discussions ayant lieu, deux membres du Comité de Pétrograd, Volodarski et Lachevitch, mettent en garde contre la situation de déliquescence économique que le nouveau pouvoir devrait affronter, à l’aide de mesures fortes… Finalement, le 10 octobre, le Comité central adopte une résolution sur l’insurrection, Lénine ayant joué un rôle décisif dans ce tournant. Le congrès des soviets de la région nord fut initialement envisagé comme point de départ de cette prise du pouvoir, mais le manque de préparation technique, le soutien contrasté de la population et l’importance des divisions internes au Parti conduisent à abandonner ce projet.

Le basculement décisif intervint lorsque le gouvernement envisagea d’envoyer la garnison de Petrograd sur le front : c’est ce qui motiva la création du Comité militaire révolutionnaire, appelé à jouer un rôle crucial dans les journées d’octobre, se substituant peu à peu à l’autorité gouvernementale sur le plan militaire. La dernière tentative pouvant éventuellement déboucher sur un gouvernement d’union socialiste eut lieu le 24 octobre, lorsque la gauche du pré-parlement refusa les mesures sociales proposées par les bolcheviques et apporta son soutien à un Kerenski pourtant de plus en plus isolé. Car par la suite, lors de la réunion du IIe Congrès des soviets, Alexander Rabinowitch estime que le départ des SR et des mencheviques saborda définitivement les efforts unitaires déployés par les mencheviques internationalistes, les SR de gauche et les bolcheviques modérés. Il se place ainsi en opposition aux partisans d’un Lénine et de ses bolcheviques, machiavéliques et désireux unanimement de monopoliser le pouvoir. Cette édition française d’une étude passionnante est complétée par une bibliographie problématique : il s’agit en fait de la simple transposition de la bibliographie anglo-saxonne de 1976, sans que les éditions françaises de certains des ouvrages citées ne soient mentionnées. Un manque dommageable.

 

Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, collection « Pluriel », 2013 (1998 pour l’édition originale), 686 pages, 12 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration de Christian Beuvain)

A la fin des années 1990, dans la continuité de la disparition de l’URSS, Hélène Carrère d’Encausse, qui avait déjà livré en 1979 un Lénine. La révolution et le pouvoir, souhaite proposer un tableau définitif du personnage de Lénine, dissipant tous restes de la légende soviétique d’antan.

Son propos est classiquement chronologique, débutant par un point sur les origines de Vladimir Oulianov, diverses sur le plan des nationalités et des confessions religieuses. Au-delà de l’évocation de ses conditions de déportation, occasion d’insister sur la douceur relative des autorités tsaristes comparativement à ce que la Russie soviétique allait pratiquer, ce qui ressort du portrait brossé par Hélène Carrère d’Encausse, c’est une généalogie spécifiquement russe, plutôt que principalement occidentale. Selon l’auteure, les lectures de Nikolaï Tchernychevski, populiste, « guide de la jeune génération radicale1 » dans les années 1860 (auteur en 1863 du roman Que Faire ? dont Lénine reprendra le titre pour son célèbre essai en 1902) et de Petr Tkatchev (théoricien de la prise de pouvoir par une minorité révolutionnaire organisée en parti centralisé) ont eu un rôle déterminant, pour un Lénine cynique, défendant l’intelligentsia davantage que les ouvriers. C’est pourtant oublier (car son ignorance semble bien peu probable de la part d’une universitaire aussi avertie qu’Hélène Carrère d’Encausse) que si Petr Tkatchev met toute sa confiance dans l’ « instinct et la tradition communiste » du paysan russe – comme il l’affirme dans une lettre à Friedrich Engels en 1874 – Nikolaï Tchernychevski, au contraire, ne croit pas en cette capacité régénératrice de l’obchtichna (communauté) paysanne, et en cela il se rapproche du socialisme européen2. Au sein du mouvement révolutionnaire russe, les influences européennes(occidentales) et proprement russes n’ont cessé de s’interpénétrer, ce qui rend leur opposition factice et peu opératoire pour comprendre les enjeux.

Pour consolider cette analyse peu amène, Hélène Carrère d’Encausse a tendance à survaloriser le poids de Que Faire ? dans la pensée léninienne. A ses yeux, le rôle d’avant-garde du parti énoncé au début du siècle allait être la colonne vertébrale de la stratégie de Lénine. Ce dernier, sans scrupules, à l’autoritarisme forcené, convaincu d’avoir en permanence raison, défendrait donc d’emblée un projet dit totalitaire. L’auteure pense également, et c’est là une position parfaitement cohérente avec les analyses précédentes, que la Russie n’était pas mûre pour le socialisme, et qu’il aurait mieux valu une transition longue pour rejoindre la modernité à l’européenne, ce qu’aurait déjà commencé à faire le tsarisme de Nicolas II, et qu’aurait pu mener un gouvernement provisoire socialiste modéré. Si la dimension philosophique de Lénine n’est absolument pas abordée (rien sur Matérialisme et empiriocriticisme ou sur sa relecture d’Hegel au début de la Première Guerre mondiale), son appréhension de la question nationale est au contraire largement traitée ; on sait qu’il s’agit là d’un des thèmes longuement abordé par Hélène Carrère d’Encausse, auteure entre autres de Le Grand défi : bolcheviks et nations, 1917-1930 (Paris, Flammarion, 1987). Elle attribue d’ailleurs à la stratégie d’autodétermination nationale de Lénine un rôle clef dans sa victoire révolutionnaire, à égalité avec l’instrument du parti d’avant-garde. Cette survalorisation de la question nationale (du rôle des nations et des peuples dominés) dans le léninisme/bolchévisme, qui paradoxalement est aussi mis en avant par des courants historiographiques différents de celui de l’auteure3, mériterait de plus amples développements.

Car s’il y a bien un leitmotiv chez le Lénine de Carrère d’Encausse, c’est sa soif de pouvoir, un pouvoir qu’il revendique pour son parti, et lui seul. Dans cette grille de lecture, L’État et la révolution ne joue qu’un rôle de légitimation, à l’ombre tutélaire des grandes figures du marxisme, simple élément opportuniste d’une stratégie de prise du pouvoir… Face au cynisme et au caractère présenté comme minoritaire de la victoire bolchevique, la légitimité démocratique réside pour l’auteure dans la Constituante, censée représenter la majorité de la population de l’empire. Cette approche, qui verse souvent dans l’excès interprétatif (comment sérieusement qualifier d’entrisme, même avec des guillemets, la présence croissante des militants bolcheviques dans les soviets ou les comités d’usines ?), et néglige la vie personnelle de Lénine durant la guerre civile au profit d’un tableau plus général, débouche sur un récit de cette guerre civile où la terreur émane directement et exclusivement d’en haut, de l’initiative des bolcheviques et tout particulièrement de Lénine, à rebours des analyses de Marc Ferro, bien connues, sur la violence d’en bas.

C’est elle, cette violence étatique, qui cimente pour les décennies à venir le pouvoir bolchevique : « Grâce à cet instrument [la Tcheka] qui sécrète et impose sa propre légalité, le pouvoir conquis ce mois-là sur un gouvernement provisoire exsangue se sera maintenu jusqu’à la fin des années 1980, c’est-à-dire durant trois quarts de siècle, contre une société de plus en plus rétive. » (p. 434-435).

Hélène Carrère d’Encausse cherche à éviter la caricature en opposant un Lénine privé capable d’humanité et d’empathie, à un Lénine public utopiste, indifférent au sort des masses ; elle a surtout le mérite d’en faire un révolutionnaire dont l’internationalisme est chevillé au corps, y compris après le traité de Brest-Litovsk, et un homme d’État souhaitant faire de la NEP une pause durable. Mais ce faisant, elle ne peut effacer la filiation dont elle revendique d’ailleurs explicitement l’héritage en citant les travaux de Richard Pipes et Dmitri Volkogonov, largement mis à contribution : celle de l’école dite totalitaire.

1Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, Gollion (Suisse), Infolio éditions, 2011, p. 84.

2Pour ces questions, lire Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, op. cit.

3Nous pensons ici, par exemple, à un ouvrage à paraître chez Syllepse (septembre 2017) de Matthieu Renault, La révolution et l’Orient.

Léon Chestov, Qu’est-ce que le bolchevisme ?, Paris, Le Bruit du temps, 2015 (1920 pour l’édition originale), avant-propos de Ramona Fotiade, postface de Jean-Louis Panné, 184 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

A l’approche de ce centenaire des révolutions russes, les rééditions avaient commencé à se multiplier, tout particulièrement celles de témoignages ou d’écrits rédigés à chaud, visant à caractériser et/ou à évaluer le bolchevisme et les changements qu’il a pu impulser en Russie. Citons entre autres la brève brochure d’Anté Ciliga, l’analyse de Bertrand Russell1 ou celle de Léon Chestov (1866-1938), philosophe et écrivain russe d’origine juive. Le recueil dont il est question ici compile en réalité trois textes différents : le principal, qui a donné son nom au livre, fut publié au Mercure de France, en septembre 1920, année de son départ définitif de l’ancien empire russe. Les deux autres articles datent pour l’un de 1918 (publié dans un journal socialiste-révolutionnaire de Moscou), pour l’autre de 1934 (publié dans une revue de théologie The Aryan Path).

Qu’est-ce que le bolchevisme ? se veut essai de compréhension visant à l’impartialité. L’axe directeur de l’analyse de Léon Chestov, c’est de considérer le bolchevisme comme intrinsèquement réactionnaire, un courant profondément russe dans sa nature, incarnation d’un « despotisme ignorant » (p. 40) qui renoue avec celui du début du XIXe siècle en la personne d’un Nicolas Ier. Pour justifier ce jugement, Léon Chestov s’appuie sur la violence, le pillage et la destruction, le servage dans lequel la population se retrouve plongée, et l’ivresse du verbe, sensible dans un effort législatif aussi démesuré que vain, autant de marqueurs, selon lui, des bolcheviques au pouvoir. A l’inverse, la révolution authentique et progressiste, c’est celle de février. Léon Chestov ne tarit pas d’éloges, en effet, sur le gouvernement provisoire, qui aurait favorisé implicitement, à ses yeux, un véritable idéal anarchiste, créateur d’« hommes de vérité » (p. 46) et défenseur de la valeur cardinale à ses yeux, la liberté (d’expression en particulier). Il y oppose l’action des soviets, coupables finalement de tous les maux2 en lien avec le bolchevisme, n’attirant que les médiocres (sic), la fin de la « vraie » révolution datant logiquement d’octobre 1917. C’est là une vision profondément sombre du réel, qui semble teintée d’une relative misanthropie et d’une forme de condescendance intellectuelle. Une approche pour le moins manichéenne, également, d’où émergent malgré tout des éléments justes, ainsi du développement d’une bureaucratie pléthorique, mal russe endémique selon lui.

L’article de 1918, « Les oiseaux de feu », est une critique plus large du romantisme idéaliste qu’il voit comme particulièrement marqué en Russie, que ce soit chez les impérialistes, les monarchistes ou les socialistes ; l’accusation de déconnexion du réel est donc déjà sensible, deux ans avant Qu’est-ce le bolchevisme ? Quant au dernier texte, « Les menaces des barbares d’aujourd’hui », c’est un constat de la prédominance, depuis 1914, de la force sur la liberté au sein de l’humanité agissante, élément qui unit, aux yeux de Léon Chestov, les bolcheviques et les nazis, tous deux adeptes de ce qu’Enzo Traverso nomme le « modernisme réactionnaire »3. La liberté et l’indépendance d’esprit, l’auteur les voit au contraire portées par la religion (chrétienne en l’occurrence), jugement subjectif s’il en est. La postface de Jean-Louis Panné, auteur dont l’anti-bolchevisme n’est un secret pour personne, souligne logiquement les mérites de l’analyse déployée par Léon Chestov. Elle est surtout précieuse par son évocation relativement détaillée des autres analyses contemporaines de la Russie bolchevique.

1Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchevisme, Bellecombes-en-Bauges, éditions du Croquant, 2014 (1920 pour l’édition originale), chroniqué sur ce blog dans ce second focus sur le centenaire. La brochure d’Anté Ciliga, L’insurrection de Cronstadt et la destinée de la révolution russe, Paris, Allia, 2015 (1938 pour l’édition originale) le sera prochaînement.

2« Derrière son dos [celui du gouvernement provisoire], gouvernaient les Soviets qui, tout en ne faisant rien de positif, se faisaient les instruments de destruction du pays, destruction poussée au maximum. » (p. 63-64).

3Voir la critique de son livre La Violence nazie, une généalogie européenne dans la revue électronique de Dissidences : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1471

Nils Andersson, Mémoire éclatée, de la décolonisation au déclin de l’Occident, préface de Gérard Chaliand, Lausanne, éditions d’en bas, 2016, 544 pages, 25 €.

 

Un billet de Julien Hage

Lausanne, Paris, Alger, Tirana, Uppsala, puis de nouveau Paris : l’internationalisme n’a pas été un vain mot pour Nils Andersson : avec ce livre, relatant son parcours, il ne restera pas lettre morte. Un an après l’autobiographie de Samir Amin, parue aux Indes savantes1, et bien après les mémoires d’un Gérard Chaliand dont on annonce le deuxième tome2, voilà un autre membre de la génération des intellectuels et militants de la décolonisation, un des principaux « éditeurs protagonistes » de la guerre d’Algérie en Europe aux côtés de Giangiacomo Feltrinelli ou de François Maspero3, qui nous livre un regard rétrospectif sur son parcours, dont on connaissait déjà en partie le chapitre éditorial4. Le livre est publié à l’occasion des 40 ans des éditions d’en bas, maison d’édition progressiste de Lausanne au travail patient et rigoureux. Il faut dire que le métier des livres a constitué le fil rouge de la vie de Nils Andersson, une vie engagée pour l’indépendance du Tiers-monde, l’Algérie d’abord, puis aux côtés de ce qu’il nomme « Liliput », l’Albanie d’Enver Hoxha. Un combat qu’il poursuit aujourd’hui au sein d’ATTAC, en tant que spécialiste des questions de justice internationale et des guerres soit disant « justes », et comme membre du réseau Sortir du Colonialisme.

Le livre restitue les axes d’une vie en cohérence, et ses réalisations politiques et intellectuelles: un rôle éditorial de contre-information et d’intervention culturelle, la construction d’un savoir critique collectif et militant, non circonscrit au privilège et à l’usage académique, et aussi, de la guerre d’Algérie jusqu’à aujourd’hui, le recours à une critique du droit, trop négligée par la gauche selon l’auteur, afin de contrer le néo-colonialisme dans l’inflation des nouvelles croisades. Mémoire éclatée constitue ainsi à la fois le récit situé d’un parcours et une analyse de la décolonisation comme mouvement majeur du XXe siècle – on y retrouve les grandes figures comme les plus obscures de la révolution algérienne et de la cause anti-impérialiste, à la fois politiques et littéraires. Il nous livre aussi une réflexion rigoureuse et toute personnelle sur le sens des engagements du passé, et sur la place de l’Europe et des métropoles impérialistes aujourd’hui déchues, à l’heure de la mondialisation, alors que le néo-colonialisme pousse plus que jamais ses feux sur la planète, et que l’anticolonialisme n’a rien perdu de sa raison d’être. Ce livre nous appelle donc à questionner la place du Tiers monde et de l’anti impérialisme au sein des gauches européennes.

L’on connaît la célèbre formule de Frantz Fanon selon laquelle il serait absolument incompatible pour un homme debout d’écrire ses mémoires et sa célèbre injonction : « ô mon corps, fais de moi toujours une âme qui interroge ». Aux côtés des acteurs de l’époque, des témoins et des historiens, par de multiples contributions dans des publications militantes et académiques, et ce livre en porte témoignage, Nils Andersson n’aura cessé depuis son retour à Paris dans les années 2000 de réfléchir aux événements et aux conséquences de la décolonisation. L’on retrouve les différentes facettes d’un engagement qui, comme pour les autres éditeurs protagonistes – Maspero membre des réseaux d’évasion des « porteurs de valises », Feltrinelli disparu en 1972 dans un attentat de témoignage sur un pylône électrique desservant Milan –, ne s’est jamais restreint à un rôle strictement éditorial et intellectuel. Il s’est construit dans la durée, de sympathisant à « compagnon de route », puis en membre des organisations de jeunesse puis des partis de l’époque, mais aussi en partisan des nouvelles organisations internationalistes issues du Tiers-monde.

Transparaît avec force dans ces pages une éthique personnelle de la conviction, rétive aux murs et aux frontières, déjà perceptible dans son souci de désenclaver culturellement la Suisse de l’après-guerre et consciente des replis nationalistes. Ouvrier décorateur comme son père, immigré suédois en Suisse, rien ne prédestinait Nils Andersson à suivre la voie de l’édition, au-delà de ses premières tentatives. Ses choix, sa volonté de ne pas transiger avec la raison d’État, le menacent ainsi bientôt lui, l’internationaliste en devenir, d’être justement apatride : les Suisses lui refusent tout accès à la nationalité après son voyage de jeunesse à Bucarest ; la Suède, dont il ignore presque tout, le contraint en 1955 de faire un service militaire d’un an, sous peine de… déchéance de nationalité. Cette éthique de la conviction est aussi à l’œuvre dans les choix du passé comme dans la facture de son récit : dans son refus de devenir « pied-rouge » et de prétendre s’accaparer une révolution algérienne qui selon lui appartient aux Algériens, comme dans sa réticence, au fil de son récit, à s’écarter des faits que lui-même a vécus personnellement, ce qui l’autorise à relater, à documenter et à analyser ces éléments au prisme d’une vie, des archives et des documents qu’il lui reste.

Andersson nous rappelle aussi combien lui et ses collaborateurs ont toujours donné au métier des livres le sens et les pratiques d’une émancipation radicale, d’où des relations parfois conflictuelles avec la profession, dans un complet désintérêt personnel pour la « carrière ». Mais l’histoire présente pourtant aussi toujours d’heureuses et inattendues surprises, où se manifeste la vocation militante des métiers du livre d’hier comme l’irréductible humanité de certains de ses membres. Peu d’imprimeurs en Suisse refusent lorsqu’il se présente à eux pour publier des livres ou des documents susceptibles d’être poursuivis et interdits, et l’on trouve à ce propos une histoire tout à fait extraordinaire (p. 156-158). Après la saisie des exemplaires du Moudjahid, l’organe du FLN, qu’il avait fait publier sur les imprimeries du Pré Saint Jérôme avant de le faire parvenir clandestinement en France, une saisie qui vaudra au convoyeur suisse Jean Mayerat un an de prison, l’imprimerie, proche du Parti du travail vaudois, est identifiée et poursuivie publiquement – alors que la Guerre froide, encore toute proche, lui avait déjà valu mille persécutions. Les dirigeants de ce parti, dans l’ignorance de l’initiative personnelle de l’imprimeur Maurice Lehman, s’inquiètent d’une provocation organisée par la police. Une fois avertis, leurs responsables demandent alors à Nils Andersson de ne plus proposer d’ouvrages sensibles à ce dernier car « il ne pourra pas te le refuser », considérant « la liberté d’expression comme la plus belle valeur de son métier ». Plus loin aussi, lorsqu’on lui conseille de s’adresser en Italie à Del Duca et à ses imprimeries – bien loin d’être « politiques » ! –, au nom des « anciennes amitiés résistantes », pour publier les premières publications prochinoises en Europe, là où la rupture entre l’URSS et la Chine a banni des systèmes de distribution communistes tous les livres concernant cette dernière.

Itinéraire bien plus méconnu donc que les parcours des soixante-huitards qui lui ont succédé, le livre revient sur la genèse d’un internationalisme anti-colonial au mitan des années 1950. Il souligne la place et l’attitude de la Suisse dans le concert international depuis la Première Guerre mondiale, d’où il découle une relative mansuétude pour la décolonisation conçue par les autorités comme allant « dans le sens de l’histoire » et – selon Andersson – un anticommunisme qui confine à l’obsessionnel hérité du passé : plus jamais de refuge ou de tribune internationale pour des Bolcheviks après 1917, fussent-ils maoïstes cette fois ! La décolonisation entre pour l’auteur en conscience avec la lecture de France-Observateur lors de la guerre d’Indochine, avant qu’Henri Rusconi, de Jeunesse libre, l’organisation de jeunesse du Parti ouvrier populaire vaudois, ne le convie au Festival international de la jeunesse organisé à Budapest en 1953, en pleine guerre de Corée, où il fait ses premières rencontres avec des combattants vietminh. C’est aussi le premier fichage politique à vingt ans par la police fédérale, qui lui ferme désormais toute possibilité de naturalisation et dont la sollicitude ne le lâchera plus désormais. En 1956, c’est en « compagnon de route » conscient et non plus en « touriste », qu’il dirige la délégation suisse à L’Eté de l’amitié, voyage sur le Rhin qui réunit des délégations de jeunesse des pays frontaliers, avant d’être en charge de la partie culturelle de la délégation pour l’édition suivante organisée à Moscou, avant dix ans plus tard, de s’installer en Albanie.

Lors de la première partie consacrée à sa jeunesse lausannoise, l’on constate combien l’édition et la littérature suisse, pourtant si liées à une France très écrasante en la matière, nous sont encore bien trop méconnues. L’on voit Nils Andersson participer avec Jacques Chessex, futur prix Goncourt pour L’Ogre en 1973, et quelques autres au lancement d’une revue de poésie Pays du lac, en 1953, après la disparition de la célèbre revue Rencontre, et y conçoit la livraison en hommage à Edmond-Henri Cristinel. Autour du café Le Barbare, premières rencontres et premières discussions le lient aux avant-gardes vaudoises, alors plus ouvertes aux sirènes internationales que Genève. Lui et ses amis lancent bientôt un éphémère journal à vocation mensuelle, Clartés, destiné à aborder les questions culturelles comme les enjeux politiques, à la fois nationaux et internationaux. Clartés lance ainsi des ponts vers Paris, notamment avec le poète oulipien Jean Lescure, et s’ouvre au théâtre sous l’influence de la revue Théâtre populaire, avec laquelle Pierre Canova et Nils Andersson créent une association vaudoise des Amis du théâtre populaire.

Alors que Pays du lac devient Domaine suisse, Andersson, à son retour de Suède, entreprend de diffuser les ouvrages de ces éditions peu distribuées jusque-là en Suisse comme L’Arche, Minuit, Jean-Jacques Pauvert, sur une idée de Canova qui travaillait alors à la grande et importante librairie Payot de Genève – Feltrinelli prendra exemple sur elle pour fonder le premier réseau de librairies modernes en Italie. Au printemps 1957, les éditeurs français accèdent à la demande de ces novices passionnés, à leur grande surprise. La Cité diffuseur est créée le 2 mai, et bientôt Le Terrain Vague d’Eric Losfled, Les Éditeurs français réunis et les Éditions sociales du Parti communiste, puis Maspero se joignent à eux, comme les éditions d’art Galanis, tandis que José Corti et Guy Lévis Mano refusent – au grand regret d’Andersson. La Cité diffuseur se retrouve ainsi d’emblée à la tête d’un catalogue éditorial moderne en langue française, un catalogue en plein développement, à la fois en littérature, en sciences humaines et en documents en tous genres, que les années 1960 vont consacrer d’une manière extraordinaire.

La période suivante de la guerre d’Algérie est évidemment la plus connue, et celle qui sans doute attirera le plus l’intérêt des lecteurs français, pour son approche des résistances françaises à cette guerre, des réseaux de solidarité et du front éditorial auxquels l’auteur a participé et qu’il n’a cessé de documenter et d’analyser au fil des années, notamment autour des dénonciations des méthodes de la contre-guérilla (au premier rang desquelles la torture) et de la défense du droit à l’insoumission. Il restitue les clivages au fil du temps dans la « gauche respectueuse » entre « paix en Algérie » et « indépendance », mais aussi vis-à-vis de l’insoumission, un Jean-Jacques Servan-Schreiber promettant à ceux qui la défendent un sort pire que les putschistes de l’Algérie française…. Nils Andersson s’engage définitivement dans l’édition avec la réédition en Suisse de La Question d’Henri Alleg censuré en France, publié aux éditions de Minuit. La Cité éditeur est dans l’urgence et la nécessité, avec un emprunt filial aux économies de sa mère. La maison rejoint alors le front éditorial formé par Minuit, Maspero, Pierre-Jean Oswald, ou encore Robert Morel, qui luttent contre la poursuite de la guerre, relayant le travail de la presse et des grands hebdomadaires frappés par la censure, et relayés par les périodiques semi-clandestins Témoignages et documents et Vérité-liberté, rejoints par les organes des porteurs de valise Vérité pour et des insoumis et déserteurs Jeune Résistance. Dans un contexte où les médias audiovisuels sont un monopole d’État, l’édition devient alors médiatique, avec des livres réactifs sur les événements, des essais et des documents incisifs, tandis qu’un numéro de revue ou d’hebdomadaire, nous rappelle Nils Andersson, est mort une fois saisi : comment en effet le distribuer largement deux ans après sa sortie ?

Son avant-propos de l’époque à la réédition de La Question vaut d’être cité : « À ce jour, aucune poursuite n’ayant été engagée, la véracité des faits est donc implicitement reconnue. La seule raison de saisir, c’est de refuser aux Français le droit de savoir « ce qui se fait en leur nom ». La démoralisation de l’armée, c’est empêcher certains hommes d’assouvir leur haine des hommes dans la tranquillité. Cette édition n’a pas pour but de calomnier un pays que nous savons aimer, mais la cruauté et la sauvagerie de ce document sont telles qu’il est impossible de se taire et c’est notre solidarité avec tous les Français qui se refusent à cette dégradation que nous refusons ».

Il organise bientôt de Lausanne la diffusion clandestine des livres interdits, comme lors de la Résistance, au soutien des réseaux de porteurs de valises et de déserteurs de l’armée française réfugiés en Suisse. Arrêté à Lyon « dans l’exercice de son métier », en compagnie du prêtre Robert Davezies, compagnon de route du FLN qui s’apprêtait à lui confier son nouveau manuscrit, il est expulsé et interdit de séjour en France en 1961. S’ensuivent de nombreux livres contre la guerre d’Algérie, ceux de Minuit, interdits, comme La Gangrène – dont les piles attendront les Français de passage aux kiosques des gares suisses, à la grande surprise de l’éditeur –, ceux du Front de Libération nationale algérien, avec La Pacification, de Hafid Keramane5, qui servira tristement d’écrin aux bombes des attentats « omo »6 des services secrets français du SDECE envoyés aux anticolonialistes européens, causant la mort de Georges Laperche, un professeur de Liège. Bientôt d’autres ouvrages suivent, documentant la cause du Tiers-monde, de l’Algérie à la Chine, en passant par l’Albanie, un Tiers-monde pour lequel il s’engage corps et âme, avec un travail éditorial qui lie les avant-gardes politiques et les avant-gardes littéraires, qui lui vaudra d’être expulsé de Suisse en 1967 malgré une grande campagne de mobilisation internationale, en laissant derrière lui et la maison, la diffusion et les locaux, repris par les éditions L’Âge d’homme7.

Durant la guerre d’Algérie, Nils Andersson découvre la controverse entre l’URSS et la Chine, lors de la Lettre en 25 points, notamment autour de la question de l’émancipation du Tiers-monde, un document qui demeure longtemps mal connu. Il en publie les aboutissants en Suisse et en France en s’adressant au consulat de Chine, afin de nourrir le débat sur la question de l’impérialisme – un choix qui l’engage, comme lors de la guerre d’Algérie. Nils Andersson décrit ainsi la naissance du mouvement prochinois « marxiste-léniniste » en Suisse, mais aussi en France et en Belgique, jusqu’à son expulsion. Après un bref passage à Bruxelles où il rencontre Jacques Grippa, Nils Andersson se dirige vers l’Albanie – un séjour prévu pour deux ans qui en durera finalement cinq, conclu par un départ pour ménager à ses deux jeunes enfants des études dans de bonnes conditions –, afin de travailler notamment à Radio Tirana pour traduire les émissions à destination de l’Occident, alors que sa femme y travaille comme enseignante. Il découvre alors un pays digne, pauvre et montagneux, libéré par lui-même et farouchement possédé par sa toute neuve indépendance. Il décrit tous les efforts d’un pays en quête de développement, isolé par sa rupture avec l’URSS. Nils Andersson relate le choix difficile à assumer d’un essor démographique jugé comme nécessaire à la sanctuarisation de son indépendance, mais qui accapare beaucoup de ressources et retarde justement le développement, là où le grand frère soviétique ne livre plus de céréales. Il insiste notamment sur tous les efforts réalisés pour faire reculer la féodalité, le patriarcat et la vendetta, sans oublier de mentionner les blocages, les malentendus face à un Occident stigmatisé et rêvé mais très méconnu, et la difficile transition des générations au sein des pays de l’Est. Ainsi l’épisode de la vache qui produit « neuf litres de lait par jour », qui fait la fierté des Albanais qui enjoignent avec force leurs collaborateurs étrangers, pourtant convaincus de la modestie de la performance au regard de l’Occident, à répercuter la nouvelle urbi et orbi, avant de se résoudre à s’en abstenir.

L’avant-dernière partie, consacrée à sa période suédoise – difficile de parler de « retour », puisqu’à l’exception d’une année de service militaire, Nils Andersson n’y avait jusque-là jamais résidé –, nous est encore moins familière que son préambule suisse. L’auteur y relate sa difficile adaptation à la Suède et la construction patiente et difficile de sa nouvelle activité, la distribution de livres français, qu’il va appeler « Le quartier Latin », et de fonder l’Alliance française d’Upsalla, tout en restant actif dans le mouvement marxiste-léniniste suédois et dans l’Association d’amitié Suède-Albanie. Il y relate ses retrouvailles avec Pierre Vidal-Naquet, de passage à l’université de Turku où il venait de prononcer sa célèbre conférence « Une fidélité têtue : la résistance française à la guerre d’Algérie », analyse depuis devenue classique8, où il développa pour la première fois sa célèbre typologie des engagements de la guerre d’Algérie – « dreyfusards », « tiers-mondistes » et « bolcheviks », catégorie dans laquelle il lui dit le placer, à la grande hilarité d’Andersson qui voyait dans son travail d’éditeur en responsabilité une vocation nécessairement « dreyfusarde » –, une typologie auquel ce dernier tient à ajouter aujourd’hui les « chrétiens », notamment pour la première partie de la guerre. Il rapporte sa rencontre là-bas avec Ismaïl Kadaré, qu’il avait connu en Albanie, alors désireux de démarcher pour obtenir le prix Nobel de littérature. Grande personnalité du régime albanais, Ismaïl Kadaré était bien loin encore de se présenter en « dissident » victime du régime après sa chute pour obtenir les faveurs et la reconnaissance de l’Occident, une hypocrisie que Nils Andersson dénoncera plus tard dans une lettre ouverte, à son arrivée à Paris, la retraite professionnelle venue.

Le livre refermé, l’on ne peut que méditer la radicalité comme l’intégrité de ces combattants de l’anti-impérialisme, dans la pluralité de leurs parcours : albanais pour Andersson, cubain pour Maspero, Debray ou Feltrinelli, algérien pour d’autres. L’auteur fait mentir l’adage selon lequel les mémoires d’éditeur, de celles de Maurice Nadeau à Françoise Verny, se révèlent presque immanquablement des déceptions. Il faut dire que si le livre a occupé la vie de Nils Andersson, son engagement a connu des modalités différentes au fil des situations dans lesquelles il l’a placé et au gré des contextes : ce n’est ni un récit héroïque, ni le témoignage d’un ancien combattant, ainsi qu’y insiste Gérard Chaliand en préface, même si son parcours pourrait relever à bon droit d’une sorte d’odyssée internationaliste. À la fois pudique et personnel, assumant une histoire aussi nécessairement « trouée »9 qu’une mémoire « éclatée », son récit répond à l’éthique de la conviction qui a pu guider sa vie. Il reprend le fil d’un engagement personnel et situé, exercé collectivement avec des compagnons de lutte –notamment ceux du Parti communiste des ouvriers de France –, de ses amis assassinés (Mohamed Boudia, dont il avait publié le théâtre militant), au service d’une lutte, mais sans non plus la tentation de s’abolir dans l’identification à une cause. Nul martyrologue ne s’y trouvera non plus : on ne lira pas dans ses mémoires le terme d’ « exil » – pour lui les conséquences d’un choix assumé de son refus de se soumettre au diktat des autorités suisses –, mais aussi nulle compromission : Nils Andersson refusa toujours de demander en personne à l’État suisse de lever son interdiction de territoire, conquis en 1986 grâce à Bertil Galland, ni même à l’État français – cette dernière n’étant qu’une mesure administrative et préfectorale, il vit désormais à Paris.

En même temps, il n’écarte rien de ses réflexions : les infiltrations policières, telles celles du maoïsme suisse, les trahisons, comme les accusations d’être un « agent » qui ont pu le viser personnellement au fil des ans, et toutes les questions qui restent en suspens pour lui, livrées aux brumes du passé et aux questionnements des historiens. Jamais aussi, il ne se donne le beau rôle : il souligne ainsi sa réévaluation de ses idées relatives à la temporalité du manifeste des 121, d’après les éléments avancés lors d’un colloque mené par Catherine Brun10 (p. 138). Il n’hésite pas non plus à reconnaître honnêtement que lors de la mobilisation menée pour lui contre son expulsion en Suisse en 1966 par Bertil Galland, journaliste et homme de lettres vaudois, alors de l’autre côté de la barricade, il n’aurait sans doute pas agi de la même manière à l’époque si ce dernier s’était trouvé dans la même situation. Il faut dire que l’ouverture des archives suisses, auxquelles il a eu accès à la suite d’un scandale retentissant, suivant la révélation du fichage systématique des personnalités politiques et médiatiques en vue, dans un contexte de « fin de l’histoire » (après 1989…), lui a réservé quelques surprises. Jacques Vergès, alors son compagnon de lutte, demandant à ses interrogateurs des services secrets suisses pourquoi ils n’expulsaient pas « aussi » Nils Andersson… L’une des grandes qualités du livre est aussi d’affronter sans détour la défaite de ces années-là, dans laquelle il voit d’abord celle du Tiers-monde, une défaite qu’il estime encore trop méconnue et trop mésestimée à ce jour, y compris pour ceux qui comme lui étaient étroitement engagés à ses côtés, alors qu’aujourd’hui l’Europe doit s’habituer à ne plus être le centre du monde.

Au fil des pages, le livre dégage des thèmes et des outils de réflexion à destination des combattants d’hier pour les combattants d’aujourd’hui, et à quiconque veut entrer dans la compréhension de ces parcours têtus dans les aléas de l’histoire. La première, c’est de mettre en valeur le formidable et rigoureux travail de documentation conçu par les opposants à la guerre d’Algérie qui désarma les juges, les censeurs et les partisans de l’Algérie française. Selon Nils Andersson, aucun conflit ou presque n’a été, pas même la guerre du Vietnam, aussi minutieusement et rigoureusement documenté durant son déroulement, bien avant l’arrivée des médias numériques. Les autorités se trouvèrent dans l’impossibilité d’organiser le moindre procès, tant les faits étaient dénoncés avec une précision infaillible. Ce qui donne tout leur prix à cette documentation, à sa conservation et à son exhumation aujourd’hui, ce qu’il désigne du terme d’« archives citoyennes »11 de la guerre d’Algérie. Ainsi qu’y insistait encore Hélène Cuenat dans ses mémoires : « Pour moi, Française métropolitaine, en 1957, la violence du colonialisme, la violence de guerre, c’est d’abord un « savoir » : c’est dans les livres et les journaux que j’ai compris la violence de la colonisation »12.

Et ce « savoir », dans sa construction et ses usages, s’il doit être la matière des historiens et des autres chercheurs, n’en doit pas être l’apanage, et doit encore contribuer à nourrir les débats contemporains sur la guerre, l’insoumission et le droit. Ainsi que l’affirme Nils Andersson : « On doit se demander pourquoi, lors d’une guerre coloniale qui fut la plus importante lutte de libération nationale du XXe siècle avec celle du peuple vietnamien, le tissu social des institutions, des partis, des médias, comme le tissu familial, n’ont pas apporté de réponse aux questionnements et à la désespérance d’une génération qui eut pour alternative la culpabilité dans la soumission ou l’illégalité de l’insoumission » (p. 192). S’il est bien évident que le livre n’exerce plus un rôle médiatique prédominant, comme alors, ce travail rigoureux de construction collective du savoir à des usages militants n’a rien perdu de sa raison d’être.

La seconde démarche mise en œuvre par Nils Andersson, ici restituée au fil des pages, est de constituer une mémoire vivante, partagée et réflexive des combats d’hier : pour lui, « l’absence de mémoires individuelles est l’un des principaux handicaps pour comprendre et tirer les leçons de l’impasse communiste au XXe siècle » (p. 324), alors qu’aujourd’hui selon lui la situation s’est renversée dans une forme d’inflation et de sacralisation des témoignages avec l’affrontement mémoriel. En collaboration avec les chercheurs, tel Tramor Quemeneur, et les associations (4ACG, Sortir du colonialisme, et tant d’autres…), il s’est agi notamment pour lui de sortir de l’ombre le destin et les parcours des militants de la guerre d’Algérie, dans le plus large spectre, en demeurant fidèle en quelque sorte à la formule de Francis Jeanson dans Notre Guerre dans sa si forte réponse, écrite en quelques semaines, à la « double trahison » de Maurice Duverger : « L’adversaire n’est pas tout mauvais, l’ami n’est pas tout bon, c’est sur cette réalité qu’il faut décider de sa ligne de conduite »13 – encore et toujours assumer et comprendre les choix qui engagent. Resté proche de nombreux combattants du FLN, sur lesquels il apprendra au fil des années à mettre un nom véritable sur les visages croisés en anonyme dans la clandestinité, tel Mohamed Méchati14, dernier fondateur de l’Organisation spéciale (OS) survivant, récemment disparu, Nils Andersson organisa une rencontre au Centre culturel algérien à Paris de tous les membres des porteurs de valises et des réseaux d’insoumis et de déserteurs encore en vie. Pour la plupart, exigences de clandestinité obligent, ils ne s’étaient ni revus ni reconnus depuis la fin du conflit. Rigueurs et nécessités d’une vie professionnelle et familiale et parfois destins souvent trop méconnus de parias, les avant-gardes de la guerre d’Algérie n’ont pas eu les feux de la rampe de la génération de Mai 68.

Par ailleurs, ayant nourri une grande admiration pour la détermination des militants historiques, notamment ceux du Komintern, qu’il a croisés dans son parcours, à l’heure pour lui de passer le témoin à son tour, il s’étonne parfois des figures demeurées encore trop méconnues dans leur rôle et leur cheminement, révolutionnaires d’hier qui demeurent des énigmes pour les militants d’aujourd’hui. Pour un « communiste orthodoxe », en effet, pas d’histoire en dehors du Parti et nulle place au panthéon des dictionnaires biographiques –malgré parfois des politiques de l’archive plus ou moins discrètes–, d’où des êtres en errance au gré des paradoxes des récits du passé, qui interpellent souvent les historiens. Ainsi d’Erno Gerö, considéré par Xavier Relecom, l’ancien secrétaire général du PC belge de l’entre-deux-guerres, avec lequel Andersson en discuta lors de son passage en Belgique, comme l’une des personnalités les plus brillantes de l’organisation qu’il ait pu y croiser, un Gerö qui fut l’artisan de la confrontation entre le POUM et les communistes lors de la guerre d’Espagne jusqu’à sa fin politique en 1956 comme secrétaire général du PC hongrois…

Oui, Nils Andersson est bien resté, pour reprendre le mot de Fanon, « un homme qui interroge ».

1Samir Amin, Mémoires, L’éveil du Sud, Paris, Les Indes savantes, 2015.

2Gérard Chaliand, La pointe du couteau, un apprentissage du monde, Paris, Points Seuil, réédition 2013.

3Julien Hage, La génération des éditeurs protagonistes de la décolonisation, radicalités, rigueurs et richesses de l’engagement éditorial, in Bibliodiversity, Alliance internationale des éditeurs indépendants, Accessible en ligne : http://www.alliance-editeurs.org/IMG/pdf/bd4_hage_144.pdf Consulté le 6 février 2017.

4François Vallotton (dir.), Livre et militantisme, La Cité éditeur (1958-1967), préface de François Maspero, Lausanne, éditions d’en bas, 2007.

5Réédité en 2014 aux éditions Les Petits Matins.

6Les attentats « homo » ou « omo », ce sont les assassinats d’individus par les services secrets français, qui visaient des anticolonialistes, des marchands d’armes… quelques pays ont d’ailleurs émis des protestations très vives à la suite de ces assassinats sur leur territoire (comme la Suisse). Le SDECE s’est dissimulé sous le nom de « la Main rouge » pour créer de la confusion.

7Eric Burnand et Frédéric Zimmermann, L’Expulsion, RTS, 2006. Documentaire accessible en ligne : https://www.rts.ch/archives/tv/information/3466612-nils-andersson.html

8Texte publié dans Pierre Vidal-Naquet, Face à la raison d’État, Paris, La Découverte, 1989.

9Catherine Coquio (dir.), L’histoire trouée, négation et témoignage, Nantes, L’Atalante, 2001.

10Catherine Brun, Genèse et postérité du manifeste des 121, Paris, L’Esprit frappeur, 2014.

11Nils Andersson, postface, in Tramor Quemeneur, Résister par les textes à la guerre d’Algérie, Paris, Les petits matins, 2013.

12Hélène Cuenat, La porte verte, préface de Francis Jeanson, Saint-Denis, Bouchène, 2001.

13Francis Jeanson, Notre Guerre, Paris, Minuit, 1960, réédition, Genève, Berg international, 2001.

14Mohamed Mechati, Militant de l’indépendance algérienne ; mémoires, 1921-2000, Paris, Tribord, 2012.

Hadrien Klent, La Grande Panne, Paris, Éditions Le Tripode, 2016, 340 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Hadrien Klent)

Hadrien Klent est un jeune auteur, qui avait déjà signé un premier roman formellement ambitieux en 2014, Et qu’advienne le chaos. Ce dernier mettait en scène un savant fou et une découverte susceptible d’annihiler l’humanité entière, dans la grande tradition du merveilleux scientifique, cette science-fiction française d’avant 1950. Ce n’est donc pas un hasard si son second livre reprend le titre d’un roman phare de Théo Varlet1, paru en 1930. Toutefois, et même si un de ses personnages évoque, pour le critiquer sévèrement, l’ouvrage de Varlet, peu de choses relient ces œuvres éponymes, en dehors de l’arrêt du réseau électrique. Chez Hadrien Klent, pas de cause extra-terrestre, mais au contraire une explication très terrestre : l’explosion d’une mine désaffectée de graphite, au sud de la péninsule italienne, qui génère un nuage susceptible de provoquer des explosions au contact des lignes à haute tension. L’État italien décide alors de couper l’ensemble du réseau électrique par prévention, et dans la mesure où le dit nuage, comme celui de Tchernobyl, ne s’arrête pas à la frontière, mais remonte vers le nord, le gouvernement français prévoit de faire de même.

L’intrigue s’articule alors entre deux extrémités. D’un côté, les sphères dirigeantes, autour du président de la République, figure fantasque s’il en est : Alexandrine, secrétaire générale de l’Élysée, et Lionel Sauvage, responsable de la sécurité, sont particulièrement privilégiés. De l’autre, un groupe d’anarcho-autonomes, menés par Jean-Charles Lavaud, placé sous la surveillance des services policiers. Ensemble, ils prévoient de profiter de la coupure générale pour proclamer une nouvelle Commune de Paris à Belleville. Entre ces deux collectifs géographiquement séparés, le gouvernement ayant décidé de s’installer, le temps de la crise, sur l’île de Sein, Normand, écrivain en recherche d’inspiration, lui aussi réfugié sur l’île, et qui fut autrefois collaborateur du premier ministre, avant qu’il ne devienne président de la République… Le roman alterne ainsi les chapitres entre ces différents champs d’action, ouvrant sur quelques retours en arrière centrés sur 2001. Il laisse également s’exprimer Jean-René Hunebelle, patron de presse ayant profité de la grande panne pour publier le seul journal encore en activité : ses articles réguliers sont autant de fenêtres ouvertes vers la situation du reste de la France, et offrent certaines réflexions à valeur générale.

La Grande Panne est une charge critique contre notre société actuelle, écrite avec fluidité et naturel, faisant le choix d’un miroir grossissant sur deux microcosmes. Le monde politique est ainsi portraituré sans fard, mécanique tournant en partie à vide, fonctionnant par la communication et la manipulation des masses. Quant à l’opposition « révolutionnaire », elle est ici tournée en dérision2. Ultra minoritaire, elle est menée par un enfant gâté, caricature de Guy Debord, tellement déconnecté du réel qu’il envisage une nouvelle Commune littéralement plaquée de façon artificielle, utilisant des plans de Paris afin de monter des barricades… plans datant d’avant la vraie Commune ! Peu d’espoir en apparence, donc, mais un constat critique sur notre mode de vie (« On ne sait plus vivre, on ne sait plus que parler de ce qu’on vit. », p. 324). Cette coupure de courant fait en effet office de révélateur, à l’image de ce qui arrive à Normand et Alexandrine : c’est grâce à ce retour vers l’authentique, mis en valeur dans les articles de Hunebelle, que les deux anciens amants se retrouvent pour une relation que l’on devine durable. La Grande Panne, finalement, n’est-ce pas la morale de la société actuelle et de sa normalité factice ?

« Cinq questions à… Hadrien Klent » (entretien électronique réalisé entre le 23 et le 28 décembre 2016)

Dissidences : Qu’est-ce qui vous a initialement donné l’idée d’écrire ce roman ? Sa réalisation semble s’être étalée sur une longue période, à lire les indications qui clôturent le livre. Pouvez-vous nous apporter des précisions concernant le processus de réalisation ? Comment le situez-vous par rapport à Et qu’advienne le chaos ?

Hadrien Klent : J’ai écrit deux versions de ce livre : la première date de 2010-2011, juste après la sortie du Chaos (lequel a été publié en 2010 ; en 2014 il est ressorti au Tripode dans la collection « Météores »). Cette version n’a pas été publiée ; j’ai entièrement réécrit le livre, beaucoup plus tard, au printemps 2015. Je n’ai donc pas mis, comme on pourrait le croire, cinq ans pour écrire le livre, mais deux fois quelques mois (je vous renvoie à mon blog, où je raconte en détail ce processus d’écriture : blog.hadrien-klent.com).

L’idée du livre m’est venue lors d’un voyage sur l’île de Sein, qui génère sa propre électricité et n’est pas raccordée au réseau de la métropole. J’ai trouvé intéressant d’y imaginer la venue du gouvernement, cependant qu’une panne bloquerait totalement le pays. Un peu comme l’hypothèse « de science-fiction » du Chaos (le fait que l’humanité se compose de calques qui se superposent les uns aux autres) était en réalité un prétexte à une réflexion sur la misanthropie, la panne sert ici de révélateur d’un certain nombre de comportements contemporains.

Dissidences : La Grande Panne dresse des tableaux très réalistes des coulisses du pouvoir au sein des plus hautes autorités de l’État, ainsi que d’une certaine mentalité existant à l’extrême gauche. Est-ce là le fruit d’expériences personnelles, autobiographiques, ou le résultat d’une très bonne documentation ?

Hadrien Klent : Il y a trois personnages principaux dans le roman, trois anciens camarades de classe qui se sont connus vingt ans plus tôt. Normand, ancienne « plume » de celui qui est maintenant président de la République. Jean-Charles, le « révolutionnaire ». Et Nathanaël, un brocanteur impliqué dans un réseau de surveillance orchestré par le gouvernement américain. Je n’ai jamais directement été membre ni d’un cabinet ministériel, ni d’un groupuscule d’ultra-gauche, ni d’un service secret — sans être pourtant totalement étranger à ces trois milieux.

Mais la question de l’effet de réalité est quelque chose qui me semble essentiel : peu importe finalement d’où vous venez, si vous êtes capable de rendre concret un univers donné. Et c’était un des but de La Grande panne que de raconter de l’intérieur les pratiques de ces milieux particuliers, même si, comme vous le dites très bien, il y a un aspect ironique, voire carrément farcesque.

Dissidences : J’ai l’impression que La Grande Panne est un immense éclat de rire lancé à la face du monde actuel. Vous traitez en effet avec beaucoup d’ironie du monde politique à son sommet ou des tentatives dérisoires de nouvelle Commune imaginée par Jean-Charles et ses camarades. Mais dans le même temps, vous offrez une réflexion critique sur ce qui fait notre société contemporaine, hyper-connectée et en grande partie déconnectée de l’authentique. Que pensez-vous de ce constat ? Avez-vous cherché à transmettre un message politique, au sens le plus large du terme ?

Hadrien Klent : Il y a évidemment un parti-pris politique, et même plusieurs. D’abord la critique des nouvelles technologies, traitée parfois par l’absurde (la scène avec la vieille dame ultra-connectée qui se plaint de ne plus avoir son portable) : il s’agit d’une technophobie que je qualifierais « de gauche » puisqu’elle souligne la perte des interrelations et solidarités humaines liées à la sur-connectivité du monde contemporain.

Ensuite, une vision du monde politique, et plus précisément du pouvoir, désenchantée (sans être pour autant cynique) : le personnage du président est fantasque, parfois inquiétant, souvent exaspérant, mais au fond c’est le seul qui accepte ses émotions, là où son entourage ne raisonne qu’en termes purement stratégiques, voire uniquement médiatiques.

Et enfin, il y a ce binôme de deux anciens amis révolutionnaires, dont l’un (italien) est devenu journaliste, trahissant les idéaux de sa jeunesse, tandis que l’autre (français) poursuit son projet d’établissement d’un autre monde. Si je suis d’accord avec vous pour dire que le traitement du second (Jean-Charles) comporte une part de caricature (jouant sur des figures d’enfants gâtés qui pouvaient néanmoins dire des choses intéressantes, tel Guy Debord), il y a en sous-texte des interrogations moins ironiques : que serait l’instauration d’une Commune aujourd’hui ? Un « leader charismatique » est-il celui qui permettra la venue d’un mouvement révolutionnaire ? Trahit-on plus une amitié ou un idéal ?

Dissidences : Votre roman s’insère dans une série d’ouvrages ayant des problématiques communes avec le vôtre : Black Out, sur la peur d’une coupure de courant générale, ou Avril de Jérémie Lefebvre sur une possible insurrection révolutionnaire. Comment vous situez-vous par rapport à eux ? Pensez-vous vraiment que notre temps soit celui d’un terrorisme anti-technologique et d’un retour des espoirs révolutionnaires militants ?

Hadrien Klent : J’ai entendu parler de Black Out à la sortie de mon roman, et je ne connaissais pas Avril (que je vais lire) ; je ne saurais donc pas vous en parler. Mais j’ai vraiment le sentiment que j’utilise, moi, ces deux extrêmes (terrorisme technologique, insurrection révolutionnaire) surtout comme des révélateurs de ce qu’est notre société, dans sa banalité et sa routine qu’on ne discute plus vraiment. Vous citez avec beaucoup de raison le passage où le président évoque avec mélancolie « l’évitement par la parole » : c’est en réalité le cœur du livre. Normand, ancienne plume dont le cynisme a laissé place à une impossibilité d’écrire ; Alexandrine, qui le retrouvant, assume qu’elle n’est pas que cette machine technocrate ayant toujours réponse à tout ; Nathanaël, qui n’arrive à dire à ses amis que les choses qui ne lui importent pas ; et Jean-Charles, qui, deux cent pages avant le président, dit très exactement la même chose que lui, mais à propos de son projet révolutionnaire : « renoncer, à tout jamais, à cette prévalence du discours sur l’action […] Nous renoncerons jusqu’aux tracts, jusqu’aux discours sur notre action. […] Ne dire plus rien ; ne rien faire qu’être. »

Dissidences : Le titre choisi pour votre roman est le même que celui du roman de Théo Varlet paru en 1930, et dans lequel on trouvait également une histoire de panne d’électricité et d’insurrection préparée : pourquoi avoir cherché un tel parallèle ? Quelle est votre perception de ce livre, de cet auteur, et plus généralement de ce que l’on appelle le « merveilleux scientifique », cette science-fiction d’avant la science-fiction ?

Hadrien Klent : Assez étrangement, je ne suis pas un grand lecteur de science-fiction, ni a fortiori un grand connaisseur de l’histoire de ce genre. En ce qui concerne Varlet, c’est l’un des éditeurs du Chaos qui m’en a parlé quand j’ai évoqué mon projet. J’ai lu La Grande Panne de 1930, et j’ai trouvé que son titre, dans sa simplicité, convenait parfaitement à mon propre roman. Dès lors, je voulais « payer ma dette » à Théo Varlet, et c’est pour ça qu’un de mes personnages lit son livre et le commente avec amusement — mais le fantastique propre à Varlet est très loin de mon univers. Même si je peux être un lecteur de ce « merveilleux scientifique », je serais incapable d’écrire vraiment de la science-fiction.

1Sur Théo Varlet, je me permets de renvoyer à mon article « Théo Varlet, ou les inquiétudes apocalyptiques d’un indéfectible progressiste », in Dimension Merveilleux scientifique 2, Black Coat Press, collection Rivière blanche, série Fusée, 2016.

2Non sans que l’auteur ne se serve de connaissances réelles et solides (peut-être en partie autobiographiques ?) sur le milieu autonome : il cite en particulier la revue Os Cangaceiros (p. 131), connue seulement des spécialistes. Cette revue n’a vécu que le temps de trois livraisons, accessibles en ligne (PDF) sur http://archivesautonomies.org/spip.php?article313

Ėric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Montreuil, éditions L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 304 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est à une forme de synthèse de ses travaux antérieurs sur la nouvelle société numérique qu’Eric Sadin nous invite, aussi bien La Société de l’anticipation que L’Humanité augmentée1 ou La Vie algorithmique. Ou comment embrasser l’ensemble des profondes mutations induites par le basculement technologique informatique, afin de porter sur elles un regard critique trop souvent marginalisé. Son objectif clairement affirmé est de faire pencher l’alternative, tant que c’est encore possible (à l’horizon de la prochaine décennie, selon lui), en faveur de la démocratie et de la dignité humaine, contre un « progrès » présenté comme inéluctable.

Pour débuter son essai, il choisit de retracer l’histoire de San Francisco et de la Silicon Valley, vortex de l’évolution abordée dans sa globalité. Symbole dans les années 1960 de l’utopie en actes, la métropole californienne voit par la suite certains des acteurs de cette « contre-culture » reprendre son esprit utopique, mais dans une optique plus individualiste, celle de l’informatique personnelle. Il y a là un hiatus avec la première Silicon Valley, née dans les années 1930 et 1940, dans une optique technologique et militaire, axée sur une rationalité utilitariste. La seconde Silicon Valley, fille des années 60, se pense donc émancipatrice, axée sur la liberté et l’horizontalité ; « Conception qui fait écho aux écrits d’Herbert Marcuse, de l’historien des techniques Lewis Mumford, de l’économiste Ernst Schumacher, de l’éco-libertaire Murray Bookchin ou de Guy Debord. » (p. 54), mais prend forme par la volonté de figures d’entrepreneurs autoritaires… Une nouvelle étape intervient au cours des années 1990, avec la généralisation de l’Internet, encouragée par la volonté politique de la présidence Clinton / Gore. Progressivement, l’utilitarisme culturel des origines devient strictement économique, le but principal étant de connaître au mieux les comportements des consommateurs, via les bases de données et les applications.

Il y aurait donc là, dans tous ces changements, l’émergence d’un stade nouveau du capitalisme, désormais mué en « technolibéralisme », capable de repousser les frontières du profit. Car les progrès de la numérisation des objets et de la collecte / traitement des données permettent de guider comme jamais auparavant les achats, en proposant des besoins personnalisés, mettant à mal la marge de liberté des individus. Cette vision se veut également morale, prétendant travailler à rendre le monde meilleur2 grâce aux technologies nouvelles, réactivant ainsi un positivisme industriel mis à mal dans la seconde moitié du XXe siècle, et pouvant aller jusqu’à une forme de messianisme : pour Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, les problèmes du monde peuvent simplement se résoudre grâce à une communication plus large entre les individus et donc une connexion généralisée aux réseaux sociaux. Il y aurait là, selon Eric Sadin, à la fois matérialisation d’un « technolibertarisme » (ce que l’on peut contester, tant la liberté individuelle est mise à mal par les machines) et d’un « totalitarisme soft ». L’exemple qu’il prend d’un management algorithmique devenant dès lors invisible et surtout inatteignable, court-circuitant la logique démocratique d’affrontement social, s’avère à cet égard relativement pertinent.

De même, le rappel qu’il effectue d’une hiérarchisation de ce nouveau modèle économique, où derrière la façade souriante de start-up innovantes (employés habillés sans contrainte, travaillant au soleil), sont dissimulés les travailleurs des usines de produits numériques ou les « individus-prestataires », dénudés de tous les acquis sociaux antérieurs (la fameuse « uberisation »), est extrêmement utile. Toute une partie de son essai est consacré à la dimension pathologique de la numérisation croissante de nos existences. Et là, la focale choisie semble excessivement large. Est-il en effet nécessaire d’évoquer des pathologies en évoquant la technophilie des patrons de l’Internet ou les idées, certes délirantes, du transhumanisme ? Par contre, le constat d’un être contemporain de plus en plus tiraillé entre sentiment de toute puissance généré par les appareils interactifs et dépossession de soi-même et du sensible nous apparaît nettement plus fructueux pour l’analyse. Et le mouvement semble irrésistible, ainsi que l’indique d’ailleurs le sous-titre du livre, d’autant que les entreprises pionnières bénéficient de la complicité des États ; l’exemple de la France, où une loi récente, « pour une République numérique » (sic), autorise l’exploitation des données personnelles à des fins économiques, et où un Conseil national du numérique, instance de consultation sur ces questions, est composé aux deux tiers d’acteurs des entreprises de l’Internet, s’avère assez frappant.

Face à ce basculement du monde capitaliste, de quelle marge de manœuvre disposons-nous ? Eric Sadin avance quelques pistes, qui demeurent malgré tout limitées, constituant d’une certaine manière un premier pas, pourtant. Toutefois, le refus d’acheter ou d’être équipé d’objets connectés ne pourra s’exercer qu’un temps probablement limité, avant que tous les objets vendus ne soient effectivement connectés3. De même, sa revendication d’une formation plus poussée des ingénieurs à l’esprit critique ne pourra probablement s’appliquer sans mobilisations collectives d’ampleur, et donc sans relance d’un projet d’émancipation à vaste échelle, d’une réactivation sous une forme ou une autre d’un universalisme puissamment révolutionnaire.

1Voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3825

2Où l’on retrouve ce retournement du sens de certains termes, initialement marqueurs d’émancipation collective, ainsi de rebelle ou de mutin…

3C’est le même principe qui a présidé au remplacement des téléviseurs cathodiques par les écrans plats, pourtant plus polluants que les premiers.

Raya Dunayevskaya, Marxisme et liberté, Paris, Syllepse, collection « Mille marxismes », 2016, 406 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans sa riche et stimulante préface, Frédéric Monferrand rappelle le parcours de Raya Dunayevskaya (1910-1987). Originaire d’Ukraine, émigrée en 1920, à l’âge de dix ans, aux États-Unis, elle fut la collaboratrice de Léon Trotsky au Mexique en 1937-1938, avant de fonder, en 1941, avec C. L. R. James, la Johnson-Forest Tendency, tendance du nouveau Workers Party, scission du Socialist Workers Party (SWP) trotskyste, auquel ils ré-adhèrent plus tard ; elle rompit avec James en 19551. À ce titre, elle fut en contact avec Socialisme ou Barbarie, en France ; groupe qui partageait sa critique de la bureaucratie soviétique, ainsi que l’accent mis sur l’autonomie du mouvement ouvrier.

Frédéric Monferrand évoque, à propos de Marxisme et liberté (publié pour la première fois en 19582), une œuvre foisonnante, à la tournure kaléidoscopique, où l’originalité du marxisme apparaît dans l’unité entre théorie et pratique (p. 11). Cette originalité ressort également dans l’appréhension du marxisme comme humanisme. Ainsi, l’auteure n’hésite pas à s’inscrire dans la perspective de « l’humanisme marxiste » (p. 45), d’un « humanisme nouveau » (p. 183, c’est l’auteure qui souligne). Selon Herbert Marcuse, dans sa préface (reproduite ici) à la première édition du livre, la mise en avant de cet humanisme dans la théorie de Marx permet de déterrer « les éléments anarchistes et libertaires de sa doctrine » (p. 27). Cela ne l’empêche pas de signaler, au passage, son désaccord avec l’auteure sur la position des classes laborieuses (p. 30).

Le livre est organisé en fonction d’aller-retours entre analyse historique et étude théorique. Il s’ouvre sur une partie historique, qui part de la Révolution française. Raya Dunayevskaya insiste sur le fait que la démocratie « fut découverte par les masses au fil de leur mode d’action », et que c’est l’« auto-activité qui est le vrai mode de connaissance de la classe ouvrière » (p. 54, c’est l’auteure qui souligne). Au fil des chapitres, cette auto-activité sert de clé de lecture générale et, plus précisément, de socle à partir duquel critiquer le retard de la théorie et des intellectuels sur la pratique. Elle évoque ainsi les intellectuels bourgeois dont la caractéristique dominante – même pour ceux qui entendaient s’allier avec la classe ouvrière – était de ne pas croire en l’initiative créatrice des masses (p. 74).

Au contraire, Marx aurait réinventé les contours et le rôle de la théorie pour combler ce retard, pour pouvoir réajuster les outils théoriques en rapport avec la créativité du mouvement ouvrier. Ainsi, elle souligne l’importance de la réorganisation des chapitres du Capital et de l’incorporation de la partie sur le développement des luttes autour de la journée de travail (p. 117 et suivantes). Et de conclure que « ce furent les luttes concrètes des travailleurs de son époque qui amenèrent Marx à rompre avec la notion bourgeoise de la théorie » (p. 193).

Anticipant l’opéraïsme (voir la préface de Frédéric Monferrand), l’auteure affirme que, « dès la naissance du capitalisme industriel, le travailleur fut en révolte, et depuis, il n’a pas cessé de l’être » (p. 71). Conscients que ce n’est pas seulement le produit du travail, mais aussi le mode de travail lui-même, qui est aliéné, les ouvriers subissent la surveillance du contremaître, dont la tâche « n’est pas d’expliquer à l’ouvrier comment il doit faire son travail. Son boulot consiste à le discipliner » (p. 135-136). C’est donc en fonction de cette révolte contre la double aliénation du travail, de cette indiscipline, qu’il convient d’appréhender le machinisme – production non pas comme rapport homme-machine, mais rapport entre les hommes, par l’intermédiaire de la machine (page 82) – et, surtout, la radicalité de l’analyse marxienne. « La question capitale réside dans le mode de production et non dans la forme de propriété » (p. 88, souligné par l’auteure).

L’analyse historique et théorique de Marxisme et liberté est interrompue par un « temps d’arrêt », qui permet à Raya Dunayevskaya d’offrir une critique particulièrement intéressante de la Deuxième Internationale ; critique centrée sur la question organisationnelle. « Dans la théorie comme dans la pratique, le mot clef était : l’organisation, l’organisation, l’organisation. (…) Cette foi aveugle dans la force de l’organisation qui était censée repousser « automatiquement » tout danger de guerre (…). « Non organisé » devint le terme méprisable parmi tous » (p. 190-192). Dès lors, l’aristocratie ouvrière fut dans le même temps le rempart et la ruine de la Deuxième Internationale, dont l’effondrement « ne mettait pas en cause uniquement une poignée de traîtres, mais toute la pensée, tout le mode de pensée antérieurs qui s’étaient affichés marxistes, c’est-à-dire tout le marxisme établi » (p. 209-210).

La cinquième partie consacrée à la révolution russe est également très intéressante, même si elle soulève des critiques, plus spécifiquement sur le rôle et la pensée de Lénine. L’auteure revient sur le débat sur les syndicats en URSS au tournant de 1920 (p. 237 et suivantes), affirmant que Lénine se serait montré « le plus réaliste de tous » (p. 238). Mais, plutôt que de réalisme, il s’agissait de divergences théoriques et d’options stratégiques concurrentes. De même, suivre la réflexion de Lénine par rapport aux soviets, jusqu’en octobre 1917, pour ne plus en faire mention après – sans compter la révolte de Cronstadt en 1921, expédié en quelques lignes – revient à occulter leur profonde mutation sous le contrôle du parti puis de l’État communistes, ainsi que le retournement « dialectique » de la stratégie léniniste à leur égard après la prise de pouvoir. Par ailleurs, l’auteure tend à idéaliser la critique de la bureaucratie par Lénine. Celle-ci manquait en réalité de profondeur analytique et était dépourvue de toute solution effective, sinon d’en appeler au volontarisme des dirigeants du parti3

Enfin, il est faux de prétendre que Lénine défendit jusqu’au bout – de ses conséquences et de sa vie – l’idée que « dans les situations révolutionnaires, les masses devancent le parti et la base du parti devance la direction du parti » (p. 244). C’est passer à côté de la dialectique contradictoire dont l’autre pôle était la volonté du dirigeant communiste d’assurer la survie du régime soviétique ; de tenir coûte que coûte4. En conséquence, la critique du parti opérée par les masses tendait à être disqualifiée et combattue comme expression du reflux révolutionnaire, voire instrumentalisation plus ou moins consciente du mécontentement populaire pour renverser le nouveau pouvoir. Et la NEP (Nouvelle Économie Politique), introduite en 1921, consacre, dans le même temps, une relative libéralisation économique et un raidissement de ce qu’il restait encore de démocratie au sein et en-dehors du parti.

Les pages consacrées aux émeutes de Berlin Est, en juin 1953, puis au soulèvement de Budapest, en 1956, ainsi que la mise en place de l’automation aux États-Unis dans les années 1950 – et l’opposition qu’elle rencontre auprès des travailleurs, mettant en question « non seulement le fruit du travail, à savoir le salaire, mais aussi le type de travail lui-même » (p. 321, souligné par l’auteure) –, le début du mouvement des droits civiques porté par la population noire entendent démontrer leurs affinités dans la cristallisation de la révolte et de l’affirmation conséquente qu’il demeure possible de renverser le capitalisme. Malheureusement, le lecteur reste un peu déçu. L’analyse sur la Chine de Mao est de moindre intérêt au vu des études publiées depuis.

Marxisme et liberté peut dérouter par son recours à un vocabulaire philosophique connoté – universel, totalitaire, absolu, essence, etc. Il peut également ici ou là irriter par des affirmations péremptoires : sur la révolution russe ; l’opposition trop schématique entre théorie et pratique ; la sous-estimation de la dynamique ouvrière des coopératives au XIXe siècle en France ; etc. Son intérêt n’en demeure pas moins. Peut-être avant tout, comme Frédéric Monferrand l’a mis en avant dans « l’unification processuelle de la théorie et de la pratique, dont les deux moments politiques sont l’enquête et l’organisation » (p. 21, c’est le préfacier qui souligne), invitant, toujours selon lui, « à renouer avec la créativité stratégique qui fut autrefois celle des mouvements d’émancipation » (p. 23).

1Johnson et Forest étaient les alias respectivement de James et de Dunayevskaya. Sur ce groupe et les analyses de cette dernière, voir (en anglais) : https://www.marxists.org/archive/james-clr/works/1947/balance-sheet/index.htm  ; et http://www.marxistsfr.org/archive/dunayevskaya/index.htm

2La présente édition est la reprise de celle parue précédemment chez Champ libre en 1971, donc dans la traduction de Mara Oliva. Nous reproduisons la couverture, très sarcastique à l’égard des héritiers de Marx, de cette édition de Champ libre.

3Lire à ce sujet chez le même éditeur et dans la même collection, Moshe Lewin, Le dernier combat de Lénine (2015).

4Marcel Liebman, Le léninisme sous Lénine, Paris, Seuil, 1973, chroniqué prochainement sur ce blog de Dissidences, dans notre dossier sur le « Centenaire des révolutions russes ». Lire également Victor Serge, Mémoires d’un révolutionnaire (1905-1945), Montréal, Lux éditeur, 2010, chroniqué sur notre revue électronique, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=849