Archives de catégorie : Actualités / News

Colloque international « Penser l’émancipation »

 

Un colloque international Penser l’émancipation aura lieu du 28 au 30 janvier 2016 à l’université libre de Bruxelles. Il est organisé par le réseau “Penser l’émancipation”. Faisant suite aux éditions de Lausanne (octobre 2012) et Paris (février 2014), il s’inscrit dans une série d’initiatives visant à développer, dans le monde francophone, un espace de réflexion et de discussion autour des élaborations théoriques et des pratiques sociales qui mettent en jeu l’émancipation humaine. Le programme se trouve sur le site du Centre d’histoire et de sociologie des gauches, de l’ULB.

Chili. Le 40e anniversaire du Coup d’Etat du 11 septembre 1973 et la presse française

C’est avec stupeur que ceux qui avaient 20 ans ou un peu plus en 1973 ont assisté au Coup d’Etat militaire mené par le général Pinochet contre le gouvernement d’Unité populaire de Salvador Allende. Chars d’assaut manoeuvrant dans les rues de Santiago, bombardement du Palais présidentiel de la Moneda, longues files de militants le corps tourné vers le mur mis en joue par les mitraillettes des soldats, stades transformés en camps de concentration … tout nous fut montré, en direct.

            « Le 11 septembre, une date à frémir », écrit l’éditorialiste de La Dépêche du Midi (Toulouse) 40 ans après. Tous les journaux ont eu à cœur de revenir sur l’événement. Longuement, comme La Dépêche du Midi du 11 septembre 2013 : outre l’éditorial, elle consacre 2 pages à « l’anniversaire », un article de fond et l’interview de Hector Herrera, aujourd’hui restaurateur à Nîmes, jeune homme à l’époque qui a recueilli le corps de Victor Jara supplicié par les militaires. Sud-Ouest (Bordeaux) lui se contente de 10 petites lignes sur une colonne en page 5. Mais le journal parle des « atrocités commises durant la dictature », de même que Le Bien public (Dijon) parlant des « crimes » de Pinochet. Le grand quotidien de l’Ouest, Ouest-France, choisit de parler d’une étude universitaire britannique qui révèle que les tortionnaires utilisaient la musique à haute dose – la bande originale d’Orange mécanique ou … les chansons de Julio Iglesias – pour briser psychologiquement les prisonniers.

            Gérard Thomas dans son bref article de Libération (page 8, 11 septembre 2013) parle de « chape de plomb tombée sur le Chili » après le coup d’Etat, mais il a l’air de mettre sur le même pied « grèves et conflits sociaux », « coups fourrés américains et retraits massifs de capitaux » pour expliquer l’affaiblissement du gouvernement de S. Allende. Donnant la parole à deux jeunes écrivains chiliens, Alejandro Zambra et Diego Zuñiga (Libération du 19 septembre 2013, p. 18 et 19), le journal se demande comment ceux qui n’étaient pas nés en 1973 perçoivent cette histoire ? Pour D. Zuñiga, âgé de 26 ans, tant qu’il y a encore des disparus, tant que des tortionnaires et des complices n’ont pas été jugés, cette histoire n’est pas terminée : « On nous dit de regarder vers le futur, mais il nous est impossible de vouloir effacer ce passé qui est l’héritage de nos pères ».

La journaliste du Figaro, Laurie Fachaux, en poste à Santiago, préfère évoquer le temps présent (en page 5 sur 2 demi-colonnes « L’héritage de Pinochet pèse sur le Chili ») : la justice chilienne qui classe presque toujours sans suite les plaintes contre le clan Pinochet, le refus d’extrader un militaire réclamé par la justice française qui le soupçonne d’avoir contribué à faire disparaître un prêtre français. Elle nous rappelle aussi qu’Evelyn Matthei, la candidate de droite aux élections présidentielles du 17 novembre 2013, est la fille d’un général putschiste ; de plus, elle a voté « oui » au référendum du 5 octobre 1988 qui proposait de maintenir Pinochet encore 8 ans au pouvoir. C’est dans Le Monde, sous la plume de Christine Legrand, envoyée spéciale, qu’on apprend qu’E. Matthei a rendu visite, à plusieurs reprises, à Pinochet arrêté à Londres le 16 octobre 1998 sur ordre du juge espagnol Baltasar Garzon. Elle choisit elle aussi, en page 6 sur 4 colonnes, de nous parler du Chili d’aujourd’hui, de la campagne présidentielle en cours et de « la renaissance de la mémoire » : ainsi le programme de télévision « Images interdites », qui montre des documents jamais vus sur les crimes de la dictature, bat tous les records d’audience.

Le Monde du 11 septembre 2013 consacre une autre page (p.20) au Chili, reproduisant la longue conversation qu’a eu son journaliste Paulo Antonio Paranagua avec le correspondant du Monde à Santiago, de 1967 à 1973, Pierre Kalfon, âgé de 83 ans. Mais ni cet interview, ni le témoignage de Bruno Muel, réalisateur du film « Septembre chilien » (avec Théo Robichet) reproduit par Le Monde diplomatique (p.14-15, septembre 2013), ni l’extrait du dernier livre auquel Isabel Allende a collaboré (avec Gérard Mordillat et le photographe Georges Bartoli, aux éditions Privat), paru dans Politis (n°1267, 5-11 septembre 2013) n’apportent vraiment du nouveau. Ils ne vont guère au-delà de l’anecdotique.

Et les militants d’extrême gauche et du PC, qui ont suivi l’expérience Allende avec tellement d’attention, que disent-ils de ces événements 40 ans après ? Dans son article de Lutte Ouvrière (une page, n°2354, 13 septembre 2013), Henriette Mauthey regrette qu’Allende ait préféré se donner la mort « plutôt que d’organiser la lutte du peuple ». C’est tout le drame d’une politique réformiste qui « se voulait respectueuse de la bourgeoisie, de la propriété capitaliste, mais aussi de l’armée, des institutions et de l’ordre bourgeois ». Sans surprise, les militants du NPA, pas plus que ceux de la LCR qui titraient en 1972 une de leurs brochures « Chili. Le socialisme sans la révolution ? », ne pensent toujours pas que « les travailleurs, les classes populaires peuvent prendre le pouvoir légalement, électoralement, sans violence, sans s’affronter à l’appareil d’Etat pour conquérir la démocratie » (Article de Mónica Casanova, in double page 6-7, L’Anticapitaliste n°208, 12 septembre 2013). Dans l’entretien qu’il accorde au journal (p.7), Franck Gaudichaud pose avec plus de finesse la question de la « rupture révolutionnaire ». « Comment développer et coordonner les formes de pouvoir populaire et de pouvoir dual, comment construire des formes de démocratie radicale », une problématique qu’il développe dans ses ouvrages, expliquant notamment ce qu’ont été les « cordons industriels » et les « commandos communaux ». Dans le mensuel du NPA, L’Anticapitaliste (n°46, septembre 2013), qui consacre un dossier de 5 pages au Chili, François Sabado revient utilement sur le MIR : « forces et limites d’une organisation révolutionnaire » (p.32).

Parmi les quotidiens, c’est sans doute L’Humanité qui a fait la plus grande place, en Une, avec photo, à l’anniversaire du 11 septembre, sous le titre « Il y a 40 ans, Pinochet assassine l’espoir au Chili ». Mais dans les pages 2 et 3 presqu’entièrement consacrées au 11 septembre 1973, sous le titre «Le rêve de justice brisé », on ne trouvera pas de réflexion sur la stratégie dite de l’Unité populaire, que les militants du début des années 70 s’employaient à mettre en œuvre en France sous le nom d’Union de la gauche. En France comme au Chili, il s’agissait pour la gauche d’aller au pouvoir tous unis – socialistes, radicaux, communistes – et dans la légalité. Mais dans l’arrière-cour des Etats-Unis, avec une armée moins respectueuse de la légalité que certains le disaient à l’époque, y compris au Parti communiste, « la voie chilienne au socialisme » s’est révélée être une impasse sanglante. Notons que L’Humanité diffuse un hors-série exceptionnel intitulé « Chili, l’espoir assassiné », accompagné d’un CD de Zebda en hommage à Victor Jara. Dans La Marseillaise, autrefois journal du PC mais ouvert aujourd’hui à d’autres sensibilités de gauche, une bonne place est faite au 11 septembre 1973, (une page dans le n° du 11 septembre 2013) « le jour où le condor a abattu la démocratie ». Le rôle des Etats-Unis dans la préparation de ce « coup d’Etat fasciste » est rappelé.

Une tonalité d’ensemble compassionnelle donc, fort peu de retours sur les raisons du coup d’Etat et de la tragédie qui a suivi, encore moins d’interrogations sur les moyens d’éviter de telles situations à l’avenir. Au vu des deux principales candidates en lice pour les prochaines présidentielles, d’un côté Evelyn Matthei, fille d’un général putschiste, de l’autre Michelle Bachelet, fille d’un général loyaliste assassiné peu après le coup d’Etat, on ne peut s’empêcher de penser que l’affrontement entre « ceux d’en haut » et « ceux d’en bas » continue au Chili. Même si Michelle Bachelet, qui a déjà présidé aux destinées du Chili, ne cache pas son orientation social-libérale. L’actuel Président Sebastián Piñera désireux de « tirer les leçons du putsch de 1973 » – c’est le titre de sa tribune parue dans Le Monde du 14 septembre 2013, reprise intégralement sur Lemonde.fr – reproche aux partisans de l’Unité populaire d’avoir « promu la haine et la violence au rang de méthode légitime d’action politique ». La suite, en forme d’autocritique, car il se situait plutôt du côté des promoteurs du coup d’Etat, appelle « à apprendre des épreuves endurées » : « la torture, le terrorisme ou la disparition forcée de personnes ne peuvent être justifiées sans tomber dans un abîme moral inacceptable ». Aveu terrible. A côté, « la haine », « la violence », promues par le camp d’en face semblent vagues. Il ne précisera pas davantage à quels faits précis il fait allusion.

Jean-Paul Salles, le 19 septembre 2013.

Les comptes rendus de la semaine

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants . PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS éditions, collection « Culture & Société », 2013, 423 pages, 25 €

Alexis Corbière, Laurent Maffeïs, Robespierre, reviens !, Paris, Bruno Leprince, collection « Politique à gauche », 2013, 128 pages, 5 €, préface de Claude Mazauric

Claude Farrère, Les Condamnés à mort, Paris, Ginkgo éditeur, 2002 (édition originale 1920), 256 pages, 15,30 €

Lionel Richard (dir.), Avant l’apocalypse. Berlin 1919-1933, Paris, Autrement, 2012, 253 pages, 22 €

 

Les comptes rendus de la semaine

Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2011, 192 pages, 13 €.

Henri Pena-Ruiz, Entretien avec Karl Marx, Paris, Plon, 2012, 175 pages, 13 €.

Olivier Cotte (scénario), Jules Stromboni (dessin), Le Futuriste, Paris, Casterman, 2008, 58 pages, 14,95 €. 

Christian Larose, Itinéraire d’un syndicaliste. Un parcours accidenté, Saint Malo, Pascal Galodé, collection « Mémoires politiques », 187 pages, 18 €.

Les comptes rendus de la semaine

Guy Ruchaud, Parcours d’un militant, La Crèche, Geste éditions, collection “Témoignage”, 2011, 222 pages, 23 €.

Edouard Jourdain, L’anarchisme, Paris, La Découverte, collection « Repères Sciences politiques », 2013, 125 pages, 10 €.

Les CR des dernières semaines

Marion Fontaine, Frédéric Monier, Christophe Prochasson, Une contre-histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, 2013, 400 pages, 26,50 €.

William Morris, Un rêve de John Ball, Paris, Aux Forges de Vulcain, collection « Littératures », 2011 (édition originale 1888), 104 pages, 14,90 €.

Damir Skenderovic, Christina Späti, Les Années 68 (en Suisse). Une rupture politique et culturelle, (traduit de l’allemand), Lausanne, Éditions Antipodes et Société d’Histoire de la Suisse romande, 2012, 190 pages, 19 €.

Clémentine Autain, Le retour du peuple. De la classe ouvrière au précariat, Paris, Stock, collection “Parti pris”, 2012, 112 pages, 12,5 €

Auguste Blanqui, Ni dieu ni maître, Bruxelles, éditions Aden, collection « Opium du peuple », 2009, 80 pages, 12 €.

David Harvey, Pour lire Le Capital, Paris, La ville brûle, 2012, 366 pages, 25 €.

Michel Husson, Charb, Le capitalisme en dix leçons. Petit cours illustré d’économie hétérodoxe, Paris, Zones, 2012, 252 pages, 16 €.

Michelle Perrot, Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset, collection « Nos héroïnes », 2012, 186 pages, 11 €.

Les comptes rendus de la semaine

Maman Jones [Mary Harris Jones], Autobiographie, Paris, Les bons caractères, 2012, 174 pages, 12 €.

Les comptes rendus de la semaine

Pierre Lévêque, Souvenirs du XXe siècle, tome 1, Jeunesse et formation d’un historien (1927-1963), tome 2, Carrière universitaire et action politique, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de mémoires », 2012, 246 et 224 pages, 24 et 22 €.

Marianne Enckell, La Fédération jurassienne. Les origines de l’anarchisme en Suisse, Genève-Paris, Entremonde, 2012, 140 pages, 12 €.

Clara Eugenia Lida, La Mano Negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), Paris, L’échappée, 2011, 126 pages, 12 €.

Cipriano Mera, Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste, Toulouse, Éditions Le Coquelicot, 2012, 325 pages, 22 €

Les comptes rendus de la semaine

Frank Norris, Les Rapaces, Marseille, Agone, collection « Manufacture de proses », traduction de l’anglais par Françoise Fontaine, 2012, 312 pages, 22 €.

Jean-Philippe Depotte, Le crâne parfait de Lucien Bel, Paris, Denoël, 2012, 496 pages, 22 €.

Poupeau Franck, Les mésaventures de la critique, Paris, Raisons d’agir, 2012, 165 pages, 8,10 €.

Figuères Léo, De Trotsky aux trotskysmes. Éléments pour un débat, Paris, Le temps des cerises, 2012, 117 pages, 12 €.

Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 pages, 32 €.

Les comptes rendus de la semaine

Charles Soulié (dir.), Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 483 pages, 29 €.

Charles Soulié (dir.), Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 483 pages, 29 €.

 Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, collection « Poche », 2012 (2011 pour l’édition originale), 288 pages, 13 €.

Warren Ellis (scénario), Raulo Caceres (dessin), Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island (Captain Swing and the Electric Pirates of Cindery Island), Paris, Bragelonne – Milayd, collection « Milady Graphics », 2012 (édition originale 2010), 15, 20 €.

 Voltairine de Cleyre, D’Espoir et de raison, écrits d’une insoumise, textes réunis et présentés par Normand Baillargeon et Chantal Santerre, Montréal, Éditions Lux, collection « Instinct de liberté », 2009, 314 pages, 29, 95 $.

Paul Nizan, Essais à la troisième personne, roman, préface d’Anne Mathieu et François Ouelett, appareil critique d’Anne Mathieu, Paris, Le Temps des Cerises, collection « Roman des libertés », 2012, 132 pages, 14 €.

Voltairine de Cleyre, D’Espoir et de raison, écrits d’une insoumise, textes réunis et présentés par Normand Baillargeon et Chantal Santerre, Montréal, Éditions Lux, collection « Instinct de liberté », 2009, 314 pages, 29, 95 $.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Les éditions Lux rafraîchissent le domaine de l’édition sociale, critique et militante. Cet ouvrage en est une preuve indiscutable. Voltairine de Cleyre (1866-1912), voilà bien une militante oubliée en Europe. Parfois son nom apparaissait au détour de discussion au sein du sérail anarchiste mais encore avec parcimonie, car peu d’entre les militants ont eu le loisir de lire les écrits de cette insoumise. Voilà ce problème résolu. Enfin, Voltairine de Cleyre est accessible au lecteur francophone, elle qui nous est surtout connu dans l’ombre de la grande anarchiste étatsunienne Emma Goldman1. Nous avions d’ailleurs déjà croisé ces deux noms dans un autre ouvrage des éditions Lux, que nous avions commenté2.

 D’abord, avant de parler du livre, prenons le temps de parler un instant de cette femme au regard clair : Voltairine est née à Leslie dans le Michigan en 1866. En somme, il nous faut imaginer un décor, certes plus verdoyant, mais qui se rapproche de l’ambiance sauvage des western, avec les premières manufactures faisant naître la working class américaine. Sa famille est très pauvre, comme on peut l’être chez les ouvrier à cette époque. Sa mère Harriet Elizabeth Billings vient d’une famille abolitionniste (de l’esclavage). Son père est un Lillois libre-penseur qui quitte l’hexagone en 1854 pour rejoindre les États-Unis comme tailleur de pierre. Grand lecteur de Voltaire, Hector de Claire donne le prénom de Voltairine à sa fille qui le conservera tout en changeant le patronyme en « de Cleyre » en guise de pseudonyme. Voilà pour le décor à partir duquel émerge cette révolutionnaire.

 Grâce aux textes mais aussi à la présentation complète de Normand Baillargeon et Chantal Santerre, il est grand temps pour le lecteur francophone de découvrir que de Cleyre fut une femme forte, presque entêtée, qui n’hésita jamais à faire front face à l’ennemi. Ainsi, au sénateur américain Hawley qui voulait offrir la somme de mille dollars pour abattre un anarchiste, suite à l’assassinat du président William Mac Kinley3, Voltairine écrit le 21 mars 1902 : « Cher Monsieur, je lis dans le journal de ce matin que vous auriez affirmé être disposé à « offrir 1000 $ pour tirer un coup de fusil sur un anarchiste ». Je vous demande ou de prouver votre proposition ou de retirer cette affirmation, qui est indigne… Toutefois, si vous voulez faire feu sur un anarchiste, cela ne coûtera pas 1000 $. Il vous suffira de payer le déplacement jusqu’à chez moi (mon adresse est indiquée plus bas) pour pouvoir me tirer dessus » (p. 37).

Si Hawley ne se déplaça jamais, Voltairine de Cleyre, hélas, est atteinte d’un coup de feu cruel le 19 décembre 1902, par l’un de ses « élèves » un certain Helcher. Femme de conviction, mais d’une grande miséricorde que l’on attribue habituellement à une sainte, elle écrira : « Le garçon dont on dit qu’il a fait feu sur moi est dérangé. Le manque de nourriture et le fait qu’il n’a pas de travail sain à accomplir l’ont rendu comme tel » (p. 38). Elle refuse de porter plainte contre Helcher et de l’identifier face à la police.

Avons-nous affaire à une de ces révolutionnaires monolithiques, pétrie d’une certitude indéfectible, une femme faite d’un autre bois que nous tous ? Pas le moins du monde. En 1905, elle tente de se suicider avec de la morphine, souffrant depuis de nombreuses années d’acouphènes douloureux. En 1908, de plus en plus malade et isolée, arrêtée aux abords de la manifestation des chômeurs de Philadelphie, Voltairine de Cleyre traverse une crise profonde. Elle écrit  que le monde qui l’entoure n’est qu’une « vaste conspiration où les gens se tuent les uns les autres, où la justice ne règne nulle part… » (p. 46). Au fond du gouffre elle note encore : « dans ma bouche, tout est amertume ; tout devient cendre entre mes mains » (p. 47). Acculée, elle décide de quitter Philadelphie pour Chicago. En 1911, éclate la révolution mexicaine et elle devient la défenderesse aux États-Unis des idées de Ricardo Florès Magon4. En 1912, à 45 ans, après des années de souffrances physiques, elle s’éteint.

Pas moins de 324 pages contiennent l’essentiel des textes de cette révolutionnaire, non seulement les textes théoriques au titre desquels nous citerons notamment « la tendance économique de la libre-pensée », « pourquoi je suis anarchiste », « l’égalité politique de la femme », « l’esclavage sexuel », mais aussi des poèmes comme « le festin des vautours » concernant trois anarchistes condamnés à mort (Vaillant, Henry et Caserio), ou « En lettres rouges », poème-hommage aux insoumis mexicains et à Flores Magon en particulier.

Il nous reste donc cet ouvrage et les pensées limpides de Voltairine de Cleyre, souvent morales. Dans nos sociétés contemporaines, certains textes font écho : « Je crois que le mariage défraîchit l’amour, transforme le respect en mépris, souille l’intimité et limite l’évolution personnelle des deux partenaires. C’est pourquoi, je pense que le mariage est une mauvaise action » (« Le mariage est une mauvaise action » p. 220). On y voit poindre une grande magnanimité : « …en présence de grands sacrifices, nous apprenons l’humilité et, si mes camarades ont pu donner leurs vies pour leurs convictions, laissez moi donner ma fierté » (« Ils devraient être pendus », p.221). L’anarchisme de Voltairine de Cleyre n’est pas un pis-aller, mais une voie vers la libération des êtres humains : « il ne s’agit pas de trouver un moyen de soulager temporairement la détresse…ce qu’il faut c’est rendre chacun capable de se tenir debout sur ses propres jambes » (« Pourquoi je suis anarchiste », p. 98).

Pour elle la révolution américaine ne fut qu’un début : « Les enfants comme les adultes ont si bien appris à vouer un culte aux appellations symboliques que celle de « révolution américaine » est devenue sacrée, malgré le fait qu’elle ne signifie rien de plus pour eux qu’une force victorieuse, alors que le mot « révolution » appliqué à d’autres possibilités est un spectre détesté et abhorré » (« Anarchisme et traditions américaines », p. 72).

Ce que souligne aussi Voltairine de Cleyre, de manière continue, c’est la position majeure de la femme dans le processus révolutionnaire à venir, afin de se libérer du patriarcat : « Les femmes sont désormais de plus en plus présentes dans l’industrie, c’est ainsi que des portes autres que celle du travail domestique s’ouvrent à elles… Je recommanderais vivement à toutes les femmes …de ne jamais vivre sous le même toit que l’homme qu’elles aiment et de devenir sa bonne » (« La question de la femme », p. 260).

Femme complexe en proie au doute, insoumise jusqu’au bout, Voltairine de Cleyre reste d’une étonnante modernité.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Emma_Goldman

2 Le compte-rendu est disponible ici : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1164. Le livre en question est présenté ici : http://www.luxediteur.com/surlestracesdelanarchismeauquebec.

Les comptes rendus de la semaine

Romain Ducoulombier, De Lénine à Castro, idées reçues sur un siècle de communisme, Paris, Le Cavalier Bleu, 2011, 168 pages, 18 €.

Maximilien Le Roy, Dans la nuit, la liberté nous écoute, Bruxelles, Le Lombard, 2011, 183 pages,  25, 5 €.

Francis Dupuis-Déri (dir.), Par-dessus le marché ! Réflexions critiques sur le capitalisme, Montréal, Ecosociété, collection « Actuels », 2012, 264 pages, 19 €.

Tokunaga Sunao , Le quartier sans soleil, Paris, Yago, 2011, 254 pages, 19 €.

Nos comptes rendus de la semaine

Karim Hammou, Une histoire du rap en France, Paris, La Découverte, 2012, 302 pages, 22 €

Baltasar Porcel, La révolte permanente, Clamecy, Balzac éditeur, 2011, 212 pages, 24 €

Pierre Daum, Ni valise ni cercueil. Les Pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance, Paris, Solin-Actes Sud, collection « Archives du colonialisme », 2012, 403 pages, bibliographie, chronologie, préface de Benjamin Stora, 24 €.

Lilian Alemagna, Stéphane Alliès, Mélenchon le plébéien, Paris, Robert Laffont, 2012, 370 pages, 20 €

Sébastien Fontenelle, Les briseurs de tabous. Intellectuels et journalistes « anticonformistes » au service de l’ordre dominant, Paris, La Découverte, collection « Cahiers Libres », 2012, 184 pages, 14 €.

Nos comptes rendus de la semaine

Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, Paris, BDIC/ Gallimard, 2012, 140 pages, 24 €.

Valérie Tesnière et Nathalie Jakobowicz - Affiche, Action - Quand la politique s'écrit dans la rue.

Benjamin Gras, La destruction du paganisme dans l’empire romain. De Constantin à Charlemagne, Paris, Publibook, collection « Histoire / Politique », 2011, 340 pages, 26 €.

Benjamin Gras - La destruction du paganisme dans l'empire romain.

Jean-Claude Seine, Lionel Bourg, Un prolétariat rêvé. Photographies de Jean-Claude Seine, Grenouilleux (01190), La passe du vent, 2010, 125 pages, 19 €.

Lionel Bourg - Un prolétariat rêvé.

Karl-Alexandre Zimmer, Débats et perceptions : « l’islam » au miroir du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale et de sa section française. Le cas de l’invasion soviétique en Afghanistan, mémoire de Master 1 Recherche Histoire (sous la direction de Dominique Avon), Université du Maine, 2011, 157 pages.

Le programme du séminaire : formes brèves de l’imprimé

Responsables scientifiques : Vincent Chambarlhac et Julien Hage.

Centre Georges Chevrier, FRE 3499, Université de Bourgogne (Dijon).

Lieu : Bibliothèque du centre Georges Chevrier, Dijon, Université de Bourgogne.

À l’heure du web 2.0, le succès considérable de la brochure Indignez-vous de Stéphane Hessel est venu rappeler toute l’importance politique et culturelle des formes brèves de l’imprimé dans les sociétés d’Europe occidentale depuis l’invention de l’imprimerie, et plus encore depuis l’avènement des sociétés industrielles. Composés dans l’urgence, réactifs sur l’actualité, feuilles, tracts, dessins, caricatures et brochures de toutes sortes ont ainsi  fleuri massivement lors de chaque crise politique et ont joué un rôle majeur dans l’expression des conflictualités contemporaines, dans les circulations des idées et dans la politisation des masses. Au croisement des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, il s’agit d’interroger d’une manière globale aussi bien leurs supports matériels et leurs contenus politiques et esthétiques que leurs usages sociaux et leur rôle dans la cristallisation des identités politiques et dans la construction des imaginaires sociaux.

 

Séance 1 : vendredi 18 janvier 2013, 10-12h.
Frédéric Thomas, Pour un surréalisme de circonstance, La guérilla culturelle des surréalistes belges.

Séance 2 : jeudi 14 février 2013, 14-16h.
Emmanuel Guy (responsable du fonds Guy Debord à la BNF / Université Paris Nord Villetaneuse et Paris Ouest Nanterre), « Vu leurs pratiques, leurs théories doivent être vachement radicales » : les situationnistes et la bande-dessinée.

Séance 3 : jeudi 14 mars 2013, 14-16h.
Patrick Marcolini (Université de Toulouse II-Le Mirail/ ENSSIB), La brochure subversive autoproduite, de 1968 à nos jours. Quand les techniques de production-diffusion et les politiques d’émancipation ne font qu’un.

Séance 4 : vendredi 29 mars 2013, 10-12h.
Julien Hage (Université de Bourgogne) : Le centre de propagande des républicains nationaux, matrice de l’hégémonie culturelle de la droite des années 1930 ?

 Séance 5 : jeudi 11 avril 2013,14-16h.
Virginie Lethier (Université de Besançon): L’identité éditoriale du quotidien régional, Le Petit Comtois de 1883 à 1913.