Archives de catégorie : Appels à contribution

Des luttes étudiantes dans les années soixante en Europe occidentale


Cahiers du Groupe de recherches matérialistes, n° 4
Le quatrième numéro des Cahiers du GRM entend poursuivre les analyses du précédent numéro, consacré aux processus de politisation des milieux étudiants dans les années soixante en Europe Occidentale. Il s’agira de rendre compte des effets produits par la conjoncture sur des mobilisations singulières, tout en portant une attention particulière aux propositions organisationnelles et théoriques qui en découlent. Le but est d’analyser les pratiques théoriques « sous conjoncture », c’est-à-dire de rendre compte non seulement de la force pratique qu’une théorie peut engager dans une bataille politique, de l’impact des formes de pensée et de vie sur des luttes concrètes, mais aussi des effets réciproques, dialectiques, de la conjoncture sur l’élaboration théorique elle-même ; ce qui signifie aussi cerner les formes de contestation en tant que réponses concrètes – élaborées dans des contextes spécifiques – à des problèmes imposés par la dynamique de la contestation et par la confrontation que les militants engagent avec les autorités publiques.
En l’occurrence, ce quatrième numéro cherchera à restituer la spécificité du mouvement étudiant tant dans le cycle de contestation de la « saison rouge » – la macro-conjoncture qui s’ouvre avec le 20ème congrès du PCUS en 1956 et qui se clôture au moment de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République Française en 1981 – qu’à partir des formes organisationnelles forgées au sein des sociétés du capitalisme avancé (ou « tardif »), des formes qui constituent un laboratoire pour de nouvelles subjectivations politiques, au-delà des seules enceintes universitaires.
De ce point de vue, on sera tout particulièrement attentif à la politisation des mouvements étudiants, qui demandent une double analyse : d’une part, une analyse de l’inscription des luttes étudiantes dans un cadre mondial, tant sur le plan subjectif que sur le plan objectif, tant du point de vue symbolique que du point de vue matériel ; d’autre part une analyse des problématisations pratiques et théoriques de la condition étudiante que les mobilisations étudiantes ont imposées. Ce numéro tentera donc d’explorer aussi bien :
les types de reprises/déplacements/traductions, dans les luttes étudiantes, des mots d’ordres et des formes de lutte à l’échelle mondiale ;
que la manière dont ces luttes se sont situées entre l’affirmation de la singularité radicale de la condition étudiante et son inscription dans les conflits de la sphère socio-économique, posant ainsi la question de l’alliance entre étudiants et ouvriers ;
et l’héritage problématique des formes de production de cette rencontre étudiants/ouvriers, c’est-à-dire à la fois leur refoulement dans la mémoire historique, les différents retours et dénégations qu’elles ont connu depuis, et les conditions et les modalités d’un travail de remémoration vivante ou de reconstruction active de l’histoire.
Soumission :
Les articles (max. 40000 signes) doivent parvenir à la rédaction : groupe.recherches.materialistes@gmail.com
avant le 30 octobre 2012.
Présentation des Cahiers du GRM
Organe théorique du Groupe de Recherches Matérialistes (ERRAPHIS-Le Mirail), est une revue semestrielle publiant des travaux consacrés aux destins du vaste et contradictoire ensemble de concepts, discours et pratiques qui, s’inspirant de la référence marxiste et communiste, a profondément marqué les deux derniers siècles, mais dont l’histoire peine aujourd’hui à redevenir lisible. Il rassemble par numéro thématique des enquêtes d’anamnèse rationnelle et de réappropriation critique des significations qu’a impliquées les corpus de la pensée révolutionnaire, marxiste, communiste, anarchiste, aux XIXe et XXe siècles. On y analyse les pensées saisies dans leur émergence et leurs devenirs, dans leur efficacité historique et leurs conflictualités, à l’articulation des transformations discursives et des complexes de structures, d’institutions, d’organisations qui ont donné forme et durée aux médiations entre les principes et les forces sociales, les axiomes de l’émancipation et la matérialité des intérêts et des contradictions, les décalages (et l’efficace) des discours et les conditions historiques des subjectivations.
Comité scientifique :
Etienne BALIBAR, Jacques BIDET, Florence CAEYMAEX, Sandro CHIGNOLA, Yves DUROUX, Vittorio MORFINO, Enzo TRAVERSO, Maria TURCHETTO, Jean-Claude ZANCARINI.
Comité de rédaction et lecture :
Norman AJARI, Livio BONI, Fabrizio CARLINO, Andrea CAVAZZINI, Julien DELCOURT, Antoine JANVIER, Igor KRTOLICA, Patrick MARCOLINI, Marco RAMPAZZO BAZZAN, Stéphane PIHET, Pierre SAUVÊTRE, Guillaume SIBERTIN-BLANC.
Contacts
Rédaction des Cahiers du GRM

courriel : groupe.recherches.materialistes@gmail.com

II International Conference Strikes and Social Conflicts, May 2013


Maison des Sciences de L’Homme
Dijon, France
15, 16, 17, 18 May 2013
Organization:
Maison des Sciences de L’Homme
International Association Strikes and Social Conflicts
Convenors: Serge Wolikow, Jean-Marc Bourgeon, Nélia Roulot, Raquel Varela, Sjaak van der Velden
Scientific committee
Alvaro Bianchi, Andréia Galvão, Anita Chan, Asef Bayat, Beverly Silver, Geert van Goethem, John Kelly, Luca Baldissara, Marcel van der Linden, Nicolás Iñigo Carrera, Serge Wolikow, , Raquel Varela, Sabyasachi Battacharya, Sjaak van der Velden, Stefan Berger, Xavier Domènech, Xavier Vigna.
The second International Conference Strikes and Social Conflicts, organised by the Maison des Sciences de l’Homme de Dijon in partnership with the International Association Strikes and Social Conflicts, aims to open new avenues for thinking about social conflicts in a multidisciplinary and global perspective.
The proliferation of conflicts all over the world today and the profound redefinition of practices in the era of globalization calls for changing perspectives, for an international opening of our horizons and for precise examination of the diversity of practices and imaginaries mobilized by the protagonists.
The first perspective questions the temporalities of strikes and social conflicts. Reflection on the evolution of the forms of collective mobilization and action has generated a vast literature. Nevertheless, it seems their chronologies and links, their moments of acceleration and intensification of conflicts, be they European (1848, the post First World War) or global moments (strikes during the Cold War, 1968, the indignados movement), have yet to be questioned. Similarly, does the birth of the « modern strike » and more generally, the genesis of contemporary repertoires of action only concern the working class? What role should be assigned to the rural world? In this regard, the issue of social conflict must also be seen in a long-term perspective, questioning the mutations of industrial societies, the reconfiguration of the « moral economy », and the evolution of conflicts in popular environments and their extension to other social environments.
The second perspective aims to examine diversity in the practices of conflict. Political organizations and unions have long been the focus of attentions. Now we should also consider the diversity of actors involved, who are the source of the plural daily practices that characterize conflicts. We will examine how the protagonists coordinate to make action effective, how they survive during the conflict, how they communicate among themselves and with the outside. How do they punish the « scabs » and those that break with the protest group? How do strikes and conflicts redefine social relations within the community, the city, the factory? The question of relations between protagonists is essential here – gender and generational relations, relations between foreign and domestic groups, between dominated and dominant, etc.
The third perspective invites us to reconsider strikes and social conflicts starting from a reflection on the relevant scales of analysis, between global, comparative and cross-national approaches. This may include questioning transfers and transnational exchanges around a singular conflict, the circulation of slogans, supporters, protagonists, as well as the vectors that allow for the internationalization of the struggle (the various internationals or the media for example). But it may also include proposing comparative studies around a type of practice or a singular group beyond the usual boundaries. Proposals related to methodology or historiography are also welcome.
The final perspective intends to question the post-conflict situation. Here we intend to re-examine the most visible ways to put an end to a conflict (failure and/or victory, role of the state, repressive violence or reconciliation), but also more subtle forms such as the narratives about it, the construction of oblivion by removing its traces, or the issues raised by any strike or collective mobilization concerning the memories involved (how to reify the epic of conflict or to enrich the past?). The post-conflict situation also prompts the question of its effects in terms of redefinition of the logics of action and reconfiguration of standards and speeches. Does the conflict, even in its dramatic failure, inaugurate a sunrise or a sunset?
Calendar :
* Paper submission: 15 July 2012-10th December 2012
* Notification of acceptance: 15 January 2013
* Preliminary Programme: 1t February 2013
* Upload paper: until 30 March 2013
* Final Programme: 15 April 2013
Upload Paper Important
The deadline for delivery of completed papers/articles is 30th March 2013. No papers will be accepted after this date. The paper should be no longer than 5000 words (including spaces) in times new roman, 12, line space 1,5.
Conference Languages
Conference languages are English, French, Spanish, Portuguese and Italian.
Pre-registration and Contacts :
Pre-registration
General information:
A dinner and an excursion will be organized.
Fees:
PhD students/post-doc: 30 Euros
Teachers/Researchers: 50 Euros

L’option violente. Combattants et insurgés dans les soulèvements populaires


12ème congrès de l’AFSP – ST 53
Les soulèvements populaires actuels nous rappellent que la politique est aussi affaire d’affrontements physiques. En Grèce, au Bahreïn, au Sénégal, en Egypte ou en Libye de nombreux individus et groupes s’engagent dans des luttes violentes, des affrontements avec les forces de l’ordre, des milices, voire l’armée. En faisant le choix de ne pas opérer de distinction a priori entre ces situations politiques contrastées (notamment avec un état d’encadrement militaire ou de contrôle policier différent, des expériences d’actions violentes précédentes ou non, etc.), nous ambitionnons dans cette ST de dépasser deux types d’approches. Il s’agira ainsi de réévaluer tout autant les lectures structurales et macrologiques de l’émergence de la violence dans les mobilisations (Tarrow, Della Porta notamment) que les théories de la frustration (Gurr, ainsi que certaines théories sur les révolutions et les analyses du « terrorisme ») pour nous focaliser, à un niveau microsociologique, sur la violence et le rapport à la violence des protagonistes de ces soulèvements populaires.
Ainsi, fondé le plus possible sur un matériau ethnographique (ou documents d’archives) visant à analyser la violence « en situation » (Collins), les participants à cette ST étudieront ces pratiques violentes, en les décrivant de manière détaillée (Lavergne et Perdoncin) et en en restituant au maximum le sens donné par les acteurs. Pour autant, la perspective pragmatiste apparaît parfois trop peu attentive à l’expérience accumulée des acteurs. L’analyse des dispositions sociales construites au cours des trajectoires biographiques de ces « manifestants », « insurgés », ou « combattants », inscrites dans un contexte mouvant (avec des ruptures d’intelligibilité constitutives d’événements « générateurs »), paraît la seule à même de dégager des « logiques de situations » (Dobry) permettant de comprendre le recours à l’action violente.
Les contributions pourront prendre appui sur des terrains variés, et s’intéresser à des soulèvements très contemporains ou au contraire plus anciens.
Quatre dimensions peuvent être analytiquement distinguées :
Qui sont les insurgés ?
Il apparaît d’abord nécessaire de s’intéresser aux dispositions sociales (origine sociale, sexe, âge…) et aux trajectoires d’engagement des insurgés (réseaux de sociabilité, expériences préalables, modalités de recrutement…), afin de mieux cerner les caractéristiques de la division sociale du travail « révolutionnaire ». Il s’agira alors d’analyser la socialisation à la violence, les imaginaires mobilisés dans les combats, et les « raisons » de l’engagement des acteurs dans la violence (peut-on par exemple affirmer qu’il relève souvent de logiques privées comme le soutient Kalyvas ?)
Une violence organisée ?
Si une majorité des travaux de sciences sociales insiste sur le caractère organisé des mobilisations contestataires, nombre d’émeutes et de soulèvements naissent pourtant sans organisation préalablement vouée à une telle « fonction » contestataire. Il convient ainsi de repenser le degré de structuration des individus et des groupes mobilisés, l’économie des combats, et les dispositifs organisationnels susceptibles de faciliter le recours à l’option violente.
L’analyse diachronique du passage à la violence
Il s’agit ici d’observer quand intervient le passage à la violence, comment s’articulent trajectoires biographiques et dynamiques du conflit. Peut-on par exemple mettre en évidence des seuils ou des événements – objectifs et/ou subjectifs – permettant de comprendre le « basculement » dans l’action violente ?
La violence en pratiques
Si la violence n’est bien souvent qu’une activité parmi d’autres des engagements contestataires individuels, nous chercherons néanmoins ici à mieux comprendre en quoi consistent les combats. Il s’agira aussi de montrer en quoi les modes d’action violents sont tout à la fois tributaires des espaces dans lesquels ils s’inscrivent (interactions avec les dispositifs de répression), dépendants de l’identité des acteurs mobilisés, et fortement déterminés par l’existence d’un public « spectateur ».
Références
Collins, Randall, Violence: A Micro-sociological Theory, Princeton, Princeton University Press, 2005
Della Porta, Donatella, Social Movement, Political Violence and the State. A Comparative Analysis of Italy and Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.
Dobry, Michel, « Ce dont sont faites les logiques de situation », in Favre, Pierre, Fillieule, Olivier et Jobard, Fabien (dir.), L’atelier du politiste, Paris, La Découverte, 2007, p. 119-148.
Kalyvas, Stathis N., The Logic of Violence in Civil War, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.
Lavergne, Cécile et Perdoncin, Anton (dir.), « Décrire la violence », Tracés, n°19, 2010.
Gurr, Ted, Why Men Rebel, Princeton, Princeton University Press, 1971.
Tarrow, Sidney, Power in Movement. Social Movements, Collective Action and Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1994.
Conditions de soumission
La date limite de réception des propositions (une à deux pages) est fixée au 15 octobre 2012
Elles devront être envoyées par mail aux deux responsables scientifiques.
Le 12ème congrès de l’Association française de science politique (AFSP) aura lieu à Paris du 9 au 11 Juillet 2013
Responsables scientifiques
Amin Allal (CHERPA – IEP d’Aix-en-Provence) : amin.allal@gmail.com
Olivier Grojean (CERIC/UMR 7318 – Aix-Marseille Université) : olivier.grojean@free.fr
Call for extended abstracts for edited collection – Please circulate widely *

D’une révolution à l’autre. Histoire des circulations révolutionnaires (XVIIIe-XXIe siècle)

Jeudi 01 novembre 2012  |  Marne-la-Vallée (77700)

Ce colloque propose d’aborder le phénomène révolutionnaire à l’époque contemporaine selon un angle qui demeure marginal dans les travaux sur le sujet : celui des circulations d’idées et de théories, d’acteurs et de pratiques, de symboles et de lectures des révolutions. La révolution se définit en effet comme l’invention d’un ordre politique et social radicalement nouveau. Pourtant la rupture de la légalité, ainsi que l’élaboration de normes nouvelles suscitent fréquemment l’appel à des pratiques expérimentées et légitimées dans d’autres révolutions. Les révolutions de l’époque contemporaine sont donc connectées entre elles par un large et complexe faisceau de symboles, d’images, des textes, de gestes et de codes, mobilisés et constamment réinterprétés et même réinventés par les acteurs qui, ainsi, n’ont de cesse de citer – consciemment ou non – les révolutions passées ou contemporaines à mesure qu’ils font la leur.
Ce sont ces connexions entre les différentes révolutions de l’époque contemporaine que nous nous proposons d’explorer dans le cadre de ce colloque. La large période considérée, de la Révolution américaine aux Printemps arabes, et l’ampleur géographique, permettront d’interroger à la fois les réappropriations sur le long terme et les croisements et interpénétrations de phénomènes révolutionnaires dans un temps plus court. Le défi du colloque sera d’interroger, à partir de travaux empiriques précis, les modalités concrètes des citations et circulations révolutionnaires (réseaux, espaces et conditions de circulations, acteurs et vecteurs, situations de contact, mécanismes d’appropriation), dans la lignée de l’histoire connectée et de l’histoire croisée ; mais aussi d’ébaucher collectivement, en s’appuyant sur l’historiographie existante, un panorama des modes de référence à la révolution et une cartographie pratique et spatiale des circulations, dans les révolutions de l’époque contemporaine. Dans ce but, le dialogue entre spécialistes de périodes historiques et d’aires géographiques différentes sera systématiquement favorisé et organisé dans les tables rondes et les sessions de débat.
Sont attendues des communications portant sur toutes les révolutions de la fin du 18e siècle à nos jours, qu’elles soient reconnues comme telles par la communauté scientifique ou ainsi dénommées par leurs auteurs ou leurs contemporains. Seront retenues en priorité les propositions de communications qui entendront traiter clairement cet objet dans une perspective d’histoire connectée en mettant au centre de leur analyse les citations et circulations révolutionnaires.
On s’intéressera aux révolutions comme points de départ de circulations politiques et symboliques, aux traces laissées et aux messianismes révolutionnaires ; mais aussi, et conjointement, comme points d’arrivée, aux mécanismes d’appropriation, de rejet et d’oubli selon les contextes nationaux et régionaux, aux logiques de mobilisation et à l’efficacité de la référence révolutionnaire.
Le contenu des circulations sera au cœur du colloque :
Les mises en récits et en images résultant d’un processus de sélection, d’interprétation, parfois de traduction ; les stratégies, la geste, la symbolique révolutionnaire ;
Les financements, les armes, les hommes.
On se penchera également sur ce qui permet concrètement, voire organise, les circulations et transmissions de cette mémoire révolutionnaire dans le court et le long terme : les sociétés politiques et les internationales, les maisons d’édition, les médias, les réseaux de transports et d’accueil d’exilés, qui dessinent des espaces de circulations révolutionnaires dotés de centres, de périphéries et de zones frontières.
Conditions de soumission
Les propositions de communication (en français, anglais, espagnol, allemand ou portugais) comporteront les éléments suivants :
titre de la communication
résumé de la communication (3000 signes)
nom et prénom du ou des auteur-es, en précisant pour chacun-e, l’institution ou l’association de rattachement et les coordonnées complètes (adresse mail, adresse postale, numéro de téléphone).
CV et liste des travaux et publications
Elles doivent être reçues au plus tard le 1er novembre 2012
Comité d’organisation
Maud Chirio, MCF, Université Paris Est – Marne-La-Vallée/ACP-EA 3350
Mathilde Larrère, MCF, Université Paris Est – Marne-La-Vallée/ACP-EA 3350
Eugénia Paliéraki, MCF, Université de Cergy-Pontoise/CICC-EA 2529
Comité scientifique
Ludivine Bantigny, MCF, Université de Rouen, GRHIS-EA 3831
Johann Chapoutot, MCF, Université Pierre Mendès France – Grenoble II/LARHRA-UMR 5190/IUF
Sophie Cœuré, PR, Université Paris 7 – Paris Diderot/ICT-EA 337.
Marina Franco, enseignante-chercheuse, Université San Martín (Buenos Aires, Argentine)/IDAES.
Emmanuel Fureix, MCF, Université Paris Est – Créteil Val de Marne/CREH-EA 4392/IUF
Annick Lempérière, PR, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/MASCIPO-UMR 8565/IUF
Jean-Clément Martin, PR émérite, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/IHRF-UMS 622
Jérémie Tamiatto, doctorant, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne/IRICE-UMR 8138
Enzo Traverso, PR, Université de Picardie Jules Verne/CURAPP-UMR 7319
Jean Vigreux, PR, Université de Bourgogne/CGC-UMR 5605
Sophie Wahnich, DR2, CNRS/IIAC-UMR 8177
Serge Wolikow, PR, Université de Bourgogne/CGC-UMR 5605.
Calendrier
1er novembre 2012 : date limite de réception des propositions de communication
15 janvier 2012 : Réponse aux propositions de communication
10 mai 2013 : Date limite de réception des communications complètes (20 000 à 30 000 signes)
12, 13 et 14 juin 2013 : dates du colloque
Lundi 15 octobre 2012

Imprints of Revolution: Global Resistance, the Popular, and (Post)/(Neo) Colonialism


CALL FOR ABSTRACTS FOR EDITED COLLECTION:
Scope:
Imprints of Revolution: Global Resistance, the Popular, and (Post)/(Neo) Colonialism is an edited collection that explores public representations of socialist revolutions. The edited collection assesses how the concept of revolution is appropriated through public images and explores its re-conceptualization as a mobilizing practice in response to contemporary global issues. The goal of the collection is to explore how revolutions are imagined and re-imagined by governments, residents, and political actors, and how in turn these imageries function as responses to the specific issues of globalization and mass tourism. We would like to discuss the local, urban experiences of revolutions both trans-nationally and trans-culturally. Contributors are encouraged to explore any aspect of revolutionary experiences but should develop the political and historical links between their topics and the revolutionary movement in question. We are especially interested in, but are not limited to, scholarship that focuses on the visual legacies within Cuba, China, Ghana, Mexico, the United States, and Vietnam. We anticipate this to be a multidisciplinary work and invite submissions from emerging and established scholars working within any field. Scholars in anthropology, cultural studies, history, literature, political studies, communication studies, American studies, ethnic and/or race studies, media studies and gender studies are especially encouraged to submit proposals. Contributors:
If interested, please submit a 500-word abstract of the proposed chapter, as well as sources consulted / cited and a brief biography of 200 words of less detailing professional and academic qualifications by October 15, 2012. All materials should be submitted electronically by April 15, 2013. Essays will be subject to a peer-review process.
Please send proposals and inquiries to both editors at: Lisa B.Y. Calvente (DePaul University) lcalvent@depaul.edu Guadalupe García (Tulane University) ggarcia4@tulane.edu
Guadalupe Garcia
Tulane University
Lisa Calvente
DePaul University

Numéro spécial: «NOUVELLES PERSPECTIVES SUR L’HISTOIRE MONDIALE DU TRAVAIL « 


Workers of the World
International Journal on Strikes and Social Conflicts
Rédacteur en chef invité du numéro spécial: Christian G. de Vito
Appel à communications / call for articles
Cet appel à communications pour un numéro spécial de Workers of the World (http://www.workeroftheworldjournal.net/) consacré aux «Nouvelles perspectives sur l’histoire mondiale du travail» est destiné aux étudiants doctorants et chercheurs (indépendants ou ayant des liens avec une institution) de partout dans le monde.
Les articles peuvent être soumis dans les langues suivantes: anglais, français, espagnol, portugais et italien. Les articles sélectionnés seront publiés en anglais. La responsabilité pour la traduction appartient aux auteurs qui auront deux mois après l’approbation de sa publication par le journal pour le faire.
Sur l’histoire mondiale du travail
Initialement conçue dans le cadre de l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) à Amsterdam, en fin des années 80, pour répondre à la crise de l’histoire sociale et du travail, l’histoire mondiale du travail (global labour history) est aujourd’hui une «aire d’intérêt» globale qui comprend un large éventail de chercheurs de pays de partout dans le monde. Dans ses limites toujours en expansion, la discussion est ouverte sur tous les thèmes centraux de l’historiographie contemporaine. Cependant, trois éléments clés marquèrent dès le début l’histoire mondiale du travail et des travailleurs:
1. Dans la global labour history le contexte de l’histoire du travail amplifie l’histoire institutionnelle et vue «d’en haut», pour inclure également les relations et les conditions de travail, l’identité individuelle et collective et toutes les formes de conflit produites par les travailleurs.
2. Dans la global labour history la chronologie de l’histoire du travail et des travailleurs s’étend au-delà de la révolution industrielle au moins jusqu’aux origines du capitalisme commercial.
3. La global labour history s’occupe de tout le monde et rejette toute perspective eurocentrique et toute approche qui prend l’État-nation comme seul point de référence. En ce sens, elle remet en cause certaines catégories traditionnelles de l’histoire du travail telles que la «prolétarisation», le «travail périphérique», etc. Par contre, elle explore tous les types de relations de travail qui ont participé dans le processus de mercantilization du travail telles que l’esclavage, le travail salarié, la servitude, le travail forcé, etc.
En outre, pour analyser les connexions, les échanges et les flux entre différents endroits à l’échelle locale et mondiale, la global labour history se fait sur la base de nouvelles méthodologies. Parmi elles, l’histoire croisée, la micro-histoire, l’histoire de la vie quotidienne, les notions de «translocalité» et de «téléconnexions», les pratiques en matière de «suivre les traces» ou suivre la chaîne de production et de consommation.
Pour des informations plus détaillées sur la global labour history, on peut consulter les publications suivantes:
• Marcel van der Linden, Jan Lucassen, Prolegomena for a Global Labour History, IISH, Amsterdam, 1999 (See also: http://www.iisg.nl/publications/prolegom.pdf)
• Jan Lucassen (ed.), Global Labour History. A State of the Art, Peter Lang, Bern, 2006.
• Marcel van der Linden, Workers of the World. Essays Toward a Global Labour History, Brill, Leiden, 2008.
• Christian G. De Vito (ed.), Global Labour History. La storia del lavoro al tempo della “globalizzazione”, Ombre Corte, Verona, 2012.
A propos du numéro spécial consacré à la global labour history
Le numéro spécial de Workers of the World cherche à explorer le potentiel de la global labour history soit avec l’application de nouvelles approches méthodologiques à des questions non abordées aujourd’hui, soit en approfondissant de nouvelles orientations thématiques et méthodologiques.
La sélection d’articles, par conséquent, prendra en compte la pertinence des contributions qui présentent un ou plusieurs des éléments suivants:
a. Une approche spécifique sur les méthodes et les concepts qui mettent l’accent sur les connexions, les échanges, les flux et les jeux d’échelle entre les lieux et entre les niveaux local et mondial (micro et macro);
Cette approche transcendera la perspective eurocentrique et basé sur l’État-nation et aussi les comparaisons purement transnationales. Les conséquences – positives et négatives – de ce changement de perspective méthodologique sur l’analyse des concepts et des thèmes abordés seront également prises en compte.
b. Une attention particulière sur la longue durée. Plusieurs périodes (par exemple, les époques moderne et contemporaine ; médiévale et moderne ; ancienne, médiévale et moderne, etc.) seront intégrés et les conséquences de l’introduction de la perspective de la longue durée dans l’observation des phénomènes spécifiques et dans l’utilisation des concepts théoriques et des sources seront spécifiquement analysés.
c. Un accent particulier sur l’historicisation de la notion de «travail» (et les termes connexes). Que signifiait «travail» dans chaque contexte historique? Et quelle était la perception (individuelle et / ou collective) du travail par ceux qui travaillaient, ceux qui ne travaillaient pas et ceux qui employaient de la main-d’oeuvre?
d. Une attention particulière sur une ou plusieurs des questions suivantes:
• La relation entre travail «libre» et «non libre», avec une attention particulière pour les formes intermédiaires entre les différents types de relations de travail et aussi une réflexion sur l’utilisation des catégories de travail «libre» et «non libre» en tant que telles.
• Les relations entre travailleurs, non travailleurs, les ménages et les communautés.
• Le monde social des employeurs (pris individuellement ou organisés), par rapport au monde des travailleurs (pris individuellement ou organisés).
• Les relations entre le travail et le gendre.
• Les relations entre travail et politique, dans le double sens de la relation entre travail et régime politique et entre régime politique et l’organisation politique et syndicale des travailleurs masculins et féminins.
• La relation entre l’expérience quotidienne du travail et l’organisation des conflits sociaux et politiques.
Plutôt que de se pencher sur les questions méthodologiques et théoriques de la global labour history dans l’abstrait, les articles doivent présenter les résultats de recherches empiriques sur le travail et les conflits sociaux, et par la suite analyser l’importance de la production de la global labour history, en indiquant les avantages et les inconvénients de cette perspective et les différences avec d’autres approches.
Calendrier
• Livraison des articles par les auteurs: 1 Septembre – 10 Décembre, 2012
• Processus de sélection par le rédacteur en chef de ce numéro: 10 Décembre 2012 – 1 Janvier, 2013
• Processus d’évaluation: 1 Janvier – 15 Février, 2013
• Notification de l’acceptation de l’article par la revue: 15 Février, 2013
• Livraison de la version finale de l’article (en anglais) par les auteurs: 15 Février – 15 Avril, 2013
• Révision finale par les éditeurs: 15 Avril – 15 May, 2013
• Publié en ligne le: 15 mai 2013.
Remarque: Aucun article envoyé par les auteurs après les dates indiquées ci-dessus ne sera accepté.
Livraison des articles
Tous les articles doivent être envoyés à cette direction de e-mail: christian.devito@ gmail.com (Christian G. De Vito), avec cc à workersoftheworld2012@yahoo.co.uk.
Les articles peuvent être soumis dans les langues suivantes: anglais, français, espagnol, portugais et italien. Les articles sélectionnés seront publiés en anglais. La responsabilité pour la traduction des articles en anglais appartient aux auteurs, qui doivent livrer la traduction dans les deux mois après l’approbation de la publication de l’article par le journal.
Dans la version finale en anglais, les articles ne doivent pas dépasser 5000 mots (y compris espaces et notes) et doivent utiliser la police Times New Roman, 12, avec au plomb 1.5.
Toutes les caractéristiques de l’édition peuvent être consultées sur:
Le processus de sélection et d’évaluation des articles
Les articles seront d’abord sélectionnés par le rédacteur en chef de ce numéro spécial sur la base des paramètres énumérés dans le présent appel à communications.
Un total de vingt articles sera envoyé de façon anonyme à des arbitres par l’éditeur. Chaque article sera examiné par deux arbitres.
Sur la base des commentaires des arbitres, l’éditeur sélectionnera les dix textes à publier.

Pour plus d’informations, contactez le rédacteur en chef du numéro spécial à: christian.devito@gmail.com

Revolutions and Their Uncertainties


The Department of Political Science at Georgia State University is seeking proposals for a political science graduate research conference, which will be held on Friday, March 8th, 2013.
We encourage an interdisciplinary group of graduate students to submit proposals from their research in the fields of International Relations, Comparative Politics, American Politics, Regional Studies, Public Policy, Public Choice, Political Theory, Political Psychology, Media and politics, and International Political Economy.
Interested students should submit abstracts by February 1st, 2013, to be considered for participation. Abstracts should be no more than 300 words and must include the paper title and the academic affiliation of the participant (university/program). Please submit proposals as a Word document or PDF. Pre-conference Registration Fee is $20. Onsite Registration Fee is $30.
Please send submissions or any questions you may have to:
Jackie Obiero, Conference Co-Chair, Jobiero1@student.gsu.edu OR Jason Levitt, Conference Co-Chair, Jlevitt5@student.gsu.edu
Jason Levitt
Georgia State University
38 Peachtree Center Avenue. STE 1023
Atlanta, GA 30303-2514

La revue Aden : appel à communications

La revue Aden. Paul Nizan et les années trente continue son exploration
des années 1930 et particulièrement des voix méconnues ou inconnues de la
période, et ce, dans une perspective internationale.
Elle consacrera la majeure partie de son n° 12 (sortie en octobre 2013) à
la plume contre le fascisme de 1930 à 1935.
« Peste brune » ? « Montée des périls » ? Le titre de la célèbre relation
de voyage de Daniel Guérin, ou celui d’un des volumes des Hommes de bonne
volonté de Jules Romains, recouvrent une réalité bien plus ancienne que
leurs dates de publication, à savoir 1933 et 1935.
En 1919, Miklos Horthy entre à Budapest pour contrer la révolution de Bela
Kun et y instaure une véritable dictature à l’aube des années 30 ; en
1922, Benito Mussolini marche sur Rome et installe dans les années qui
suivent une dictature d’un nouveau type ; en 1923, Miguel Primo de Rivera
assoit sa puissance en Espagne jusqu’en 1930 ; à partir de 1926, c’est au
tour de la Pologne de subir le joug d’un dictateur, Joséf Pilsudski,
jusqu’à sa mort en 1935 ; en 1933, Adolf Hitler arrive au pouvoir en
Allemagne…
En France, des mouvements préfascistes – ou jugés comme tels par les
gauches –, sont fondés dès les années 20 – tel le Faisceau de Georges
Valois en 1925 –, auxquels succèderont différents Ligues et Partis dans
les années suivantes.
En octobre 1935, l’Italie envahit l’Éthiopie, inaugurant une ère de
conquêtes territoriales qui ne cesseront de se poursuivre à partir de
cette date, l’Allemagne nazie prenant ensuite le relais en Europe.
Ces différents événements vont susciter de nombreux articles, essais et
romans que nous étudierons pendant la période 1930-1935, moins analysée
que celle qui suit.
Précisons que nous n’entendons pas revenir sur la caractérisation des
mouvements visés, mais bien nous attarder sur la représentation que s’en
sont fait ceux qui tenaient la plume.
Suivant le principe qui nous anime et dont nos six derniers numéros[1]
peuvent témoigner, nous souhaitons traiter de toutes les sensibilités de
la gauche, et ce, dans une perspective internationale.
Enfin, nous aimerions qu’une partie de ce dossier soit consacrée aux
héritages des thématiques et autres procédés discursifs mis en place
contre le fascisme entre 1930 et 1935, dans les époques postérieures (à
partir de 1945).
L’article doit parvenir en fichier-joint à Anne Mathieu
(matan@infonie.fr), Directrice de la publication, pour la fin mars 2013,
délai à respecter scrupuleusement.
Il est conseillé de faire préalablement une proposition de sujet, auprès
de la rédaction, par l’intermédiaire de cette même personne
(matan@infonie.fr).
La revue Aden.
http://www.paul-nizan.fr/