Archives de catégorie : LCR/NPA

Olivier Besancenot, On a voté… et puis après ?, Paris, Le Cherche Midi, collection « Documents », 2012, 154 pages, 7,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouvel ouvrage signé Olivier Besancenot, le premier depuis Prenons parti : pour un socialisme du XXIe siècle (écrit avec Daniel Bensaïd) en 2009, intervient à un moment de crise dans l’histoire du NPA. Si le précédent livre souhaitait marquer les contours programmatiques de la nouvelle organisation, On a voté… et puis après ?, dont le titre fait d’ailleurs écho à La farce électorale d’Alain Krivine en 1969, s’apparente fort à une tentative pour refixer le cap, après le départ de la majorité des militants de la Gauche anticapitaliste vers le Front de gauche. D’où l’importance du choix de l’auteur, Olivier Besancenot restant malgré tout la figure médiatique la plus connue du NPA, donc sa référence principale dans l’espace public.

Afin de (re)légitimer son organisation comme pôle de radicalité à la gauche de la gauche, un bilan est tiré des premières semaines de gouvernement socialiste. A travers une prose fluide émaillée d’exemples frappants, Olivier Besancenot rappelle l’action antisociale de la présidence Sarkozy, et critique également celle de François Hollande. Son gouvernement est  accusé de chercher le compromis entre exploiteurs et exploités, de manquer d’un courage politique réellement de gauche afin de supprimer toutes les mesures de la droite, et même d’un programme radical (une critique d’autant plus curieuse que le PS déclare ne plus être anticapitaliste depuis au moins une vingtaine d’années). Il en profite pour réaffirmer une analyse marxiste de la crise économique, et à travers la situation de la Grèce, souligne utilement la responsabilité des banques et des fonds d’investissement, ainsi que la centralité du peuple.

C’est ce qui l’amène à défendre le principe de la grève générale comme « arme de destruction massive » face aux seules manifestations, la combinaison des deux étant un gage de victoire (ce qui écarte un peu trop facilement la nature de l’adversaire qui se dresse de l’autre côté). On retrouve également quelques-unes des mesures proposées par le NPA, contre la finance – service public bancaire unifié, audit public de la dette –, pour une autre Europe à partir d’une Constituante, pour une redistribution des richesses (l’augmentation généralisée des salaires pouvant s’effectuer à partir de la suppression des niches fiscales) ou pour l’interdiction des licenciements (mais seulement pour les entreprises bénéficiaires, ce qui ressemble à une réévaluation de la revendication originelle, qui concernait toutes les entreprises).

Enfin, comme une manière de rebondir sur l’attraction du Front de gauche, Olivier Besancenot défend la nécessité d’un front de la gauche radicale, dont le Front de gauche pourrait être une composante importante à condition d’être clairement indépendant de la majorité présidentielle. Ce petit opuscule se clôt par la publication d’un « Manifeste pour « La reprise collective et la dignité » », daté de fin juillet 2012, mais dont on ignore tout des auteurs ou des signataires.