Archives de catégorie : Bande dessinée

Anne-Charlotte Husson, Thomas Mathieu, Le féminisme, Bruxelles, Le Lombard, collection « La petite Bédéthèque des savoirs », tome 11, 2016, 95 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Soulignons d’entrée la qualité éditoriale de cette collection, La petite Bédéthèque des savoirs, développée par un éditeur belge. Parmi divers titres déjà parus, on retiendra ceux consacrés au minimalisme, à l’intelligence artificielle, à la prostitution, aux situationnistes (par Christophe Bourseiller et Jake Raynal) et bien sûr ce volume onze dédié au féminisme.

Il est dessiné par Thomas Mathieu, avec des textes rédigés par Anne-Charlotte Husson, doctorante en sciences du langage, enseignante à l’université Paris 13 et spécialisée dans les polémiques sur les nouveaux discours féministes. Après une solide introduction, sous la plume de David Vandermeulen (qui aurait mérité d’être présenté), le féminisme est décliné en sept slogans et citations, donnant lieu à d’excellentes et instructives connaissances sur ce thème. La première partie s’ouvre par une citation de Olympe de Gouges, dans la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, article X, publiée au moment de la Révolution française, « La femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune ». Cette première évocation des femmes et du droit à leur participation à la sphère publique/politique se prolonge par une présentation de l’évolution du droit des femmes à la participation électorale et au droit de vote, le tout sous une forme à la fois imagée et inventive. On retrouve les mêmes qualités (en couleur, tout au long livre, sauf usage d’un noir et blanc de bonne facture pour évoquer quelques moments du passé récent), avec les autres slogans, « Le privé est politique » ; « On ne naît pas femmes, on le devient » (célébrissime citation de Simone de Beauvoir dans son ouvrage, Le Deuxième sexe ») ; « White woman listen ! », permet d’évoquer le « black féminisme » aux Etats-Unis et la question de ce que certains secteurs militants actuels nomment l’intersectionnalité; « Nos désirs font désordre » traite de la question de la sexualité et du dépassement des assignations par le biais de la notion de genre  ; « Le féminisme n’a jamais tué personne. Le Machisme tue tous les jours », aborde la question des violences faites aux femmes et, pour finir, « Ne me libère pas, je m’en charge », offre la parole à une série de jeunes femmes pour exprimer ce que représente le féminisme pour elle, aujourd’hui.

Les auteurs parviennent à jouer avec brio du petit format de ce livre agréable et instructif, pour en tirer le meilleur du point de vue de la présentation de leur propos (dessins en pleine page ou au contraire rapprochement sur une même pages de plusieurs vignettes). L’objectif didactique de cette collection de vulgarisation – présenter les bases et les débats actuels de phénomènes culturels et/ou politiques – semble ici parfaitement atteint, d’autant qu’un glossaire et une bibliographie complémentaire (partiellement sous forme d’autres bandes dessinées, ainsi un biopic sur Olympe de Gouges) accompagnent ce récit en images.

Jean-Marie Dupont (auteur), Eddy Vaccaro (illustrateur), Les gueules rouges, Grenoble, Glénat, 2017, 116 pages, 20,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Soulignons d’entrée de jeu la double singularité de cette bande dessinée, qui tient à la fois à son scénario, ainsi qu’au dessin. Le scénariste rajoute un élément dramatique qui fait basculer le scénario du côté du roman policier. Le scénario met en scène l’histoire d’un jeune garçon, Gervais, au tout début du XXe siècle (l’histoire se déroule en 1905), dans le pays minier. Gervais, brillant élève sur lequel son instituteur fonde de grands espoirs, voit cependant son père mineur lui imposer la descente à la mine, ce qui fait s’envoler la perspective d’une promotion sociale et un destin hors des corons. Parallèlement, en tournée dans toute l’Europe, le cirque de Buffalo Bill fait escale à Valenciennes. Gervais ne rêve que d’une chose : rencontrer le héros des histoires de cow-boys et d’indiens dont il est un lecteur friand. Las, la mine et la discipline paternelle le rappellent à la dure réalité du travail. Cependant, le tout frais mineur de fond désobéit et se rend au spectacle, en passager clandestin car il n’a pas un centime pour payer sa place. Deux indiens l’aident alors à échapper aux gardiens lancés à la poursuite du resquilleur. De cette rencontre inattendue naît une amitié inédite, alors que les deux nouveaux amis de Gervais sont accusés du meurtre sauvage de la fille de l’ingénieur de la mine. C’est la traque contre « les barbares ». Mais Gervais et ses compagnons trouvent assistance auprès d’un personnage qui refuse l’ordre minier et qui se trouve être le représentant du courant anarchiste et syndicaliste de la région. On laissera au lecteur le réel plaisir de découvrir comment cette histoire se prolonge et se termine, quelques années plus tard, par la grande boucherie de la guerre de 1914-1918. Avec ce récit, c’est toute l’histoire politique et sociale de l’avant-guerre qui apparaît en toile de fond, au fil des vignettes : imminence de la loi de 1905 sur la Séparation des Églises et de l’État et donc multiplication des affrontements avec les cléricaux, drame de Courrières1, évocation du sort des femmes de mineurs, du travail quotidien harassant du fond ou de la vie sur le carreau des mines.

Ce western transposé au pays de Germinal ne cesse d’étonner tant le scénario, qui fait basculer le récit du côté du roman policier, se révèle riche et touffu. Cette bande dessinée esquisse à traits légers un moment social où, finalement, les plus sauvages ne sont pas nécessairement là où on les attend et où les « peaux-rouges » figurent plutôt du côté de l’espérance que du Far west. A ce premier motif de satisfaction, ajoutons-en un second, qui lui est étroitement solidaire, à savoir le traitement de l’image, élément évidemment essentiel pour une bande dessinée. Eddy Vaccaro2, le dessinateur, déploie ici un style assez particulier, à la fois brut, voire primitif mais aussi très fin. Dans des couleurs sépia (un sépia élaboré où parfois le vert affleure, ainsi dans l’évocation des scènes du déjeuner chez l’ingénieur), il aligne des planches au trait charbonneux, particulièrement en phase avec le sujet traité. L’ouverture du livre est d’ailleurs assez symptomatique, car on hésite entre la bande dessinée et une iconographie relevant de la peinture. Enfin, cet album témoigne d’une vigoureuse sympathie pour « ceux d’en bas » et souligne de matière parfois poétique tout ce qui sépare le destin des classes sociales. Une belle réussite.

1Lire le compte rendu sur ce blog de Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, 2013, https://dissidences.hypotheses.org/5204

2Eddy Vaccaro est co-auteur d’une récente biographie d’un boxeur juif déporté à Auschwitz, Young, Futuropolis, 2013.

Laëtitia Rouxel, Roland Michon, Des graines sous la neige. Nathalie Lemel. Communarde et visionnaire, Chateaulin (29), Locus Solus, 2017, 144 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Cette bande dessinée est construite sur la base de retours en arrière, à partir de l’histoire (réelle) du tournage d’un film sur la Commune, en 1913. Le réalisateur Armand Guerra1, fait appel à plusieurs acteurs de cet épisode révolutionnaire, donnant lieu à des pages dessinées en noir et blanc, alors que l’évocation des souvenirs est proposée en couleur. La réalisation de ce film est donc l’occasion, scénaristique, de faire surgir la figure, devenue méconnue, de Nathalie Le Mel2, condamnée à la déportation avec Louise Michel en Nouvelle-Calédonie. Mais la vie de Nathalie Le Mel ne s’arrête pas à l’épisode de la Commune et c’est tout l’intérêt de cette BD de donner une épaisseur à cette femme. Intérêt d’autant plus précieux puisque aucune biographie ne lui a encore été consacrée. Cette communarde n’est pourtant pas une inconnue, car elle est bien présente dans l’ancien mais toujours incontournable ouvrage d’Édith Thomas, Les Pétroleuses3, dans une courte notice du Maitron4, dans l’Histoire des femmes de la Commune de Paris, de Gérald Dittmar (Éditions Dittmar, 2003) ainsi que dans le récent (2013) Petit dictionnaire des femmes de la commune. Les oubliées de l’histoire, de Claudine Rey, Annie Gayat et Sylvie Pepino (Éditions Le Bruit des autres), entre autres.

L’histoire, classiquement organisée selon un récit chronologique, commence à Brest en 1837. Nathalie Le Mel est alors une jeune fille de 11 ans, qui vit dans un milieu où le breton constitue l’environnement quotidien (c’est d’ailleurs un des charmes du récit de rendre compte de cette réalité). Elle se marie en 1845 avec un artisan relieur, qui, pour son travail, s’établit, avec sa famille (le couple a plusieurs enfants) à Quimper où il ouvre boutique. Avec le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte (1851), sa boutique devient le lieu de rendez-vous des opposants républicains. Sa femme s’imprègne de cette culture oppositionnelle et partage les idées avancées de son mari. Mais l’entreprise familiale décline et subit la liquidation judiciaire. En 1861, avec leurs trois enfants, Nathalie Le Mel et son mari partent à Paris pour tenter une nouvelle vie. Elle trouve du travail dans le secteur de la reliure, se lie avec les milieux d’oppositions républicains et socialistes, tandis que son mari sombre peu à peu dans l’alcoolisme. Parmi ses fréquentations, on compte aussi bien des artistes comme Courbet ou Monet, que des journalistes et écrivains engagés comme Jules Vallès. Elle participe aux grèves de sa corporation, ce qui la met en contact avec Eugène Varlin, un des protagonistes de l’Internationale. Elle s’engage alors dans le mouvement ouvrier naissant, participant notamment à la fondation d’une société d’épargne et de crédit mutuel des ouvriers relieurs de Paris, sorte de caisse de grève clandestine à une époque où grèves et coalition constituent toujours un délit. En 1868, elle ouvre une « cantine », coopérative d’approvisionnement de consommation et restaurant pour ouvriers, La Marmite, qui devient rapidement un lieu de rencontre et de réunion de tout ce que Paris compte d’opposants au régime impérial.

On le voit, son engagement est déjà ancien et ancré quand éclate la Commune de Paris. C’est donc une mère de famille, déjà âgée, qui participe à la constitution de l’Union des femmes de Paris, organisation de citoyennes en complète solidarité avec la Commune. Elle y fréquente l’envoyée de l’Internationale Elisabeth Dmitrieff5. Arrêtée alors qu’elle se bat les armes à la main sur une barricade, Nathalie Le Mel subit le sort commun de ceux qui échappent à l’exécution immédiate : la déportation. Elle sera du voyage avec Louise Michel et une des ses plus proches compagnes durant leur séjour en Nouvelle Calédonie. Revenue en France, une décennie plus tard, elle disparaît de la scène publique, participant néanmoins à l’immense manifestation à laquelle donne lieu l’enterrement de Louise Michel en 1905. Nathalie Le Mel meurt en 1921 à l’âge de 94 ans, inhumée dans la fosse commune, en présence de trois personnes.

Ce récit, dans un dessin dont on peut regretter qu’il n’apparaisse pas toujours à la hauteur du propos, représente une claire réhabilitation, à travers le personnage de Nathalie Le Mel, de la place des femmes dans le mouvement ouvrier au XIXe siècle. Un dossier historique, comportant notamment une biographie des personnages secondaires enrichit cette bande dessinée. L’éditeur a même prévu une exposition à partir de l’ouvrage, disponible pour les lieux (librairies au premier chef) susceptibles de présenter le livre. Comme l’écrivait Jean-Guillaume Lanuque, « dans la littérature contemporaine française, généralement la plus populaire, la Commune fait un retour en force sous un jour très positif. »6

1Armand Guerra, La Commune, Le Cinéma du Peuple, 1914, muet, 14 minutes, cité dans la bibliographie/filmographie finale.

2Son nom s’orthographie « Le Mel » et non Lemel comme l’écrivent les auteurs.

3Édith Thomas, Les « Pétroleuses », Paris, Gallimard, coll. « La suite des temps »,1963.

4Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF).

5Lire sur ce blog le compte rendu de la récente bande dessinée qui lui est consacrée, Wilfrid Lupano, Communardes ! L’aristocrate fantôme, Vents d’Ouest, 2015, https://dissidences.hypotheses.org/6738

Mary M. Talbot, Bryan Talbot, Louise Michel. La vierge rouge, Paris, Librairie Vuibert, 2016, 136 pages, 19,90 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

L’égérie de la Commune de Paris ayant écrit ses mémoires1, on n’ignore pas grand-chose de sa vie et de ses combats. Mais cette bande dessinée, adaptée d’une édition américaine, présente au lecteur une autre approche, celle d’un roman graphique. Magnifiquement dessiné par Bryan Talbot, dessin en noir, blanc et rouge, rehaussé ici ou là de sépia, la vie et les combats de Louise Michel prennent une nouvelle dimension. Le récit, comme un véritable roman, échappe à toute linéarité. Ainsi, l’ouvrage débute quasiment par la mort de Louise Michel. Tout au long du récit, des flash-back (comme celui sur son enfance, en fin de volume) permettent d’échapper à une histoire rectiligne et plutôt convenue. On ne rappellera ici ni les grandes étapes de sa vie ni ses luttes opiniâtres pour la justice, la liberté et l’égalité.

Évoquons simplement trois fils conducteurs qui permettent de reconstituer le développement du livre. Bien entendu, figure en premier lieu sa participation à la Commune de Paris et le rôle pionnier qu’elle joua en faveur des femmes. Vient ensuite, conséquence de cet épisode, sa déportation en Nouvelle Calédonie et la profonde sympathie dont elle fit preuve, à l’encontre de l’attitude de beaucoup de ses compagnons, pour le sort des indigènes kanaks. Considérer l’utopie et le progrès scientifique comme fondamentaux, enfin, croyance jamais démentie tout au long de sa vie. Cette passion pour ce thème encadre d’ailleurs le récit de la vie de Louise Michel, à travers l’évocation des tentatives de Franz Reichelt, tailleur d’origine autrichienne vivant en France qui, face au développement de l’aviation, eût, le premier, l’idée de confectionner un costume parachute. On laissera au lecteur la surprise de découvrir le sort qui fût le sien et qui clôt le récit.

Aux dessins s’ajoutent plusieurs pages de notes détaillées qui complètent utilement la partie graphique, avec là aussi, des reproductions. Enfin, preuve du sérieux de la documentation utilisée par les auteurs pour construire ce récit, le lecteur aura l’occasion de découvrir un large éventail de titres anglo-saxons sur l’histoire sociale française. Mary et Bryan Talbot nous offrent ainsi non seulement l’occasion de prolonger notre connaissance de la vie de cette femme généreuse, dont toute la vie fût dirigée par le besoin de transformer la société et le monde, mais également une représentation graphique des combats du XIXe siècle, et particulièrement ceux de la Commune de Paris, déjà évoqués en « bulles » par Wilfrid Lupino2 dans sa série Communardes !

Il semble bien, qu’effectivement, comme l’affirme Eric Fournier, La Commune n’est pas morte !3

1Louise Michel, Mémoires, Bruxelles, édition Tribord, 2005. Une intéressante préface retrace la difficile et tardive édition complète de ses mémoires.

2Wilfrid Lupano, Anthony Jean, Communardes ! L’aristocrate fantôme, Wilfrid Lupano, Lucy Mazel, Communardes ! Les éléphants rouges, Grenoble, éditions Vents d’Ouest/Glénat, 2015, 56 pages, compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/6738 et Wilfrid Lupano, Xavier Fourquemin, Anouk Bell, Communardes ! Nous ne dirons rien de leurs femelles, Grenoble, éditions Vents d’ouest/Glénat, 2016, 58 pages, compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/7168

3Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2011, compte rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/3235

Désirée Frappier (auteur), Alain Frappier (dessinateur), Le Choix, Paris, éditeur La Ville brûle, 2015, 118 pages 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Les auteurs s’étaient déjà fait remarquer pour leur première bande dessinée consacrée à l’affaire de la station de métro Charonne1 le 8 février 1962 (répression sanglante d’une manifestation contre la guerre d’Algérie et l’OAS, qui fit 9 morts, tous membres de la CGT et du Parti communiste français, sauf une personne)2. Cette fois ci, il s’agit de faire revivre la lutte pour l’obtention du droit à l’avortement. Par un dessin très épuré, en noir et blanc, l’histoire s’inscrit à travers le destin d’une jeune fille, au début des années 1970, bringuebalée entre différents membres de sa famille et internats divers. Éternellement placée, elle se confronte aux mouvements de son époque. Grâce à ses copines, elle découvre le MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception)3 et la mobilisation pour le droit de choisir d’avoir, ou non, un enfant. Les grands moments de luttes féministes de l’époque (le manifeste des 3434, les projections de films, le procès de Bobigny5, les avortements clandestins, le vote final de la loi Veil en décembre 1974-janvier 1975) sont retracés avec sobriété. Mêlant aspects autobiographiques (le rapport à ses parents, à sa famille), vie au travail et développement de la vie politique et sociale, le récit se poursuit jusqu’en 2014, au moment où, en Espagne, le droit à l’avortement est remis en question, à travers précisément l’écriture d’un ouvrage pour célébrer les 40 ans de la loi Veil.

Très sensible et personnel, ce travail permet, par le biais d’une représentation dessinée, de comprendre, à travers des dimensions intimes, comment ce combat demeure aujourd’hui un combat d’actualité, tant les menaces d’un retour à l’ordre ancien, aux valeurs machistes et patriarcales sont encore présentes, en France, comme dans de nombreux autres pays, y compris européens. Comme l’écrit la romancière Annie Ernaux – dont le livre L’évènement, a été un déclencheur de l’écriture de cette bande dessinée – dans sa courte présentation : « Le Choix, travail de mémoire et de vigilance est aussi un manifeste pour une vie libre et heureuse ».

Sur le principe des DVD, l’ouvrage offre des « bonus », de très grand intérêt. On y trouve ainsi une présentation de documents d’époque, comme des tracts du MLAC, des témoignages, le manifeste des 343, des scènes coupées, la narration de quelques rencontres qui ont permis l’existence du livre ou encore la valise du MLAC et son contenu permettant la réalisation d’un avortement. On apprend également qu’une bande originale, une musique a été composée pour accompagner la lecture du livre. Une riche sélection de livres, articles et films (aussi bien des fictions que des documentaires) complète enfin cette BD qui se révèle être ainsi un véritable travail de documentation illustrée, une tendance que l’on retrouve de plus en plus souvent dans certaines bandes dessinées traitant de sujets historiques.

Ouvrage de grande qualité, Le Choix remet en mémoire les mobilisations passées pour obtenir cet acquis proprement révolutionnaire pour les femmes qu’est le droit à l’avortement.

1Alain Frappier (dessinateur), Désirée Frappier (auteur), Dans l’ombre de Charonne, Paris, éditions du Mauconduit, 2012, 136 pages.

2Sur cet événement, LE livre à lire est celui d’Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962, anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, collection « Folio-Histoire », 2006, 897 pages. Alain Dewerpe est le fils d’une des victimes de Charonne.

3Le MLAC est une organisation de lutte féministe créée en avril 1973 dans le but de légaliser l’IGV. Les médecins du MLAC pratiquent des avortement en particulier par la méthode de Karman, qui consiste à aspirer et vider ainsi le contenu de l’utérus. Lire Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 29, 2009, p. 79-96, et Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, n° 18, 2003, p. 241-252.

4Manifeste intitulé « Je me suis fait avorter », rédigé par Simone de Beauvoir, signé par 343 personnalités, paru dans Le Nouvel observateur le 5 avril 1971. Ce manifeste est souvent appelé « Le Manifeste des 343 salopes », d’après la couverture satirique de Charlie Hebdo la semaine suivante.

5Il s’agit d’un procès pour avortement, à l’automne 1972, devenu célèbre par le retentissement que l’avocate des cinq prévenues, Gisèle Halimi, sut lui donner dans l’espace public.

Dominique Heinry (scénario), Henri Labbé (scénario), Alexis Robin (dessinateur), La poussière du plomb, Paris, Édition Delcourt, 2016, 218 pages, 23,95 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide gracieuse de Christian Beuvain)

Cette bande dessinée à trois voix est inspirée de « l’affaire Battisti ». Pour rappel, Cesare Battisti, auteurs de polars (Série noire, Le Masque entre autres), réfugié politique italien d’abord au Mexique puis en France, avait fuit son pays en s’évadant de prison, avant d’être de nouveau condamné par contumace pour quatre meurtres qu’il nie toujours.

Ce récit plonge donc le lecteur dans les débuts de l’« automne chaud » italien, en 1969. A Rome, un groupe de jeunes, dont les parents (au moins pour certains) sont militants communistes, s’engage dans un processus de radicalisation politique, dans le climat survolté d’un mai 68 de longue durée. Rapidement, ils ne se contentent plus d’utiliser le panel classique de l’action politique (manifestations, distributions de tracts…), mais songent à s’affronter plus sérieusement aux forces de répression et, plus largement, à l’appareil politique étatique dans son ensemble. Les affrontements sont de plus en plus violents, alors qu’apparaissent les premières organisations prônant la lutte armée. Pour Alberto, Marcello, Marco ou Anna, il n’est pas question de rejoindre les Brigades rouges ou d’autres organisations de lutte armée, avec lesquelles ils n’ont pas de contact direct. Il s’agit plutôt de se débrouiller avec les moyens du bord. Cela ne signifie pas pour autant que les problèmes organisationnels auxquels ils sont très rapidement confrontés ne sont pas identiques à ceux des autres organisations armées, notamment sur la façon de se procurer de l’argent pour militer de manière continue. C’est dans ce cadre qu’ils décident d’attaquer un fourgon bancaire. Affaire sans danger, selon les informations recueillies. Mais le braquage tourne mal et ils font usage de leurs armes. Leur destin alors bascule : entre emprisonnement, cavale à l’étranger (parcours clairement inspiré de celui de Cesare Battisti) ou repli, ils se retrouvent victimes d’une Histoire qui les dépasse et qui durera des décennies.

Dessiné dans les tons sépias, ce récit avait été initialement écrit pour servir de story-board à un long métrage. On en comprend mieux le découpage, très cinématographique, avec une multitude de cadrages et un récit rapide. Au lecteur de développer sa propre appréciation du style du dessin, qui ne semble pas vraiment à la hauteur du projet. Mais l’essentiel n’est peut-être pas là, mais dans la représentation désenchantée offerte par les auteurs de cette histoire, bien loin donc des lendemains qui chantent. Après d’autres vecteurs culturels (romans, films de fiction, poèmes, chansons), cette bande dessinée historique sur ces « Années de plomb » (qui donnent leur titre à l’album), permet d’approcher de manière très vivante les désillusions d’une génération de révolutionnaires qui a été finalement défaite et à qui l’Histoire (a) fait payer le prix fort pour avoir osé défier le système politique et l’État.

Fred Duval, Jean-Pierre Pécau (scénario), Fafner (dessin et couleurs), Jour J tome 23. La République des esclaves, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2016, 58 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

On le sait, Spartacus, figure par excellence de l’esclave révolté, a nourri bien des fictions depuis le XIXe siècle, en littérature, au cinéma ou à la télévision1. Cette fois-ci, c’est au tour de la série uchronique « Jour J »2 de s’en emparer. Le point de divergence, c’est-à-dire le moment où cette histoire alternative commence à différer de la nôtre, réside dans ce qui peut finalement apparaître comme un détail individuel. Le chef des pirates ciliciens, dont Verrès, magistrat romain, était chargé, au nom de Crassus, d’acheter la complicité, finit par tuer l’émissaire de Crassus, pour une seule et unique raison : celui-ci a prononcé le nom de César, responsable de la mort de sa femme et de ses enfants. Un détail insignifiant à l’échelle de l’histoire, donc, qui prend appui sur une anecdote authentique. César fut en effet capturé par des esclaves, et jurant de tous les tuer une fois rendu libre, il tint sa promesse, supprimant ses anciens ravisseurs.

Le lien direct fait par les scénaristes entre cet épisode et celui de l’histoire de Spartacus est bien sûr tout à fait imaginaire, mais il leur permet d’enrayer toute trahison des pirates ciliciens à l’égard des esclaves révoltés : au lieu de devenir victimes de Crassus et de se retrouver prisonniers d’une véritable nasse avant de succomber sur le champ de bataille en 73 avant la naissance de Jésus, l’armée servile parvient à mener à bien le projet initial de Spartacus, trouvant en Sicile un asile inespéré, un lieu également propice à la réactivation des guerres serviles de la fin du Ier siècle3. Après ce début introductif, le cœur de l’album traite de la situation treize ans plus tard. César, de plus en plus ambitieux, et qui a tout de même conclu un triumvirat avec Pompée et Crassus, comme dans notre continuum historique, se laisse convaincre par ce dernier d’abandonner ses projets de conquête des Gaules au profit d’un écrasement de la République des affranchis, fondée par Spartacus en Sicile. Pendant que César rassemble ses troupes, Spartacus, épaulé par son ami Crixus, s’efforce d’élaborer une stratégie défensive, basée en particulier sur l’utilisation des miroirs d’Archimède. Un agent romain s’est toutefois introduit parmi ses proches, et la découverte de son identité constituera un drame personnel doublant le drame collectif. Les armées romaines parviennent en effet à écraser les troupes de Spartacus, après que ce dernier ait prononcé les paroles qu’on lui connaît avant son ultime bataille contre Crassus, au sujet de son cheval qu’il égorgea4. Une façon de montrer que l’histoire et ses forces les plus profondes reprennent leur droit, à ceci près que César perd la vue par l’action des enfants qu’il a cette fois décidé d’épargner. On ne peut dès lors qu’imaginer le changement ainsi provoqué dans la marche du monde occidental…

La République des esclaves est un album au scénario globalement honnête, qui explore un rameau possible du déroulement historique, mais sans prendre trop de risques. Comment en effet imaginer que treize années durant, Spartacus demeure en Sicile, sans chercher à partir pour un refuge plus sûr, ou sans préparer des opérations de harcèlement contre les Romains et des alliances contre eux ? De même, le dénouement de l’album semble tellement simple, Spartacus se révélant un chef de guerre si peu efficace, que l’on peine à croire que Rome ait attendu aussi longtemps pour intervenir. Enfin, on ne nous propose absolument aucun éclaircissement quant au fonctionnement concret de cette République des affranchis, l’intérêt des scénaristes se portant visiblement davantage sur l’aspect individuel de cette tragédie. Le personnage de Spartacus en ressort dès lors sans grand relief, simple incarnation de la liberté contre la soumission. Le dessin de Fafner se permet quelques clins d’œil à la série télévisée Spartacus, ainsi dans le personnage de Verrès, portrait conforme d’un notable de Capoue dans la série, ou dans celui de Crixus. Toutefois, si le choix de teintes majoritairement sombres va dans le sens du drame, le dessin des personnages ressemble régulièrement à des images de synthèse (comme celles de Final Fantasy), donnant un côté artificiel à ces portraits humains.

1Voir sur ce sujet mon article paru dans la revue électronique de Dissidences, « Les 1001 visages de Spartacus » : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2797

2Deux autres albums de cette série de bandes dessinées font l’objet d’analyses dans un article à paraître dans le volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

3Un épisode qui semble ignoré des scénaristes, puisqu’ils ne placent dans la bouche de Crassus, s’inquiétant de cette possible fuite, qu’une allusion aux « braises de la dernière guerre punique », pourtant nettement plus ancienne…

4De même, pour César, qui prononce son célèbre « Alea Jacta Est » non au moment de franchir le Rubicon, mais à la veille de la même bataille.

Benoît Abtey, Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. 2 – Tuez-les tous !, Paris, Glénat, 2016, 62 pages, 13,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tuez-les tous ! est la suite directe de La Fin des Romanov1, et peut-être l’épisode central d’une œuvre destinée à devenir, a minima, une trilogie. L’album commence donc avec la scène conclusive du premier tome, la famille Romanov étant sur le point d’être exécutée par les bolcheviques, et Volodia destiné à abattre celle qu’il aime, Anastasia.

Deus ex machina, ce sort funeste est déjoué par l’intervention d’agents des services secrets britanniques et allemands. La fuite, commencée à travers le Kazakhstan et l’Ukraine, se termine à Berlin, la famille impériale étant toute entière sauvée, en dépit des efforts successifs de Dzerjinski et de Staline en personne. Débute alors une autre aventure, impliquant Volodia et Anastasia, désormais mariés : tous deux doivent se rendre en Sibérie, afin de rencontrer l’amiral Koltchak et négocier l’échange de l’or russe en sa possession contre le tsar. L’Allemagne aura dès lors les moyens de s’acquitter des réparations fixées par le traité de Versailles, et les blancs disposeront du plus symbolique étendard qui soit. Mais victimes de la mise hors-jeu de leur avion, les deux amants se retrouvent contraints d’endosser l’uniforme soviétique afin de sauver leur vie.

Disons-le franchement, ce second épisode poursuit dans la veine totalement romanesque, pour ne pas dire franchement burlesque, du premier album. Car enfin, comment imaginer ce scénario totalement improbable que l’on découvre dès la page 9 ? Les autorités allemandes avaient peu d’intérêt à sauver la vie de Nicolas II (ainsi que l’explique Marc Ferro dans La Vérité sur la tragédie des Romanov2), quant au roi Georges, on sait désormais qu’il a tout fait pour ne pas accueillir le tsar dans son royaume. La real politik cède ici la place aux bons sentiments et aux solidarités familiales. Quant au cœur de l’intrigue du dernier tiers de l’album, elle ne repose là aussi que sur du sable : il est en effet inenvisageable pour Koltchak de remettre sur le trône un Nicolas II discrédité, qui plus est en cédant l’or russe en sa possession, moyen indispensable de financer les armées blanches. Les épisodes de la fuite de la famille impériale sont un moyen de développer les tendances sensibles dans La Fin des Romanov. Leur sauvetage3 par une famille paysanne montre que la population rurale ne soutient pas réellement les Rouges, toujours accusés de se complaire dans la violence gratuite et le sang4, et le seul espoir réside dans l’improbable synthèse imaginée par la princesse Maria : réussir à combiner la religion et l’écoute des besoins du peuple, de ses souffrances, telles que Marx avait su les exprimer (un Marx lu à l’aune révisionniste, puisque c’est la banque qui incarne l’ennemi). Nicolas II est d’autant plus désireux de réussir qu’il a appris de ses erreurs, est d’une générosité incontestable (son geste vis-à-vis de la famille l’ayant accueilli) et que la révolution ne tient finalement qu’à ses propres erreurs.

On se retrouve finalement assez proche de l’idéologie développée par Vladimir Volkoff et Jacqueline Dauxois dans leur roman uchronique Alexandra5. Les dessins suivent plus que jamais une trame extrêmement cinématographique, s’inspirant comme dans la bande-dessinée Taïga rouge du témoignage de Ferdynand Ossendowski dans Bêtes, hommes et dieux (cette belle planche, p. 58-59, d’un fleuve rougi par le sang des blancs, qui fait écho au début du premier album), mais ne suffisent pas à embellir une histoire qui méprise autant l’histoire6.

1Voir sa recension sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/6286

2Voir sa recension sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/5284

3Au sens propre et figuré, puisque ce sont eux qui parviennent, grâce à des remèdes traditionnels, à rétablir le tsarévitch blessé peu de temps auparavant. Ou comment le lien entre ce dernier et la Russie profonde (celle de Raspoutine) est ainsi renoué…

4L’image de Trotsky buvant un verre de vin rouge dans son train blindé page 42, alors qu’il vient de commander la destruction de l’avion non identifié de Volodia et Anastasia, évoque la parole fameuse du député Vergniaud à Marat, en pleine session de l’Assemblée législative : « Donnez-lui un bon verre de sang pour le rafraîchir ». Cette page permet également de faire justice d’une autre erreur : Lénine et Trotsky ne se tutoyaient pas, mais se vouvoyaient.

5Jacqueline Dauxois, Vladimir Volkoff, Alexandra, Paris, Albin Michel, 1994. Voir notre article à paraître dans le volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

6Dernier exemple, Nicolas II, captif en Allemagne, est gardé par un caporal nommé Adolf Hitler…

Wilfrid Lupano (scénario), Xavier Fourquemin (dessin), Anouk Bell (couleurs), Communardes ! Nous ne dirons rien de leurs femelles, Paris, Vents d’ouest, 2016, 58 pages, 14,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Wilfrid Lupano)

Nous ne dirons rien de leurs femelles, un titre repris d’une formule haineuse et méprisante d’Alexandre Dumas fils dirigée contre les communardes, est le troisième tome de cette série qui revisite la Commune de Paris au prisme d’un féminisme très contemporain. Après une enfant et ses rêves (Les Eléphants rouges) et une aristocrate étrangère aux visées internationalistes (L’Aristocrate fantôme1), Wilfrid Lupano a choisi de mettre l’accent, dans ce nouvel album, sur les divisions et contrastes sociaux du Paris du Second Empire.

Tout débute à la fin des années 1850, dans une famille noble. Eugénie, la fille de la maison, s’intéresse à des lectures subversives, lisant Proudhon, Bakounine ou Thoreau grâce à la complicité d’un libraire voisin, Édouard, dont elle tombe amoureuse. La seule personne à qui elle peut se confier, c’est Marie, une des domestiques de la famille. Mais le jour où l’on découvre qu’Eugénie est enceinte, et que son soupirant se fait éconduire par le père lors de sa demande en mariage, le tragique l’emporte. Eugénie est confiée contre son gré à un couvent, et Marie remerciée. L’intrigue bondit ensuite en pleine Commune de Paris, une véritable épiphanie pour Marie, que l’on peut mettre en parallèle avec les acquis progressistes de la Commune, qu’elle présente page 152. Devenue membre de l’Union des femmes, elle s’engage pleinement dans la lutte, retrouve Édouard avec qui elle décide de vivre en union libre, avant de se retrouver trahie. Elle retrouve également son ancienne maîtresse, Eugénie, devenue totalement folle, enfermée dans les sous-sols du couvent, après avoir été avortée de force. Il y a là une dimension fidèle à la Commune historique, marquée par une « explosion déchristianisatrice » (selon les mots de Jacques Rougerie). La Semaine sanglante, peinte ici sous des couleurs particulièrement cruelles (femmes et enfants sont des victimes privilégiés) se termine par l’arrestation de Marie, et le jugement qui suit est un des moments forts de la BD. En effet, choisissant de garder le silence, silence des morts, de tous ses camarades tombés, elle subit de plein fouet les accusations et les témoignages à charge, y compris ceux d’un médecin, Louis Bergeret, dont des propos authentiques sont reproduits. Parallèlement, les cases nous montrent la vérité des faits, la générosité et la solidarité de Marie : ou comment légende noire versaillaise et exaltation de l’héritage communard s’opposent.

Marie finit par être condamnée à la déportation en Nouvelle Calédonie, à l’instar de Louise Michel. Pour tous ceux qui ont précédemment lu les deux tomes antérieurs, ce troisième tome contient des clins d’œil sympathiques, puisqu’on retrouve Victorine et Elisabeth Dmitrieff sur les barricades de la Semaine sanglante ; Marie se place même dans la lignée de cette dernière, prête à tout pour lutter contre les Versaillais, les tenants de l’Ancien Régime et les bourgeois. Si Les Éléphants rouges et L’Aristocrate fantôme abordaient la Commune par la bande, celle des identités singulières, Marie fait davantage office de catalyseur, de ces anonymes désireux de secouer le monde pour en faire surgir un nouveau. La série « Communardes ! » confirme en tout cas que dans la littérature contemporaine française, généralement la plus populaire, la Commune fait un retour en force sous un jour très positif.

Cinq questions à… Wilfrid Lupano (entretien numérique réalisé le 1er juin 2016)

1 – D’où vous est venue l’idée de la série « Communardes ! » ? Pourquoi avoir fait le choix d’un dessinateur différent pour chacun des trois albums ?

Wilfrid Lupano : Je m’intéresse à la Commune de Paris depuis longtemps, et en tant que scénariste, j’étais confronté à un problème de taille, lorsqu’on désire aborder ce sujet : c’est un épisode très complexe et peu connu de l’histoire de France et des idées. Il y a une foule d’événements dans un temps narratif très court, et il n’y a quasiment aucun personnage central, car c’est un mouvement populaire qui se défendait d’avoir des « chefs ». Autant dire que c’est un peu mission impossible pour le scénariste, car tous les codes narratifs modernes vont à l’opposé de ça. Il me fallait donc un angle, et j’ai choisi celui des femmes, car il m’a semblé que c’était un des aspects les plus marquants de la Commune : au cœur d’un mouvement qui se voulait progressiste et à l’avant-garde, on voit à quel point, comme toujours, les femmes furent tenues à l’écart, et à quel point la question de la place des femmes reste le sujet central de tout projet sociétal. J’ai choisi de travailler avec plusieurs dessinateurs pour donner à chaque tome sa propre autonomie, sa propre tonalité. Ce n’est pas une série «  à suivre » traditionnelle, et chaque tome peut se lire individuellement. Je voulais pouvoir proposer des approches différentes pour rendre justice à la complexité des événements de la Commune. Le partenariat avec plusieurs dessinateurs permettait aussi de proposer des sorties rapides: nous avons publié trois albums en huit mois, ce qui est impossible avec un seul dessinateur, il nous aurait fallu trois ans.

2 – Comment s’est opéré le choix des trois personnages principaux ? Si le personnage d’Elisabeth Dmitrieff est romantique en diable, et authentique, il n’en est pas de même pour Victorine et Marie. Quelle documentation avez-vous d’ailleurs mis à profit ?

Wilfrid Lupano : Au départ, je pensais avoir uniquement recours à la fiction, pour respecter ce que je pensais avoir compris du combat des femmes pendant la Commune : il s’agissait de femmes anonymes, du peuple, qui fonctionnaient en comités, et il me paraissait artificiel de mettre en avant certaines d’entre elles plutôt que d’autres. Je me suis interdit de traiter de manière directe le personnage de Louise Michel, en particulier, qui a fini par devenir un peu l’incarnation charismatique des communardes. Ce qui m’intéressait, c’était les témoignages de femmes anonymes, les petites mains de la Commune. J’ai donc construit mes personnages de fiction sur la base de ces bribes de témoignages trouvés çà et là, dans les minutes des procès, dans les chroniques, etc. C’est ainsi que sont nés les personnages de Victorine, d’Octavie ou de Marie. Mais au cours de mes recherches, j’ai rencontré Élisabeth Dmitrieff ! Et j’ai succombé à son charme romanesque. Je ne pouvais pas ne pas lui consacrer un tome, tant son personnage incarnait à merveille ce souffle révolutionnaire, cet engagement total que je voulais essayer de raconter. J’ai eu bien du mal à me documenter, malgré tout, car l’histoire étant écrite par les hommes, ils se sont rarement embarrassés d’y raconter la place des femmes. Quelques livres m’ont été bien utiles, cependant : Les Pétroleuses, d’Édith Thomas, L’Histoire des femmes pendant la Commune de Paris de Gérard Dittmar, Le Journal de la Commune de Louise Michel, Elizabeth Dmitrieff, aristocrate et pétroleuse de Sylvie Braibant, Mes illusions et nos souffrances pendant le siège de Paris de Juliette Adam, Une histoire de la Commune de Prosper Lissagaray, naturellement, et pas mal d’autres. Beaucoup d’articles trouvés en ligne, également, en russe et en anglais, parfois. Un Dictionnaire des femmes de la Commune a été publié par les Amis et amies de la Commune de Paris juste au moment où je terminais mon écriture. Je ne m’en suis donc pas servi, mais c’est un super ouvrage, un beau travail de mémoire sur ces anonymes dont je parlais.

3 – Votre propos, dans les trois albums, est profondément politique, que ce soit dans la critique de l’antiféminisme de Proudhon, la réflexion autour de l’absence d’assaut contre la Banque de France, ou la répression versaillaise. Que représente pour vous la Commune ? En quoi a-t-elle une actualité dans les enjeux politiques d’aujourd’hui ?

Wilfrid Lupano : C’est un événement à mon sens très important de l’histoire de France, pour plusieurs raisons. D’abord, ce n’est pas une révolution : les communards ont été portés au pouvoir par des élections. Rapidement, ils amorcent un important processus de transformation de la société, avec des projets très audacieux : séparation de l’Église et de l’État, égalité des salaires entre les hommes et les femmes, reconnaissance de l’union libre, etc. C’est ce processus rapide, radical, qui effraye la société conservatrice de l’époque. Pour autant, les communards commettent des erreurs qui seront fatales à leur cause, et ces erreurs résonnent particulièrement aujourd’hui, à mon sens.

La première, c’est d’avoir assez largement laissé les femmes en marge du progrès social qu’ils appelaient de leurs vœux. De ce point de vue-là au moins, la majorité des communards étaient en accord avec les conservateurs : hors de question de s’embarrasser des bonnes femmes, qui n’entendent rien à la politique. On leur refusera même le droit de prendre part à la défense de la ville. La deuxième erreur, et non des moindres, est celle de la communication. Les communards partaient candidement du principe que leur action dans Paris aurait valeur d’exemple, et susciterait un enthousiasme et des actions similaires un peu partout en France et en Europe. Or cela n’est pas arrivé, ou très peu, pour une raison simple : la presse nationale était tenue par Versailles, et le portrait qui était fait des communards dans les journaux de province n’était pas de nature à soulever des foules : des soudards, des prostituées, des tueurs de curés ivres de violence… À cet égard, la Commune de Paris est l’une des premières batailles sociales perdues en grande partie sur le plan médiatique.

C’est intéressant de se pencher sur ce problème aujourd’hui, parce que beaucoup de mouvements d’ultragauche contemporains, méfiants, voire hostiles à l’égard des médias, comme les ZAD par exemple3, sont souvent victimes du même phénomène. En ne maîtrisant pas leur communication dans un monde profondément médiatique, ils laissent à d’autres le soin de dresser le portrait de leur action. Et ce portrait est souvent une trahison, une caricature. Les dégâts dans l’opinion sont considérables. Même chose pour la question épineuse du rôle de la Banque de France. Beaucoup de communards, soucieux de garder au mouvement son caractère démocratique, ont refusé de s’en prendre à la Banque de France, car ils considéraient que la Commune n’avait de mandat que pour Paris, et pas pour la nation. Mais dans le même temps, la Banque de France finançait la guerre que Versailles faisait à la Commune. Tragique paradoxe. Ce sont des mécanismes qu’on retrouve aujourd’hui, dans le sentiment de trahison à l’égard de l’État ou des institutions européennes, par exemple lorsqu’elles financent des industries indignes, polluantes et non créatrices d’emplois, au mépris des études et des volontés exprimées par les citoyens. N’oublions pas que la Commune de Paris fut réprimée de façon extrêmement sauvage par l’État. Adolphe Thiers a du faire monter des bataillons de province qui n’avaient pas d’attaches dans la capitale pour qu’ils acceptent d’aller massacrer les Parisiens, qui venaient pourtant de résister avec beaucoup de courage pendant plusieurs mois au siège des Prussiens.

Ce réflexe de défense immunitaire réactionnaire ressurgit très souvent de nos jours. Il suffit de se rappeler le « printemps arabe, » et Michèle Alliot Marie qui proposait à Ben Ali de le faire bénéficier du « savoir-faire » des brigades de CRS pour réprimer la révolte naissante [en Tunisie]. Les CRS français aidant les militaires tunisiens à maîtriser les jeunes Tunisiens en quête d’espoir, voilà quel était son projet politique du moment. Enfin, il faut garder à l’esprit que la Commune de Paris est à la racine de toutes les révolutions socialistes qui ont suivi. Lénine, durant les premiers temps de la révolution de 17 aurait un jour réuni ses officiers, et leur aurait déclaré : «  Messieurs, nous venons de tenir un jour de plus que la Commune de Paris! »4 C’est dire si l’épisode l’avait inspiré. De même, Che Guevara s’est inspiré de ses lectures sur la Commune de Paris pour organiser la prise des barricades des soldats de Batista lors de la prise de Santa Clara. Et il existe beaucoup d’autres exemples, qui nous emmènent jusqu’aux combattants kurdes du Rojava, qui tiennent aujourd’hui tête pratiquement seuls à Daech.

4 – Je reviens une fois encore sur le personnage d’Elisabeth Dmitrieff, véritablement fascinant. Est-ce exagéré de dire que vous en faites quasiment une proto-léniniste ? Dans sa représentation, on a également l’impression d’un croisement avec le western ou Lara Croft : à quoi pour vous répond cette hybridation ?

Wilfrid Lupano : C’est même Lénine qui en a fait une proto-léniniste, puisqu’il l’inclura dans les pré-révolutionnaires, ces personnages russes qui ont inspiré, à leur manière la révolution d’octobre. Mais Staline la fera disparaître des tablettes, quelques années plus tard, car Dmitrieff était d’origine noble, et Staline ne veut que des prérévolutionnaires prolétaires dans les livres d’histoire. L’historien qui a le plus travaillé sur le personnage de Dmitrieff a d’ailleurs fini au goulag. L’image qu’elle laisse, d’une « pistolera » un peu exaltée qui fait le coup de feu sur les barricades provient essentiellement des témoignages recueillis lors de son procès par contumace. Elle est vue sur diverses barricades, combattant ici, soignant là, exhortant les femmes au combat ailleurs… Et surtout, elle disparaît mystérieusement avant la fin des combats, ce qui contribue à sa légende. Cette hybridation, c’est tout simplement l’incursion de la femme dans le pré carré de l’homme depuis la nuit des temps : le combat armé. Elizabeth n’est ni la seule ni la première, mais elle en devient un peu le symbole. Elle est jeune, belle, féminine, fait chavirer les cœurs autour d’elle. Rappelons qu’à cette époque, la « science » explique aux femmes que s’adonner à la politique rend stérile, chauve (véridique!) et qu’une femme qui fait ce choix renonce tout simplement à son statut de femme. Louise Michel était d’ailleurs raillée à ce sujet : femme laide, à l’allure de mec, sans enfants… Elizabeth fait mentir tout ça. 

5 – La série « Communardes ! » doit-elle être considérée comme achevée, ou d’autres tomes sont-ils prévus ? Vos autres projets convoqueront-ils également histoire et politique ?

Wilfrid Lupano : Non, il y aura un quatrième et dernier tome. J’y travaille encore. Quant à mes autres projets, j’ai bien peur qu’ils soient tous de plus en plus politiques. Pas toujours historiques, mais politiques, c’est certain.

1Les deux albums ont été conjointement chroniqués sur le blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6738

2« La séparation de l’Église et de l’État, l’égalité des salaires, la démocratie directe, l’éducation laïque et gratuite… ».

3Note de Dissidences : Bien que nous pensions que les zadistes n’ont guère à voir avec les courants communistes de gauche antiléninistes se réclamant peu ou prou du « communisme de conseils », appelés communément « ultra gauches », nous respectons bien sûr les propos de Wilfrid Lupano. Pour une mise au point sur cette appellation, lire sur ce blog de Dissidences le billet « De l’ultra gauche et de sa (mé)connaissance », https://dissidences.hypotheses.org/3794#_ftnref12

4Note de Dissidences : Au sujet de cette anecdote, souvent citée (il est parfois ajouté que Lénine aurait esquisser un pas de danse dans la neige, au Kremlin), nous ne disposons, pour l’instant, d’aucune source vérifiable. Au demeurant, il semble étrange que Lénine s’adresse à ses camarades de parti (il ne peut évidemment avoir d’  « officiers ») en les appelant « Messieurs ».

Tristan Thil, Zoé Thouron, Florange, une lutte d’aujourd’hui, Paris, Dargaud, 2014, 186 pages, 17,95 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

On s’en souvient peut-être, au moment de la campagne présidentielle de 2012, le candidat socialiste François Hollande s’était rendu à Florange, cette usine de la sidérurgie rachetée quelques années plus tôt par l’entreprise indienne Mittal et menacée de fermeture. Le candidat avait alors promis qu’il ferait tout pour que le site ne ferme pas, que les deux derniers hauts fourneaux d’une Lorraine qui en avait compté plus d’une centaine au XXe siècle, ne cessent pas leur activité. Florange a finalement fermé. Néanmoins, les ouvriers ne se sont pas laissés faire et ont conduit une lutte de grande ampleur, faisant émerger un leader syndical, Édouard Martin, militant CFDT, porte-parole charismatique d’une communauté en lutte. Depuis, Édouard Martin s’est lancé en politique, au Parti socialiste, devenant en 2014 député européen.

Cette bande dessinée, tout en noir et blanc, raconte l’histoire de cette mobilisation chez Arcelor-Mittal qui avait défrayé la chronique sociale. Malheureusement, c’est plus comme monument funéraire – les dernières pages se déroulent d’ailleurs dans un cimetière, le narrateur ayant choisi de faire du décès de sa mère une allégorie de l’entreprise – que comme sommet du neuvième art que cet album peut être lu. S’il restitue avec fidélité et respect la lutte, ses difficultés et ses contradictions, le dessin de Zoé Thouron1 n’en est pas moins assez sommaire et naïf. La naïveté en matière d’expression artistique n’est d’ailleurs pas un obstacle, cela peut même être l’occasion d’une expression très personnelle, comme certains artistes ont pu le démontrer.

Mais ici, le trait s’apparente à l’ébauche d’une œuvre à venir. Au mieux peut-on créditer l’auteur, Tristan Thil, réalisateur par ailleurs de deux documentaires, Florange, dernier carré2 et Triche Industrielle3, d’appuyer son récit sur une documentation sans faille ainsi que sur un sens didactique appuyé (on songe notamment à l’explication des différentes phases de fonte de l’acier). Pourtant, certains pourraient penser que l’empathie pour les exploités ne saurait se dispenser les auteurs d’un travail graphique plus abouti, mieux léché.

1Zoé Thouron est la fille du dessinateur Lefred Thouron, qui publie dans de nombreux titres de la presse politique satirique (Le Canard enchaîné, Charlie Hebdo, CQFD, etc.). C’est son premier album.

2Tristan Thil, Florange dernier carré (Florange, l’acier trompé), film documentaire, 55 mn, produit par Citizen Films et Public Sénat, 2012-2013.

3Tristan Thil, Triche industrielle, film documentaire, 52 mn, produit par Citizen Films et Public Sénat, 2014.

Michèle Gazier, Bernard Ciccolini, La Passionaria, Paris, Naïve, collection « Grands destins de femmes », 2015, 85 pages, 18 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Dans une collection de bande dessinée consacrée à des femmes remarquables, il était tout à fait logique d’y trouver un volume consacré à la figure de la Pasionaria. Pour mémoire, rappelons que cette dirigeante du Parti communiste espagnol durant la guerre civile fut l’auteur du célèbre slogan « No Pasaran » (Ils ne passeront pas, les franquistes), devenu mot d’ordre du camp républicain. Ce livre est donc la version en bande dessinée de sa vie.

D’origine très populaire, Dolorès Ibarruri est la huitième enfant d’une famille de onze, dont le père est mineur dans le pays basque. Elle connaîtra le sort douloureux des jeunes femmes, dont le destin de bonne élève est brisé par la pauvreté. Alors qu’elle aspire à devenir institutrice, elle travaille comme couturière à l’adolescence, puis se révoltant, comme femme de ménage. En 1915, elle se marie à un mineur, également militant syndical. Durant la première guerre, d’importantes grèves se déroulent, aboutissant à l’emprisonnement de son mari. Les maternités se succèdent (six enfants, dont deux seuls survivront). Au début des années trente, elle accède à des responsabilités au sein du minuscule Parti communiste espagnole, élue à son comité central. Elle se sépare de son mari, qui ne supporte pas l’engagement de sa femme. Elle déménage alors pour Madrid où elle travaille au journal Mondo Obrero, le journal du Parti. Stalinienne de choc, elle effectue un premier voyage en 1933 en URSS. Lors du pronunciamiento du général Franco, elle intervient à la radio le 19 juillet 1936, où elle prononce le fameux discours qui se conclut par « No pasaran ». Elle devient immédiatement une des figures du combat républicain. Après l’effondrement militaire de la République, elle s’exile en URSS (son unique fils mourra au combat lors de la bataille de Stalingrad) où elle reste jusqu’à la chute de Franco. Elle est alors élue députée durant la transition démocratique. Elle meurt en décembre 1989.

Si sa vie illustre la tragédie du peuple espagnol durant le XXe siècle, le moins que l’on puisse dire est que le dessin de Bernard Ciccolini, manquant d’originalité dans la construction, n’est pas à la hauteur de son destin. Sur le fond politique, le scénario de Michèle Gazier1 (auteur, critique littéraire et traductrice de Manuel Vasquez Montalban) ne questionne guère l’engagement stalinien de la Pasionaria. De ce point de vue, cette histoire dessinée de la guerre d’Espagne au miroir d’une de ses figures (communistes) emblématiques participe d’une vision à la fois traditionnelle/orthodoxe et mythique. Le lecteur pourra compléter par la lecture de la caustique biographie de Manuel Vasquez Montalban, La Pasionaria et les sept nains (Seuil, 1998) et de l’article de Yannick Ripa2 sur la construction du mythe, justement.

1Michèle Gazier et Bernard Ciccolini ont déjà réalisé un précédent album, Virginia Woolf, en 2011, également chez Naive, dans la même collection.

2Yannick Ripa, « Le mythe de Dolorès Ibarruri », Clio, n° 5, 1997, « Guerres civiles », sur https://clio.revues.org/414

Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (couleurs), La Guerre des amants. 3 – Jaune Berlin, Grenoble, Glénat, 2015, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jaune Berlin – dont le choix de teinte s’explique par la volonté de compléter le spectre des trois couleurs primaires – conclut la trilogie entamée avec Rouge révolution1 et poursuivie dans Bleu Bauhaus2. Là où les deux premiers tomes se suivaient à quelques années d’intervalle seulement, Jaune Berlin se déroule vingt ans plus tard, en 1945. L’essentiel de l’intrigue suit Walter, cet idéaliste engagé au sein de l’armée des États-Unis, au sein du corps très particulier des « Monuments Men », récemment mis en lumière dans le film éponyme de George Clooney3. Comme ses camarades, il est donc chargé de protéger ou de retrouver les œuvres d’art, dont un bon nombre furent pillées par les dirigeants nazis. Il travaille d’abord dans ce but en France, puis dans l’Allemagne vaincue, désireux en particulier de mettre la main sur un chef d’œuvre d’Hubert et Jean van Eyck, L’Agneau mystique. Parallèlement, Natalia, ayant gravi les échelons au sein de l’Armée rouge, a été placée à la tête de la « Mission trophée », chargée par Staline de mettre la main sur le plus grand nombre d’œuvres d’art, en une forme de (très infime) dédommagement pour la saignée humaine et matérielle subie par l’URSS durant la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux itinéraires sont intercalés quelques retours en arrière, fort utiles pour découvrir le projet de musée envisagé par Hitler pour la ville de Linz (où il passa une partie de son enfance), dit Führermuseum, ou l’action résistante de Rose Valland4, qui collecta énormément d’informations sur les œuvres d’art confisquées par les nazis, permettant de retrouver la plupart d’entre-elles.

On l’aura compris, l’art est au centre de Jaune Berlin. Certes, c’était déjà le cas des précédents volets5, mais on assiste au fil de la trilogie à un affadissement du contexte politique au profit exclusif des considérations artistiques. Ici, la préférence va clairement aux Étatsuniens. Walter est le prototype de l’homme compréhensif et généreux (il protège et accepte sans difficulté la relation homosexuelle de Rose Valland, et sauve même sa maîtresse des tondeurs de la Libération), et sa mission consiste à rendre à leurs propriétaires, privés ou étatiques, les œuvres d’art subtilisées, là où les Soviétiques se saoulent sans complexe (p. 19) et témoignent d’un égoïsme national plus prononcé. Le principal regret, c’est de ne pas bénéficier d’éclairages substantiels sur les parcours de Walter et surtout Natalia de 1925 à 1945 : on aurait en particulier aimé apprendre comment cette dernière a réussi à traverser la Grande Terreur ou les débuts de la guerre avec l’Allemagne. En lieu et place, c’est la romance entre les deux personnages qui se conclut, sous la forme à la fois d’une désillusion, d’une impossibilité de retrouver le romantisme et la passion des origines (la mort de l’adolescente blonde, tué par Walter car elle dérobait un tableau de Rembrandt, symbolise la disparition de cette idylle de jeunesse6), mais également d’une réconciliation à travers l’art. Ce dernier est ainsi le seul capable d’exalter une beauté commune, tout spécialement les œuvres de Kandinsky, personnage transversal des trois tomes7 et dont le prénom est aussi celui du fils de Walter et Natalia.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

2Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4863

3Monuments Men, de George Clooney, avec George Clooney, Matt Damon, Bille Murray, Cate Blanchett, production États-Unis/Allemagne, couleur, 1h 59 mn, sortie en France le 12 mars 2014.

4Sur cette femme peu (ou pas assez) connue, lire ses mémoires : Rose Valland, Le Front de l’art, défense des collections françaises, Paris, Réunion des musées nationaux, 1997 (1ere édition Plon, 1961). Deux bandes dessinées retracent son parcours, toutes deux parues en 2009 : Catel [Catel Muller], Emmanuelle Polack, Claire Bouilhac, Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts, tome 1, Paris, Dupuy, 48 p., et Emmanuelle Polack, Emmanuel Cerisier, Rose Valland, l’espionne du musée du Jeu de Paume, Paris, Gulf Stream Éditeur, 93 p. Voir également le catalogue d’une exposition qui lui est consacrée sur http://www.chrd.lyon.fr/static/chrd/contenu/pdf/presse/e_DP_Rose_Valland.pdf

5A ce titre, il est dommage que Rouge révolution soit le seul album dénué de cahier critique, rédigé par des spécialistes de chaque question, tant le constructivisme ou la vitalité artistique de la Russie révolutionnaire auraient mérité des développements.

6Natalia dans une lettre à Walter, écrite en esperanto : « Nos espérances de jeunesse sont en cendres, comme les villes que nous traversons. » (p. 33).

7Le code utilisé par Natalia pour permettre à Walter de la retrouver dans un Berlin en ruines est une référence directe au constructivisme évoqué dans Rouge révolution. De même, la discussion finale entre Walter et Natalia permet cette réflexion : « Lui seul a pleinement réussi sa mission… Changer notre monde à grands coups de pinceau… » (p. 48).

Wilfrid Lupano, Anthony Jean, Communardes ! L’aristocrate fantôme, Wilfrid Lupano, Lucy Mazel, Communardes ! Les éléphants rouges, Grenoble, éditions Vent d’Ouest, 2015, 56 pages et 14, 50 € chaque album.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Et si on s’intéressait à la Commune de Paris par le biais de portraits de femmes qui y ont participé ? Telle est l’ambition de cet ensemble de bandes dessinées1, sous l’égide du scénariste confirmé Wilfrid Lupano, le dessin étant confié à chaque fois à un dessinateur (ou une dessinatrice) différent(e). Si l’ensemble de la série est à la hauteur des deux premiers volumes parus, le lecteur a toutes les raisons de se réjouir de cette initiative éditoriale. En effet, avec son style propre, chacun des deux illustrateurs remplit parfaitement son rôle de rendre compte de l’ambiance de cette Commune et du rôle que les femmes ont pu y jouer.

Dans L’aristocrate fantôme, c’est la figure de l’émissaire de Karl Marx, Élisabeth Dmitrieff qui est évoquée. Cette dernière, toute jeune aristocrate russe, devient l’organisatrice de la première structure féministe en Europe, l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés. Du fait de ses origines aisées, elle assoit rapidement son autorité sur cette association, dérangeant fortement les communards, peu habitués jusqu’alors à ce que leurs compagnes s’emparent elles aussi des affaires publiques. Après l’échec de la Commune, Élisabeth Dmitrieff parvient à fuir Paris et rentre dans sa Russie natale, y retrouvant son mari. Rompant avec tout engagement social, elle se remarie avec un aventurier qui fut rapidement condamné au bagne en Sibérie. Elle s’exile avec lui et y demeure durant deux décennies. Magnifiquement illustré (on songe notamment aux pages consacrées à la bataille dans Paris, dignes des plus grands récits en bande dessinée), ce premier ouvrage de la série est des plus recommandables.

Si les personnages de ce premier volume sont des personnages historiques réels, c’est l’option de la fiction qui a été retenu pour le second opus, Les éléphants rouges. L’illustration, d’une toute jeune graphiste, Lucy Mazel, est de la même qualité que pour l’Aristocrate fantôme. La Commune y est vue à travers les yeux d’une fillette, Victorine, qui fréquente assidûment le Jardin des Plantes, fascinée qu’elle est par Castor et Pollux, les deux éléphants. Alors que les animaux sauvages disparaissent au fur et à mesure que la faim grandit dans Paris assiégée, Victorine imagine un plan génial pour sauver la capitale. Comme Hannibal jadis, il s’agit d’utiliser les éléphants pour rompre l’encerclement de la Commune. On laissera le lecteur découvrir ce qu’il advient de ce plan démesuré, qui a germé dans le cerveau d’une fille de onze ans. Si le scénario se situe clairement du côté de l’imaginaire, il n’en reste pas moins que l’atmosphère, l’ambiance et l’environnent de la Commune sont parfaitement respectés, conférant une authenticité certaine à cet ouvrage. Grâce à son personnage, il permet en particulier d’offrir un point de vue, réel, mais relativement inédit, sur les conditions de vie de la population de la capitale (chauffage, nourriture, déplacement, place des enfants…).

Avec des scénarios tourbillonnants, sur fond d’une riche documentation, ces deux volumes font des Communardes des héroïnes. Belle réussite, à suivre donc.

1Plusieurs volumes sont prévus, le prochain, Nous ne dirons rien de leurs femelles est sorti en février 2016.

Jean-Pierre Pécau (scénario), Benoît Dellac (dessin), Morgann Tanco (couleurs), L’Homme de l’année 9. 1848. L’Homme qui publia le Manifeste du Parti communiste, Paris, Delcourt, collection « Série B », 2015, 58 pages, 14,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De la série de bande-dessinée « L’Homme de l’année », plusieurs titres émergent, en lien direct avec les thématiques qui intéressent Dissidences. Outre L’Homme de l’année 1871. L’un des héros de la Commune de Paris, déjà chroniqué sur notre blog1, on peut citer L’Homme de l’année 1967. L’homme qui tua Che Guevara, et ce tout nouveau titre, donc. La figure historique et haute en couleurs de Jean Lafitte, corsaire français au parcours assez incroyable (dont les mémoires, découverts au milieu du XXe siècle, sont mises en cause par une majorité d’historiens), bien plus que celle de Karl Marx, est au centre de son intrigue. C’est sur un élément de ces mémoires, justement, que Jean-Pierre Pécau s’appuie, ce qu’il reconnaît d’ailleurs explicitement : le financement de la publication du Manifeste du Parti communiste dans sa première édition par Jean Lafitte, grâce à l’argent amassé au fil de ses expéditions.

Cela nous vaut un album empli d’aventures2, et qui couvre toute la première moitié du XIXe siècle. Les événements de 1848 sont un fil rouge au sein duquel s’intercalent divers retours en arrière. Ces flash-back permettent de découvrir Lafitte et son équipage, prenant d’abordage des navires marchands (mais ne libérant pas pour autant les esclaves emprisonnés dans leurs cales), se faisant capturer au début du XIXe siècle par les Espagnols alors en guerre avec la France, nouant des liens d’amitié avec James Bowie (un des futurs combattants de Fort Alamo, en 1836 lors de la révolte des Texans contre le Mexique), prenant part à la guerre anglo-américaine de 1812, ou profitant de leur repère de Barataria, dans les bayous de Louisiane, véritable communauté libertaire. Cette vision de la piraterie semble être au moins en partie influencée par les travaux de Marcus Rediker3, même si aucune bibliographie ne figure à la fin de l’album.

Là où Jean-Pierre Pécau nous avait plutôt habitué à une certaine sympathie à l’égard des anarchistes, et une profonde défiance vis-à-vis des communistes – voir dans la série de BD uchroniques « Jour J » le diptyque Septembre rouge / Octobre noir –, il se révèle parfaitement objectif dans son portrait (assez bref, il est vrai) d’un Karl Marx encore en devenir4. Néanmoins, pour les besoins de son intrigue, il postule la présence de Marx à Paris au lendemain des événements de juin 1848, alors qu’à ce moment-là, il est en Allemagne, pour un an : ce n’est qu’en juin 1849 que de retour à Paris, il s’exile finalement de manière définitive pour le Royaume-Uni. La discussion entre Marx et Lafitte permet de replacer le coup de tonnerre du Manifeste communiste dans une longue lignée de luttes et de combats, et bien que le révolutionnaire allemand explique ici à Lafitte que le communisme est à venir, l’évocation par le corsaire de sa communauté utopique de Barataria, dans laquelle chacun est libre de son corps et où toutes les richesses sont partagées, peut être considérée comme un élément de réflexion qui réintroduit la notion de communisme primitif. Avec cette fiction dessinée, on assiste donc à la représentation d’une certaine vision du communisme, qui est extraite des conditions socio-économiques de son futur surgissement (la concentration industrielle et urbaine du prolétariat) afin d’en privilégier le côté utopique.

2Lafitte, qui aurait alors été âgé d’au moins soixante-dix ans en 1848, sait encore parfaitement se battre ! On situe généralement sa mort véritable dans la décennie 1820.

3Marcus Rediker, Pirates de tous les pays : l’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), Paris, Libertalia, 2008.

4Engels est par contre totalement passé sous silence, à l’exception de l’utilisation de son identité par Lafitte, à Paris, pour exfiltrer Marx.

Benoît Abtey (scénario), Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. La Fin des Romanov, Paris, Rue de Sèvres, 2015, 62 pages, 13,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Ces dernières années, la révolution russe semble en passe de devenir un sujet porteur pour ce secteur en expansion continue qu’est la bande dessinée. Après le second album de la série Mattéo. 1917-19181, la première partie de Taïga rouge2, le premier tome de La Guerre des amants3, l’uchronie de « Jour J » (Octobre noir)4 ou le diptyque du Baron fou5, voici donc le premier tome d’une nouvelle série, baptisée Kamarades (s’inspirant de la première lettre du mot communisme tel qu’il s’écrit en russe). En un peu moins d’une soixantaine de pages, le lecteur traverse les événements de Russie, de la veille du soulèvement de février 1917 jusqu’à l’exécution des Romanov en juillet 1918. Pour ce faire, les auteurs ont choisi de centrer leur intrigue sur trois personnages clefs. Le plus important de tous est assurément Volodia, soldat charismatique, qui représente d’une certaine manière les sentiments du peuple russe, une forme d’authenticité rêvée. Il est par ailleurs amoureux d’une jeune fille dont il ignore l’identité, et qui est en réalité Anastasia, une des filles de Nicolas II, qui avait choisi de se mêler à la foule des manifestants fin février 1917. Enfin, Staline représente les bolcheviques, autrement dit l’élément perturbateur de cette idylle, capable aussi bien de séquestrer Anastasia que de détruire la lettre qu’elle a écrite à Volodia.

L’album débute par un focus sur la situation pré-révolutionnaire dans les armées russes, avec la mise en scène d’exécutions de soldats agitateurs par leurs officiers, sous la forme de cases vues d’en haut, où le blanc de la neige (et de l’autocratie ?) est recouvert par le rouge du sang des condamnés (annonçant les torrents de sang à venir ?). D’abord symbole des foules de février, Volodia le mutin rallie ensuite Lénine et les bolcheviques. Refusant tout arrangement avec Kerenski, qui l’a sollicité, il est renvoyé sur le front, tombant sous le charme du général Kornilov avant de prendre part à la révolution d’octobre, puis de participer à la défense du nouveau pouvoir en affrontant les forces blanches dans le Caucase. C’est là qu’il se retourne contre ses camarades, mais racheté par Lénine, il est envoyé à Ekaterinbourg à l’été 1918…

Il est dès lors tentant de lire dans ce triangle narratif l’espoir torpillé par les bolcheviques d’une entente possible entre les masses populaires russes et leur souverain, l’idéal inabouti dans notre continuum d’une monarchie constitutionnelle et éclairée. Le problème, c’est qu’en plus d’être peu crédible, cette hypothèse se retrouve minée de l’intérieur par une prise de liberté étendue vis-à-vis de la réalité historique6. Ainsi, la famille impériale n’était pas à Petrograd lors des manifestations de février auxquelles Anastasia est censée s’être mêlée, Nicolas II étant au quartier-général militaire de Moghilev (Biélorussie), et son épouse et leurs enfants résident à Tsarskoïe Selo (aujourd’hui Pouchkine), à 25 km de distance de la capitale. En outre, faire de Nicolas II celui qui, sous l’influence d’Anastasia, dissout l’Okhrana, va à l’encontre de toute la politique réelle du tsar au cours de son règne. Kornilov n’a pas été tué par un tireur bolchevique isolé, mais par un éclat d’obus en tentant d’investir la ville d’Ekaterinodar (et non dans un village), et ce n’est qu’ensuite que les bolcheviques exhumèrent sa dépouille, afin de l’humilier et de la brûler, éléments effectivement repris dans la BD. Quant à l’exécution de la famille impériale, au-delà des débats quant à sa réalité, elle ne se déroula pas dans le jardin de la maison Ipatiev, mais dans son sous-sol.

Kamarades redonne également vie à la thèse d’un Staline agent de cette même Okhrana, thèse avancée par un historien étasunien, Roman Brackman, très largement controversée7, mais qui permet de souligner la duplicité et la perfidie des bolcheviques (la figure de Staline en un Raspoutine rouge, au-dessus des tours bulbeuses du Kremlin, sur la couverture de l’album, faisant ici office de symbole), qui se réduisent ici au trio Lénine-Trotsky-Staline (celui-ci étant pourtant loin en 1917 d’avoir la même stature que les deux premiers). Ces révolutionnaires sont en effet animés ici par la seule soif de pouvoir, de l’abdication de Nicolas II, visiblement obtenue par chantage, à la réactivation du mythe de Lénine agent allemand (il négocie explicitement son retour en Russie contre la future paix de Brest-Litovsk), en passant par l’organisation du sabotage des trains afin d’attiser le mécontentement du peuple à l’égard du gouvernement provisoire8

In fine, que retenir de cette fiction dessinée ? Le dessin de Mayalen Goust, un crayonné colorisé par des teintes franches et d’une variété limitée, se révèle d’une vraie beauté visuelle ; le choix de caractères informatiques pour les dialogues contraste d’ailleurs un peu trop avec cette dimension plus artisanale. Pour les scènes de combats, les cases abritent alors une frénésie d’action, un fouillis maîtrisé d’actions parallèles restituant avec vigueur l’énergie de ces moments, comme la mutinerie des soldats (p. 26) ; à l’inverse, la prise du palais d’hiver est directement inspirée des images de l’Octobre d’Eisenstein. La dimension proprement politique et prométhéenne de la révolution russe, elle, apparaît comme occultée, au profit d’une histoire romantique, tragique et complotiste, ce que devrait confirmer le second tome intitulé Tuez-les tous ! Peut-on rapprocher Kamarades du roman de Robert Littell, Requiem pour une révolution9, le personnage de Zander et celui de Volodia partageant bien des similitudes ? Si la fiction de Robert Littel emprunte également au registre romantique dans le déroulement de l’intrigue [mais quelle révolution ne comporte pas de passions romantiques ?], le background historique est heureusement bien mieux documenté. On peut aussi regretter qu’aucune bibliographie ne soit pour l’heure soumise à l’analyse des lecteurs de cette BD.

1Jean-Pierre Gibrat, Mattéo. Deuxième époque (1917-1918), Paris, Futuropolis, 2010.

2Armand Malherbe, Vincent Perriot, Taïga rouge, tome 1, Marcinelle (Belgique), Dupuis, 2008, histoire dans laquelle apparaît le baron Ungern von Ungern (le « Baron fou »).

3Voir la critique du premier tome sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

4Sur cette BD, voir mon article « La Grande pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 », à paraître dans Dissidences volume 16.

5Voir la chronique de ces albums, à paraître prochainement sur notre blog.

6On pourrait également citer d’autres détails secondaires erronés, ainsi du peintre Boris Koustodiev, chez qui Joseph et Volodia se rendent ensemble, mais qui est censé à l’époque être paraplégique, alors qu’il marche ici sur ses deux jambes sans aucune difficulté…

7Roman Brackman, Staline agent du tsar, Paris, L’Archipel, 2003. Un autre historien anglo-saxon, Simon Sebag Montefiore, que l’on ne peut guère soupçonner de complaisance envers le bolchevisme, a émis des doutes sévères sur cette thèse, qui plaît par contre au romancier Romain Slocombe (Avis à mon exécuteur, Laffont, 2014, p. 222-226, compte rendu à paraître prochainement sur ce blog).

8 On pourrait également citer l’opposition entre un Kornilov refusant le pillage des villages traversés, et un Sakhaline (général bolchevique) n’hésitant pas à bombarder les civils de ces mêmes villages (p. 51).

9Voir la chronique de ce roman, à paraître prochainement sur notre blog.