Archives de catégorie : Economie

Jérôme Baschet, Adieux au capitalisme. Autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, Paris, La Découverte, collection « La Découverte / Poche », 2016 (édition originale en 2014), 208 pages, 8,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est une forme de synthèse que propose l’historien engagé Jérôme Baschet, une synthèse d’un certain état de la pensée révolutionnaire en ce début de XXIe siècle. Chercheur de référence sur le Moyen Âge (citons en particulier La Civilisation féodale : de l’an mil à la colonisation de l’Amérique), il a également suivi de près l’insurrection et le mouvement zapatiste, dont il a d’ailleurs tiré plusieurs livres.

Son essai débute par un constat, celui d’un regain d’anticapitalisme sensible depuis 1995 et le début des années 2000. A cet égard, il remet en cause à la fois l’idée d’un effondrement inéluctable et objectif du capitalisme, tout comme la possibilité, illusoire à ses yeux, d’une réforme de l’intérieur du système. Son remplacement est donc à ses yeux une exigence avant tout rationnelle et éthique. C’est ce qui le conduit à dresser un tableau de l’état du capitalisme contemporain. Écartant toute éventualité d’une résurrection d’un ordre keynésien, il souligne les principales caractéristiques de ce stade néo-libéral : un État toujours actif, mais totalement soumis au marché ; un travail en mutation, mais toujours conditionné par les impératifs du profit ; une marchandisation accrue du monde, nécessaire pour trouver des débouchés à des capitaux en inflation permanente ; le développement de pathologies individuelles, symptôme d’un dérèglement des corps et des esprits ; enfin, et c’est à ses yeux un enjeu majeur, l’incapacité du capitalisme de surmonter la crise écologique et ses promesses de destruction.

Vient ensuite l’alternative possible, qui se décline en trois thèmes principaux. Il y a d’abord l’autonomie politique. S’inspirant essentiellement du mouvement zapatiste, Jérôme Baschet renoue avec une filiation libertaire, en mettant au cœur d’un nouveau système politique la commune. Les fonctions politiques y seraient assumées en rotation, sans rémunération, générant une plus grande lenteur des décisions, mais réduisant de la sorte l’écart entre représentant et représenté. Viendraient ensuite des assemblées sur des territoires plus étendues, en une pyramide de « conseils ». Le schéma est relativement classique, et ne peut s’entendre que sur une base sociale de coopération. Toute idée d’avant-garde dirigeante est de la sorte écartée, tout comme l’héritage léniniste. Suivant ce modèle à échelle réduite, il accorde priorité au local, en une forme d’humilité utopique, et estime que l’alternative sera plurielle, la modernité occidentale devant se croiser avec les apports des cultures traditionnelles. L’optique est ici décroissante, puisque la sphère productive devra faire l’objet de réductions drastiques (industries d’armement, publicité, banques et assurances, etc…), ce qui aura pour bénéfice de réduire et les dépenses énergétiques, et le temps de travail (l’auteur l’évalue à une fourchette comprise entre 20 et 30h hebdomadaires).

S’inspirant davantage d’Ivan Illich que de Karl Marx, Jérôme Baschet prône également une dé-spécialisation des individus, leur permettant une plus grande diversité des activités, avec quelques exceptions (la santé plus que l’école, par exemple). La fin de la valeur, cardinale dans le capitalisme, entraînera donc à ses yeux la fin du productivisme. Enfin, et cela rejoint cette pluralité des possibles, l’universalisme doit se métamorphoser, unifiant le meilleur de celui des Lumières avec l’inspiration des indigènes d’Amérique latine en particulier, ce qu’il résume dans la notion de « bien vivre » (c’est-à-dire en solidarité et en respectant un équilibre avec la nature). Pour cette désoccidentalisation de l’universalisme, qui ressemble fort à ce que défendait Jack Goody dans Le Vol de l’histoire1, Jérôme Baschet, comme tout au long de son essai, cherche à rester nuancé et prudent2 ; néanmoins, son principe d’un universalisme en construction, respectant la diversité des cultures, nous semble en retrait par rapport aux valeurs classiques d’émancipation. On lui préférera sa critique sans concession de l’idée de nature humaine, très inspirée de celle de Marshall Sahlins (La Nature humaine : une illusion occidentale), qu’il associe à l’affirmation et donc à la pérennisation du capitalisme.

La dernière partie de la réflexion porte sur une dimension cruciale, celle des moyens permettant de faire advenir ces propositions d’alternative. Dans son souci de synthèse par dépassement, Jérôme Baschet souhaite transcender les deux scénarios que sont la prise du pouvoir d’État, ou « Grand Soir »3, et la construction de foyers de résistance au quotidien, censés essaimer peu à peu et faire racornir de l’intérieur le capitalisme. Il défend ainsi à la fois les actions modestes (moins consommer, moins travailler, développer la coopération et la critique) et la nécessité d’actions collectives de plus grande envergure, réactivant principalement l’idée de grève générale par en bas. Mais cette hypothèse demeure, comme chez Eric Hazan4, trop floue, trop vague, se terminant qui plus est par l’espoir d’une aide dans ce combat contre le capitalisme de la « Terre-Mère » elle-même…

En l’état, Adieux au capitalisme capture bon nombre d’idées ayant une audience certaine dans les rangs des extrême gauches révolutionnaires actuelles, tout en incarnant également leur caractère incomplet, d’autant que l’analyse de la réalité contemporaine fait silence sur les considérations géopolitiques, par exemple.

1Voir sa recension sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/2656

2« De fait, l’effort pour construire un universalisme concret chemine sur une ligne de crête étroite, entre une homogénéisation destructrice de la diversité et des particularismes essentialisants. » (p. 134).

3A cet égard, il commet une erreur majeure à la page 155, en considérant que c’est là un scénario qui intervient lorsque la situation est jugée objectivement mûre, ce qui tendrait à conduire à une attente sans fin et une acceptation subséquente du présent. Or, l’exemple symbolique qu’il cite, celui de la prise du palais d’hiver (à Petrograd, en octobre 1917), est l’exemple même d’une volonté de briser la temporalité linéaire, de ne pas respecter le déroulement censément objectif de l’évolution – tel que les mencheviques le défendaient, par exemple – en privilégiant une vision mondiale.

4Voir son essai La Dynamique de la révolte, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6135

Jonathan Crary, 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil (24/7. Late Capitalisme and the Ends of Sleep), Paris, La Découverte, collection « Poche », 2016 (2013 pour l’édition originale, 2014 pour la première édition française), 144 pages, 8 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un essai stimulant autant qu’exigeant que Jonathan Crary, spécialiste d’art moderne – qu’il enseigne à l’université Columbia de New York – livre ici, à partir de diverses conférences rassemblées et homogénéisées. Ce caractère composite se ressent à la lecture, tant les différents chapitres peuvent parfois apparaître radicalement différents dans leur angle d’approche.

Le premier chapitre pose les bases du sujet, au fil d’exemples divers, que l’on aurait aimé voir davantage approfondis. L’idée centrale, c’est la mise en conformité du sujet humain avec les rythmes actuels du capitalisme, fonctionnant en continu, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Sont ainsi évoqués les recherches de l’armée étatsunienne sur la possibilité d’agir sur le métabolisme des soldats afin de leur permettre un éveil augmenté sur plusieurs jours ; la privation de sommeil pratiquée sur les prisonniers de Guantanamo depuis l’offensive contre le terrorisme de ce début de XXIe siècle ; la baisse du temps de sommeil moyen constatée depuis le début du XXe siècle ; le passage du mode marche/arrêt des appareils au mode veille, ou encore l’éclairage continu des espaces urbains en lien avec le développement du commerce.

Jonathan Crary part de ces constats plutôt disparates pour aborder, dans les deuxième et troisième chapitres, des considérations plus théoriques touchant l’évolution du capitalisme et des technologies qui y sont directement liées. Selon lui, le temps dans lequel nous vivons est désormais un temps immobile, fixe, aux apparences d’éternité idéale, dénué de tout engagement contestataire1. Davantage que cette réflexion, trop réductrice à nos yeux – mieux vaudrait envisager une combinaison de temps emmêlés surplombée par l’absence/le rejet de toute alternative –, Jonathan Crary nous paraît toucher plus juste lorsqu’il replace cette évolution actuelle dans le déroulement du procès de modernité. Il présente en effet cette dernière comme s’étant efforcée de dévaloriser le sommeil au profit d’un temps de conscience et d’action, l’extension de l’éclairage des villes s’inscrivant parfaitement dans cette évolution.

Dans cette analyse de la modernité, Jonathan Crary ne pose pas suffisamment la question d’une ou de plusieurs modernités alternatives à celle portée par le capitalisme, et ce alors qu’il défend clairement une perspective d’émancipation fortement imprégnée de marxisme.

Dans ce stade du capitalisme qualifié souvent de néo-libéral, l’auteur insiste sur la mise en cause du progrès supposé incarné par les changements technologiques, particulièrement ceux du numérique, « (…) systèmes de management et de contrôle des êtres humains. » (p. 48). Il relativise donc leur nouveauté, et surtout évacue leur pseudo potentiel révolutionnaire. Au contraire, Jonathan Crary voit dans ces nouvelles technologies de l’information et de la communication, dans la mise en place de cette « vie électronique », pour reprendre le jargon dominant, un moyen d’effacement de la différence entre temps de travail et temps de loisir, jour et nuit, activité et sommeil.

Autant d’éléments générant une réification et une aliénation croissantes et brisant la vie quotidienne2, longtemps irréductible au processus de modernisation, puis grignotée peu à peu au cours de la seconde moitié du XXe siècle, avec la télévision comme étape capitale en tant que moyen disciplinaire par excellence (Jonathan Crary est nourri des analyses de Michel Foucault). Avec l’Internet et les entreprises qui le contrôlent, qui le gèrent, en effet, l’anonymat de la vie quotidienne disparaît, tout comme le temps réellement libre, et l’individu devient totalement privatisé, fuyant le monde réel et ses enjeux : « En ce sens, ces machines participent de stratégies de pouvoir plus vastes dont le but est moins de tromper les masses que de les neutraliser ou les désactiver en les dépossédant de leur temps. » (p. 100). Une dépossession qu’il relie également avec la destruction contemporaine des protections sociales, et avec la contre-révolution culturelle plus vaste visant à déconsidérer toute forme de vie collective, et par là tout germe de contestation sociale telle qu’elle a éclose dans les années 1960.

Le quatrième et dernier chapitre de l’essai débute par quelques analyses cinématographiques, pour déboucher sur une critique de Freud, renvoyant le rêve au désir individuel et à un passé survivant malgré tout à la modernité, et sur l’éloge complémentaire d’André Breton et de son rêve positif. Le sommeil est ainsi selon Jonathan Crary la « (…) seule barrière qui reste (…) » (p. 86) face à un capitalisme tout-puissant, et le possible point d’appui d’une résistance, voire d’une reconquête qu’il reste à définir.

1« Un monde sans ombre, illuminé 24/7, amputé de l’altérité qui constitue le moteur du changement historique, tel est l’ultime mirage de la posthistoire. » (p. 19).

2Entendu comme « (…) ce qui était laissé de côté, ou ce qui persistait face à la modernisation économique et à la subdivision croissante de l’activité sociale. Le quotidien était la constellation vague des espaces et des temps en dehors de ce qui était organisé et institutionnalisé autour du travail, de la conformité et du consumérisme. » (p. 82).

Christophe Lucand, Le vin et la guerre. Comment les nazis ont fait main basse sur le vignoble français, Paris, Armand Colin, 2017, 448 pages, 24 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli (suivi d’un entretien avec Christophe Lucand)

Il est certains auteurs que Dissidences suit depuis plusieurs années pour leurs travaux, à l’instar de Georges Vidal ou de Julien Chuzeville par exemple. Il en est un, dans un tout autre domaine, en passe de le devenir : Christophe Lucand. Après Le pinard des poilus1, cet historien du vin revient avec un volumineux ouvrage, cette fois sur la Seconde Guerre mondiale. Mais qu’on ne s’y trompe pas, son vin et la guerre est l’antithèse de La guerre et le vin de Donald et Petie Kladstrup2. En effet, Christophe Lucand n’est pas l’homme des hagiographies. Dans le monde feutré du vin il fait plutôt figure de « poil à gratter ». Loin de la légende dorée selon laquelle les vignerons auraient caché leurs meilleures bouteilles aux Allemands pour mieux leur revendre de la « piquette », l’histoire qu’il nous livre ici – archives publiques, économiques, judiciaires, institutionnelles et privées à l’appui – est bien moins glorieuse.

A travers le cas des vignobles français (colonies comprises), c’est à un pan entier du pillage économique de la France par les nazis que l’auteur s’attelle à décrire. En effet, symbole de l’ennemi vaincu, le vin devient sous l’Occupation un bien précieux, donc très convoité. Il est impossible de faire ici l’énumération du nombre d’expéditions d’hectolitres de vin et autres alcools envoyés en Allemagne et des sommes véritablement astronomiques dévoilées dans l’ouvrage et qui suffisent à eux seuls à démentir la thèse d’une résistance vigneronne.

Car le plus intéressant dans ce livre réside dans l’étude du dispositif de captation mis en place par les nazis. En effet, à peine la victoire acquise et la mise sous tutelle de l’ensemble de l’économie française au service de l’effort de guerre du Reich, le vin fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des Allemands.

Après l’effervescence des ventes en dehors de tout contrôle et dans la confusion la plus totale de l’été 1940, le Reich procède à la nomination de « Weinfuhrer » chargés, dans chaque grande région viticole, d’organiser le marché afin de faire parvenir le précieux breuvage aux populations et armées allemandes par le biais de campagnes de prélèvement. Mais que l’on ne s’y trompe pas, ces prélèvements ne s’apparentent pas à des réquisitions, ils relèvent plutôt d’appels d’offre et force est de constater que les offres ne manquent pas, qu’elles proviennent de négociants ou de vignerons, dont certains se tailleront la part du lion. Pourtant parallèlement à ce marché administré, se développe de manière exponentielle un marché noir alimenté par toutes sortes d’officines allemandes ou françaises au service de la Gestapo, de la Wehrmarcht, de la Luftwaffe, de la Kriegsmarine ou d’organisations collaborationnistes. Là encore, les acheteurs paient mieux que bien, d’autant qu’avec la guerre et les pénuries de produits essentiels à la viticulture ou à la vinification (souffre, cuir, sucre pour le champagne), les vendanges de l’Occupation sont mauvaises, la production connaît une baisse de l’ordre de 25 à 30% et les prix s’envolent.

A ces appétits voraces s’ajoute celui, pour le moins ambigu, de Vichy. Et il est particulièrement instructif de voir comment l’État français tente de faire valoir les intérêts du Ravitaillement civil français face aux exigences militaires allemandes. Réglementations et déréglementations, taxes à l’exportation, sont autant de tentatives tous azimuts pour éviter le pillage de la production agricole la plus emblématique du « terroir national », en vain. Car les vendeurs utiliseront toutes les failles du système ou s’en exempteront purement et simplement pour continuer à accroître leurs profits et poursuivre leur collaboration économique avec leurs partenaires d’outre-Rhin (accroissement du nombre des appellations d’origine contrôlées pour échapper aux réquisitions, disparition des champagnes de catégories inférieures au profit des « grands choix », acquisitions de licences de commerce à Monaco ou en Alsace Lorraine etc…). Au final, après la crise des années 30, ces quatre années de guerre auront été pour le monde du vin hexagonal une période d’enrichissement qui dépasse l’entendement3, alors que la majeure partie de la population française a souffert des pénuries, du rationnement et d’un appauvrissement généralisé. Et si l’épuration fera quelques exemples avec les vendeurs les plus compromis ou les collaborateurs assumés, la plupart parviendront à échapper soit à la justice (on trouve beaucoup de « résistants de septembre » dans les vignes), soit aux peines qui leur auront été initialement infligées.

En dehors de l’évocation de la théorie synarchique des élites économiques françaises sur laquelle nous demeurons circonspects – sans remettre pour autant en question l’attrait incontestable des régimes allemand et italien sur les acteurs de la banque et de l’industrie – nous aurions aimé en savoir un peu plus sur la Résistance et le vin. Évoquée (trop) brièvement dans le dernier chapitre et surtout notre curiosité éveillée par la présence dans le livret-photos d’un bon de réquisition des FFI/FTPF du Beaujolais, il y a là certainement une piste de recherche à explorer pour l’avenir.

En somme, Christophe Lucand nous livre une nouvelle fois une « histoire inattendue »4, à l’écart des sentiers battus. Et si à la lecture de certains comportements dominés par la cupidité, on peut avoir un léger goût d’astringence au palais, on ne peut qu’attendre avec impatience le prochain millésime de l’auteur.

« Cinq questions à … Christophe Lucand » 

(entretien téléphonique le 28 février 2017, suivi d’un échange électronique à la même date et le 25 mars 2017)

1- Après Le pinard des poilus, c’est le deuxième ouvrage que vous consacrez au vin pendant la guerre. Pourquoi cet intérêt ?

Ce sont mes recherches sur l’histoire politique des mondes de la vigne et du vin qui m’ont amené à devoir réfléchir sur l’impact des deux guerres mondiales. Le vin, produit en apparence anodin, était jusqu’alors enfermé dans une histoire folklorique, portée par des représentations simplistes qui ne permettaient ni d’appréhender son rôle dans ces moments de tensions extrêmes, ni de concevoir en retour le poids des deux conflits dans la reconfiguration du paysage vitivinicole français. Le désintérêt des historiens pour ce produit me semblait d’autant plus surprenant que les deux guerres mondiales l’ont consacré comme un support majeur de l’effort de guerre durant le premier conflit mondial et un butin de choix, hautement convoité, pour les autorités nazies durant l’Occupation.

Le vin constituait donc pour moi une entrée très singulière afin de s’approprier une nouvelle compréhension des deux conflits au moment où la France s’impose, et de loin, comme la première puissance vitivinicole du monde. Elle est alors encore le premier pays producteur, consommateur, exportateur et importateur de la planète, employant près de 7 millions d’actifs directement ou indirectement dans le seul secteur vitivinicole.

2- Est-ce pour répondre à Don et Pitie Kladstrup que vous avez écrit Le vin et la guerre ?

Il s’agissait surtout de répondre à une étrange absence, celle de l’histoire d’un produit incontournable dans l’économie française durant l’Occupation, et qui n’avait jamais fait l’objet d’un travail scientifique réalisé à partir du croisement d’archives et de sources pourtant très abondantes. Le seul ouvrage de référence (La guerre et le vin, Perrin, 2002) était en effet celui écrit par deux journalistes américains, Don et Pitie Kladstrup, qui relatent leur itinérance, de vignoble en vignoble, à la rencontre de professionnels du vin. Loin d’être inintéressant, le livre relève du « mythe de la Grande Vadrouille », exposant, non sans une certaine naïveté, de nombreuses anecdotes à propos de supposées actions courageuses menées par ceux qui ont osé s’opposer au pillage des vins français par les nazis. Cette histoire « résistantialiste » très complaisante propose l’image de vignerons français toujours intrépides et astucieux face à des occupants allemands globalement présentés comme assez crédules. Il fallait à mon sens rétablir une part de vérité en corrigeant cette « belle histoire » entretenue et entendue par tous, par l’étude minutieuse de sources demeurées jusqu’alors inexplorées.

3- La liste des archives dépouillées est impressionnante mais comment avez-vous réussi à obtenir celles, privées, des Maisons qui prenaient un risque en vous laissant fouiller sur cette période ?

Le sujet couvre en effet une grande variété de sources, dont en premier lieu une masse d’archives publiques dont les conditions d’accès demeurent aujourd’hui toujours très problématique. Concernant ces sources, et au-delà des autorisations parfois très difficiles à obtenir, il faut souligner le caractère très préjudiciable de l’absence de classement de fonds entiers couvrant, par exemple, les archives judiciaires. On pourra utilement s’interroger sur les raisons qui expliquent pourquoi certains fonds essentiels détenus par les Archives nationales ne sont toujours pas inventoriés aujourd’hui, et sont donc rendus presque inaccessibles, plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En ce qui concerne les archives privées, leur accès n’a pas été plus contraignant mais il suppose un long travail d’approches et de recommandations qui suscite parfois beaucoup de méfiance, voire d’hostilité. Mon choix a été celui de la transparence. Je n’ai anonymé aucun nom d’individu, ni aucun nom de domaine ou de Maison. Il a fallu patiemment convaincre et surmonter les absences et disparitions d’archives, toujours assez fréquentes sur cette période, qu’il s’agisse d’archives privées ou d’archives publiques. De nombreux fonds ont disparu dès la Libération, après un travail d’élimination systématique de documents susceptibles d’atteindre des personnes ou des intérêts. Ces archives « disparues » sont celles qui ont été retirées, ont été volées ou accidentellement détruites, souvent à la suite d’incendies. Parallèlement, de nombreuses archives de correspondance ou de comptabilité d’établissements de commerce ont été codées ou cryptées afin de rendre leur compréhension impossible. Ce travail de dissimulation témoigne de l’enjeu des questions soulevées par ce sujet.

4- Justement, comment expliquer que la mainmise allemande sur le vin français ait été aussi efficace ?

Dans la plupart des vignobles renommés, le monde du commerce des vins était très lié aux grands circuits marchands européens et à leurs acteurs allemands au moment où éclate la guerre. De nombreux négociants en vins, champenois, bordelais ou bourguignons, notamment, établissaient des liens très forts avec leurs homologues du Reich, et cela depuis parfois plusieurs générations. Liés par des intérêts souvent communs, ils formaient un monde marchand cohérent et soucieux de sa prospérité.

Le choix des individus désignés par la Chancellerie de Berlin pour représenter les Délégués officiels pour l’achat des vins destinés au Reich à partir de l’été 1940 ne surprend donc personne. Ces personnages, piliers de la politique de captation des productions vitivinicoles françaises, sont très connus dans leur vignoble respectif. Ils ont souvent tissé des liens confraternels très amicaux avec les négociants et récoltants français. Cette situation explique pourquoi la collaboration économique la plus active s’est imposée avec facilité, sans résistance marquante, dans un contexte où chacun des acteurs y trouvait son intérêt par la fourniture de la main-d’œuvre, des denrées et produits nécessaires à la poursuite de leurs activités, et par l’essor parfois extraordinaires de leurs bénéfices. Une mince frange de personnages, toujours très minoritaires, ont dépassé ce rôle en recherchant des profits plus importants encore et en adhérant parfois clairement et ouvertement aux valeurs nazies.

5- Vous parlez principalement de la Collaboration mais quid de la Résistance et du vin ? Se pourrait-il que cela fasse l’objet d’un prochain ouvrage ?

La quasi-totalité des professionnels, négociants et récoltants, ont participé à un commerce actif et prospère avec le Reich, au détriment de l’intérêt national. La place de ceux qui ont « résisté » est donc très limitée car il était difficilement envisageable de maintenir une activité marchande sans avoir recours aux seuls acheteurs d’envergure durant cette période. Pourtant, chaque vignoble rassemble bien quelques individus qui, souvent isolés, ont cherché à limiter leurs prélèvements voire, pour quelques-uns, à s’engager dans des actes de résistance face à l’envahisseur. Il serait cependant difficile de tirer de ces actions courageuses un ouvrage complet susceptible de nuancer l’incroyable cupidité qui s’est emparée des esprits pour alimenter une collaboration économique largement dominante.

1 Chroniqué dans Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6386

2 Donald et Petie Kladstrup, La guerre et le vin. Comment les vignerons français ont sauvé leurs trésors des nazis, Paris, Perrin, 2002.

3 Un seul exemple (p. 377) mais le livre en contient des dizaines d’autres : une vieille maison d’Armagnac du Gers voit son chiffre d’affaire passer de 500 000 francs en 1939 à plus de 100 millions en 1942 …

4 Claudine et Serge Wolikow, Champagne ! Histoire inattendue, Paris, Éditions de l’Atelier, 2012.

Ėric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Montreuil, éditions L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 304 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est à une forme de synthèse de ses travaux antérieurs sur la nouvelle société numérique qu’Eric Sadin nous invite, aussi bien La Société de l’anticipation que L’Humanité augmentée1 ou La Vie algorithmique. Ou comment embrasser l’ensemble des profondes mutations induites par le basculement technologique informatique, afin de porter sur elles un regard critique trop souvent marginalisé. Son objectif clairement affirmé est de faire pencher l’alternative, tant que c’est encore possible (à l’horizon de la prochaine décennie, selon lui), en faveur de la démocratie et de la dignité humaine, contre un « progrès » présenté comme inéluctable.

Pour débuter son essai, il choisit de retracer l’histoire de San Francisco et de la Silicon Valley, vortex de l’évolution abordée dans sa globalité. Symbole dans les années 1960 de l’utopie en actes, la métropole californienne voit par la suite certains des acteurs de cette « contre-culture » reprendre son esprit utopique, mais dans une optique plus individualiste, celle de l’informatique personnelle. Il y a là un hiatus avec la première Silicon Valley, née dans les années 1930 et 1940, dans une optique technologique et militaire, axée sur une rationalité utilitariste. La seconde Silicon Valley, fille des années 60, se pense donc émancipatrice, axée sur la liberté et l’horizontalité ; « Conception qui fait écho aux écrits d’Herbert Marcuse, de l’historien des techniques Lewis Mumford, de l’économiste Ernst Schumacher, de l’éco-libertaire Murray Bookchin ou de Guy Debord. » (p. 54), mais prend forme par la volonté de figures d’entrepreneurs autoritaires… Une nouvelle étape intervient au cours des années 1990, avec la généralisation de l’Internet, encouragée par la volonté politique de la présidence Clinton / Gore. Progressivement, l’utilitarisme culturel des origines devient strictement économique, le but principal étant de connaître au mieux les comportements des consommateurs, via les bases de données et les applications.

Il y aurait donc là, dans tous ces changements, l’émergence d’un stade nouveau du capitalisme, désormais mué en « technolibéralisme », capable de repousser les frontières du profit. Car les progrès de la numérisation des objets et de la collecte / traitement des données permettent de guider comme jamais auparavant les achats, en proposant des besoins personnalisés, mettant à mal la marge de liberté des individus. Cette vision se veut également morale, prétendant travailler à rendre le monde meilleur2 grâce aux technologies nouvelles, réactivant ainsi un positivisme industriel mis à mal dans la seconde moitié du XXe siècle, et pouvant aller jusqu’à une forme de messianisme : pour Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, les problèmes du monde peuvent simplement se résoudre grâce à une communication plus large entre les individus et donc une connexion généralisée aux réseaux sociaux. Il y aurait là, selon Eric Sadin, à la fois matérialisation d’un « technolibertarisme » (ce que l’on peut contester, tant la liberté individuelle est mise à mal par les machines) et d’un « totalitarisme soft ». L’exemple qu’il prend d’un management algorithmique devenant dès lors invisible et surtout inatteignable, court-circuitant la logique démocratique d’affrontement social, s’avère à cet égard relativement pertinent.

De même, le rappel qu’il effectue d’une hiérarchisation de ce nouveau modèle économique, où derrière la façade souriante de start-up innovantes (employés habillés sans contrainte, travaillant au soleil), sont dissimulés les travailleurs des usines de produits numériques ou les « individus-prestataires », dénudés de tous les acquis sociaux antérieurs (la fameuse « uberisation »), est extrêmement utile. Toute une partie de son essai est consacré à la dimension pathologique de la numérisation croissante de nos existences. Et là, la focale choisie semble excessivement large. Est-il en effet nécessaire d’évoquer des pathologies en évoquant la technophilie des patrons de l’Internet ou les idées, certes délirantes, du transhumanisme ? Par contre, le constat d’un être contemporain de plus en plus tiraillé entre sentiment de toute puissance généré par les appareils interactifs et dépossession de soi-même et du sensible nous apparaît nettement plus fructueux pour l’analyse. Et le mouvement semble irrésistible, ainsi que l’indique d’ailleurs le sous-titre du livre, d’autant que les entreprises pionnières bénéficient de la complicité des États ; l’exemple de la France, où une loi récente, « pour une République numérique » (sic), autorise l’exploitation des données personnelles à des fins économiques, et où un Conseil national du numérique, instance de consultation sur ces questions, est composé aux deux tiers d’acteurs des entreprises de l’Internet, s’avère assez frappant.

Face à ce basculement du monde capitaliste, de quelle marge de manœuvre disposons-nous ? Eric Sadin avance quelques pistes, qui demeurent malgré tout limitées, constituant d’une certaine manière un premier pas, pourtant. Toutefois, le refus d’acheter ou d’être équipé d’objets connectés ne pourra s’exercer qu’un temps probablement limité, avant que tous les objets vendus ne soient effectivement connectés3. De même, sa revendication d’une formation plus poussée des ingénieurs à l’esprit critique ne pourra probablement s’appliquer sans mobilisations collectives d’ampleur, et donc sans relance d’un projet d’émancipation à vaste échelle, d’une réactivation sous une forme ou une autre d’un universalisme puissamment révolutionnaire.

1Voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3825

2Où l’on retrouve ce retournement du sens de certains termes, initialement marqueurs d’émancipation collective, ainsi de rebelle ou de mutin…

3C’est le même principe qui a présidé au remplacement des téléviseurs cathodiques par les écrans plats, pourtant plus polluants que les premiers.

Julien Brygo, Olivier Cyran, Boulots de merde ! Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2016, 280 pages, 18,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est à une enquête dérangeante que se sont livrés les deux journalistes Julien Brygo et Olivier Cyran, à contre-courant de la vulgate économique dominante, selon laquelle toute activité est utile, à partir du moment où elle est créatrice d’emploi. Le cœur de leur sujet porte sur les « boulots de merde », c’est-à-dire, traduit du langage familier, des emplois aux conditions particulièrement médiocres, concernant aussi bien la rémunération, les horaires imposés, le poids de la hiérarchie, etc… Clairement, il y a de leur part un engagement militant, favorable aux travailleurs, aux salariés (« Le monde du travail a toujours été un monde de violence. », p. 29), et férocement critique sur le monde patronal et les gouvernants qui les favorisent. Ils dessinent ainsi en négatif les contours d’une autre société, dans laquelle les tâches les plus ingrates seraient socialisées et certaines professions tout simplement supprimées. Car si les soutiers du capitalisme néo-libéralisé constituent le gros de leur reportage, certains de ses parasites ou de ses profiteurs, guère malheureux de leur sort, sont également abordés. Pas de traitement systématisé des données, mais une accumulation de témoignages qui finit par faire sens, et un mode d’exposition non avare en touches humoristiques (voir le bas de la page 49 pour en juger).

Le corps du récit débute par une visite au Salon social du recrutement privé, tenu au printemps 2016. C’est l’occasion d’entendre un coach en entretien culpabiliser le candidat, responsable de tout échec, et de recueillir des témoignages intéressants sur la pratique des CDD et des stages à répétition. Avec ce que raconte une hôtesse d’accueil employée un temps au Fouquet’s, c’est le mépris à son égard qui se détache le plus, obligée de rentrer chez elle à 2h du matin en vélib et non en taxi payé par l’employeur. Plus étonnant, les témoignages de jeunes en service civique, à qui on demandait de démarcher la population la plus pauvre de Dunkerque afin de leur enseigner les gestes écolo et d’encourager chez eux la consommation d’une eau… polluée, mais distribuée par des entreprises privées. Nombre d’heures plus élevé que prévu, rémunération faible et manque de formation sont leur lot quotidien. L’exemple emblématique d’un cireur de chaussures à La Défense, une profession désormais de retour en France, permet de mieux comprendre le développement de la précarité, puisque ces travailleurs, comme bien d’autres, tels ces livreurs en vélo invités à bafouer le code de la route, sont des auto-entrepreneurs, et en tant que tels dénués d’un certain nombre d’avantages sociaux. Le développement le plus édifiant concerne les distributeurs de prospectus publicitaires, employés dans des conditions indignes, littéralement moqués par leur direction (le PDG d’une des entreprises dominantes du secteur insistant sur la chance de faire du sport en travaillant !), et soumis au principe de la préquantification du temps de travail : l’employeur fixe le temps qu’il estime nécessaire pour remplir une mission, sans aucun contrôle extérieur, et tout dépassement ne conduit par conséquent à aucune heure supplémentaire… Le comble étant que ce système inique est couvert par les gouvernements successifs, de droite comme de gauche. Autre cas singulier, celui des vigiles chargés de repérer et d’intercepter les migrants clandestins sur le port de Dunkerque, exemple parmi d’autres du boom du marché de la sécurité, au profit d’entreprises privées à qui les forces de l’ordre sous-traitent une partie de leurs missions. Dans l’exposé, on sent que le critère moral des auteurs ne coïncide pas nécessairement avec l’accent mis par ses acteurs sur la précarité de leur condition. La situation dans les hôpitaux, soumis au lean management (faire plus avec moins) ou dans des compagnies d’audit, habituées des arrangements avec les entreprises qui les sollicitent, ainsi que le cas particulier des conseillers en gestion de patrimoine, complètent un tableau intéressant à défaut d’être exhaustif.

Au final, c’est toute une évolution du système capitaliste que Julien Brygo et Olivier Cyran exposent à travers ces visions subjectives, ces ressentis individuels, incluant également leur propre situation1 : un capitalisme favorisant la sous-traitance et la précarisation des employés, soucieux d’une rentabilité à tout crin, et pour lequel ce qui compte est l’isolement des travailleurs. Le tout enrobé et mystifié grâce aux miracles du marketing et de la communication, dont les exemples égrenés au fil des pages sont aussi sidérants les uns que les autres2. Nulle surprise, donc, à voir les deux auteurs conclure leur enquête par un éloge de la lutte collective, bien que nombre de ces nouveaux travailleurs – en particulier ceux qui s’investissent dans l’auto-entreprenariat, les vigiles ou les Uber-salariés – paraissent assez loin de l’adhésion à ce qui jadis s’appelait la lutte des classes

1« Dans leurs modes de production archi-dominants, les journalistes sont au contre-pouvoir dont vous rêviez quand vous étiez enfant ce que les marches militaires sont à la musique. » (p. 37).

2Ainsi de cette femme exerçant le « métier » d’accompagnatrice d’achats en magasins (p. 176).

Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Toulouse, Smolny, 2009, 464 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Christophe Darmangeat est docteur en sciences économiques et enseignant à l’Université Paris VII. Avec ce livre, il revisite et réactualise l’ouvrage classique de Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, lui-même basé en grande partie sur les travaux de l’anthropologue Lewis Morgan. Bien que les thèmes abordés, celui des systèmes de parenté en particulier, soient loin d’être toujours simples, le propos de l’auteur se veut constamment didactique et clair, convoquant une multitude d’exemples ethnologiques et démontrant très bien la complexité des données envisagées.

Dans sa première partie, il revient donc sur les théories de Morgan concernant les rapports de parenté, les formes de famille et leurs évolutions supposées, et, grâce aux différents apports du siècle dernier, en contredit un grand nombre : il n’y a finalement pas de mariages de groupes là où Morgan en voyait, pas de liens systématiques entre relations de parenté et formes de famille, ni d’interdits de mariage simplement déductibles des systèmes de parenté, pas non plus de lien direct entre la forme de la famille et le mode de production. Les systèmes de parenté s’expliquent, dans les sociétés primitives, par la répartition des droits et des devoirs en l’absence d’État ou de marché, mais on ne peut en déduire un modèle d’évolution unique. En fait, non seulement un éventuel stade d’évolution clanique n’existe nullement, mais les différentes formes de famille ne peuvent absolument pas être hiérarchisées en fonction d’un progrès supposé, contrairement aux modes de production, y compris par une possible amélioration génétique liée à l’affirmation de l’inceste, une idée désormais abandonnée. De telles remises en question n’empêchent pas Christophe Darmangeat de saluer les mérites de Morgan, en particulier pour sa démonstration de la non éternité du modèle de famille bourgeoise, monogame, et surtout de valider le matérialisme historique, en établissant une comparaison avec les lois de l’évolution biologique : les systèmes familiaux et de parenté seraient les équivalents des organes analogues (en biologie, des organes d’espèces différentes remplissant la même fonction sans avoir la même structure), tandis que richesse, productivité ou forme de l’État s’apparenteraient aux organes homologues (des organes d’espèces différentes ayant la même structure), distinctifs de l’évolution.

Mais les deux tiers de son livre sont surtout consacrés à l’étude de la place des femmes dans les sociétés primitives. Il démontre ainsi qu’aucun matriarcat primitif n’a jamais existé, que l’on entende par ce terme une pure domination des femmes ou une simple égalité entre les sexes ; même chez les Iroquois, les femmes, bien que bénéficiant d’une considération dépassant largement celle d’autres sociétés, n’avaient pas le droit d’appartenir au conseil supérieur des tribus. Il en est de même pour la supposée religion d’une déesse mère, ou pour la surévaluation du rôle d’invention des femmes préhistoriques, défendue par Alexandra Kollontaï ou, plus récemment, par la trotskyste étatsunienne Evelyn Reed. La réalité semble donc avoir été davantage dans un partage des centres de pouvoirs entre les sexes, les hommes monopolisant toujours les rôles politiques et militaires. Ce faisant, Christophe Darmangeat démontre bien que dès les sociétés primitives égalitaires, la domination masculine était présente, l’essor ultérieur des inégalités économiques, parallèle au processus de civilisation et à l’apparition de stock donc de la richesse, ne faisant que l’aggraver ; l’investissement des femmes dans l’économie et les activités de production étant en fait le seul moyen pour limiter cette même domination.

La division sexuelle des tâches serait donc la racine de la domination masculine, sans doute en lien au départ avec la pratique de la chasse, pour laquelle les femmes ne sont pas physiologiquement aussi disponibles que les hommes (grossesses, période de règles, etc.) ; l’apparition du tabou menstruel n’apparaîtrait alors que dans un second temps, comme justification de cette répartition inégale, suivant en cela un scénario toujours matérialiste, basé sur l’économie.

Assurément un ouvrage majeur, pierre de taille pour une meilleure appréhension marxiste des premiers temps de l’humanité.

Christophe Darmangeat, Le Profit déchiffré. Trois essais d’économie marxiste, Paris, La Ville brûle, collection « Mouvement réel », 2016, 224 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Christophe Darmangeat)

Christophe Darmangeat, que nous avions jusqu’à présent chroniqué pour ses deux passionnants ouvrages sur le stade préhistorique de l’humanité et son interprétation en termes marxistes (Le Communisme primitif n’est plus ce qu’il était… et Conversation sur la naissance des inégalités1), enseigne l’économie à l’Université Paris Diderot ; il est également membre de Lutte ouvrière. Le Profit déchiffré, son nouveau livre, aborde un domaine ayant souvent une réputation de grande complexité, celui de l’économie marxiste.

Le premier des trois essais est également le plus long et le plus intéressant. Il est consacré au mystère du profit, ou pourquoi une marchandise réussit à valoir plus que la valeur des éléments qui ont concouru à son élaboration. Débutant par des rappels bien utiles, sur le capital fixe et circulant, sur le salaire direct ou socialisé (à ce sujet, Christophe Darmangeat rejette la distinction illusoire entre cotisations patronales et salariales), il part du postulat selon lequel le profit, sous toutes ses formes, n’est que l’autre nom du revenu de la propriété. Les calculs qu’il propose tendent à évaluer la répartition de la valeur ajoutée, en France, à 75% pour les salaires et 25% pour le profit. Après avoir dissipé l’idée selon laquelle le profit serait la rémunération justifié du risque pris (les actionnaires ne pouvant être touchés que sur les capitaux investis, et pas sur leur fortune propre, sans oublier la prise en charge par l’État d’un certain nombre de pertes), Christophe Darmangeat retrace l’historique de la théorie de la valeur travail. Sont ainsi abordés Adam Smith, David Ricardo et Marx, ce dernier ayant pris appui sur les apports successifs de ses deux prédécesseurs afin de découvrir que le salaire ne rémunère pas un travail défini, mais une force de travail, ce qui permet de cibler la source du profit. La conclusion est clairement engagée, puisque Christophe Darmangeat, écartant l’idée selon laquelle capital et travail contribuent de la même manière à la création de valeur2, privilégiée par les économistes néo-classiques, dominants, insiste sur le caractère dispensable du profit dans une société post-capitaliste. Ce premier exposé a le double mérite d’être extrêmement didactique et de réaffirmer les fondements de l’analyse marxiste du capitalisme.

Le second essai est consacré à la distinction entre travail productif et improductif. Là encore, Christophe Darmangeat part des élaborations d’Adam Smith, qui séparait travail producteur de marchandises et travail de service, échangé contre un revenu et constituant donc une perte pour la bourgeoisie. Il souligne ensuite les efforts de Marx afin d’affiner cette distinction. Ce dernier analysait en effet le travail productif en tant qu’il est inséré dans les relations d’échange capitalistes : la marchandise peut alors être immatérielle, et la notion de travailleur collectif créateur de la plus-value permet d’intégrer jusqu’au directeur de l’usine (voire le propriétaire, s’il est en même temps directeur). C’est ce qui permet à Christophe Darmangeat de polémiquer avec d’autres analystes marxistes, Gérard Duménil en particulier, en présentant les employés de la banque et du commerce comme productifs pour leur employeur de par leur rôle dans la circulation du capital, et improductifs pour le système dans son ensemble, car ne produisant pas de plus-value. Ce faisant, il révise légèrement Marx quant au statut du personnel de supervision de l’exploitation, l’incluant aussi dans le processus de production de la plus-value, et écarte les thèses de certaines théoriciennes féministes, telle Christine Delphy, faisant du travail domestique des femmes une tâche productive, alors qu’elle ne serait en réalité ni productive, ni improductive, car gratuite. L’intérêt, selon Christophe Darmangeat, de toute cette réflexion, tient dans ce qu’elle permet comme dévoilement du mécanisme d’exploitation spécifiquement capitaliste, là où les néo-classiques d’aujourd’hui postulent que tout travail est utile et toute rémunération juste. L’annexe de cet essai, consacrée à une déconstruction de l’affirmation de Jean-Marie Harribey selon laquelle les services publics non marchands créeraient de la valeur plutôt que de ponctionner une partie de celle du travail productif, rejoue l’opposition entre réformisme, désireux de défendre les services publics menacés, et révolution3.

Le dernier des trois essais est également, ainsi que l’avait d’ailleurs annoncé Christophe Darmangeat lui-même, le plus ardu et le plus technique. Il est tout entier consacré à la question de la rente, expliquant à l’aide de nombreux exemples les différences entre rente différentielle et rente absolue (l’absence de la première augmentant le surprofit du fermier, là où la seconde tend à augmenter les prix agricoles, pour rester dans ce domaine rural). Là encore, l’auteur simplifie les apports inachevés de Marx sur la question, tout en maintenant intacts les fondamentaux de son analyse du fonctionnement capitaliste. Si a priori, cette question peut sembler secondaire, Christophe Darmangeat montre bien qu’elle est toujours d’actualité, que ce soit dans nombre de pays du Sud pour la question foncière, ou en ce qui concerne les propriétés de mines ou de gisements.

Après un recueil de ce type, précis et documenté, on se dit que l’auteur doit être prêt à fournir un abrégé d’économie marxiste, plus complet et tout aussi vulgarisateur…

Cinq questions à… Christophe Darmangeat (entretien numérique, version du 15 août 2016)

Quelle est l’origine de ce projet éditorial : est-ce une commande de l’éditeur ? Les trois essais datent-ils d’époques différentes ? N’auriez-vous pas envie de systématiser cette démarche, en proposant un abrégé d’économie marxiste aussi didactique ?

Christophe Darmangeat. Ce livre n’est pas une commande, mais le fruit d’une démarche personnelle qui s’est faite en deux temps. Les deux derniers essais, sur le travail productif et la rente, m’ont été inspirés par mes activités d’enseignement ; en expliquant les bases de ces questions à des étudiants de première année, je me suis rendu compte qu’elles posaient un certain nombre de difficultés, et j’ai fini par mettre tout cela noir sur blanc. En fait, en écrivant des livres, je crois que j’essaye avant tout de répondre aux questions qui me tracassent… en espérant que ces réponses pourront aussi servir aux autres !

Le premier essai, sur la nature du profit, a été écrit plusieurs mois plus tard. L’idée m’en a été suggérée par un ami, qui a attiré mon attention sur le manque de textes abordant ces questions de manière simple et autrement que par un résumé plus ou moins heureux du Capital. J’ai donc essayé d’écrire quelque chose qui s’adresse au lecteur d’aujourd’hui et qui reste accessible au plus grand nombre tout en abordant le maximum de points parfois difficiles.

En revanche, je ne me vois pas entreprendre un manuel complet d’économie politique marxiste, pour au moins deux raisons. D’abord, parce que sur bien des questions, il me faudrait beaucoup de travail pour rassembler les éléments et les idées nécessaires ; ensuite, parce que sur de nombreux chapitres, je ne suis pas du tout certain d’être en mesure d’apporter quoi que ce soit de nouveau, sur le fond ou sur la forme. J’ai néanmoins dans un coin de la tête le projet d’un « taux de profit déchiffré », où seraient notamment traitées les fameuses (et très difficiles) questions dites de la transformation des valeurs en prix de production ou de la baisse tendancielle du taux de profit.

Parmi la multiplicité d’économistes marxistes et d’écoles plus ou moins définies, comment vous situeriez-vous exactement ? Quels sont pour vous les successeurs de Marx et d’Engels ayant le mieux développé leurs analyses économiques ?

Christophe DarmangeatSur le plan politique, je n’aurais aucun mal à répondre à votre question : je me réclame du trotskysme, et plus particulièrement du courant représenté en France par Lutte Ouvrière. Sur le plan des idées économiques, je n’ai pas le sentiment de me rattacher à une école particulière, si tant est que de telles écoles existent. Je ne me sens pas forcément capable de juger des différentes contributions à l’économie marxiste – je suis d’ailleurs loin de les connaître toutes, mes recherches s’étant depuis plusieurs années orientées prioritairement vers l’anthropologie sociale. Disons simplement que malgré des points de désaccords parfois profonds, et pour ne parler que d’auteurs contemporains, j’ai appris beaucoup de choses chez Louis Gill, et surtout chez Gérard Duménil et Dominique Lévy. 

A la différence de Le Communisme primitif n’est plus ce qu’il était, où vous révisez de manière conséquente les apports d’Engels dans L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, dans Le Profit déchiffré, vous ne révisez Marx qu’à la marge : comment expliquer cette différence dans leurs apports respectifs en histoire et en économie ? Marx serait-il plus intouchable ou valable qu’Engels ?

Christophe DarmangeatPas du tout ! Je suis d’ailleurs assez ébahi par ceux qui s’obstinent à trouver des différences d’idées entre les deux. Marx et Engels ont toujours intimement collaboré et n’ont jamais exprimé le moindre désaccord sérieux l’un avec l’autre. Vouloir à tout prix présenter Engels comme quelqu’un qui aurait mal compris Marx me paraît un jeu de pure scolastique et, pour tout dire, un peu ridicule. Sur le point précis que vous évoquez, L’Origine de la famille a été écrite en quelques semaines par Engels sur la base des notes prises par Marx en raison du fait que celui-ci, qui devait normalement en être l’auteur, venait de décéder. 

Si j’ai traité de manière moins critique l’économie de Marx et Engels que leur anthropologie, cela tient uniquement au sujet lui-même : les mécanismes fondamentaux de l’économie capitaliste étaient déjà en place au milieu du XIXe siècle, et Marx les a analysés d’une manière magistrale. Les révisions nécessaires aujourd’hui sont donc relativement mineures (je suis néanmoins prêt à concéder que sur certains thèmes que je n’aborde pas dans le livre, elles ne sont pas négligeables). L’anthropologie sociale, en revanche, était alors, tout comme l’archéologie, une science toute jeune, et les données qu’elle avait commencé à collecter étaient très parcellaires. Celles-ci se prêtaient à des raisonnements qu’on sait aujourd’hui erronés en raison des informations recueillies depuis lors, et qui appellent donc, me semble-t-il, des révisions drastiques.

Quels sont vos projets d’écriture ? Vos livres, Le Communisme primitif… et Conversation sur l’origine des inégalités, connaîtront-ils de nouveaux prolongements ?

Christophe DarmangeatEn matière de livres, je pense me lancer prochainement dans un travail sur la guerre dans l’Australie aborigène. C’est un sujet très riche, sur lequel on dispose d’une immense documentation ; et puisque, selon la formule consacrée, la guerre est le prolongement de la politique par d’autres moyens, elle représente donc une excellente porte d’entrée pour comprendre les logiques sociales à l’œuvre dans le plus vaste ensemble de sociétés de chasseurs-cueilleurs jamais observé. Et puis, ce sujet aurait le mérite de prendre à contre-pied l’idée trop souvent répandue selon laquelle la violence armée et organisée serait née seulement avec les inégalités économiques, voire les classes sociales.

À des échéances plus lointaines, j’ai quelques autres idées dans un coin de la tête. Outre les essais d’économie que je mentionnais précédemment, j’aimerais beaucoup écrire un jour une classification des modes de production. J’ai également en chantier un essai sur l’évolution, qui met en regard évolution biologique et évolution sociale, et qui essaye de comprendre comment dans le camp jadis dit progressiste, l’idée même de progrès semble devenue aussi haïssable dans un domaine que dans l’autre, avec des conséquences catastrophiques sur le plan politique. J’ai commencé un brouillon il y a déjà quelques temps, mais il est encore très loin d’un résultat satisfaisant. C’est une œuvre de longue haleine, et je ne sais pas moi-même si elle aboutira un jour à un produit fini. 

En attendant, je continue d’alimenter régulièrement mon blog (cdarmangeat.blogspot.com) et d’écrire des articles destinés à des revues académiques. Ainsi, j’ai récemment soumis un texte qui révise les thèses d’Alain Testart concernant les conditions techniques de la naissance des paiements et des inégalités économiques. Et je travaille actuellement à une critique (assez originale, me semble-t-il) de la théorie qui voit dans l’apparition d’un « surplus » le mécanisme fondamental de l’émergence des inégalités puis des classes.

Nous approchons du centenaire de 1917 : que représente pour vous la révolution russe, qu’a-t-elle encore à nous apporter cent ans après ?

Christophe DarmangeatC’est le seul exemple où la classe des travailleurs a arraché le pouvoir à celle des possédants, même si les circonstances ont très vite changé un régime porteur d’un immense espoir en une monstruosité. Beaucoup veulent voir dans le stalinisme et l’actuelle restauration du capitalisme en Russie la preuve de la vanité de l’idéal communiste. Il me semble au contraire que la voie incarnée par la révolution d’Octobre, si étroite soit-elle, est infiniment plus porteuse de perspectives que les impasses réformistes qui se sont succédé depuis, et qui n’ont jamais apporté d’amélioration durable à notre organisation sociale qui est en train de pourrir littéralement sur pied – qu’on pense aux récents événements de Grèce.

Un aspect me semble tout particulièrement important. Nous vivons un monde qui n’a jamais été aussi interdépendant, et où pourtant s’affirment toujours plus les nationalismes et les replis identitaires. Les partis dits de gauche, qui ont choisi depuis longtemps d’emboucher les clairons patriotiques et de se faire les hérauts du souverainisme, portent d’ailleurs une lourde responsabilité dans cette évolution. Or, le pouvoir issu de la Révolution sociale survenue dans l’empire des tsars a été le seul de l’Histoire à brandir le drapeau de l’internationalisme – non comme un appel creux et hypocrite à l’amitié entre les peuples, mais comme un véritable projet politique. C’est ce qui conduisit par exemple, les dirigeants du nouvel État à lui donner un nom – l’URSS – qui ne comportait aucune référence nationale. « L’Internationale sera le genre humain » : cet objectif politique, le seul susceptible de sortir la planète du chaos et de la barbarie, n’a connu un début de réalisation qu’avec la Révolution russe. Un siècle après, il continue plus que jamais, j’en suis convaincu, de représenter l’avenir.

1Ce dernier a été chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/3519 Quant au premier, nous reproduisons ici sa recension, publiée à l’origine sur notre ancien site.

2« A ce compte, n’importe quel supporter avachi dont l’argent contribue à payer le salaire de ses footballeurs préférés est un sportif (…) » (p. 78).

3« (…) pour édifier une économie non marchande – c’est-à-dire, pour appeler les choses par leur nom, une économie communiste – il faudra bel et bien opérer sur le secteur marchand un prélèvement massif, sous la forme de la confiscation pure et simple du grand capital et de son appropriation collective par la classe travailleuse. Pour œuvrer à la « démarchandisation » du monde autrement que dans de doux rêves réformistes, penser un tel prélèvement n’est pas un obstacle, mais un préalable incontournable. » (p. 162).

Matthieu Auzanneau, Or noir. La grande histoire du pétrole, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2015, 718 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Matthieu Auzanneau, journaliste de formation, livre avec Or noir une somme d’histoire globale, pratiquement une relecture de l’histoire du monde contemporain à travers le prisme du pétrole, de son utilisation, de son commerce et de l’influence qu’il a eu et continue d’avoir sur la géopolitique. Son exposé débute par un rappel bien utile de la nature du pétrole, « énergie solaire métabolisée (…) puis stockée dans l’écorce de la Terre. » (p. 13) il y a plusieurs centaines de millions d’années, et dont l’humanité a à ce jour exploité la moitié des réserves, avec les conséquences écologiques que l’on sait. Cette « huile de pierre » – le sens premier du terme pétrole – fut d’abord simplement utilisée en tant qu’imperméabilisant, arme (le fameux feu grégeois des Byzantins) et même médicament, avant que sa distillation, au XIXe siècle, conduise à l’usage du pétrole dit lampant comme éclairage et comme lubrifiant, puis que son extraordinaire polyvalence ne se diversifie au fil du temps.

C’est surtout à partir du milieu du siècle que son exploitation connaît une croissance accélérée, sans que l’on sache exactement à qui en attribuer la paternité (qui n’est donc pas nécessairement étatsunienne) ; une conséquence collatérale en fut paradoxalement le déclin de l’industrie baleinière. Les champs pétrolifères étaient alors situés principalement au nord-est des États-Unis, en Pennsylvanie (l’unité de mesure qu’est le baril de 159 litres y est née). C’est là que John D. Rockefeller bâtit son empire, lui qui n’était au départ qu’un simple grossiste et qui devient « le plus pur surhomme du capitalisme » (p. 30) : choisissant d’investir dans le raffinage, moins risqué que le forage, il fonde la Standard Oil, qui assoit inexorablement son hégémonie, utilisant au besoin corruption et sabotage. Outre la Nouvelle Angleterre, le pétrole est également largement exploité, au cours du dernier quart du XIXe siècle, dans l’empire russe, à Bakou. C’est là que les frères Nobel investissent, inventant au passage le premier pétrolier, suivis par les Rothschild, leurs entreprises étant à l’époque les premières productrices mondiales. Aux côtés de la Standard Oil, qui se déploie peu à peu dans la production, il faut également compter avec les britanniques BP (axée en Perse) et Shell, fondée par les Samuel sur le marché asiatique, et la Royal Dutch néerlandaise mettant à profit les ressources de Sumatra ; ces deux dernières fusionnent au début du XXe siècle pour donner naissance à la Royal Dutch Shell, qui est actuellement la seconde transnationale la plus puissante. Le terrain vierge du Texas voit parallèlement émerger Texaco et la Gulf Oil. Autant d’acteurs amenés à une pérennité durable. Pourtant, la Russie, premier producteur mondial au début du XXe siècle, connaît un déclin marqué avec les événements survenus dans le sillage de la révolution de 1905 : des massacres inter-ethniques auxquels se mêlent également les Centuries-noires, à Bakou. La Standard Oil peut d’autant plus aisément prendre l’ascendant, elle qui résiste aux offensives du pouvoir politique et judiciaire. Renflouant les banques étatsuniennes lors des crises, elle sort même plus forte de sa dissolution formelle en 1911 au nom de la loi anti-trusts, véritable « hydre de Lerne » qui fait la joie des caricaturistes.

Les lendemains de la Première Guerre voient un certain nombre de repositionnements d’envergure. Pendant que les bolcheviques négocient avec l’entreprise étatsunienne Sinclair Oil pour la reprise de l’exploitation à Bakou, les luttes autour des richesses de la Mésopotamie opposent les grandes puissances européennes. Mais c’est aux États-Unis que les évolutions sont les plus frappantes : la Californie devient un nouvel eldorado pétrolier, Los Angeles apparaissant alors comme le prototype même de la « civilisation automobile »1 ; quant aux grandes majors anglo-saxonnes, elles s’entendent pour mettre en place un véritable oligopole afin de contenir la surproduction à leur plus grand profit, aidées au début des années 30 par les autorités politiques avec l’instauration de quotas de production. Au cours de cette décennie, l’initiative du Mexique, qui nationalise l’industrie pétrolière, demeure tout à fait isolée, là où la Jersey Standard et Shell n’hésitent pas à faire affaire avec IG Farben dans la période nazie. La lecture de la Seconde Guerre mondiale sous l’angle du pétrole mêle épisodes connus et moins connus, tels la supériorité britannique dans la bataille d’Angleterre grâce à un carburant de meilleure qualité ou la volonté japonaise de prendre le contrôle des réserves pétrolières d’Indonésie. Le tournant déterminant se joue toutefois à l’issue du conflit, lorsque les États-Unis et l’Arabie saoudite, aux réserves estimées phénoménales, nouent un partenariat majeur2. Songeant d’abord à une nationalisation de l’industrie pétrolière de la péninsule, l’État laisse finalement se mettre en place un consortium constitué de trois des héritiers de la Standard Oil (les futures ExxonMobil et Chevron) et de Texaco. Les États-Unis valident en outre l’« astuce en or », c’est-à-dire la non-imposition sur le sol national des revenus gagnés et taxés à l’étranger, un principe appelé à un large avenir. Dès lors, pouvoir politique et pouvoir économique demeureront solidaires, au nom de la puissance américaine. La période qui court des années 1950 à la veille du premier choc pétrolier est d’ailleurs celle de l’entente des « Sept Sœurs », générant une stabilité remarquable du prix du baril et assurant un profit sans égal ; au prix parfois de disparitions énigmatiques, ainsi de celle d’Enrico Mattei, industriel italien, auteur du surnom des « Sept Sœurs », et jugé trop conciliant à l’égard de l’URSS et de ses ventes à l’export de pétrole.

L’exposé se centre alors largement sur les États-Unis, d’autant que le groupe des industriels du pétrole « (…) dispose de trois champions successifs à la Maison blanche au cours des années 1950 et 1960. Le premier, allié indéfectible, se nomme Lyndon Johnson, le deuxième, avec lequel les relations vont se révéler houleuses, s’appelle Richard Nixon. Le troisième est George H.W. Bush. » (p. 274). Il faut dire que le commerce du pétrole a parfois des conséquences importantes sur la guerre froide, puisque la révolution verte dans les pays sous-développés, encouragée par les États-Unis (dont les fondations Ford et Rockefeller) et alimentée par le pétrole, était conçue « (…) comme une alternative aux réformes agraires d’inspiration socialiste. » (p. 359) La création de l’OPEP, fin 1960, manifestation de tiers-mondisme, ne sera initialement que de peu d’effet sur le statu quo existant ; pourtant, un de ses fondateurs, le vénézuélien Pérez Alfonso, souhaitait réduire la production afin de diminuer la pollution et de préserver cette ressource finie… Le dit statu quo est réellement bousculé d’abord avec l’initiative de Kadhafi à la fin des années 1960, un ultimatum contraignant les compagnies occidentales à réduire leurs marges au profit des pays producteurs, puis surtout par le franchissement par les États-Unis du pic pétrolier en 1970. Désormais, le pays dont les extractions nationales sont sur la pente descendante va s’appuyer comme jamais sur les ressources extérieures, celles du Moyen-Orient essentiellement.

C’est une « symbiose » qui s’instaure alors entre l’Arabie saoudite et les États-Unis, non sans conséquences délétères, dont beaucoup sont déjà largement connues (la genèse d’Al Qaïda, par exemple). Le royaume pétrolier, par exemple, permet aux États-Unis de financer la lutte anti-communiste de manière indirecte, en contournant les contraintes légales3. Plus largement, l’arme du pétrole est utilisée pour assurer l’hégémonie étatsunienne, en affaiblissant l’URSS dans la seconde moitié des années 1980 (par une baisse marquée du prix du brut), en jouant successivement l’Iran et l’Irak afin d’alimenter la guerre les opposant, ou en menant une guerre du Golfe (puis une guerre d’Irak) qui aurait largement pu être évitée et dont les civils furent les premières victimes… « Tant de choix éthiques suspects, tant d’ignominies accomplies en conséquence de la même constante nécessité : maintenir le statu quo politique propice au bon approvisionnement des consommateurs de pétrole. » (p. 515). La conclusion de l’auteur est plutôt pessimiste, le déclin de l’exploitation pétrolière étant apparemment irrémédiable, marqué par un franchissement des pics pratiquement dans le monde entier et des difficultés croissantes d’extraction (avec des investissements et des coûts de plus en plus importants) ; autant d’éléments qui confirment une tendance à l’anti-productivisme comme solution d’avenir.

Or noir, étude tout à fait passionnante, souffre dans le même temps de sa nature, celle d’une traversée de l’histoire de l’âge industriel à travers une de ses veines, même si capitale. A plusieurs reprises, on regrette, rançon de l’histoire globale, le manque de détails et d’explications sur certains faits ou hypothèses (les pétroleuses de la Commune comme symptôme de la méfiance bourgeoise vis-à-vis du pétrole, énergie potentiellement démocratique de par sa puissance), le silence sur certains domaines (l’exploitation du pétrole en URSS, par exemple4, les marées noires ou le reflet du pétrole dans les œuvres de fiction, Tintin au pays de l’or noir d’Hergé, entre autres), et on déplore la tendance de Matthieu Auzanneau à surinterpréter l’histoire à l’aune du pétrole (en faisant par exemple des chars fonctionnant au pétrole la clef de la victoire durant la Première Guerre mondiale). Les rares erreurs (Pline l’Ancien au Ier siècle avant Jésus) ou analyses discutables (la disparition de l’esclavage corrélé à l’utilisation croissante de l’énergie fossile, là où l’exploitation nous semble plutôt évoluer et voir cohabiter différentes formes, ou une hypothèse d’un premier choc pétrolier voulu par les États-Unis insuffisamment argumentée) sont à côté de ces critiques tout à fait dérisoires. Une chose est sûre, la liste des turpitudes perpétrées par les puissances occidentales, principalement, afin de s’assurer des ressources en or noir, donne le tournis : celles des États-Unis, au premier chef, bien sûr, mais également celles de la France (largement responsable de la guerre du Biafra, à la fin des années 1960, visant à s’assurer le contrôle du pétrole nigérian). Une étude passionnante, qui mérite un large public.

1C’est durant les années 1920 que la légendaire Route 66 voit justement le jour.

2Sur ces relations étroites et leur application concrète sur place, Matthieu Auzanneau apporte des éclairages précieux, ainsi de la ségrégation pratiquée à Dhahran (pages 295 et 296 en particulier). Les États-Unis sont même allés jusqu’à enrayer le complot visant à amender l’absolutisme du régime saoudien au début des années 1960.

3« L’Arabie saoudite tient le rôle d’une caisse noire d’opérations contre-insurrectionnelles encouragées ou organisées par le gouvernement américain et le gouvernement français. » (p. 417), parfois en association avec les autres membres du « Safari Club », l’Iran du Shah, l’Égypte et le Maroc.

4Les rares allusions à ce pays ne sont en outre pas toujours très explicites, ainsi de la note de bas de page, p. 412-413, dont les données chiffrées sont contradictoires.

Eric Sadin, L’Humanité augmentée. L’administration numérique du monde, Montreuil, L’Echappée, collection « Pour en finir avec », 2013, 192 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Il arrive, de temps à autre, que le collectif Pièces et main d’œuvre, cheville ouvrière de la collection « Pour en finir avec », s’ouvre à des auteurs extérieurs pour traiter de problématiques dans lesquelles ils se sont spécialisés, technoscience et informatisation de la société en particulier. Eric Sadin est de ceux-là, qui conclut ici une trilogie censément impartiale consacrée aux mutations technologiques du monde contemporain, après Surveillance globale et La Société de l’anticipation, parus chez d’autres éditeurs. Si sa prose se fait moins acérée, plus posée et moins militante, elle succombe malheureusement trop souvent à une théorisation excessive, proche d’un certain discours jargonnant.

Surplombé par la figure quasi prophétique de Jacques Ellul, L’Humanité augmentée débute par l’analyse d’un extrait du film de Stanley Kubrick, 2001. L’Odyssée de l’espace, sorti en 1968. L’ordinateur du vaisseau envoyé vers Jupiter, HAL 90001, sert en effet à Eric Sadin de totalité symbolique, incarnation de l’autonomie croissante accordée aux programmes informatiques depuis leur essor après la Seconde Guerre mondiale, qui ouvre sur la « gestion électronique » croissante de nos sociétés. Selon l’auteur, c’est en effet à une véritable révolution civilisationnelle que nous sommes désormais confrontés, conduisant à une mutation telle de l’espèce humaine qu’il crée pour en parler le néologisme d’« anthrobologie » (p. 30). Ce faisant, Eric Sadin met l’accent sur certains principes de cette informatisation, en particulier ceux de la distance qu’elle instaure vis-à-vis du réel, contrairement à la simple mécanique2, et du prisme mathématique qui la vertèbre, selon lequel tout est chiffrable ; on saisit bien tout ce que cette vision tronquée du monde entretient comme proximité avec l’idéologie du dernier capitalisme en date, celle du néo-libéralisme.

La chronologie des faits est également reconstituée. L’essor de l’informatique est en effet concomitant, dans les années 1930 et 1940, de l’objectif d’une administration plus efficace des populations, ainsi que d’une meilleure efficience militaire (visée améliorée de la DCA, décryptage des codes ennemis plus opérant). Mais c’est à compter des années 1970 et 1980, selon Eric Sadin, qu’un tournant majeur est pris. C’est en effet le moment où l’électronique gagne en mobilité, en individualisation et en miniaturisation : le walkman puis le téléphone portable annonceraient ainsi le smartphone, véritable saut qualitatif3. Parallèlement, à partir de la même décennie 80, l’informatique gagne en capacité d’interprétation, ce qui amène d’ailleurs l’entreprise IBM à abandonner la fabrication d’ordinateurs pour se positionner sur le créneau porteur de l’élaboration d’architectures informatiques de contrôle (« Une ambition démiurgique à vouloir réduire l’intégralité des points de la Terre à une base de données universelle et sans fond caractérise exactement notre moment technico-historique », p. 87).

On atteint ici à la question des limites démocratiques de ce processus conquérant, avec des data centers sécurisés et une réalité augmentée sérieusement « orientée »4. De ce qu’il diagnostique comme une hybridation croissante entre humains et machines, Eric Sadin dénonce le « néo-fétichisme » et le « totémisme » qui la valorise, situant l’inflexion d’une critique de la technologie aliénante à une foi dans l’informatique libératrice au mitan des années 1970, en Californie, ce qui mériterait d’être approfondi. Quant à la nature de cet « être » informatique, il préfère parler de « rationalité robotisée » plutôt que d’intelligence artificielle, même si des travaux sont actuellement en cours afin de moraliser certains programmes informatiques5

La conclusion met en garde contre l’approfondissement de la fin de l’anthropocentrisme, courant tout au long du XXe siècle, et qui est gros de la suppression de la liberté humaine, de la politique et du hasard. Une analyse qui souffre toutefois de l’absence de prise en compte de la question des inégalités sociales, négligeant le fait qu’une grande partie de l’humanité est exclue de ces transformations (la soi-disant « fracture numérique »), et qu’il n’est absolument pas certain que l’homme connecté en permanence soit l’avenir que promet le capitalisme à la totalité de l’humanité.

1En évoquant la nouvelle d’Arthur C. Clarke, page 41, « La Sentinelle », ayant plus tard été transformé en scénario pour le film 2001, Eric Sadin semble par contre négliger le fait qu’aucun équivalent d’HAL 9000 n’y figure.

2« Ce qui caractérise le traitement robotisé, c’est la génération, entre un ordre et son exécution, de flux immatériels, s’imposant dorénavant comme une strate indissociable de notre capacité d’action. (…) L’électronique suppose des procédés tendanciellement insensibles, s’enveloppant d’une marque de mystère qui aura très tôt contribué à l’affecter d’une « part magique » » (p. 45).

3« Émergence d’une humanité non plus seulement interconnectée, hypermobile, faisant de l’accès une valeur capitale, mais désormais hybridée à des systèmes qui orientent et décident de comportements collectifs et individuels, sous des modalités encore discrètes mais déjà prégnantes, appelées à être étendues à de nombreux champs de la société. » (p. 66-67).

4« Configuration ambivalente qui se situe à l’intérieur de ce composé incertain, qui associe certes une appréhension étendue et inédite des choses, néanmoins la plupart signalées en vue de la consommation de services et de biens. » (p. 95).

5Curieusement, alors qu’Eric Sadin semble amateur de science-fiction, il n’évoque absolument pas l’hypothèse de la Singularité énoncée par l’écrivain étatsunien Vernor Vinge, c’est-à-dire d’une prise de conscience d’une entité à part entière que pourrait devenir, à un moment quantitatif donné, le système informatique mondial. 

Cédric Biagini, L’Emprise numérique. Comment internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Montreuil, L’Echappée, collection « Pour en finir avec », 2012, 448 pages, 14 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cédric Biagini, militant de l’Offensive libertaire et sociale, est un des responsables des éditions L’Echappée, qui se sont en particulier spécialisées dans la critique de la technologie, opposée à la technique : citons en particulier leur incontournable Une histoire populaire des sciences, de Clifford D. Conner, ou l’ouvrage collectif La Tyrannie technologique, déjà coordonné par le même Cédric Biagini (tous titres chroniqués sur notre ancien site ou sur notre blog). Avec L’Emprise numérique, il livre une synthèse de grande envergure, qui embrasse la plupart des aspects de ces nouvelles technologies qui font désormais partie, qu’on le veuille ou non, de notre quotidien.

Définissant au préalable les piliers de la révolution numérique, il insiste ensuite sur la dimension de « nouvelle religion » revêtue par cette dernière, qui s’accompagne d’une diabolisation de ses opposants, littéralement incompréhensibles. En fait, un des grands intérêts de cet ouvrage, c’est sa mise à plat d’un certain nombre d’idées reçues sur ces nouvelles technologies, que ce soit le gain de temps auquel elles sont censées ouvrir – alors que la sollicitation qu’elles suscitent va croissante –, ou la réduction de la vie privée qu’elles permettent (l’auteur insistant sur le contraste entre la réception enthousiaste de Facebook et les levées de bouclier suscitées par EDVIGE1).

Sur le livre numérique, Cédric Biagini souligne ainsi l’inutilité de posséder des milliers de livres dans sa liseuse quand la moyenne des ouvrages lus par an n’en atteint que dix, l’impact écologiquement plus destructeur des liseuses comparativement aux livres papiers (un angle d’attaque qui était déjà celui du Téléphone portable, gadget de destruction massive), ou les coulisses des conditions de travail des employés des entreprises Apple ou Amazon… Surtout, cette extension programmée du livre numérique ne peut, selon lui, que générer une crise des librairies2, des bibliothèques par l’abandon de leur rôle formateur, des éditeurs via l’auto-édition initiée par Apple et Amazon3, ainsi que du format livre en tant qu’entité autonome, menacé par l’éclatement et le découpage permis par l’hypermédia. C’est justement ce qui amène Cédric Biagini sur des terrains de réflexion proches de ceux d’un Nicholas Carr (Internet rend-il bête ? chroniqué dans notre revue électronique), lorsqu’il estime que la lecture sur support numérique favorise l’excitation et la superficialité4 au détriment de l’apaisement et de la mémorisation, allant dans le sens de l’intérêt des entreprises du net comme Google, qui fonctionnent par le nombre de clicks enregistrés.

Cédric Biagini aborde également le cas de l’éducation, rejoignant les analyses d’Angélique del Rey (A l’école des compétences, chroniqué sur ce blog) lorsqu’il souligne que la justification de la généralisation des technologies numériques à l’école se fait au nom de l’employabilité. Il y a là de réels excès, lorsque l’ordinateur se substitue au papier – à quand l’apprentissage de l’écriture uniquement via le clavier ? –, participant de l’accoutumance des enfants5, lorsque les jeux vidéo deviennent des supports pédagogiques (les serious games – sic), ou quand le numérique devient le cheval de Troie de la privatisation, par la sollicitation d’entreprises privées, alors que l’Éducation nationale est un tel vivier de professionnels capables, pour bon nombre d’entre eux, d’élaborer des logiciels adaptés. De même, la concurrence entre légitimité des savoirs de l’école et celle d’Internet touche-t-elle juste, tout comme le développement du e-learning en lien avec la baisse des coûts qu’il induit. Enfin, le parallèle que Cédric Biagini trace entre cette numérisation croissante du monde et l’affadissement des contenus enseignés (voir le zapping des nouveaux programmes d’histoire6), et a contrario la nécessité plus que jamais d’actualité de la mémorisation, si difficile pour les élèves, interpelle le praticien de terrain, car il y a bien là risque de creusement des inégalités7.

Elargissant le propos sans rester sur ce qu’est en train de devenir le quotidien de nos vies, Cédric Biagini s’en prend également à ce qu’il appelle les « utopies technologiques », autrement dit les mythes progressistes liés à Internet. Il critique ainsi les nouvelles militances, axées sur le net, selon lui trop ponctuelles et désincarnées, ne valorisant pas l’engagement réel sur le long terme8, dénonce la fausse image des révolutions arabes permises par les nouvelles technologies, et relativise également les révélations de Wikileaks. Sa déconstruction du mouvement des Anonymous en est assurément l’exemple le plus intéressant. De par leur militance numérique et prioritairement médiatique, ils ne voient la politique que sous un angle strictement utilitariste, jouant finalement un rôle de fourrier d’une « nouvelle bourgeoisie numérique » (p. 263). Les partis pirates n’ont pas droit à plus d’indulgence, Cédric Biagini n’y voyant que la réactualisation des idées libertariennes (des cybertariens ?).

Ce tour d’horizon se termine par des réflexions autour du capitalisme numérique, tant la « fuite en avant technologique est la voie empruntée par le capitalisme pour générer des profits colossaux, mais aussi pour créer un imaginaire suffisamment fort pour que les peuples s’y soumettent » (p. 351). L’essor de l’industrie publicitaire sur le net (Google réalisant 95% de son chiffre d’affaire par ce biais) ou les effets écologiques des nouvelles technologies (accroissement de la consommation d’électricité et de matières premières, obsolescence programmée) sont quelques-uns des thèmes abordés, jusqu’au mouvement des transhumanistes, chantre d’un homme nouveau, que Cédric Biagini diagnostique comme nouvel avatar des anti-Lumières : « A l’idée que c’est par les révolutions politiques et sociales, par l’action collective, que l’on peut améliorer les conditions de vie, se substitue la croyance qu’il faut se changer soi-même, non par l’éducation, la culture ou les relations humaines, mais en ayant recours à la technoscience » (p. 382). Néanmoins, l’accent qu’il met sur la dimension régressive du capitalisme actuel, avec le goût pour la nostalgie, le vintage, la culture « adulescente », nous semble cependant à la fois excessif, manichéen (la fantasy, par exemple, ne se réduit certainement pas à sa dimension réactionnaire) et dépassant les seuls calculs intéressés des entreprises9.

A travers ce développement des technologies numériques, c’est sans doute un triomphe de l’idéologie post-moderne qui se dessine (« Le présent se vit comme un souvenir », p. 190), tant elles favorisent un réel « nivellement culturel » et un individualisme à tout crin, culminant dans le règne de l’égo, alors que « (…) les mouvements d’émancipation ont lutté contre cette vision libérale de l’égalité formelle des chances, pour défendre l’éducation populaire, bien loin du « seul-face-au-savoir » que les classes dominantes ont souvent promu » (p. 87-88). Dans ce tableau d’un monde dystopique, Cédric Biagini, s’il ne cède pas à la facilité de pensée10, n’en privilégie pas moins les scénarios les plus noirs, linéaires, au détriment de réalités futures peut-être plus hybrides11. Les perspectives de résistance qu’il avance sont également restreintes, au-delà d’un éloge de l’autonomie, manquant de revendications et d’actions concrètes. Il n’empêche, la masse de réflexions qu’il brasse, malgré des manques réels (sur le MP3, les tablettes…) ne peut laisser indifférent, quant à l’avenir de notre humanité et de son patrimoine intellectuel.

1EDVIGE pour Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale, est un fichier policier informatisé institué par décret le 27 juin 2008, sous le gouvernement de François Fillon, dans le cadre de la création de lanouvelle DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur). Il est retiré le 20 novembre 2008, suite à de nombreuses critiques.

2« Quant au rôle de conseiller du libraire, comment pourrait-il garder sa légitimité dans un monde numérique où chaque avis en vaut un autre et où les informations et points de vue sur n’importe quel sujet ou œuvre pullulent, à la fois sur les réseaux sociaux, les blogs, les sites, ou dans les commentaires déposés en ligne ? » (p. 82).

3Cédric Biagini évoque au passage des logiciels d’écriture automatisée qui commencent seulement à voir le jour, le fait qu’Amazon enregistre et analyse les modes de lecture de tous ses acheteurs de kindle, ainsi que la perspective prévisible de publicité insérée dans les liseuses…

4« Point d’ancrage, objet d’inscription pour une pensée critique et articulée, hors des réseaux et des flux incessants d’informations et de sollicitations, le livre est peut-être l’un des derniers lieux de résistance » (p. 129). Oserons-nous ici remarquer, quand même, outre une idéalisation du « livre », une certaine méconnaissance de l’industrie de cette marchandise, trusts d’édition y compris ?

5« (…) en conditionnant les individus dès leur plus jeune âge, y compris dans le cadre scolaire, à l’usage des nouvelles technologies, on les prépare à être de parfaits e-consommateurs, au sens d’acheteurs bien sûr, mais aussi d’usagers frénétiques des objets high-tech » (p.v149).

6Plus généralement, sur cette question des nouveaux programmes d’histoire en collège, voir Jean-Guillaume Lanuque, « L’Histoire éclatée. Retour critique sur les nouveaux programmes d’histoire en collège », in Cahiers du mouvement ouvrier, n° 57, premier trimestre 2013, p. 113 à 117.

7« Gageons qu’une minorité, garante du bon fonctionnement du système économique et politique, recevra une formation permettant de maintenir le niveau d’exigence minimum requis pour faire tourner la machine capitaliste, tandis qu’une large majorité s’abrutira devant son écran (…) » (p. 168).

8Voir, sur une problématique proche, le livre de Laurent Jeanneau et Sébastien Lernould, Les Nouveaux militants, Paris, Les Petits Matins, 2008, chroniqué sur notre ancien site.

9Voir, à titre d’exemple, mon article sur « Le Retour du refoulé ? », in Quinzinzinzili, numéro 20, hiver 2012, p. 17-18.

10« La ruse des nouvelles technologies est en effet de produire un monde inédit, en perpétuel mouvement, et dont les cadres de référence ne peuvent être ceux des systèmes totalitaires passés » (p. 14).

11Ainsi de son idée selon laquelle « L’invasion des TICE accélère la prolétarisation du professeur, c’est-à-dire la disparition de ses savoir-faire et de son autonomie dans le travail » (p. 151) oppose une situation presque idyllique à une évolution unilatéralement négative : pourtant, l’enseignant est déjà depuis longtemps un prolétaire intellectuel, et ses savoir-faire ont toujours dû évoluer, sans pour autant disparaître, constituant l’essence même de son métier. Pour autant, les tendances soulignées par Cédric Biagini existent bel et bien. De même, la transparence qu’il incrimine, généralisée par les espaces numériques de travail, existait déjà auparavant : les cahiers de texte papier des classes étaient consultables par les directions comme les parents, et que dire des cahiers d’élèves !

Marco Monaco, Thierry Müller, Gregory Pascon, Choming out, Liège, éditions d’Une certaine gaieté, 2013, 127 pages, 8 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre part d’un paradoxe. Alors qu’il a fallu plus de cinq cent jours de négociations pour mettre en place l’actuel gouvernement belge, il en fallut moins de vingt pour réformer les droits au chômage en limitant drastiquement le temps des allocations. Ce livre entend donc partir de cette réforme et de « l’angoisse et la colère » qu’elle a suscitée.

En proposant un démontage d’une série d’affirmations idéologiques, en opérant également par glissements entre des antagonismes, les auteurs offrent une réflexion aussi originale qu’intéressante, basée tout à la fois sur leurs propres expériences comme sur une analyse fouillée. C’est d’ailleurs l’un des intérêts majeurs de cet essai que d’être écrit au croisement de parcours personnels – relayés par une écriture doublement collective – celle des trois auteurs et les témoignages sur lesquels ils s’appuyent ici – et d’une tentative de théorisation de « ce qui nous arrive ». C’est alors à un voyage – dans l’histoire et dans les rouages d’un système – auquel nous invitent ces pages. Ainsi, le livre se refuse à opposer trop abstraitement chômage et travail, et au sein de celui-ci, le salariat dans les secteurs privés, public et associatif. La réforme du chômage dépasse le cadre d’une minorité, du salariat même, pour embrasser la politique d’attaque systématique des services publics, de la coopération et de « destruction des communautés de travailleurs », mis en œuvre par le néolibéralisme. Ce dernier a fait un usage stratégique de l’emploi comme le démontrent les auteurs : « la réaffirmation obsessionnelle mais inexpliquée de « la valeur Travail » comme seul et unique vecteur de socialisation sert de socle idéologique à toutes les politiques d’allègement de charges sociales et de répression en matière de chômage » (p. 39). Et, plus loin : « ce processus de délitement des acquis sociaux auquel nous assistons depuis trente ans a été mené au nom de l’emploi et de la relance économique » (p. 42).

Si les auteurs émettent comme hypothèses que se sont opérés « une redéfinition de la composition de classe » et de « nouvelles pratiques de lutte » (p. 15), ils n’en inscrivent pas moins leur combat dans une certaine histoire. D’où, comme le souligne Bernard Friot dans sa postface, l’une des forces de ce livre exprimant un « refus de l’humiliation de « demander du travail » […] qui ne s’est pas fait dans la dénégation des conquêtes d’une classe ouvrière dont la défaite a tant pesé » (p. 125). Les premières caisses de chômage en 1846, les grèves de 1936, le mouvement de Mai 68, l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et Margaret Thatcher sont ainsi brièvement évoqués, remis dans la perspective plus large de mécanismes concrets inventés par la classe ouvrière pour affirmer sa solidarité ; mécanismes qui n’ont cessés d’être combattus – avec plus de force et de succès depuis les années 1980 et la révolution managériale – par les tenants du libéralisme. Cependant, les auteurs participent de cette histoire à partir de ces franges plus marginales, de questionnements éthiques et écologiques, et d’un positionnement particulier : « nous voulons sortir du binôme « travailler moins/travailler plus » pour construire le problème du sens et de l’organisation de la production » (p. 97).

Choming out ne tient pas à se cantonner à un travail d’analyse. Son objectif est de participer de la constitution d’« un front du refus », en faisant du chômage « le levier pour une lutte qui porte ses effets au cœur même du dispositif productif » (p. 101). Ainsi, ce livre au graphisme agréable n’hésite pas à avancer quelques revendications concrètes – redéfinition d’un travail « convenable », redéploiement des services publics, « allocation sociale inconditionnelle » (p. 112)… – autour de ce qu’il nomme « un nouveau welfare ». En ce sens, les raccourcis et affirmations problématiques mis en avant ne sont pas un obstacle à la lecture puisque ce livre entend avant tout servir d’outil à un usage stratégique. L’enjeu est de susciter le débat, dé-cristalliser des positions figées, renverser le rapport de force et ouvrir le champ des possibles. C’est tout le « mal » qu’on lui souhaite.

Michel Husson, Charb, Le capitalisme en dix leçons. Petit cours illustré d’économie hétérodoxe, Paris, Zones, 2012, 252 pages, 16 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Michel Husson est un économiste « critique » reconnu, qui participe au conseil scientifique d’Attac, tout en étant par ailleurs l’animateur d’un site précieux, www.hussonet, qui fournit de nombreuses analyses en matière économique et sociale. Pour écrire ce manuel, il s’est adjoint le talent de Charb, dessinateur et directeur de publication de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui illustre le propos par ses dessins décalés. Est donc reprise pour cette livraison l’alliance, entre un rédacteur et un dessinateur, qui avait fait le succès de l’ouvrage de Daniel Bensaïd, Marx, mode d’emploi (Zones, 2009). Le terme de « leçons » contenu dans le sous-titre indique bien la volonté pédagogique qui préside à la publication de cet opus, pédagogie redoublée par l’effet de décalage que produisent les illustrations. En effet, à partir d’une approche définie comme marxiste, Husson propose de revisiter l’actualité de cette approche pour décrire le fonctionnement actuel du capitalisme. En dix chapitres, articulés autour d’autant de questions qui se posent aujourd’hui, Husson décrit différents aspects de cette économie. Dans un premier temps, c’est d’abord à l’origine de ce mode de production qu’il s’intéresse, permettant un retour historique que Marx décrit longuement dans le Livre I du Capital. L’analyse du profit lui permet ensuite d’exposer une notion centrale, le surplus, ou la plus-value. Plus-value dont l’actualisation contemporaine dans la phase néo-libérale se manifeste par un accroissement constant des inégalités de richesse entre les groupes et classes sociales. Dans ce cade sont passés en revue des phénomènes comme la mondialisation (avec ses impasses) ou le rôle de l’Union Européenne, « cheval de Troie » des politiques libérales. Au passage, Husson, accompagné d’un Charb particulièrement grinçant, s’intéresse aux discours actuels sur l’écologisation du capitalisme. L’idée que l’on puisse (ce que tendent aujourd’hui à faire croire les grandes entreprises à partir de massives campagnes de publicité) conjuguer le développement continu de la marchandise (notion, elle aussi décisive de Marx, qui fait l’objet d’un chapitre spécifique) avec la préservation de notre environnement ou du cadre de vie naturel est tout simplement impossible. Selon l’auteur, la conception d’un tel capitalisme est une contradiction dans les termes, un oxymore1, comme il conclut lui-même le chapitre. Reste, dans un dernier temps, à examiner les paramètres de la crise actuelle, crise qu’il qualifie de systémique, tant ceux-ci sont convergents. C’est pourquoi l’ultime chapitre n’est pas formulé sous la forme d’une question comme les neuf précédents, mais d’une affirmation « Pourquoi on va dans le mur », au pronostic assez clair. La finance (le fameux « capital fictif », dont la notion est développée dans le Livre III du Capital) qui domine la phase actuelle du capitalisme dérégulé constitue un puissant facteur d’accélération de la crise. En effet, en elle-même la financiarisation ne crée pas de valeur (seul le travail est en mesure de produire de la valeur). En revanche, elle fonctionne comme une ponction, affectant profondément la répartition de la richesse, ainsi qu’en attestent les données fournies. Cette partie est très intéressante, car Husson fait la démonstration, à l’encontre de nombreuses analyses, que cette financiarisation de l’économie ne se présente pas comme une excroissance parasitaire, qu’il s’agirait d’éliminer pour revenir au un sain fonctionnement d’une économie capitaliste d’antan. Au contraire, le stade financier correspond aux contradictions majeures du capitalisme contemporain, permettant de boucler la reproduction de la phase néolibérale du capitalisme. Le message final que délivre l’ouvrage de Michel Husson sort du cadre strict de l’analyse économique pour en appeler à la mobilisation sociale et citoyenne avant que le pôle néolibéral n’entraîne les pays et les peuples dans la spirale infernale d’une austérité croissante. D’où la nécessité, « vitale » (p. 249), de rompre avec ce système mortifère. On le voit à ces quelques mots, Michel Husson inscrit bien ses pas dans ceux de Marx, puisque selon lui l’économie ne saurait se limiter à une analyse technique du fonctionnement d’un système, mais relève bien d’une approche critique.

1Un oxymore est une figure de rhétorique qui consiste à réunir deux termes de sens contraire.

Chris Harman, Une histoire populaire de l’humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire (A People’s History of the World. From the Stone Age to the New Millenium), Paris, La Découverte, 2011 (2008 pour l’édition originale la plus récente), 736 pages, 29,50 €.

Le travail d’Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, qui a connu un vaste succès, a suscité bon nombre d’émules. Outre Les nations obscures. Une histoire populaire du tiers monde de Vijay Prashad et Histoire populaire des sciences de Clifford D. Conner (tous deux chroniqués dans notre revue électronique), Chris Harman a eu l’ambition d’étendre cette démarche à l’histoire de l’humanité dans son ensemble. Rappelons que Chris Harman, récemment décédé, était une des figures intellectuelles majeures du SWP britannique[1]. L’entreprise était risquée, un seul homme pouvant désormais difficilement embrasser la totalité de l’histoire universelle sans la collaboration d’une véritable équipe de spécialistes. Mais la principale limite de l’ouvrage tient en fait à ce que, davantage qu’une histoire du peuple, il s’agit d’une histoire marxiste du monde, qui plus est d’un marxisme que l’on peut qualifier, souvent, de strictement « orthodoxe ». Vertébrée autour de la base matérielle des civilisations, elle apparaît en effet quelque peu désincarnée, sans pleinement aborder la vie quotidienne des grandes masses de population, justement, ni l’histoire des arts. La traduction témoigne également d’un certain manque de connaissances précises, tout au moins dans leur version française : monachisme devient « monasticisme », les royaumes combattants chinois des États guerriers, et l’école légiste celle des « légalistes ». Enfin, les références bibliographiques ne sont pas toujours à jour en ce qui concerne leurs éditions françaises les plus récentes.

Pour autant, le vaste travail de Chris Harman apporte des éléments utiles et stimulants pour la réflexion, bien que son exposé verse à plusieurs reprises dans un certain mécanisme. Refusant toute idée d’une nature humaine fixe ou d’une histoire finie (bon exemple page 422), il embrasse plusieurs millénaires d’aventure de l’humanité, dans une synthèse qui a de quoi susciter le respect. Passons rapidement sur le communisme primitif, que l’auteur a tendance à idéaliser sans tenir compte des analyses les plus récentes – et plus nuancées – sur la question (Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était, chroniqué dans notre revue électronique), avant de s’arrêter sur ce premier bouleversement majeur qu’est la révolution néolithique. L’apparition des chefs de villages et des guerres y précéderait le développement urbain, l’existence de surplus liée aux progrès de la productivité entraînant la division en classes, la naissance de l’État et des idéologies religieuses afin de les justifier et de les pérenniser. Les premiers âges sombres qui suivraient cette première longue phase de croissance s’expliqueraient alors par la trop grande avidité de classes dominantes également rigides et conservatrices. Parmi les développements sur la période antique les plus intéressants pour un lecteur européen, ceux sur la Chine amènent Chris Harman à imaginer la possible émergence d’un capitalisme avant l’unification du pays par Qin Shi Huangdi, un possible enrayé par l’accroissement de la main-mise de la bureaucratie étatique ; on n’est pas loin du scénario uchronique envisagé par Aldo Schiavone pour Rome quelques décennies avant la fondation du Principat (Aldo Schiavone, L’histoire brisée, chroniqué dans notre revue électronique). Concernant la pensée grecque, il attribue sa vitalité aux luttes de classes qui agitent le monde hellène, et relativise correctement l’opposition entre les sénateurs romains et certains empereurs, simple lutte entre possédants. On appréciera également sa vision nuancée du christianisme, dont il ne fait pas une religion prolétarienne, même si son explication de l’essor du monothéisme – une religion convenant mieux aux urbains et aux marchands – n’emporte aucunement l’adhésion. Se retrouvent par ailleurs sous sa plume des analyses de l’islam qui sont une des caractéristiques polémiques du SWP : selon lui, dans son chapitre justement nommé « Les révolutions islamiques », la dissidence chiite est également subversion sociale, une vision subjective qui néglige la prise en compte du noyau réactionnaire de toute religion. Les ancêtres des prolétaires, Chris Harman les voit dans les artisans royaux égyptiens, ce qui est également pour le moins discutable, au vu du statut éminemment privilégié et particulier de ceux-ci.

Face à des civilisations ayant échoué à se transformer en un mode de production plus efficient, telle la Chine ou l’empire musulman, où le parasitisme des classes supérieures brida tout développement, Chris Harman oppose l’Europe, dont « l’arriération même (…) lui permit de se projeter au-delà des grands empires » (p. 165). Dans cette phase de « Grande transformation » (titre inspiré de Karl Polanyi[2]), ouverte au XVe siècle – où l’on note au passage la reprise par l’auteur de la légende noire de Christophe Colomb, qui lui attribue un rôle précurseur dans les massacres qui ont suivi sa découverte des Amériques – les XVIe et XVIIe siècles sont ceux du « féodalisme de marché », tandis que le protestantisme incarnerait une tentative de révolution de la part des classes moyennes… Aux époques modernes et contemporaines, les développements sur les révolutions, en particulier anglaise et française, sont d’ailleurs particulièrement détaillés. Toutefois, Chris Harman conclut bien trop rapidement sur la présence d’un parti révolutionnaire organisé pour expliquer la venue au pouvoir de la bourgeoisie (la New Model Army de Cromwell ou les Jacobins). Certains manques sont également là aussi à noter, ainsi de Jean Meslier ou des réflexions pourtant cruciales de Christopher Baily, sur les révolutions industrieuses entre autre (voir La naissance du monde moderne, chroniqué dans notre revue électronique). Pour le XXe siècle, l’exposé est plus conforme à la vision trotskyste traditionnelle, que ce soit sur la révolution russe et ses suites, ou sur le Front populaire comme collusion avec la bourgeoisie et donc trahison ; plusieurs raccourcis ou simplifications sont là encore de mise (ainsi sur le 6 février 1934). La singularité du SWP se retrouve dans la caractérisation de l’URSS comme un capitalisme d’État, avec une accumulation primitive du capital opérée sous Staline et une URSS renvoyée dos à dos avec les États-Unis. Bien sûr, nous n’avons proposé là qu’un aperçu critique de cette vaste fresque, aux inévitables manques, simplifications ou survols trop succincts (les civilisations africaines, ou la résolution de la crise du bas Moyen-Âge), qui impressionne par son ambition littéralement démesurée, pour tout dire inaccessible à un chercheur isolé. Pour mener à bien une telle histoire, d’une manière aussi complète que possible, et même en demeurant dans une optique vulgarisatrice, la nécessité d’un collectif se révèle, ici, en creux, patente.

Jean-Guillaume Lanuque


[1]    Chris Harman est une figure d’une des familles trotskystes mondiales, celle qui considère l’URSS comme une société « capitaliste bureaucratique d’État » et non comme un « État ouvrier dégénéré ». C’est un auteur prolifique : voir http://www.marxists.org/archive/harman/

[2]    Karl Polanyi, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 (édition originale en 1944). Polanyi est un historien de l’économie, influencé par le marxisme.