Archives de catégorie : Histoire, historiographie

Daniel Vander Gucht, Ce que regarder veut dire. Pour une sociologie visuelle, Paris, Les Impressions nouvelles, 2017, 284 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Daniel Vander Gucht, sociologue à l’Université Libre de Bruxelles (ULB), qui avait déjà publié chez le même éditeur, en 2014, L’expérience politique de l’art. Retour sur la définition de l’art engagé1, offre dans ce nouvel essai un plaidoyer pour la sociologie visuelle, « entendue comme une pratique utilisant des sources visuelles comme documents sociologiques et l’écriture graphique pour documenter la réalité sociale » (p. 23). S’appuyant sur l’anthropologie visuelle et les visual studies, tout en cherchant à démarquer un champ propre à la sociologie, l’auteur déplore le « retard » pris par celle-ci par rapport à l’anthropologie dans ce domaine, ainsi que le discrédit de l’image dans la sociologie française, au regard de la reconnaissance dont celle-ci jouit dans le monde anglo-saxon. Au-delà du nécessaire apprentissage du décodage des « représentations imagées du social, qui nous sont quotidiennement adressées » (p. 7), le défi est pour lui, dès lors, de « réhabiliter une forme de « pensée visuelle » » (p. 45).

Au cours de sa thèse, Daniel Vander Gucht passe en revue diverses stratégies visuelles, revient sur l’histoire du cinéma et de la photographie documentaires, ainsi que celle de la photographie sociale, analysant, au passage, la crise du photojournalisme, qui l’a vu intégrer le marché de l’art (p. 96 et suivantes). Il développe également des analyses fines et complexes d’une série de films qu’il juge emblématiques ; depuis Chronique d’un été (1960) de Jean Rouch et Edgar Morin, jusqu’à la série policière The Wire (2002-2008), en passant par les films de Jean-Luc Godard, Dziga Vertov, Robert Flaherty, François Nicolas Philibert, Frederick Wiseman, Agnès Varda, Claire Simon… Et l’auteur de voir dans Play-Time (1967) la « quintessence de ce que peut être, sinon un film sociologique, du moins le regard sociologique dans le cinéma de fiction » (p. 211).

Quels sont les contours de la sociologie visuelle ? Vander Gucht opère un distinguo utile : « la sociologie de l’image, qui considère celle-ci comme un document ; la sociologie en image, qui se sert de l’image comme illustration et du support audiovisuel comme outil pédagogique (…) ; la sociologie par l’image, qui emprunte quant à elle au documentaire le souci de documenter, de dévoiler, de témoigner, de comprendre et d’expliquer des situations humaines d’un point de vue sociologique à travers le médium audiovisuel et s’exprime par le biais du langage visuel » (p. 63). Mais qu’est-ce qui ferait d’un document une œuvre sociologique ? Avant de répondre, l’auteur insiste sur le caractère construit – par le sujet comme par le cadrage, par la narration comme par la mise en scène –, insistant avec raison sur le rôle du montage (« toujours un arrangement de la réalité, un artifice d’historien et de romancier, mais indispensable pour qu’il y ait histoire ou récit » (p. 133, c’est l’auteur qui souligne)) – d’une photo ou d’un film, fut-il un documentaire. D’où la nécessité d’outils conceptuels qui permettent d’interroger cette construction et la vérité de cette réalité.

Ce qui dès lors prime sur la définition d’un film ou d’une photo sociologique, c’est, en amont, la méthodologie, la posture épistémologique adoptées (p. 207), le regard – explicatif et, en dernière instance, critique – qui est porté, et, en aval, ce que l’auteur nomme le « « contexte organisationnel » de l’usage » (p. 120) de ce document. Dans le chapitre quatre, revenant sur sa propre expérience, dans le cadre de ses cours à l’ULB, Daniel Vander Gucht insiste sur le choix de l’angle d’approche et du type de questionnement (p. 245). Cette partie, plus expérimentale, soutenue par une sorte d’« expérience de terrain », à laquelle l’auteur est attaché, est peut-être plus directement convaincante que les pages qui précèdent, parfois trop marquées par la volonté de préserver une place à la sociologie, à côté des autres courants de sciences sociales – au risque de démultiplier ainsi sans fin les spécialisations – au sein des visual studies.

Il est dommage d’ailleurs que Vander Gucht ne discute pas des travaux hors sociologie, dans le champ francophone, qui portent sur cette « pensée visuelle » ; nous songeons par exemple à des auteurs aussi différents que Jacques Rancière ou l’historien de la culture visuelle Bertrand Tillier. Toujours est-il, qu’en s’appuyant sur de nombreux exemples et illustrations – reproduites ici avec qualité et soin – cet essai didactique et agréable à lire appelle à revoir « le statut même de l’image dans les sciences sociales » (p. 273).

1Ouvrage chroniqué sur ce blog de Dissidences, https://dissidences.hypotheses.org/5361

Simon Sebag Montefiore, Les Romanov. 1613-1918 (The Romanovs), Paris, Calmann-Lévy, 2016, 864 pages, 27,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Simon Sebag Montefiore fait partie de ces historiens anglo-saxons ayant la faveur des maisons d’éditions françaises. Contrairement à d’autres, qui doivent attendre jusqu’à quarante ans pour enfin être traduits (Alexander Rabinowitch ou Steve A. Smith), il bénéficie d’un suivi extrêmement réactif, puisque ce dernier ouvrage paraît en français la même année que son édition originale. Il faut dire que Simon Sebag Montefiore a tendance à privilégier l’approche de l’histoire par l’intime, le quotidien, les coulisses du privé. C’était déjà le cas dans Staline. A la cour du tsar rouge, ce l’est encore davantage dans son étude de la Maison impériale Romanov, livre qui vient juste après un autre, consacré déjà à La Grande Catherine et Potemkine (Calmann-Lévy, 2013). L’auteur présente son étude comme étant celle, à travers la dynastie, de l’absolutisme en Russie.

Le récit débute par un rappel de la Russie des origines, celle des IXe et Xe siècles, dominée dans la première moitié du second millénaire par la dynastie Riourikide, jusqu’au fameux tsar Ivan IV le Terrible, marié en premières noces à une Romanov. C’est donc en 1613, après le Temps des Troubles, et dans un contexte marqué par l’occupation étrangère, que le jeune Michel Romanov (il n’a alors que 17 ans) devient le premier tsar de la famille. Et d’emblée, le mythe se mêle à l’histoire, à travers le paysan sauveur du tsar menacé par les Polonais, Ivan Soussanine : ce personnage allait en effet au fil des siècles incarner le lien censément indéfectible unissant le souverain et ses moujiks. Le règne du fils de Michel Ier, Alexis, plus tard une des figures tutélaires de Nicolas II, donne l’occasion à Simon Sebag Montefiore d’aborder les mouvements sociaux, retraçant les émeutes dirigées contre les ministres du souverain et le poids excessif des impôts en 1648, dont le principal résultat fut de pousser Alexis à resserrer les liens entre l’autocratie et la noblesse en rigidifiant le servage. Toutefois, plus que ces mouvements populaires en eux-mêmes, ce qui semble particulièrement retenir l’attention de l’historien, ce sont les détails macabres et cruels, que ce soit ceux des violences perpétrées par les insurgés ou ceux des exécutions décidées par le pouvoir…

De la même manière, il s’appesantit, à propos du règne de Pierre le Grand, sur le caractère festif du tsar, son ébriété fréquente, son sadisme également, les détails quant aux tortures et cruautés en actes étant nombreux (ainsi de ces boyards contraints de décapiter des mousquetaires rebelles). Simon Sebag Montefiore prend toutefois également en compte le changement de statut de la Russie, passée au calendrier occidental à compter de 1700, et qui devient une puissance digne d’intérêt à compter de sa victoire contre la Suède de Charles XII : c’est à cette époque que débute la pratique séculaire d’alliances matrimoniales avec des dynasties allemandes. Le XVIIIe siècle, après la mort de Pierre Ier, est alors dominé par des règnes de femmes : Anne (1730-1740), petite-fille d’Alexis, dont l’arrivée au trône est marquée par une tentative avortée de mise en place d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise ; Elisabeth (1741-1761), fille de Pierre, qui relâche les exigences dues par la noblesse tout en alourdissant le servage des paysans ; Catherine II (1762-1796), enfin, qui, au-delà des détails donnés sur ses amants successifs, préside à la réorientation de la politique étrangère vers le sud et l’empire ottoman, ainsi que vers une Ukraine colonisée.

Le cas de cette impératrice permet de souligner un point fort pertinent relevé par Simon Sebag Montefiore, à savoir la dimension de communication de l’image réformatrice, utilisée principalement vers l’extérieur de la Russie ; ce n’est pas un hasard si Catherine II, la « Grande Catherine », passé un engouement réel pour les Lumières (correspondance avec Voltaire, rencontres avec Diderot), éprouva un profond dégoût des réformes après la Révolution française, jusqu’à en exagérer l’impact dans son propre empire. On retrouve d’ailleurs ce trait chez Alexandre Ier, dont le basculement dans le mysticisme coïncide avec l’invasion de la Russie par Napoléon : la propagation des idées révolutionnaires, dans les années qui suivent le Congrès de Vienne, est qualifiée par le tsar d’« empire du mal » (p. 462), engendrant une forme de paranoïa et de vision complotiste des événements. L’autocratie a donc tendance à se rigidifier, s’arc-bouter sur ses fondamentaux, ce qui s’accompagne, sous le règne de Nicolas Ier, frère et successeur d’Alexandre, d’un véritable décrochage d’avec l’industrialisation alors en cours dans le reste de l’Europe. Ce n’est pas l’abolition du servage par son fils, Alexandre II, en 1861, qui infirme ce constat : non seulement l’objectif du souverain, malgré une politique réformatrice entre 1861 et 1864, reste bien, en dernière instance1, de consolider une autocratie fragilisée par les défaites militaires de la guerre de Crimée, mais en outre, cette décision marque un divorce d’avec la noblesse, « (…) ne laissant d’autre choix au tsar que de faire reposer son pouvoir sur la puissance de feu de son armée et sur la carapace de son impopulaire bureaucratie. Sans cet ancrage séculaire, les Romanov et la société commencèrent de se désolidariser. » (p. 501).

Le règne de Nicolas II est un de ceux qui a droit aux développements les plus conséquents, en raison de la plus large documentation disponible. Des analyses de Simon Sebag Montefiore, on retiendra particulièrement son rêve proprement mystique d’expansion vers l’est, sa haine des Juifs ou des Polonais (sensible lors de la répression suivant la révolution de 1905)2. Quant à son exécution, ainsi que celle de sa famille, en juillet 1918, l’historien insiste sur la responsabilité fondamentale de Lénine, un point qui est pourtant encore discuté aujourd’hui. A cet égard, on sent tout au long de son livre une certaine empathie pour son sujet, ce qui s’accompagne dans les derniers chapitres d’une critique parfois gratuite des bolcheviques et des révolutionnaires marxistes3.

Le principal problème de l’ouvrage, cependant, bien qu’il soit vrai que la bibliographie ainsi que les sources mises à contribution sont d’une ampleur conséquente, c’est qu’il insiste sans retenue sur la vie amoureuse et sexuelle de ces tsars et tsarines4. Autant d’éléments qui donnent tout de même à l’ouvrage une apparence racoleuse, tendant à l’inscrire dans la petite histoire, celle dont on dit qu’elle est la préférée du grand public. Quant à la problématique traversant l’étude, on peut la résumer en parlant d’une continuité autocratique, de Pierre Ier à Vladimir Poutine. Tout ça (300 ans et 864 pages) pour ça, serait-on tenté de dire…

1Alexandre II eut la lucidité de reconnaître que l’abolition du servage devait venir d’en haut, de crainte qu’elle ne vienne d’en bas.

2Nicolas devenu simple Romanov, lecteur des Protocoles des Sages de Sion, voit même, dans la prise du pouvoir par les bolcheviques en octobre 1917, une manifestation du complot juif…

3Au sujet de la révolution de 1905, par exemple, cette phrase dont les derniers passages sont caractéristiques des sentiments de l’auteur : « A Saint-Pétersbourg, un soviet – un Conseil d’ouvriers et de paysans – présidé par Léon Trotski, le showman narcissique de la Révolution, organisait les désordres. » (p. 667). Il fait également sienne cette déclaration de Boris Eltsine, aux funérailles des Romanov assassinés, en 1998 : « Toute tentative pour changer la vie par la violence est vouée à l’échec. » (p. 824).

4Citant largement les diverses correspondances, il détaille les aventures de Pierre Ier, la verdeur de Koutouzov passé soixante ans, l’appétit charnel de Nicolas Ier ou d’Alexandre II… Les scènes d’agonie sont également longuement décrites, comme François Bluche l’avait fait dans sa biographie de Louis XIV.

Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la participation amicale de Christian Beuvain)

C’est un ouvrage impressionnant par sa taille et son ampleur que l’universitaire britannique Orlando Figes a produit, une sorte de cénotaphe pour l’expérience soviétique qui a marqué le court XXe siècle. L’idée centrale de sa fresque, c’est la situation vécue par la population de l’empire russe, la « tragique destinée » (p. 139) d’un peuple divisé entre villes et campagnes irréductibles l’une à l’autre, un peuple si longtemps soumis qu’il est incapable de prendre ses propres destinées en mains1. A partir de leur correspondance (le plus souvent), Orlando Figes met en avant dans son récit des personnages. Parmi les plus importants, le prince Lvov, Maxime Gorki, Broussilov, le paysan moderniste Semonov ou le militant bolchevik Kanatchikov.

La première grande partie vise l’état des lieux de la Russie d’avant la révolution. On y retrouve un souverain manquant d’autorité personnelle mais attaché à l’autocratie traditionnelle, qui s’appuie sur une bureaucratie sclérosée et dont le règne s’inscrit dans la réaction autocratique initiée par son père, Alexandre III ; un constat qui amène Orlando Figes à rejeter l’idée d’une modernisation politique que la révolution aurait interrompu. Le pays profond, quant à lui, est profondément archaïque, soumis à un contrôle étatique étonnamment lâche. La noblesse y apparaît divisée, entre une couche rurale désargentée, qui regrette la fin du servage, et une noblesse plus industrieuse, dont le prince Lvov est un exemple, désireuse de changements à partir de l’institution des zemstvos2. Cette division se retrouve également au sein de l’Église orthodoxe, affaiblie du fait de l’urbanisation et des progrès de la sécularisation qui en résultent, et au sein de l’armée, techniquement dépassée, sous financée, avec certains officiers tel Broussilov qui s’opposent à la majorité conservatrice de l’encadrement. Si l’on y ajoute l’agitation nationaliste, fouettée par la politique de russification, et l’opposition de l’intelligentsia3, on a là autant de fissures dans l’empire russe qui le rendent sensible à tout séisme révolutionnaire. De cet état des lieux, une des parties les plus intéressantes concerne la paysannerie. Là aussi, les germes de division sont bien réels, entre des jeunes plus modernisés, souvent alphabétisés, et des anciens qui s’opposent aux évolutions techniques, entre régions plus riches, futurs appuis de la contre-révolution, et zones plus pauvres. Une partie de cette population paysanne connaît d’ailleurs l’exode rural, nécessaire pour alimenter les industries urbaines4. Ce monde rural est profondément marqué par une violence chronique5 et un « anarchisme instinctif » (p. 153-154), rêve d’une autonomie collective autour de l’obchtchina6, qui allait permettre un temps la convergence avec la révolution bolchevique.

Si le récit proprement dit débute par la famine de 1891, c’est parce qu’il s’agit, selon Orlando Figes, d’un tournant majeur : l’État tsariste en sort discrédité, tandis qu’une société civile réelle émerge (il y voit même la prise de conscience de la Russie comme nation, ce qui semble quelque peu excessif). 1905, dans cette optique, rejoue en plus accentuée la même partition, l’État refusant de jouer le jeu libéral pour privilégier une répression violente ; lacune regrettable, l’auteur ne dit rien de la révolution hors de la Russie proprement dite, ainsi au Caucase. Ce qui ressort surtout de cet épisode révolutionnaire, c’est le divorce entre le peuple et les élites, la révolution sociale et la révolution strictement politique. La séquence qui suit, 1905-1917, serait marquée par l’opposition entre forces monarchistes et forces parlementaires, une dichotomie qui nous semble discutable, dans la mesure où les secondes demeurèrent tout du long soumises aux premières (d’autant que la Douma n’était que la Chambre basse, la chambre haute, l’ancien Conseil d’État, étant pour sa part totalement conservatrice). Elle est surtout marquée par la réforme agraire de Stolypine, qu’Orlando Figes compare à Gorbatchev : proposée trop tardivement, elle se heurte à la résistance de la bureaucratie et entraîne des effets contrastés (certains paysans, comme Semenov, s’enrichissent, tandis que d’autres voient leur situation se détériorer). Face au déclenchement de la Première Guerre mondiale, la Russie est clairement incapable de faire face à un conflit long. Son armée manque de matériel, de transports efficaces, de soins, et les soldats mobilisés après les premiers mois sont trop peu formés et trop peu sensibles aux motivations nationalistes. Si l’on ajoute à cela une haine montante entre les millions de soldats du rang et une caste très arrogante d’officiers – nombre de sous-officiers étant du reste issus de la paysannerie – les éléments de la dislocation de l’appareil militaire sont en place dès 1915.

Le récit de la révolution de février 1917 insiste sur la violence qui s’est alors exprimée, contre la police, ou celle des criminels libérés de prison, tout en la comprenant voire en la justifiant, car issue du peuple. Les masses nourrissent d’ailleurs la peur des dirigeants de la Douma et même des soviets ; il faut dire que le gouvernement provisoire qui se met en place vise l’aboutissement de la révolution politique, et non sociale, une tâche vouée à l’échec, selon l’auteur : « Si 1917 a prouvé quoi que ce soit, c’est que la société russe n’était ni assez forte ni assez soudée pour soutenir une révolution démocratique. » (p. 458), le pays se retrouvant « balkanisé » ; l’idée phare du double pouvoir est ici remplacé par une multitude de pouvoirs autonomes. L’offensive militaire du début de l’été, voulue à la fois par les dirigeants de l’armée, du gouvernement et du soviet de Petrograd, devait servir à ramener l’ordre dans l’armée et à négocier en situation avantageuse une éventuelle sortie de la guerre. Face à son échec, les émeutes de juillet 1917 sont pour l’auteur marqués par l’indécision : celle des bolcheviques, mais également celle des leaders du soviet de la capitale, coupables à ses yeux de défendre les bolcheviques et de ne pas oser prendre le pouvoir. Dès lors, le terrain est libre pour une radicalisation et une polarisation accrue des forces. Kornilov, qui souhaite un gouvernement provisoire plus autoritaire, coagule autour de lui une nébuleuse contre-révolutionnaire croissante, encouragée par les progrès du chaos social. La prise de pouvoir par les bolcheviques conduit Orlando Figes à laisser libre cours à son hostilité à leur égard, parfois classique (les « fanatiques léninistes », p. 634), parfois gratuite (les sarcasmes sur la relation entre Dybenko et Kollontaï).

C’est alors un raisonnement téléologique qui domine son analyse, la dictature du parti unique étant comme inscrite, inhérente au bolchevisme ; les données contradictoires à cette vision sont ignorées, et la contextualisation est bien trop limitée7. Là où Orlando Figes touche plus juste, c’est lorsqu’il explique que les soldats et les paysans se révélèrent plus attachés à leurs soviets qu’à la Constituante. De même, sur la terreur rouge, il perçoit bien, comme l’avait d’ailleurs déjà argumenté Marc Ferro, que « La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent. Les grandes institutions de la Terreur furent toutes des réponses, au moins en partie, à ces pressions de la base. » (p. 650-651). Il reconnaît également, en insistant sur le modèle de la Commune de Paris (très présent dans les esprits bolcheviques), que le communisme de guerre fut une réponse improvisée, pragmatique, à une situation possiblement désastreuse pour eux. Dans la victoire finale des bolcheviques, Orlando Figes insiste sur le soutien des paysans, encore plus effrayés par le retour des propriétaires terriens que par l’Armée rouge. Il relève également les pertes importantes au combat des éléments les plus motivés du parti, favorisant « (…) les égoïstes et les corrompus (…) » (p. 733), mais plus généralement permettant l’ascension sociale de nombreux fils de paysans, autant de membres d’une bureaucratie plébéienne en devenir ; Orlando Figes insiste d’ailleurs sur la plus grande docilité de ces membres récents du parti, en raison de leur éducation limitée. Autre élément utile pour lire l’évolution du bolchevisme au pouvoir, l’existence d’un « bolchevisme national », autrement dit des individus politiquement éloignés des idées socialistes, mais qui se rallièrent par patriotisme et par conviction que le nouveau régime allait restaurer la grandeur russe en abandonnant ses oripeaux principiels (« En un sens, le bolchevisme national fut le véritable vainqueur de la guerre civile. », p. 860).

Orlando Figes, comme tous les chercheurs ayant travaillé sur ce sujet, ne parvient pas à être totalement objectif, même si son exposé est riche en données factuelles précieuses et en réflexions pertinentes8. Il semble ne pas réellement comprendre les idées révolutionnaires des bolcheviques9, dresse un portrait plutôt antipathique de Lénine10 en chef absolu pratiquement maladif (p. 495), jaloux du pouvoir exclusif de son parti et qui considère tout espoir et même toute volonté de révolution mondiale forclos à compter du traité de Brest-Litovsk (p. 681). Clairement, il considère la volonté de bouleversement radical des bolcheviques comme chimérique11, et l’on sent que sa préférence va aux idées modérées, celles des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques (bien qu’il regrette la faiblesse de leurs directions respectives), rêve d’une coalition socialiste (impossible) et d’un système mixte, en 1917, qui aurait combiné soviets et institutions traditionnelles (zemstvos, Constituante…) en satisfaisant les revendications des paysans. Sa conclusion l’amène plus directement à accorder son soutien au modèle démocratique libéral actuel, tout en faisant du « nationalisme autoritaire » (p. 1010) l’héritier du bolchevisme (jusque que dans la xénophobie !), sans que l’on ne sache avec précision à qui il pense…

In fine, ce qui fait la force de l’ouvrage de Figes, c’est son sens du récit, son tableau très vivant des réalités sociales et son appréhension large de la période. D’une certaine manière, il donne l’impression de tenter la synthèse des écoles totalitaire et révisionniste : emprunter aux premiers la perception du bolchevisme, aux seconds celle des dynamiques sociales.

1« Des siècles de servage et de soumission ne l’avaient pas préparé à se mesurer à ses maîtres politiques, et c’est bien là que réside la tragédie du peuple russe dans son ensemble. » (p. 542). « La tragédie de la révolution russe fut celle d’un peuple politiquement trop faible pour en déterminer l’issue. » (p. 725).

2Les zemstvos sont des assemblées locales, créées en 1864 par le tsar Alexandre II dans le cadre des réformes administratives, après l’abolition du servage (1861). Ils doivent gérer la vie économique régionale, mais aussi l’éducation, par exemple.

3Sur cette dernière, Orlando Figes propose une clef de lecture discutable, car trop englobante : il la voit marquée par une « quête d’absolus » (p. 185), une tendance au manichéisme liée à l’opposition du pouvoir auquel elle se heurte, ce qui le conduit à voir en elle un des germes du « totalitarisme » futur (« (…) il y avait de nombreux points communs entre Lénine et Tolstoï. », idem).

4Une partie des militants bolcheviques était issue de cette couche sociale d’ouvriers récents. « La méfiance, voire le mépris qu’ils devaient montrer envers la paysannerie, une fois au pouvoir, peut s’expliquer par cette réalité sociale. Car ils associaient le lugubre monde paysan à leur malheur passé, tandis que la nécessité d’abolir ce monde était un élan vital de leur identité personnelle et de classe naissante, comme de leur engagement révolutionnaire. » (p. 164).

5« La violence et la cruauté que l’ancien régime infligeait au paysan se transformèrent en une violence paysanne qui, non seulement défigurait la vie quotidienne du village, mais se retourna également contre le régime dans la terrible violence de la révolution. » (p. 148).

6Nom en russe de la commune paysanne (appelée aussi mir), en qui beaucoup de socialistes de la fin du XIXe siècle (comme Alexandre Herzen ou les narodniks) voyaient la preuve de la nature socialiste du paysan russe. La fonction et les usages de cette commune furent discutés et débattus par Marx et Engels.

7Le blocus mené par les puissances occidentales est littéralement absent de la réflexion. La Tcheka n’est présentée que dans son rôle répressif, les exécutions ne constituant pourtant pas sa seule activité…

8« Dans une crise révolutionnaire, ce sont les perceptions et les croyances qui comptent, plutôt que les réalités. » (p. 372). Parmi les faits peu connus, le sort du prince Lvov après la prise du pouvoir bolchevique : libéré par la Tcheka, il devient finalement un représentant de Koltchak. On y trouve parfois de légères erreurs, ainsi de Raskolnikov lisant la « Déclaration des droits des travailleurs » à la Constituante, alors qu’il s’agissait de Sverdlov (p. 640), ou de Trotsky menant l’assaut sur Cronstadt (p. 936), erreur récurrente de nombreux ouvrages : en réalité c’est Toukhatchevsy qui commandait les troupes rouges à l’assaut de la citadelle.

9En 1905, il considère que Lénine est déjà pour une révolution socialiste, comme Trotsky, et croit que les mencheviques, contrairement aux bolcheviques, estiment la révolution européenne nécessaire : deux affirmations erronées. Il voit également une opposition au sein des bolcheviques d’avant la révolution entre exilés (les « cosmopolites ») et militants demeurés en Russie (les « xénophobes » – sic -), qui serait la matrice des conflits des années 1920 entre révolution mondiale et socialisme dans un seul pays, simplification largement outrancière. Plus anecdotique, il présente une « amitié étroite » (p. 381) entre Trotsky et Boukharine qui n’exista jamais. Il manifeste aussi une certaine condescendance à l’égard des ouvriers récents séduits par le marxisme, qu’il voit comme un moyen de ne pas penser par soi-même… (p. 176). Fondamentalement, il fait de Lénine un homme mû par la soif de pouvoir plus que par l’idéologie socialiste (p. 626).

10Dès le début, il insiste sur son absence de pitié, s’appuyant sur l’exemple de sa réaction à la famine de 1891, ce qu’un lars T. Lih a pourtant contesté dans sa récente biographie (voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6226). Il explique en outre son engagement révolutionnaire par un dépit face à l’échec d’une intégration sociale souhaitée, et privilégie une lecture téléologique allant de Que faire ? aux procès de Moscou.

11« Il en va pour la religion comme dans les domaines de la culture et la vie sociale : les efforts des bolcheviks pour « faire un monde et un homme nouveaux » se brisèrent sur les rochers de la réalité. (…) On ne transforme pas l’homme aussi facilement : la nature humaine évolue plus lentement que les idéologies dominantes ou la société. Peut-être est-ce la seule morale durable de la révolution russe, comme, en vérité, de la terrible histoire de ce siècle. » (p. 922). Orlando Figes rejoint ici un Martin Malia ou un Richard Pipes, pour qui les principes même du socialisme sont viciés, tout en introduisant des jugements moraux dans l’analyse historienne.

Eric Tolian, Marc Rémy, Les débuts du mouvement ouvrier socialiste dans l’Empire d’Autriche-Hongrie, 1867-1914, Paris, Les Bons caractères, collection « Éclairage », 2016, 102 pages, 8,20 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Voici donc un nouvel opus de la collection « Éclairage » des éditions militantes Les Bons caractères, visant à diffuser la connaissance sur l’histoire du mouvement ouvrier, ici en Autriche-Hongrie. L’objectif est clairement didactique, comme l’indique la bibliographie finale : deux livres sont proposés à lire, plus une autobiographie et six œuvres romanesques sur la société austro-hongroise.

Le propos s’articule en cinq courts chapitres1, qui s’échelonnent des débuts du mouvement ouvrier (après la révolution de 1848), à l’évolution vers le réformisme, dès le tournant du XIXe siècle. Plusieurs traits saillants marquent cette histoire du mouvement ouvrier dans le plus grand Empire continental. Tout d’abord, la répression dont il a fait l’objet tout au long de la fin du XIXe jusqu’à la guerre, même si l’intensité de cette répression est allée en décroissant. D’autre part, l’influence majeure qui s’exerce sur les austro-hongrois est celle du mouvement ouvrier allemand, dont les grandes dates scandent (parfois avec un léger décalage) celles de leurs camarades. Ajoutons un trait qui à la fois différencie et relie les modèles allemand et austo-hongrois, la pérennité, dans la dernière situation, de la division entre Lassaliens et marxistes, réglée au congrès de Gotha en Allemagne mais qui se prolonge de nombreuses années encore dans l’Empire. Un autre trait de cet espace austro-hongrois, les particularités socio-économico-culturelles entre la partie germanophobe (l’Autriche) et la partie magyare (Hongrie), amenant d’ailleurs les auteurs à présente de manière séquentielle (au risque, parfois, de répétition) les évolutions dans ces blocs. Une seule illustration permet de comprendre les dynamiques différentes de part et d’autre. Alors que le droit de vote, lutte longue et compliquée, est finalement obtenu en 1907 en Autriche, il ne le sera pas avant 1914 en Hongrie.

Enfin, du fait de son caractère multi-ethnique et multi-culturel (rappelons que l’on y parlait allemand, hongrois, tchèque, croate, italien, roumain, slovène, serbe, polonais, yiddish !), l’Empire austro-hongrois a suscité une question particulière, celle de la question nationale, discutée, travaillée et objet de maints débats dans le mouvement socialiste de l’époque2.

C’est d’ailleurs sur cet aspect que le propos se révèle, lui aussi, sujet à discussion. Considérant toutes revendications nationales comme une forme de nationalisme régressif, les auteurs approuvent les prises de positions qui refusaient toute autonomie nationale aux nations opprimées de l’Empire. Retenons d’ailleurs que ce positionnement possède de solides ancrages dans le mouvement ouvrier, par exemple dans la personne de Rosa Luxemburg (Question nationale et autonomie, Le Temps des cerises, 2001). Le résultat en sera l’incapacité de la social-démocratie à pouvoir influer sur le développement des replis nationalistes qui secoueront l’Empire avant 14. L’ouvrage se conclut par la présentation de quelques figures du socialisme en Autriche-Hongrie, que l’on a pu apercevoir dans les pages qui précédaient.

1Remarquons que les auteurs ont oublié de faire figurer une table des matières …

2Lire le déjà ancien (mais demeuré incontournable) ouvrage de Georges Haupt, Michael Lowy, Claudie Weill, Les marxistes et la question nationale (1848-1914), Paris, François Maspero, 1974.

Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d’Europe au XXe siècle, Dijon, EUD, 2016, 359 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Issu d’un colloque organisé en 2013 à Dijon, le livre codirigé par Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna propose de faire un état de l’histoire ouvrière (au sens large du terme) et de ses perspectives à l’échelle européenne. Cette synthèse – terme inadapté au vu de la densité de l’ouvrage – réunit pas moins de vingt-quatre contributions d’historien[ne]s de huit nationalités différentes (belge, espagnol, français, italien, écossais, allemand, hollandais et américain). Articulé autour de quatre thèmes, « Historiographies européennes », « Conflits et mobilisations », « Catégories de travailleurs et parcours professionnels », « Constructions collectives », l’ouvrage qui alterne cas d’études (nationaux) et analyses transnationales invite le lecteur à une comparaison, voire une confrontation, des approches et des objets « Travail », « Ouvrier », « Travailleur ».

La première partie consacrée à l’historiographie n’est, il faut l’avouer, pas la plus facile, surtout si vous n’êtes pas historien. Toutefois, elle a le mérite d’offrir un bilan européen de l’histoire ouvrière en relevant les points communs tels l’effondrement des approches marxistes au profit de l’histoire culturelle et du hors-travail, l’affirmation des gender studies, ou la focalisation sur les minorités, tendant à déconstruire la classe ouvrière en tant qu’objet homogène. Elle permet aussi de relever certaines particularités nationales à l’instar de la logique commémorielle en Belgique, le développement des études sur le handicap en Angleterre ou une histoire « d’exilés » pour l’Espagne sous Franco. La dernière contribution de ce premier chapitre propose une brillante synthèse de cette « Histoire ouvrière européenne » où Marcel Van Der Linden périodise cette construction historique autour de cinq séquences, en relevant les grandes tendances sur le long terme et ouvrant sur une sixième période exposant les enjeux de recherche trans/internationaux actuels.

La seconde partie s’attache aux mobilisations collectives avec entre autre deux contributions sur les mouvements de grèves belges des années 30 (dont celle du Borinage1) et du début des années 60, qui par un effet d’aller-retour ne sont pas sans rappeler 1936 et 1968 pour la France. On trouve également une étude sur la mémoire des travailleurs de la construction navale en Espagne et sur l’échec du syndicalisme chez Fiat durant les Trente glorieuses italiennes qui ne sut pas s’adapter à la modification sociologique de la main d’œuvre (rajeunissement, recrutement d’ouvriers-paysans, accroissement de la proportion d’OS au détriment des OP…). Mais la contribution la plus stimulante demeure sans conteste celle de Xavier Vigna qui, s’intéressant à la question de la violence des grèves en France, déconstruit la thèse de Shorter et Tilly2 sur le déclin de la grève violente durant la première moitié du 20e siècle. Par l’apport de nouvelles sources, l’analyse des différents répertoires d’action, le croisement d’approches sociologiques, spatiales et genrées, l’auteur met en évidence la persistance d’une certaine violence (et d’une violence certaine) au 20e siècle malgré des procédures de pacification des conflits du travail et d’institutionnalisation du syndicalisme.

La troisième partie est quant à elle consacrée aux catégories et parcours professionnels pour mieux en appréhender les limites, les zones d’ombres ou les marges. Elle constitue certainement la partie la plus novatrice. Que ce soit sur les catégories d’emploi des femmes et des immigrés en France, la sous-estimation du travail féminin en Espagne (article passionnant), le cas spécifique des ouvriers du secteur des services, le poids de l’artisanat en Italie durant la première moitié du 20e siècle ou encore la figure pour le moins contrariée du contremaître, toutes ces contributions apportent véritablement un regard nouveau sur ces questions en battant en brèche nombre d’idées reçues ou pour le moins dépassées et offrent de nombreuses perspectives de recherches prometteuses. Nous resterons plus dubitatifs concernant l’article de Tyler Stovall sur les travailleurs de couleur en France durant l’entre-deux-guerres. Car s’il est vrai que l’imaginaire colonial a marqué et infériorisé durablement cette catégorie de travailleurs, l’approche racialisée ne convainc pas totalement3 et encore moins la comparaison avec les ouvriers juifs et l’antisémitisme des années 30.

Le dernier chapitre s’attache aux constructions collectives. Une première étude comparée de Laure Machu sur les conventions collectives en France, en Allemagne et en Angleterre durant la première moitié du 20e siècle permet de mettre en exergue les différentes conceptions des relations professionnelles dans ces trois pays européens les plus industrialisés et de constater un certain « retard français » du fait d’une culture patronale méfiante à l’égard du syndicalisme ouvrier. S’ensuit une étude sur le « mythe » de la figure du mineur et du (des) monde(s) minier(s) ; et un article sur la question des chômeurs en Europe occidentale au début du 20e siècle particulièrement intéressant avec la (re)découverte du « système de Gand » visant à l’intégration des syndicats dans les bureaux de placement publics, intégration plus ou moins difficile en fonction des pays, des forces et des tendances syndicales. Enfin Michel Pigenet explore les différents niveaux d’analyse de la conflictualité ouvrière quand Nicolas Hatzfeld retrace les trois temps de l’histoire française de la santé au travail au 20e siècle.

L’ouvrage se termine par une conclusion magistrale de Jean Claude Daumas qui n’en est pas moins critique sur la pluridisciplinarité, le concept d’agency ou la fascination pour les « petits objets ». Il expose également les enjeux actuels et futurs de l’histoire ouvrière, en particulier ceux liés à la désindustrialisation, et invite les chercheurs « à brasser large », y compris à s’intéresser au patronat, élément essentiel pour appréhender les luttes sociales.

Un ouvrage de spécialistes donc, sans aucun doute, peut-être un peu trop axé sur l’historiographie pour toucher un large public ; mais une synthèse brillante qui offre une vue d’ensemble des recherches à l’échelle européenne en ce début de 21e siècle, bref un ouvrage indispensable.

1Dont le documentaire militant de Henri Storck et Joris Ivens, datant de 1933, est en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=8K4k8_Tma5o

2Charles Tilly, Edward Shorter, Strikes in France 1830-1968, Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

3Peut-être est-ce aussi là un effet des différences culturelles et méthodologiques, cette approche étant moins développée en France qu’Outre-Atlantique, mis à part chez les partisans du Parti des indigènes de la République (PIR).

Louis Janover, La révolution surréaliste, Paris, Klincksieck, collection « Critique de la politique », 2016, 219 pages, 25,50 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Publié il y a près de trente ans (1988), La révolution surréaliste demeure le principal ouvrage que Louis Janover a consacré au surréalisme, et dont il a repris les thèses dans de nombreux autres essais (dont certains sont d’ailleurs chroniqués sur ce blog). La prise au sérieux du politique dans le mouvement surréaliste, ainsi que la centralité de la question révolutionnaire font tout l’intérêt et l’originalité de son analyse. Celle-ci, cependant, manque parfois de nuances, opérant ici et là par raccourcis, et s’appuie sur quelques hypothèses problématiques.

La première partie est consacrée aux dadaïsmes. Dada ne cherche pas, selon l’auteur, le dépassement, mais bien la négation de l’art (p. 21). Il porte en lui le potentiel, sinon la volonté de « briser les cadres de la spécialisation artistique » (p. 58). Mais Louis Janover – reprenant en ce sens l’analyse situationniste – distingue nettement le mouvement Dada dans l’Allemagne, secouée par une crise révolutionnaire (1918-1923), de ces autres expressions en France, en Suisse et aux États-Unis. « Le mouvement Dada en Allemagne baignait naturellement dans le même climat de politisation extrême et cette caractéristique de la situation berlinoise explique le tour et le ton que prendra son activité au cours de la période révolutionnaire qui s’achève en 1923 » (p. 31). Les cibles choisies, la fonction de la révolte et le sens du scandale font la différence d’un pays à l’autre (p. 34). Ainsi, lors de la Première foire internationale Dada, en juin 1920, un mannequin représentant un sous-officier allemand apparaît avec l’inscription « pendu par la révolution ». Tout au contraire, en France, « en l’absence d’un mouvement social où se fondre, l’insurrection Dada était condamnée à se perdre dans les nuées de l’anti-art et de l’anti-littérature » (p. 71).

Le surréalisme entendra justement éviter cet écueil. À ce propos, la critique de Louis Janover selon laquelle, dans sa pratique de négation de l’art, le mouvement aurait manqué de conséquence, doit être réévaluée. Le surréalisme, contrairement – du moins dans ses prétentions explicites – à l’Internationale situationniste (IS) plus tard, n’a pas renoncé à créer des œuvres. Mais il a fait le pari de pouvoir y inscrire la négation, d’inventer des objets poétiques à même d’opérer, selon le mot de Tristan Tzara, repris par André Breton, « une démoralisation ascendante » de l’art.

L’hypothèse de Louis Janover est que « l’échec de la révolution surréaliste s’est accompagné du triomphe de l’art surréaliste » (p. 128). Les « deux tendances contradictoires, un instant réunies », soit le non-conformisme et sa capacité de refus (p. 160), vont se distendre et se séparer, faisant triompher un prétendu art de la subversion au détriment de la révolution surréaliste, qui était à la base du projet. Au cours de cette évolution, catalysée par le rapprochement avec le PCF, se marque un repli : « le surréalisme était ramené à un collage réducteur et fragile : l’art plus la politique » (p. 157). Au fil des pages, l’auteur revient alors sur les inflexions et oscillations de cette dynamique collective, réévaluant l’importance du passage au sein du surréalisme de celui qui, ensuite, deviendrait trotskyste, Pierre Naville (en annexe sont d’ailleurs reproduites plusieurs lettres entre celui-ci et l’auteur à propos de ses travaux) et d’Antonin Artaud. De même, il met en lumière le débat avorté sur la peinture surréaliste (p. 85 et suivantes) ; débat d’autant plus pertinent que la reconnaissance du mouvement – et sa réduction au champ artistique – se réalise d’abord et surtout par les peintres (qu’on pense seulement à Salvador Dali (p. 139)). Il convient cependant de nuancer la tension critique portée à son paroxysme par Antonin Artaud (p. 98) ; le risque d’un emballement et d’une machine tournant à vide, répétant en cela la production en chaîne des scandales dadaïstes, semblait bien réel, sans compter qu’une telle démarche n’était pas dépourvue d’ambiguïté sur le terrain artistique.

Louis Janover insiste à juste raison sur la méconnaissance théorique des surréalistes, en général, et d’André Breton en particulier, sur les questions politiques – surtout quant à l’analyse de la situation de l’URSS – mais il y voit aussi, paradoxalement, la possibilité pour le mouvement de se positionner en-dehors de certains débats figés (Anselm Jappe développera une analyse similaire). Dès lors, c’est sur le terrain des principes – et de leur trahison – ainsi qu’en fonction d’une Idée de la révolution (p. 116), que le surréalisme juge le PCF et l’URSS, s’engage à leurs côtés avant de rompre avec eux. Certes, c’est – comme le critique l’auteur – une position située, dénuée d’une « analyse matérialiste sérieuse » (p. 117), mais elle correspond au ferment éthique (p. 169), à la surdétermination morale (p. 170) du mouvement, mis en lumière par l’auteur lui-même, et qu’il définit comme une « éthique du comportement révolutionnaire » (p. 62). Par ailleurs, elle marque le refus d’évacuer les contradictions et retournements au nom d’une analyse pseudo dialectique. Aussi située soit-elle, une telle position permit aux surréalistes de faire une critique radicale du stalinisme.

L’analyse de l’histoire du surréalisme, en fonction de sa dynamique antinomique, tend – hélas – ici à se « simplifier », en prenant la forme d’une visée stratégique de Breton. D’où une série d’affirmations problématiques de l’auteur, qui reproduisent la lecture bourdieusienne. Ainsi, les prises de position politiques du surréalisme étaient « fondées car nécessaires pour assurer la survie et le succès du mouvement » (p. 102). Le rapprochement et la rupture avec le communisme sont retraduits en ce sens. « Tant que le PC consentira, bon gré mal gré, à céder un espace de liberté suffisant au surréalisme, le surréalisme s’accommodera du PC et de cette contrainte extérieure » (p. 122). Et plus loin l’auteur de poursuivre : le surréalisme « ne désespère pas de convaincre le PC d’accepter le credo surréaliste » (p. 130). Enfin, selon Louis Janover, « au cœur du conflit avec le PC, on trouve cette revendication d’une liberté artistique illimitée spécifique aux novateurs » (p. 159).

Autant d’affirmations partielles et partiales ! Prétendre qu’en 1925, au moment du rapprochement avec les communistes – soit seulement un an après la reconnaissance diplomatique de l’URSS par la France, alors que le PCF a obtenu moins de 10% de voix aux élections, et que l’image dominante reste celle « du couteau entre les dents » –, il s’agit d’une stratégie pour positionner le surréalisme dans le champ artistique relève principalement d’une lecture téléologique. De même, on voit mal de quel « credo » l’auteur parle, et plus encore de quels prétendus espaces de liberté le PCF aurait laissés au surréalisme ? C’est au moment de la rupture en 1935 que les surréalistes, au vu de la réorientation politique du PCF, au profit de « la défense de la culture », ont potentiellement la plus grande marge de manœuvre. Enfin, c’est sur des questions de principes, autour de l’impérialisme, du patriotisme, de l’orthodoxie et de l’affirmation en URSS d’un ordre moral toujours plus conservateur, que se fait la rupture, et non sur une quelconque revendication de liberté artistique ! En réalité, au milieu des années 1920, le rapprochement des surréalistes envers les communistes, catalysé par la Guerre du Maroc, s’appuie sur la dynamique interne propre au surréalisme et sur la vision de ce que Nicole Racine, à propos de Clarté, a joliment nommé, un « communisme lyrique »1.

Par un effet de miroir, l’injuste polémique à l’encontre de Pierre Naville dans le Second Manifeste du surréalisme s’expliquerait, toujours selon Louis Janover, en raison de son ralliement à l’Opposition de gauche (p. 110). Si, en 1929-1930, André Breton est encore incapable de trancher entre la ligne officielle et Léon Trotsky, la violence envers Pierre Naville tient cependant à d’autres enjeux, et principalement au fait qu’il enfermait – dans ses brochures La Révolution et les Intellectuels (Que peuvent faire les surréalistes) (1926), et Mieux et moins bien (1927)2 – le surréalisme dans un faux dilemme, en pressant les surréalistes d’abandonner toute question relative à la « révolte de l’esprit », pour se muer purement et simplement en militants communistes ; ce qui revenait, dans les faits, à rejeter la révolution surréaliste. Or, cette position était d’autant plus irritante pour Breton que Naville, qui avait joué un rôle non négligeable dans les débuts du surréalisme – avec Benjamin Péret, il avait été le codirecteur des trois premiers numéros de la revue La Révolution surréaliste – avant de s’engager entièrement dans l’Opposition de gauche, semblait l’un des mieux placés pour faciliter l’alliage que le surréalisme entendait opérer des révolutions artistique et politique.

Les défauts de l’analyse de Louis Janover sont surdéterminés par deux aspects. D’une part, de manière régulière, il identifie le surréalisme à une avant-garde, ramenant son évolution à une dynamique propre aux avant-gardes. Or, non seulement, le surréalisme ne s’est pas présenté de la sorte, mais en plus il entendait clairement s’en distinguer. Ainsi, l’auteur utilise une clé de lecture, qui porte déjà en elle, un collage particulier du politique et de l’art, qu’il reproche ensuite au surréalisme, et alors même que celui-ci contestait ce type de collage. De plus, l’analyse est centrée sur le cas français, occultant la dimension internationale du mouvement et, plus particulièrement, le groupe bruxellois, qui se distingue par un engagement politique antérieur, et bouscule par-là même l’interprétation qui est donnée ici de l’histoire du surréalisme.

La réédition de cet essai, accompagné d’une bibliographie, d’un index, d’une notice biographique, ainsi que d’une chronologie, est précédée d’une préface écrite en 2016. Malheureusement, celle-ci, mis à part des éléments sur le parcours biographique de l’auteur (notamment sa rencontre avec André Breton en 1954), n’apporte guère de nouveauté à son argumentation théorique, Louis Janover estimant que les travaux de ces trente dernières années ne modifient pas la conception qu’il défend. Si une autre histoire, une histoire souterraine du surréalisme (p. 150) se dégage bien de ces pages, au style parfois un peu lourd, c’est donc de façon partielle et limitée, butant sur une vision tout à la fois trop figée et englobante, et trop centrée sur le cas français. Reste un livre précieux et stimulant, qui, en (re)mettant le curseur sur l’enjeu révolutionnaire du surréalisme, permet de se défaire de l’image dominante et sclérosée du mouvement surréaliste.

1Nicole Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : « Clarté » (1921-1928) » dans Revue française de science politique, 1967, volume 17, n° 3, p. 484-519, http://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1967_num_17_3_393019

2Réunies dans Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels, Paris, Gallimard, 1975.

Anne Morelli (sous la coordination de), Le Bruxelles des révolutionnaires. De 1830 à nos jours, Bruxelles, CFC-Éditions, collection « Regards sur la ville », 2016, 303 pages, 322 illustrations, 40 € (livre relié).

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

« Lieu d’asile de nombreux révolutionnaires étrangers » au 18e siècle, « Bruxelles est actuellement la ville du monde où se déroulent le plus grand nombre de manifestations » rappelle Anne Morelli, qui a coordonné cet ouvrage, aussi ambitieux qu’original. Il nous invite dès lors à suivre chronologiquement les passages, les traces et les événements subversifs qui ont contribué à donner à la capitale de l’Europe son visage actuel. Pour se faire, Anne Morelli a pu compter sur quelques-uns des meilleurs connaisseurs des thématiques abordées.

L’article qui ouvre ce livre aborde la révolution belge de 1830. Le théâtre et la place de la Monnaie constituaient alors un lieu révolutionnaire fédérateur. Si le souvenir de ce soulèvement est quelque peu tombé dans l’oubli, c’est, selon Els Witte, en raison même de « l’idéologie unioniste », au fondement de cette lutte ; mise à mal par la double polarisation entre catholiques et libéraux, puis entre Belgique néerlandophone et francophone (p. 29). Qui plus est, les commémorations, dès l’origine, omettaient la forte participation des ouvriers à la révolution de 1830, de telle sorte que le mouvement socialiste a refusé d’adhérer à celles-ci.

Les articles qui suivent s’intéressent aux révolutionnaires polonais en exil, au café des Milles Colonnes, qui, dans la première moitié du 19e siècle, « fut le lieu de rencontre des réfugiés politiques de nationalités diverses, surtout italiennes et françaises » (p. 45), ainsi qu’à des révolutionnaires de passage à Bruxelles. Ainsi, Philippe Buonarroti y publia, en 1828, son fameux livre La Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf (1828) et sa pensée fut relayée dans le plat pays par son disciple flamand Jacob Kats (1804-1886). De même, Victor Considérant fît connaître l’œuvre de Charles Fourier (1772-1837) en Belgique, et exerça une influence importante dans certains milieux, notamment auprès de l’industriel Jean-Baptiste André Godin, qui construisît, en 1887, un Familistère (vaste complexe de logements, attaché à sa fonderie) et d’Édouard Ducpétiaux, qui fit bâtir la prison de Saint-Gilles, sous une forme en étoile, selon le modèle du phalanstère (p. 49-55).

Bien sûr, Karl Marx demeure l’un des révolutionnaires les plus connus qui soit passé par Bruxelles. Il y séjourna plus de trois ans, avant d’être expulsé début mars 1848 (tout comme Victor Hugo le sera le 30 mai 1871 pour avoir déclarer qu’il accueillerait chez lui les communards). D’ailleurs, aux pages 196-197, apparaissent des extraits du « Dossier des Étrangers » correspondant à un certain « Marx Charles »… Son séjour à Bruxelles est d’autant plus important qu’il correspond aux années charnières – 1845-1848 – de l’élaboration de sa réflexion. Il croisa dans la capitale Moses Hess (1812-1875) – l’auteur de L’Essence de l’argent (1845) – et Wilhelm Weitling (1808-1871) – un représentant du socialisme utopique – qui, à des degrés divers, l’influencèrent, lui et Engels. Surtout, c’est dans la capitale belge, qu’il rédigea L’idéologie allemande (1845-1846) et Misère de la philosophie (1847). Mais, contrairement à la légende, ce n’est pas au café du Cygne, sur la Grand-Place de la capitale, qu’il a écrit le Manifeste du Parti communiste ; il s’y réunissait cependant toutes les semaines car c’était là le siège de la « Deutsche Arbeiterverein », une association d’ouvriers allemands qu’il avait fondé avec Engels. C’est également là, comme le rappelle une plaque commémorative, qu’il passa le Nouvel an 1847-1848 (p. 59-66).

Jean Puissant analyse d’ailleurs ce paradoxe d’une Grand-Place, autrefois ouvrière, et qui, aujourd’hui, constitue le cœur administratif, touristique et bourgeois de la ville. Nombre d’associations ouvrières tenaient, au cours du 19e siècle, leurs réunions dans les estaminets de la place, qui cherchaient à fidéliser leur clientèle, en louant leurs arrières-salles ou en leur permettant d’y établir leurs raisons sociales. Le Parti ouvrier belge (POB) tînt ainsi son congrès de fondation, en 1885, au café du Cygne. Cependant, cette date marque dans le même temps la perte de centralité ouvrière de la Grand-Place, liée à la disparition ou à la délocalisation des ateliers, à l’interdiction de la vente de denrées alimentaires à même le sol sur les marchés de et autour de la place, et, enfin, à la transformation urbanistique de la ville, qui modifie le statut de la Grand-Place. La construction de la Maison du Peuple de Victor Horta, en 1899, consacra cette migration collective.

Le nombre de communards – dont une grande partie composée d’ouvriers qualifiés – qui ont fui la répression et ont trouvé refuge à Bruxelles est estimé à deux ou trois mille au moins (p. 74). François Sartorius, qui avait déjà étudié cette question, précise ici leur dispersion géographique, offrant néanmoins une cartographie des cafés et restaurants où ils se rencontraient. René Fayt et Frédérique Bianchi, quant à eux, reviennent sur le milieu éditorial clandestin du 19e siècle, en centrant leurs propos sur quelques éditeurs – français et belges – emblématiques : Jules Gay (1807-1887), Auguste Poulet-Malassis (1825-1878) – qui avait été condamné pour la publication des Fleurs du Mal en 1857 –, Vital Puissant (1836-1878) – « le premier grand concurrent de Poulet-Malassis » (p. 100) – et Henry Kistemaeckers (1851-1934). Les deux premiers arrivent à Bruxelles en 1863 ; Poulet-Malassis y restera jusqu’en 1871. Au cours de ses huit années, il publie « de vieux libelles contestataires ou libertins, pour saborder les principes rigides et hypocrites de la société du moment » ; livres souvent accompagnés d’illustrations de Félicien Rops (p. 98). Lié au socialisme utopique de Robert Owen, qu’il publie, et marié à Jeanne Désirée Véret (1810-1891), ardente militante socialiste, fondatrice de La femme libre – premier journal féministe, issu du saint-simonisme1 – Jules Gay demeure quatre ans en Belgique, et publie de courts libelles ainsi que des poésies légères et d’autres pamphlets. Arrivé à Bruxelles, peu après l’écrasement de la Commune, Kistemaeckers, pour sa part, publia les premiers témoignages communards, dont l’édition originale de L’Histoire de la Commune de 1871 par Prosper Lissagaray (1871)2.

Hans Vandevoorde offre l’une des plus intéressantes analyses de l’ouvrage (p. 114-129), en s’intéressant aux débits de boisson – assommoir, cabaret, estaminet, taverne, café – comme lieux révolutionnaires. On y boit, on y lit les journaux, on s’y réunit et on y déploie des activités politiques. Il conclut son article en écrivant : « les différents flux d’immigration ont considérablement accru le pouvoir d’attraction tant autour des cafés que des cabarets-estaminets. Les Français, surtout, ont apporté leur culture des cafés, accentuant ainsi celle de la capitale belge » (p. 125).

D’autres chapitres sont consacrés au géographe anarchiste Élisée Reclus, qui enseigna en Belgique à la fin du 19e siècle, à la commune ouvrière (à l’époque) de Molenbeek-Saint-Jean, aux journées d’émeutes autour de la revendication du suffrage universel, en 1902 – et dont l’histoire reste à écrire selon Luc Keunings – aux passages éclairs de Lénine à Bruxelles, à l’Expérience, une colonie anarchiste (1905-1908), aux Maisons du Peuple, aux archives de la police… Notons encore, pour la première moitié du 20e siècle, trois contributions particulièrement intéressantes. José Gotovitch étudie « Le Bruxelles des communistes », agrémenté de nombreuses photos et d’une carte des lieux (p. 190). Il fait notamment ressortir l’importance de la Maison des Tramwaymen – où furent accueillis les membres des Brigades internationales à leur retour en 1938 – et un paradoxe : « ses propriétés [au Parti communiste belge (PCB)] demeurent très limitées, et ses gestes architecturaux fonctionnels et dénués de symbolique, malgré la présence dans ses rangs d’architectes renommés » (p. 189).

Il est à nouveau fait référence à la Maison des Tramwaymen dans l’article de Francine Bolle – sur l’action syndicale contestatrice dans l’entre-deux-guerres – où elle est qualifiée de « véritable lieu phare de l’action syndicale contestatrice à Bruxelles » (p. 223). Enfin, Pelai Pagès i Blanch dresse un étonnant tableau (accompagné de quelques photos) du séjour bruxellois de deux anarchistes espagnols : Francisco Ascaso (1901-1936) et José Buenaventura Durruti (1896-1936). Tous deux séjournèrent en effet dans la capitale pendant plus de deux ans ; de janvier 1929 à avril 1931. Ils y fréquentaient les anarchistes sur place, dont Léo Campion (1905-1992) et Hem Day (1902-1969).

Il est accordé relativement peu de place a la dernière moitié du 20e siècle et au début du 21e siècle. Trois articles portent un regard sur des immigrations spécifiques : les opposants marocains, les communistes turcs et les exilés latino-américains. Ces derniers héritent, au début des années 1980, comme l’explique Jorge Magasich, du local d’un groupe d’Espagnols, proches du PC et du syndicat Comisiones obreras (p. 247). Adrien Grimmeau aborde la question de l’art urbain et du graffiti dans un quartier populaire – les Marolles – et Benoit Quittelier, le hip-hop à Bruxelles. Le court article de ce dernier est éclairant, mais mériterait de poser la question de la contre-culture à partir d’une définition moins élastique de celle-ci.

Adrien Grimmeau, de son côté, revient sur la double spécificité des Marolles – « réservoir du patois et du folklore de la capitale » (p. 257) – et de l’année 1969 – pierre angulaire pour l’histoire du quartier et de l’urbanisation de la capitale – qui marque la « bataille des Marolles » (p. 257). Il rappelle ensuite l’expérience du collectif Mass Moving (1968-1976), puis l’émergence, au sein et autour de l’ancienne gare de la Chapelle, du festival Recyclart, à partir de 2000 ; création « qui accompagne la fin de l’âge d’or du hip-hop » et l’émergence du néo-graffiti (p. 263). De nombreuses photos accompagnent son article, où il conclut que « le néo-graffiti ne cause pas la gentrification, mais il l’accompagne » (p. 267).

David Jamar enracine les luttes urbaines des années 1990-2000 à la « bataille des Marolles », à la suite de laquelle la ville émerge comme objet politique, en négociation avec le marxisme et/ou l’écologie (p. 287-289). Il revient sur quelques lieux et événements clés, tels que l’occupation de l’hôtel Central, en 1995, et l’expérience du Collectif Sans Ticket (CST), dans la seconde moitié des années 1990, et celle du cinéma Nova et du festival PleinOPENair qu’il organise, encore aujourd’hui. Mais, étrangement, il ne fait nulle référence aux squats ni à l’expérience du Centre social3.

Au bout de ce volumineux et original essai, on regrettera cependant quelques absences – outre celle déjà mentionnée : peut-être au premier chef, à propos du surréalisme, mais aussi sur le féminisme, Mai 68, le punk et le rock alternatif, ainsi qu’à propos des déclinaisons révolutionnaires flamande et francophone de Bruxelles. Certes, la place devait manquer, mais cela aurait permis de rééquilibrer quelque peu le regard porté sur la dernière période et dessiner d’autres héritages. Il n’empêche que Le Bruxelles des révolutionnaires constitue un ouvrage unique sur l’histoire de la capitale belge dont l’intérêt des nombreux articles est encore rehaussé par la très grande qualité des caricatures (p. 51-52, 126) et des photos (p. 179, 202, 282, 286).

1Lire Bérangère Kolly, « Révolution morale et révolution politique : de la puissance d’être à l’affranchissement, les Saint-Simoniennes (1832-1834) dans Dissidences, « Sexualités en révolutions XIXe–XXIe siècles », volume 16, 2016, p. 17-36.

2Il est dommage qu’aucune page n’ait été consacrées au passage à Bruxelles de Verlaine et de Rimbaud, ainsi qu’à la publication d’Une Saison en enfer.

3Nous nous permettons de renvoyer à l’article que nous lui avons consacré dans le volume 7 de Dissidences, « La Belgique Sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945 », en octobre 2009..

Pascal Delwit, Les gauches radicales en Europe, XIXe-XXIe siècles, Bruxelles, éditions ULB, collection « UBlire », 2016, 652 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles, Pascal Delwit offre avec ce livre une très complète et érudite synthèse sur les courants révolutionnaires issus de la social-démocratie historique dans une large perspective comparée, dont l’imposante bibliographie conclusive (presque 20 pages) fait foi. Trois parties chronologiquement agencées permettent de déployer le propos.

Dans un premier temps, correspondant à la naissance et au développement du socialisme au XIXe siècle, la radicalité s’incarne d’abord dans la social-démocratie elle-même. Bien que cursifs (une cinquantaine de pages), ces deux premiers chapitres permettent de rappeler les conditions de naissance des partis socialistes dans les principaux pays européens (Italie, France, Royaume-Uni, Belgique, espace scandinave, Allemagne), après les premiers balbutiements de l’Association internationale des travailleurs (AIT), premières cristallisations politique, sociale et organisationnelle du socialisme. Chacune de ces expériences fondatrices dessine le visage de la social-démocratie pour les décennies à venir. Dès ces premières pages, l’auteur fournit de nombreux chiffres sur les effectifs, aussi bien des organisations politiques que syndicales. Il rappelle l’institutionnalisation que connaissent ces forces, qui les amène à se rallier à l’Union sacrée au moment du premier conflit mondial (à l’exception des bolcheviques et du PS serbe, qui refusent le vote des crédits de guerre).

La seconde partie, nettement plus roborative (19 chapitres et 450 pages environ) porte sur le défi communiste, des difficiles conditions de naissance après la révolution soviétique à la chute du mur de Berlin en 1989. Il n’est naturellement pas possible de détailler chacune de ces étapes dans ce compte rendu. Il faut cependant souligner la précision de la documentation utilisée ainsi que l’amplitude du point de vue géographique, permettant de mieux appréhender des situations nationales moins connues que celles correspondant aux pays d’implantation privilégiée des partis communistes (France, Italie ; Espagne ou Allemagne avant la Première Guerre mondiale). Sont ainsi présentés de manière très détaillée les cas des pays scandinaves, de la Belgique, de la Suisse, de la Grèce, de l’Angleterre, des Pays-Bas, etc. A titre d’illustration de cette abondance d’informations, on évoquera, p. 385, la carte de la géographie électorale du PC dans les différentes régions de Finlande. Nul doute que le lecteur en apprendra beaucoup sur l’évolution du mouvement ouvrier et l’implantation des courants communistes dans ces différentes sphères. Pascal Delwit n’oublie pas les dissidences, ainsi la naissance du trotskisme et son évolution se voient consacrer plusieurs pages particulièrement bien informées. Il en va de même pour le maoïsme des années 60, consécutif à la rupture sino-soviétique. L’auteur ne néglige pas non plus les dimensions proprement sociologiques de l’engagement dans ces formations partisanes (lire p. 226 et suivantes. les développements autour de la notion « d’engagement total »). Mais, à partir de l’année 68 (mai 68 en France et, sous des formes différentes, dans d’autres pays, Automne chaud en Italie, par exemple) et de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques, le mouvement d’expansion du communisme s’inverse, débouchant en 1989 sur le coup de grâce des partis communistes européens.

S’ouvre alors la troisième et dernière partie « Les gauches radicales après la disparition de l’Union soviétique », série de focus sur les différentes configurations d’une « gauche libertaire » qui se font jour dans les pays nordiques, autour du Parti de la gauche européenne (le Bloc de gauche au Portugal, Syriza en Grèce…), mais aussi des forces inclassables comme le Socialistische Partij au Pays-Bas ou Podemos en Espagne, sans même parler des partis qui conservent la flamme d’un marxisme-léninisme orthodoxe (PCP au Portugal, KKE en Grèce). L’ouvrage se conclut par un chapitre sur les défis et perspectives que devront affronter ces gauches radicales face au cadre européen, que l’auteur considère comme « assez sombres » (p. 625).

Au final, le lecteur sort de cette lecture avec le sentiment d’avoir élargi ses connaissances sur ce sujet comme aucun autre ouvrage sur le même thème ne le lui avait permis jusqu’alors. Ajoutons que Pascal Delwit, tout en ne cachant pas ses désaccords avec ce courant idéologique, fait montre d’un respect, voire parfois d’une certaine fascination, pour cette tradition, n’hésitant pas, en introduction, à caractériser le courant historiographique du Livre noir du communisme comme ayant « pimenté les conversations du Café du commerce et fait la prospérité de son éditeur, à défaut d’enrichir le débat » (p. 8). Son ambition de « sortir de la perspective de guerre froide littéraire » (p. 8) est parfaitement accomplie. Reste au lecteur à trouver le temps de s’emparer de cet épais volume. Il ne le regrettera pas.

Edward Sarboni, Le syndicalisme de La Révolution prolétarienne entre 1925 et 1939 – Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français, La Bussière, Éditions Acratie, 2016, 213 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

L’ouvrage qu’Edward Sarboni nous propose, autour du journal La Révolution Prolétarienne, est issu de son DEA d’histoire contemporaine soutenu en 1994. Sept chapitres composent l’ouvrage des « origines de La Révolution Prolétarienne », jusqu’  « au Front populaire, au fascisme et à la guerre » (p. 21-143), suivis d’une bibliographie commentée (p. 148-177) et des annexes (p. 180-213).

La construction du livre et l’importante bibliographie prouvent bien le caractère universitaire de l’étude mais présentent du même coup un premier écueil. Terminée en 1994, cette recherche n’a pas été réactualisée pour la publication si bien qu’on se retrouve avec une bibliographie pour le moins datée alors que ces vingt dernières années de nombreux ouvrages1 et de nombreuses archives2 sont (re)parus et ont renouvelé nos connaissances sur le syndicalisme révolutionnaire et les origines du communisme français.

Si syndicalisme et communisme sont associés dans ce compte-rendu, c’est qu’au fil des pages l’auteur traite en réalité plus de politique que de syndicalisme à tel point qu’avant de parvenir à la seconde moitié du corps de texte (c’est-à-dire au 3e chapitre, 75e page/143) on serait tenté de rebaptiser l’ouvrage Le communisme de La Révolution prolétarienne. En effet si l’auteur est incontestablement un grand connaisseur de la revue et de son « noyau », c’est la dimension politique qui domine très largement son approche comme l’illustrent les biographies des « Hommes de La Révolution prolétarienne » (p. 39-59) qui mettent en avant l’engagement communiste dans le parcours des militants de la R.P. et délaissent le volet syndical jusqu’à disparaître totalement pour certains (Hagnauer, Charbit, Dunois).

Ensuite sur les différents combats menés par la R.P., que ce soit pour l’unité syndicale, l’indépendance du syndicalisme, ou ses relations avec l’anarcho-syndicalisme et le Front populaire, les analyses proposées sont le reflet d’une de lectures datant majoritairement des années 60 et 70. De ce fait, certains propos, certaines  « vérités » assénées sont pour le moins discutables sinon révisées par des travaux plus récents autant au sujet de l’unité syndicale3 (présentée ici comme répondant à la seule volonté de Moscou mais coupée des masses), de la conférence de Saint-Denis4, du Centre syndical d’action contre la Guerre5 ou encore sur l’Occupation6.

Aussi si La Révolution Prolétarienne – revue reconnue pour son succès d’estime plus que pour ses ventes (1500 abonnés) – méritait bien qu’on lui consacre une étude, on reste frustré à l’issue de la lecture car hélas cette Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français n’apporte pas d’éléments nouveaux.

1Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010 et les travaux de Julien Chuzeville :

https://dissidences.hypotheses.org/6302

https://dissidences.hypotheses.org/4705

https://dissidences.hypotheses.org/2856

2Nous pensons en particulier aux archives de la Sureté relatives à la surveillance des anarchistes et aux archives du Komintern.

3Morgan Poggioli, « Le syndicalisme précurseur de l’unité : politisation et recomposition interne », in Gilles Morin, Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire. Chocs et contre-chocs, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 147-155.

4Vincent Chambarlhac, « Le meeting de Saint-Denis, contre la guerre, contre l’union sacrée », Dissidences, n° 11, 2002.

5Morgan Poggioli, « Syndicalismes révolutionnaires et Front populaire en France », Dissidences, n° 12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 49-60.

6Jean-Pierre Le Crom, « De La Révolution Prolétarienne à la Révolution Nationale ? Roger et Yvonne Hagnauer dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale », Dissidences, n°12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 61-75.

Anthony C. Sutton, Wall Street et la révolution bolchevique (Wall Street and the Bolshevik Revolution), La Fenderie, Le Retour aux sources, 2012 (édition originale en 1976), 382 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Au sein de l’imposante bibliographie existant sur la révolution russe, l’ouvrage d’Anthony Sutton s’impose comme tout à fait singulier et, disons-le d’emblée, comme le contre-exemple de ce que doit être un livre d’histoire. L’auteur, qui a également signé un Wall Street et l’ascension d’Hitler, s’intéresse aux liens qui auraient été noués entre « capitalistes monopolistes » (le groupe de la banque Morgan, tout spécialement) et « communistes collectivistes », insistant pour relativiser cette opposition en grande partie fausse, selon lui, entre capitalisme et socialisme.

Pour ce faire, il a mis à profit de vrais documents d’archives, issus de dépôts américains ou britanniques, qu’il cite abondamment, mais utilise au service d’une méthodologie plus que contestable. Juxtaposant des données, il tisse entre elles des liens hypothétiques, concluant à des convergences le plus souvent douteuses, au mieux fragiles. Il a pour ce faire tendance à mettre en jeu une forme de « marxisme » primaire, insistant sur l’appartenance sociale ou professionnelle des personnes étudiées, en déduisant des intérêts financiers occultes et des accointances implicites1. Bien sûr, dans son exposé, un certain nombre d’éléments sont parfaitement justes, ce qui égare d’autant plus facilement le lecteur peu familier des événements. Il en est ainsi de la mission de la Croix rouge américaine en 1917, dont plusieurs membres, William Boyce Thompson en particulier, menèrent également un travail diplomatique afin de favoriser le maintien de la Russie dans la guerre.

Une des grandes thèses de son étude, le financement des révolutionnaires russes par certains capitalistes américains, vertèbre son approche, forçant les informations à s’intégrer à ce véritable lit de Procuste. Anthony Sutton fait ainsi de John Reed un agent double utile à la fois aux soviétiques et à certains bourgeois d’outre Atlantique. Il commet en outre un nombre d’erreurs impressionnant, erreurs de faits ou d’interprétations. Ainsi, non content de voir des trotskystes dès le début de 1917, il considère qu’ils sont derrière la constitution mexicaine promulguée la même année, qualifiée par lui de « soviétique » (p. 26). Totalement cocasse, ou loufoque, il fait également de Trotsky un Allemand, et sous-entend que le ralliement de ce dernier aux bolcheviques en 1917 aurait à voir avec un financement allemand2… Quant à la France, il estime qu’une révolution bolchevique y était également en préparation pour 1918… sous la direction de Caillaux et Malvy !!3

Bref, on le voit, Wall Street et la révolution bolchevique – qui fait mine de découvrir le souhait de certaines entreprises de commercer avec la Russie révolutionnaire – non content de réactiver certains mythes anti-communistes, en ajoute d’autres4, le tout étant mis au service d’une vision du monde conspirationniste et d’une lecture des révolutions sous l’angle privilégié de minorités manipulatrices. On connaissait déjà, autre exemple récurrent de cette école de pensée, une Révolution de 1789 orchestrée par un comité secret franc-maçon … Le seul réel étonnement à avoir est celui éprouvé face à des éditeurs de telles billevesées.

1Y compris à partir d’une adresse unique correspondant aux bureaux de plusieurs entreprises à New York, dans un immeuble de 34 étages, comme si être installé au même endroit valait automatiquement complicité active !

2Passons rapidement également sur l’hypothèse contre-factuelle selon laquelle, si la Russie ne s’était pas retirée du conflit – la faute principale en revenant à Trotsky ! – la Première Guerre mondiale aurait pu se terminer un an plus tôt : imaginer un tel scénario revient à ignorer totalement la quasi désintégration de l’armée russe à cette époque ! Pour couronner le tout, Anthony Sutton se sert de certaines des accusations (fabriquées de toutes pièces) des procès de Moscou pour justifier son principe d’une collusion entre Trotsky et certains capitalistes !

3Il imagine également une « rébellion spartakiste manquée » en 1918 (p. 147).

4Comme l’idée selon laquelle révolutionnaires et capitalistes qui les financent chercheraient en réalité à préparer l’avènement d’un système, synthèse du capitalisme et du communisme… (p. 275-276). Ou encore, « (…) j’émets l’hypothèse que la Révolution bolchevique fut le fruit d’une alliance d’étatistes révolutionnaires et financiers qui se coalisèrent contre les véritables éléments révolutionnaires libertaires russes. » (p. 289), invoquant l’auteur et militant libertaire russe Voline (1882-1945), qui n’en peut mais, comme caution …

Vincent Présumey, Gilbert Serret (1902-1943), instituteur ardéchois, syndicaliste et révolutionnaire, Chomerac (07200), Mémoire d’Ardèche et Temps présent, 2014, 32 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide de Christian Beuvain)

Dans cette brochure illustrée, Vincent Présumey, enseignant du secondaire et syndicaliste retrace la vie et les combats de Gilbert Serret, dont il rappelle l’importance pour l’histoire du syndicalisme enseignant, bien que sa figure soit quasiment oubliée de nos jours.

Né au tournant du siècle, Gilbert Serret devient militant syndical chez les instituteurs, dans sa branche révolutionnaire, celle de la Fédération unitaire de l’enseignement (FUE)1 avec son journal L’Ecole Emancipée. Les militants de la FUE suivent avec un grand intérêt le développement du Parti communiste (Section française de l’Internationale communiste-SFIC), dont certains sont membres. Mais, d’après l’auteur, le processus de stalinisation que connaît le syndicalisme, en particulier la CGTU, oppose ses principaux dirigeants (Serret, Bouêt, Dommanget, Aulas…) à la fraction communiste. Plus précisément, il s’agit des soubresauts occasionnés par l’adaptation à la ligne « classe contre classe » (adoptée au VIe Congrès de la Comintern en août 1928). Au sein de la FUE, c’est une bataille fractionnelle sans pitié qui oppose la majorité fédérale (dont Gilbert Serret est un des animateurs) aux communistes (MOR, Minorité d’opposition révolutionnaire). Le PCF a-t-il un rapport conflictuel avec ses travailleurs intellectuels ? En tout cas, la plus grande partie des enseignants communistes refusent très largement de s’engager dans la MOR. Après le congrès de 1930, Gilbert Serret ne quitte plus son village ardéchois jusqu’à la fin de sa vie. Il devient le principal responsable de la majorité fédérale de la FUE (laquelle, rappelons-le, n’organise qu’une petite minorité des instituteurs, la majorité de la corporation organisée l’étant à la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs -FNSI, affiliée à la CGT). Cette majorité fédérale est politiquement un courant politique très singulier. En effet, elle ne ne se réclame pas de la Charte d’Amiens (hostilité aux partis politiques) et ne peut être classée comme un courant syndicaliste révolutionnaire. En même temps, elle se refuse à toute affiliation avec l’opposition de gauche (trotskyste) et donc apparaît comme relevant d’une tradition communiste autonome/indépendante des grands courants qui structurent l’extrême-gauche de l’entre deux guerres. Gilbert Serret, de plus en plus critique vis-à-vis de l’URSS, représente cette majorité fédérale au congrès de Nantes de la CGT (novembre 1938). Cela fait de lui, selon Vincent Présumey «  l’un des touts premiers, sinon même, à son corps défendant, le premier porte-parole national du courant révolutionnaire dans le mouvement ouvrier français à la veille de la Seconde Guerre mondiale…. » (p. 11). Avec la guerre les époux Serret sont évincés de leur poste en Ardèche et mutés en Haute-Loire par les autorités de Vichy, Gilbert Serret étant connu comme communiste et antifasciste. Finalement, ils parviennent à revenir dans leur département d’origine, à Balazuc, petit village isolé. Le 29 juin 1943, Gilbert Serret, parti chasser, ne revient pas. On le retrouve au fond d’un trou, mort, le lendemain. L’enquête de police conclut à une mort accidentelle. Mais Vincent Présumey, sur la base de suppositions et après voir écarté la piste de tueurs du PCF, affirme que Gilbert Serret aurait été assassiné par des miliciens qui l’avaient menacé quelques temps auparavant.

La dernière partie du texte est consacrée à échafauder des hypothèse sur la probabilité du meurtre, permettant d’ouvrir une fenêtre sur les syndicalistes collaborationnistes qui avaient maintenu des liens avec Gilbert Serret. Quoi que l’on puisse penser des hypothèses et conclusions élaborées par Vincent Présumey sur la fin du militant révolutionnaire, cette brochure permet de rendre hommage à Gilbert Serret, figure largement méconnue du panthéon révolutionnaire, tout en précisant la notice que ce même auteur lui a consacré dans le Dictionnaire Maitron2.

1Sur ce courant, voir le travail très complet de Loïc Le Bars, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935). Aux origines du syndicalisme enseignant, Paris, Syllepse, 2005.

Alessandro Stella, Années de rêves et de plomb. Des grèves à la lutte armée en Italie (1968-1980), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », 2016, 168 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alessandro Stella, chercheur au CNRS, est surtout connu pour son travail de thèse consacré à la révolte des Ciompi, dans la Florence du XIVe siècle1. Dans ce petit ouvrage, il revient sur son passé, celui d’un acteur des « Années 1968 » en Italie. Plus que d’une véritable étude historique, il s’agit d’un témoignage autobiographique, qui bénéficie de l’expérience de l’historien, sans pour autant chercher à livrer une analyse incontestable sur cette question (on n’y trouve quasiment aucune référence de documents d’époque, essentiellement des notes bibliographiques).

Son récit débute en 1979 par une tragédie, la mort de camarades dans l’explosion d’une bombe qu’ils préparaient, suivie par des arrestations et le suicide d’un autre compagnon. Alessandro Stella est alors contraint de passer dans la clandestinité, même si son groupe, distinct des Brigades rouges ou de Prima Linea, en cela que ses membres pratiquaient militantisme public et lutte armée en parallèle, n’était responsable d’aucun mort, sinon dans leurs propres rangs. Leur pratique, faite de vols de voitures, d’auto-financement, ne peut selon lui être comprise et donc jugée qu’en lien avec le contexte dans lequel elles ont eu lieu, analyse pour laquelle on reconnaît bien l’approche de l’historien.

C’est ce qui amène Alessandro Stella à effectuer un retour en arrière, vers la fin des années 1960, marquées par un état d’esprit puissamment contestataire et l’espoir d’un autre communisme (l’exemple d’Il Manifesto, dissidence du Parti communiste italien [PCI], est cité). Il prend surtout comme événement emblématique le 19 avril 1968, lorsque dans la province de Vicence, celle de sa famille, à Valdagno plus précisément, les ouvriers de l’usine textile Marzotto déboulonnent la statue du fondateur de l’entreprise et revendiquent la mise en place de conseils d’usines. C’est cette organisation par en bas, ces mobilisations diverses et générales, poussant vers des réformes de plus en plus radicales, qui constituent pour Alessandro Stella autant de germes de ce qui allait devenir l’Autonomie ouvrière. De parents enseignants, incarnant l’ascension sociale de la famille, et votant plutôt pour la démocratie-chrétienne, Alessandro Stella, né en 1956, a pu être influencé par leur sensibilité à la misère ; tous deux ont d’ailleurs témoigné à son égard d’une solidarité sans faille, malgré leurs désaccords. Il commence à militer à l’âge de quinze ans, d’abord contre l’autoritarisme du système éducatif. Sa culture se forge alors aussi bien par ses lectures que par la musique, dont l’importance cruciale est soulignée avec une grande justesse. Participant à des manifestations, des grèves, des distributions de tracts de toutes sortes, il adhère finalement au groupe Potere Operaio en 1971, après un bref passage dans les jeunesses du PCI. Mais en 1975, le groupe local se divise en deux : « Classe et parti » regroupe les militants les plus âgés, dans une optique plus théorique, plus intellectuelle, classiquement léniniste, tandis que l’autre branche à laquelle appartenait Alessandro Stella, baptisée « Collectif politique », s’avère plus jeune et plus motivée par des actions pratiques, plus unitaire également.

C’est dans ce contexte de radicalisation générale que la lutte armée devient une option naturelle. Pour expliquer ce « (…) son de tam-tam, de plus en plus fort et diffus, d’appel aux armes. » (p. 81), l’auteur effectue un très utile retour sur l’histoire récente de l’Italie, les occasions manquées de la Libération, génératrices de frustrations (ainsi de l’insurrection avortée de 1948), l’importance de la mémoire révolutionnaire et de certaines figures héroïques de lutte contre le fascisme, ainsi que le massacre de la piazza Fontana et la peur générée par le coup d’État chilien. Ce que l’on retient en particulier de ces analyses, c’est que la lutte armée n’est en aucune manière un phénomène extérieur et étranger aux mouvements de ces longues années 1968, mais au contraire sa prolongation, sa continuation sous d’autres formes. C’est là ce qui fait la singularité de la situation italienne, par rapport à la France, par exemple, où les luttes connaissent un reflux dès la seconde moitié des années 1970. En Italie, l’apogée du mouvement ouvrier et des conquêtes qu’il avait réussi à obtenir – l’échelle mobile des salaires, en particulier – se situe au mitan de la décennie, et dans la continuité de ce mouvement ascendant, l’Autonomie ouvrière, myriade de groupes décentralisés, avança des revendications plus poussées, telles les 35h de travail payées 40, le salaire garanti, ou le salaire domestique. Il y a là, également, un phénomène générationnel, selon les dires d’Alessandro Stella, un désir de révolution totale, qui passait, dans le cas de son groupe, par la consommation de stupéfiants, la pratique de l’amour libre, la mise en place d’une radio clandestine, les auto-réductions, les « rondes ouvrières » afin de lutter contre les heures supplémentaires du samedi, ou l’isolement d’un quartier afin d’y mener des actions symboliques. Ce mouvement multiforme connut une forme de climax en 1977, de par son activité tous azimuts et le soutien populaire dont il bénéficiait.

Dans l’exaspération des événements, leur dénouement en une course folle vers l’abîme, Alessandro Stella incrimine au premier chef la politique étatique de répression forcenée, s’exonérant des lois, pratiquant la torture et ce qu’il compare aux purges staliniennes dans le processus judiciaire, visant à extraire « (…) la « maladie » révolutionnaire » du corps social (p. 42). Mais il souligne également les responsabilités des médias et du Parti communiste italien, ligués également contre eux, ainsi que la trahison de bien des intellectuels « révolutionnaires », n’ayant pas osé aller jusqu’au bout de leurs analyses radicales. Sans oublier la dynamique propre que génère l’usage des armes et de la violence. Dans son cas personnel, après une période de clandestinité, il choisit l’exil2, d’abord en Amérique latine, puis, après la promesse d’un asile faite par François Mitterrand, en France, parmi les premiers Italiens à en bénéficier. Comme d’autres auteurs3, Alessandro Stella contribue par son témoignage à une meilleure appréhension et compréhension de ces « années de plomb », expression éminemment réductrice et intéressée ; loin d’une lecture au filtre « terroriste » ou complotiste, il démontre avec conviction la nature profondément politique de cette période (il évoque un « conflit social politico-militaire », p. 138). Cet amour de la vie, c’est toujours ce en quoi Alessandro Stella croit, même si cela s’incarne aujourd’hui, paradoxalement, avant tout dans des myriades d’autonomies individuelles, bien loin des élans collectifs autour d’un « pouvoir ouvrier ».

1Alessandro Stella, La Révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1993.

2Il défend cette position contre ceux qui estiment que la solidarité exigeait de demeurer en Italie, en faisant, sans doute de manière légèrement exagérée, une manifestation de lutte collective, par les réseaux que cet exil impliquait et sollicitait.

3Voir l’article « Romans, lutte armée et terrorisme contemporain », à paraître dans le volume 16 de Dissidences.

Paul Boulland, Des vies en rouge. Militants, cadres et dirigeants du PCF (1944-1981), Paris, Éditions de l’ Atelier, 2016, 350 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, issu de sa thèse d’histoire1, Paul Boulland livre une contribution magistrale et majeure à la compréhension de la culture politique des cadres et dirigeants du Parti communiste français de la période d’après la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 19812. Dans le prolongement des travaux de Bernard Pudal3 promouvant une sociologie historique du PCF en se penchant sur l’invention d’un modèle de militant communiste (le « cadre thorézien »), l’historien se penche, pour sa part, sur la gestion et la perpétuation de ce modèle dans la période qui succède à la guerre.

Sa démonstration est conduite en neuf chapitres, mêlant à la fois une approche chronologique et une dimension plus thématique. L’ouvrage s’ouvre par une citation qui situe parfaitement l’esprit d’un parti en pleine exaltation patriotique de l’union nationale : « Faire la guerre. Créer une puissante armée française. Reconstruire rapidement notre industrie, avant tout notre industrie de guerre (…). Préparer et créer dans l’union des cœurs et des cerveaux la renaissance de notre patrie, pour faire une France libre, forte et heureuse » (p. 17), proclamation qui est « en conformité avec les perspectives géopolitiques de Staline » (p. 23), selon l’auteur. Très rapidement, le rôle joué par le Parti et ses militants dans la Résistance n’est pas le critère central pour les places et le recrutement des cadres, dans un parti aspiré/aspirant au pouvoir. C’est l’heure de la bataille de la production et le bloc PCF-CGT «  s’efforce (…) de contenir les aspirations ouvrières » (p. 41). La stratégie du PCF est claire, dans le prolongement de la stratégie soviétique, la conquête du pouvoir est exclue en France depuis 1944. « Thorez s’efforce (donc) d’écarter toutes tentatives radicales », dont le meilleur exemple est la grève Renault de 1947, dans laquelle le PCF s’engagera « en s’efforçant de limiter les revendications aux primes de rendement » (p. 43). Ainsi qu’on le constate à travers les quelques éléments de citation fournis, l’analyse de Paul Boulland ne recoupe que très partiellement l’histoire officielle défendue par le PCF. Cet engagement des militants du PCF repose sur la place prépondérante d’un instrument de contrôle mis en place dans les années trente, les autobiographies. Ce contrôle biographique de la direction, par le biais de la section des cadres, permet notamment de réguler la place dans le parti des anciens résistants, culminant dans les procès politiques et les « affaires » du début des années cinquante (objet du chapitre 2), avec l’exclusion d’André Marty et de Charles Tillon. Paul Boulland démontre de manière convaincante, à partir du cas d’une militante plusieurs fois arrêtée (p. 65), comment l’institution communiste contrôle étroitement et sélectionne son personnel. Il s’agit bien de manifester une vigilance de tous les instants, afin de réguler le corps militant. A travers les cas des anciens dirigeants résistants, la « dénonciation de Marty et Tillon (y) apparaît comme une entreprise de disqualification systématique de toutes les opinions divergentes accumulées depuis 1940 (Pacte germano-soviétique, insurrections, dissolutions des milices patriotiques, participation au gouvernement, doctrine Jdanov) » (p. 84). La mort de Staline ne constitue pas une réelle occasion pour essayer de renouveler les pratiques politiques, mais produit plutôt du resserrement sur la discipline et les militants les plus fidèles, si bien que ceux qui apparaissent comme les tenants d’une ligne plus ouverte et unitaire, seront eux aussi mis au ban du parti. C’est le cas de Laurent Casanova et Marcel Servin en 1961, « dernier sursaut du thorézisme » (p. 102). En effet, jusqu’aux années soixante, le contrôle des cadres est à son apogée, y compris dans la sphère intime et privée : « Au sommet, un appareil administratif centralisé, chargé d’élaborer, de diffuser et de faire appliquer les critères de sélection et de promotion des militants. Cette gestion s’efforce de garantir la conformité sociologique, biographique et comportementale du personnel politique, en articulant indicateurs quantitatifs, évaluation individuelle et contrôle moral (…) » (p. 109). Cette activité est dévolue à un nombre restreint de permanents, peu connus, comme Jean Dobrenine, René Maire ou encore Georges Brichot, animateurs de la Section de montée des cadres (SMC) qui mettent en œuvre, grâce à des techniques plus modernes que l’autobiographie, une politique visant toujours à promouvoir un personnel d’extraction ouvrière. Ce travail de vérification permet à l’auteur de mettre en exergue les « mauvais militants », par exemple ceux qui sont intéressés par le modèle yougoslave ou dont le réseau social n’est pas conforme à l’idéal communiste proclamé. D’ailleurs, la moralité (mari trompant sa femme ou homosexualité) apparaît comme un motif bien supérieur que le désaccord politique exprimé sur tel ou tel aspect de la politique du parti. En tous les cas, à travers la SMC « Le Parti communiste français et son groupe dirigeant disposent d’un outil essentiel pour assurer la conformité du personnel politique » (p. 134).

Cependant à partir des années soixante, cette centralité du personnel ouvrier pour le recrutement des dirigeants commence à s’éroder, politique paradoxalement mise en œuvre par des cadres ouvriers formés après la Seconde Guerre mondiale. Cet aggiornamento s’identifie avec la période de la direction de Waldeck Rochet, dont l’objectif est d’innover dans l’identité du parti, tout en n’abandonnant pas l’identité partidaire. L’analyse de la politique de recrutement des écoles centrales de formation du PCF montre clairement une évolution des critères de sélection qui font de plus en plus place à la détention d’un capital scolaire dans les parcours militants. Si le contrôle autobiographique s’amenuise nettement (il n’est plus décisif de remplir sa bio et celles qui le sont encore sont de moins en moins détaillées), en revanche, la modernité introduit de plus en plus d’éléments statistiques, conduisant à une gestion plus objective et bureaucratique du corps dirigeant, aboutissant d’ailleurs à un recul de la capacité d’intervention préalable de la SMC dans la sélection des cadres. Ce relâchement de la vigilance est cependant revivifié au milieu des années soixante, conséquence du développement d’un mouvement trotskyste (illustré par Voix ouvrière) et maoïste, ces deux composantes étant d’ailleurs confondues en un « sino-trotskysme ». On y découvre ainsi que « les fédérations du PCF mettent en place un système de repérage et de surveillance, y compris par des filatures, afin de reconstituer les réseaux militants » (p. 206). Sur une base documentaire très importante, soit 150 rapports qui rendent compte des conférences des sections de la banlieue sud, l’auteur s’intéresse à la manière dont ces évolutions sont perçues par le corps des cadres intermédiaires. Ces conférences apparaissent comme des lieux relativement ouverts au débat, où se confrontent une orientation identitaire (fidélité à l’URSS, pour faire court) et une orientation plus critique. Cependant, ce qui ressort le plus clairement de ces moments d’échange, c’est une position des cadres comme évaluateurs de la politique, du fait de la détention de plus en plus marquée de capitaux spécifiques : « Ils bénéficient (…) d’un capital politique et militant qui les distingue de fait des militants de base, avec lesquels ils entretiennent dès lors une relation hiérarchique qu’ils assimilent à un rapport entre enseignants et élèves » (p. 220). Se manifeste ainsi de manière croissante au sein du parti une distanciation entre les cadres et les militants de base.

A quoi ressemble la vie quotidienne de ces fameux cadres ? C’est l’objet du chapitre 8, qui présente de nombreuses informations sur la manière dont les permanents organisent leur travail politique au quotidien. On retiendra, au passage, que contrairement à des idées souvent colportées, une forte hétérogénéité des statuts se manifeste, en fonction des départements, avec des degrés de professionnalisation plus ou moins marqués, en rapport avec les moyens matériels et politiques conférés par l’implantation du Parti. Paul Boulland, tout en décrivant l’univers des cadres, y compris dans sa dimension matérielle des conditions de vie, se refuse pourtant à évoquer la formation d’une bureaucratie, dont pourtant toutes les caractéristiques sont présentes. Il illustre ces pratiques politiques à travers le cas d’Andrée Moat4, secrétaire de section de la banlieue parisienne (p. 262 et suivantes), moment d’évocation d’une rare densité (que l’on songe simplement au fait que cette militante assiste à 123 réunions en 1954, auxquelles s’ajoutent encore 34 réunions syndicales, temps saturé et engagement total se confondant alors). L’ultime chapitre porte sur la période 1968-1981, celle qui voit s’accumuler les ruptures avec le modèle canonique et se mettre en place les éléments qui déboucheront sur la crise du PCF. Période marquée par l’accession au secrétariat général de Georges Marchais, personnalité sur laquelle Paul Boulland revient pour nettement corriger les analyses diffusées dans les années quatre-vingt sur le « Marchais collaborateur ». Il rappelle ainsi que Georges Marchais a bien travaillé chez Messerschmitt, mais dans le cadre de la réquisition de 1942. Son cas n’est pas unique, car on compte au moins dix autres cas similaires parmi les dirigeants du PCF. Son caractère exceptionnel tient au fait qu’il est le seul dirigeant dans ce cas ayant accédé aux responsabilités nationales. Cette précision apportée, l’auteur revient plus précisément à son objet, à savoir l’évolution du corps dirigeant, de moins en moins contrôlé par les instances idoines, même si ces dernières utilisent désormais l’informatique. Dès les années soixante-dix les chiffres produits indiquent une claire montrée en puissance des enseignants (et accessoirement des étudiants) parmi les organismes fédéraux, au détriment des dirigeants issus des classes populaires. La crise qui affecte la fédération de Paris constitue une bonne illustration de la déliquescence du modèle du cadre thorézien, les dirigeants parisiens (emmenés par Henri Fiszbin) où les ouvriers ont quasi disparus, développent une ligne alternative à celle développée par l’institution communiste. Dans une très dense conclusion, Paul Boulland rappelle la spécificité absolue que représente la culture communiste, puisque « A bien des égards, l’histoire de la politique d’encadrement, de la Libération à la fin des années 1970, est celle de la préservation d’un mode de légitimation politique des classes populaires élaboré dans la matrice stalinienne de l’entre-deux guerres » (p. 308). Cette disparition (au moins tendancielle) des ouvriers s’expliquerait par la conjonction à la fois du remplacement des ouvriers qualifiés par les techniciens au sein de l’encadrement communiste, sur fond de fragilisation de la classe ouvrière et enfin, par la massification scolaire qui a délégitimé le savoir auto-didaxique ou le capital proprement militant. Le PCF, en promouvant les plus qualifiés ou les plus titrés, au détriment des immigrés, des ouvriers spécialisés ou des précaires, aurait ainsi creusé sa propre tombe. Cette conclusion ultra-sociologique fait cependant fi des prises de position politiques prises par le PCF.

Plus largement, si la démonstration de ce livre est conduite de main de maître, le PCF est, à notre sens, insuffisamment abordé à travers ses prises de positions politiques et sous l’angle (trop) limité du prisme organisationnel, pouvant déboucher (c’est notamment le cas dans la conclusion) sur cette tendance à l’hyper-sociologisme, qui fait dépendre les prises de position des statuts sociaux. On l’aura compris, cette remarque participe d’une discussion ouverte, permise par la richesse d’un livre qui mérite de recevoir un très large accueil.

1Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations de la banlieue parisienne (1944-1974), Paris I, thèse d’histoire sous la direction de Jean-Louis Robert.

2En effet, si la thèse s’achevait au moment de la formation de l’Union de la gauche, le livre prolonge l’investigation de quelques années supplémentaires, au moment précisément où la crise du PCF commence à se manifester clairement. Sur cet aspect, lire Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, 2014. Le compte rendu de ce livre se trouve ici : https://dissidences.hypotheses.org/5141

3Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

4 Paul Boulland, à cette occasion, manifeste un usage particulièrement fécond du Maitron, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF), dont il est par ailleurs le co-directeur.

Yann Le Bohec, Spartacus chef de guerre, Paris, Tallandier, collection « L’art de la guerre », 2016, 224 pages, 17,90 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En langue française, la dernière étude historiographique sur Spartacus, le légendaire esclave révolté, date de 2011 : il s’agit de celle d’Eric Teyssier, intitulée Spartacus. Entre le mythe et l’histoire1. Yann Le Bohec, spécialiste incontesté de la civilisation romaine et plus particulièrement de sa composante militaire, a décidé d’y revenir pour offrir, explique-t-il, une version historique digne de ce nom, débarrassée des visions idéologiques du siècle passé ; à bien des égards, son étude, un peu courte et écrite sans doute trop rapidement, ressemble à une machine de guerre anti-marxiste2, et comme souvent dans ce type de démarche, il finit par prouver le contraire de ce qu’il souhaitait démontrer.

Après un point sur les sources antiques disponibles, où Yann Le Bohec marque sa méfiance à l’égard de Salluste, voire de Plutarque le moralisateur, leur préférant Appien et Florus, le récit se fait classiquement linéaire. Confirmant l’origine thrace de Spartacus, Yann Le Bohec en fait un simple homme libre, capturé et vendu sur un marché d’esclaves romain, pour finir par intégrer contre son gré la gladiature. Il ne bénéficia donc, selon lui, d’aucune expérience dans les troupes auxiliaires de l’armée romaine, ce qui ne laisse tout de même pas de surprendre, au vu du réel talent militaire, souligné par l’auteur, de Spartacus ; la seule explication qui vaudrait tiendrait alors à des capacités innées, ou à des conseils obtenus de certains ralliés, ce que Yann Le Bohec n’approfondit nullement. Son combat contre les mythes le conduit à écarter comme telles pratiquement tous les commentaires faits par les auteurs anciens profondément engagés, y compris le refus de l’or et de l’argent en circulation individuelle parmi les insurgés au profit d’un contrôle centralisé de ces ressources, ce qui nous semble une démarche excessive (ce monopole répondant sans doute davantage à une nécessité de gestion pratique qu’à une posture philosophique).

Plusieurs chapitres interrompent alors la geste de Spartacus, constituant d’excellentes mises à jour vulgarisatrices sur Rome, le contexte de la fin de la République (celui d’une « crise de croissance »), les institutions politiques, la société et l’armée. Ces considérations conduisent Yann Le Bohec à insister sur l’absence d’idéologie proto-communiste chez les esclaves révoltés : il met pour cela l’accent sur des exemples de dévouement d’esclaves vis-à-vis de leurs maîtres (certains tellement outranciers, d’ailleurs, qu’on peut imaginer les remettre en cause), et rappelle également que les insurgés pratiquaient eux aussi l’esclavage. Pourtant, ce ne sont pas quelques exemples, même détaillés, qui valent pour un constat d’ensemble ; quant au renversement de l’esclavage, il n’infirme pas la portée symbolique de la libération des esclaves romains, et on peut le lire au contraire comme une démonstration que les pseudo inférieurs sont aussi capables de mettre en place une hiérarchie sociale3. Si surinterpréter la révolte de Spartacus en y voyant l’ouverture vers un nouveau modèle social est sans doute une erreur, c’en est une également que de lui dénier toute charge subversive. Yann Le Bohec, d’ailleurs, après s’être penché sur le cas des hommes libres ralliés à Spartacus, retient la motivation de la marginalisation sociale comme la plus crédible, sans pour autant la valider, une prudence excessive qu’il est loin d’adopter en permanence…

Sur la suite de l’aventure de Spartacus, l’historien ne voit pas dans la division avec Crixus et ses combattants une dissension ethnique, mais une séparation tactique, ce qui ne convainc pas totalement (les preuves irréfutables sont, là comme souvent en histoire antique, absentes). De même, il ne croit pas aux efforts de Spartacus pour tisser une alliance avec des hommes libres, et ne pense pas non plus qu’il souhaitait se réfugier en Sicile afin d’y rallumer les braises des guerres serviles. Enfin, pour l’ultime affrontement avec Crassus, si l’éclairage sur l’exécution de son cheval par Spartacus, revêtue d’un sens religieux, est intéressant, la remarque dévalorisante sur l’attitude de Spartacus cherchant à se frayer un chemin jusqu’au chef romain laisse dubitatif. Si vraiment c’est là comportement de « sous-officier »4, comment appréhender l’attitude d’Alexandre de Macédoine allant au contact avec Darius III lors de la bataille de Gaugamèles ? Ce qui est tout de même notable, c’est les conséquences du soulèvement de Spartacus sur le court et moyen termes. Yann Le Bohec insiste en effet sur l’amélioration des conditions de la gladiature ou du traitement des esclaves qui s’ensuivit, même si d’autres causes sont également à invoquer, telle l’influence du stoïcisme.

Par contre, le dernier chapitre, intitulé « Spartacus après Spartacus », s’avère bien lacunaire. Sans doute Yann Le Bohec n’a-t-il pas opéré de recherche poussée sur le mythe Spartacus et ses déclinaisons littéraires : comment, sinon, écrire que notre pays fut « avare » (p. 173) en ce domaine, ce qu’infirme clairement notre propre étude sur ce thème, « Les 1001 visages de Spartacus »5.

1Nous l’avions chroniqué en son temps sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/956

2« A vrai dire, plus personne ne se passionne (…) pour savoir s’il a mené une lutte des classes ou non, ce qui n’intéresse guère que quelques nostalgiques de cette idéologie. » (p. 20). Au-delà du dédain voire du mépris sensible dans cette phrase, il est tout de même surprenant de voir que la lutte des classes apparaît, aux yeux de Yann Le Bohec, comme une démarche subjective, là où le marxisme y voit un phénomène objectif !

3Ce renversement est particulièrement sensible dans la décision prise par Spartacus, pour célébrer Crixus mort, de faire se battre tels des gladiateurs des soldats romains capturés.

4« Un chef de guerre doit se préserver et rester à l’arrière pour avoir une vue d’ensemble du champ de bataille et donner des ordres à tel ou tel contingent. » (p. 160).

Claude Pennetier et Jean-Louis Robert (sous la direction de), Édouard Vaillant (1840-1915) de la Commune à l’Internationale, Paris, L’Harmattan, 2016, 206 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce volume rassemble les actes de la journée d’études, qui s’est tenue fin 2015, et avait pour ambition d’éclairer ce « grand oublié de l’histoire socialiste » que fut Édouard Vaillant (1840-1915), ainsi que la « position singulière » (p. 7-8) qu’il occupa. Nombreuses sont dès lors les contributions qui entendent tout à la fois cerner les raisons de ce « relatif oubli » (p. 17) et de ce « défaut de transmission » (p. 12), qu’évoque son arrière-petite-fille, Élisabeth Badinter, ouvrant ce recueil.

Au moment de sa mort, en 1915, comme le rappelle Claude Pennetier, Édouard Vaillant apparaît « au même niveau que Jaurès et Guesde » (p. 18). Cependant, ni ses faibles qualités d’orateur, ni sa réserve, ni, enfin, les lacunes des archives ne suffisent à expliquer à elles-seules le « blanc » qu’il a laissé dans l’histoire du mouvement ouvrier. C’est sur son parcours atypique qu’il convient de se pencher pour interroger un tel paradoxe : ne rentrant « pas parfaitement dans les types constitutifs de l’assemblée communaliste » (p. 35) en 1871, ne partageant que partiellement les conditions communes de l’exil à Londres (sa mère l’y a rejoint, il poursuit des études de médecine, et n’est pas confronté aux difficultés matérielles de l’ensemble des proscrits), dans la décennie 1880, et achevant sa carrière et sa vie par un ralliement belliciste à l’Union sacrée. C’est d’ailleurs, selon Claude Pennetier, ce ralliement qui constitue « le marqueur le plus fort pour sa mémoire » (p. 23).

Laure Godineau s’intéresse au Vaillant communard et exilé. À la fin de l’Empire, il « fait partie de la jeunesse estudiantine d’opposition, dont on sait qu’elle est un vivier de futurs communards » (p. 33). Ayant étudié en Allemagne, il revient en France au cours de l’été 1870 et rejoint la section parisienne de l’Internationale. Son engagement dans la Commune de Paris s’inscrit dès lors dans la continuité de son parcours. Son action au sein du gouvernement insurrectionnel parisien est déterminé par une double tension : l’action énergique et l’unité (p. 37 et suivantes). D’où sa condamnation de ce qu’il nomme « l’agitation de pastiche » et « un petit parlement bavard » (p. 46-47). Refusant de choisir entre la majorité et la minorité de la Commune, il adopte une position intermédiaire dont Laure Godineau souligne bien l’ambiguïté, dans la mesure où elle tend à l’isoler et à paralyser sa capacité d’action.

Édouard Vaillant réussit à échapper à la répression et se réfugie, comme de nombreux communards, à Londres. Là, il rencontre Karl Marx et entre au Conseil général de l’Association internationale des travailleurs (AIT). Mais il rompt avec les deux, suite au Congrès de La Haye (septembre 1872), et se rapproche des blanquistes du groupe de la Commune révolutionnaire. Il est d’ailleurs l’un des rédacteurs du pamphlet « Aux Communeux »1 de 1874.

Jean-Louis Robert s’attarde, quant à lui, sur la fonction de délégué à l’Enseignement de la Commune qu’exerça Vaillant du 20 avril au 21 mai 1871. L’éducation – tant générale que professionnelle – occupait une place centrale aux yeux des communards. Au cours de son étude, Jean-Louis Robert en profite pour rappeler que c’est à Édouard Vaillant que l’on doit le premier décret d’égalité des salaires entre les femmes et les hommes, instituteurs et institutrices (p. 69). Enfin, il confirme largement l’analyse de Laure Godineau, en soulignant deux traits majeurs qui caractérisent l’action de Vaillant sous la Commune et durant toute sa vie politique : « une détermination forte dans l’action (…) ; mais aussi la volonté de réalisation concrète, pratique, immédiate de réformes » (p. 64).

Michel Pigenet et Marcel Turbiaux éclairent le parcours de l’élu dans le Cher, d’abord, puis à Paris, tandis que c’est à « l’artisan de l’unité socialiste » (p. 138) que s’intéresse Gilles Candar. Michel Pigenet interroge entre autres les contours de l’organisation blanquiste, le Comité révolutionnaire central (CRC), affirmant que « Vaillant se rattache moins [au blanquisme] par filiation théorique qu’à travers les coopérations initiées à Londres, puis prolongées au sein du CRC » (p. 103). Marcel Turbiaux met en évidence, pour sa part, l’importance de la question sociale, en générale, et des chômeurs, en particulier, lorsqu’il était député à Paris.

Ses rapports avec le monde germanique et sa critique du colonialisme font l’objet d’une étude précise de Jean-Numa Ducange. Celui-ci insiste sur l’originalité de Vaillant ; il a rencontré et correspondu avec Feuerbach et Marx, est proche des grandes figures de la social-démocratie allemande (Wilhelm Liebknecht et Rosa Luxemburg), et a traduit Ferdinand Lassale (Qu’est-ce qu’une constitution ?). De plus, sur la question du colonialisme, Jean-Numa Ducange estime qu’il « se situe entre Jaurès et Gustave Hervé, l’antimilitariste radical » (p. 173). Enfin, il nuance la faiblesse de l’apport théorique de Vaillant, en révélant que sa correspondance, notamment avec ses amis allemands, contient de longues analyses développées. Et de synthétiser la question du marxisme de Vaillant par cette belle formule : « Vaillant est d’une certaine manière plus marxiste que Jaurès, mais apporte moins au marxisme » (p. 175).

Enfin, c’est Vincent Chambarlhac, membre de Dissidences qui clôt cet intéressant volume. Dans la prolongation de ses recherches2, il revient sur le positionnement de Vaillant face à la Première Guerre mondiale ; « exercice compliqué » comme il le reconnaît d’emblée. Remettant en cause les raisons les plus communes – principalement l’héritage du patriotisme blanquiste – et qui semblent de prime abord convaincantes, pour expliquer l’attitude du député socialiste, il opère un minutieux travail réexaminant les contours et la dynamique d’un positionnement. Il affirme ainsi que « la figure d’Édouard Vaillant apparaît comme l’une des déclinaisons possibles du majoritaire de guerre » (p. 191). Citant Vaillant, qui voyait dans cette guerre « le laboratoire des temps futurs », Vincent Chambarlhac déplace la focale d’une attitude devant la guerre à une action dans la guerre, en mettant dès lors au jour la dialectique République/socialisme qui l’animait.

1Le texte est accessible en ligne : https://www.marxists.org/francais/commune/works/1874/06/communeux.htm.

2Vincent Chambarlhac, Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes français et la Grande Guerre. Ministres, militants, combattants de la majorité (1914-1918), Dijon, EUD, 2008.