Archives de catégorie : Roman noir, polar

Jonathan Rabb, Rosa, Paris, 10-18, collection « Grands détectives », 2011 (édition originale en 2005), 576 pages, 9,60 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain et de Jean-Guillaume Lanuque

Jonathan Rabb s’est fait remarquer, il y a quelques années, parmi les auteurs de romans policiers historiques grâce à sa trilogie berlinoise. Outre Rosa, premier volet du cycle, dont il sera question ici, il a également signé L’Homme intérieur1, se déroulant à la fin des années 20, dans les milieux du cinéma (avec une participation au récit de Fritz Lang), et Le Second fils2, prenant place en 1936, au moment des jeux Olympiques de Berlin et des Olympiades anti-fascistes de Barcelone, interrompues par la révolution espagnole. Le héros de ces romans est un inspecteur de la Kripo (abréviation de Kriminalpolizei, la police criminelle), Nikolaï Hoffner, d’ascendance juive, mais le Berlin de la République de Weimar est sans nul doute l’autre héros de la série. Un plan (incomplet) de la capitale est d’ailleurs fourni en ouverture du livre.

L’intrigue de Rosa se déroule dans les lendemains immédiats de l’insurrection spartakiste de janvier 1919. L’enquête que Nikolaï Hoffner menait déjà depuis plusieurs mois, centrée sur les meurtres d’un tueur en série laissant sur le dos de ses victimes de curieuses lacérations, se complique lorsque l’on découvre le cadavre de Rosa Luxemburg, lui aussi porteur des mêmes stigmates, dans le canal de la Landwehr, au début de mars 19193. Avec l’aide de son assistant, le jeune Hans Fichte, Hoffner fait la preuve de son impressionnante capacité de déduction, reliant méthodiquement les fils allant d’un asile d’aliénés belge à une entreprise chargée de l’extension du métro berlinois, en passant par les leaders d’une société secrète qui allait donner naissance au NSDAP, le parti nazi. Parallèlement à son enquête, Nikolaï Hoffner doit également gérer les affres de sa vie privée : son fils aîné, Alexander, nourrit à son égard une hostilité marquée, tandis que son épouse s’accommode de ses infidélités, car il est en effet attiré par d’autres femmes, à commencer par Lina, la jeune fille que Hans Fichte s’efforce justement de séduire… Mais ces deux composantes de son existence finissent finalement par se heurter à cause de la Polpo (Politische Polizei, la police politique), soucieuse de laisser un certain nombre d’événements sous le boisseau.

Bien que l’écriture de Jonathan Rabb ne soit guère envoûtante, elle parvient néanmoins à nous rendre vivant et donc à restituer ce Berlin des années vingt, une ville à l’atmosphère sombre, où les rares endroits lumineux et animés sont les cafés, les bars des hôtels (dont celui du célèbre Adlon), les salons de thé et le quartier bohème de Steglitz (p. 402), une sorte de Greenwich Village berlinois. C’est également une ville marquée par les combats récents avec les insurgés spartakistes et dont toute une population de classes moyennes cherche à reprendre une vie normale. On songe évidemment à d’autres romans, dont ceux d’Alfred Döblin (Berlin Alexanderplatz4, Karl et Rosa5, justement) et parfois l’on pressent que les atmosphères pesantes et mortifères de George Grosz (1893-1959) ne sont pas loin.

George Grosz, Crépuscule, 1922.

Paradoxalement, la population plus laborieuse et misérable ne nous apparaît que par de rares exemples, dont celui du quartier ou se trouve un ensemble de taudis baptisé l’Ochsenhof, « l’enclos à bétail » (p. 24). Plus intéressant en ce qui concerne la fictionnalisation de figures révolutionnaires du passé, Jonathan Rabb, dans la seconde partie du récit, place son personnage, Nikolaï Hoffner, dans des situations susceptibles de lui en apprendre davantage sur Rosa Luxemburg et ses camarades. L’inspecteur rencontre ainsi la peintre et sculptrice Käthe Kollwitz (1867-1945), engagée dans les années vingt aux côtés des communistes, lors d’une de ses expositions à Steglitz, grâce à la jeune Lina lui sert parfois de modèle. Sur les cimaises, Nikolaï Hoffner retrouve, dans les gravures de l’artiste, un thème qu’il connaît bien : « des gens en deuil autour d’une dépouille mortelle. (…) On trouvait des variations (…) mais une constante demeurait : une mère et son enfant qui considéraient le mort. » (p. 406). Cette rencontre avec Käthe Kollwitz, « la voix de la classe ouvrière » (p. 409) – qui lui apprend que le mort des gravures n’est autre que le dirigeant spartakiste Karl Liebknecht – Nikolaï Hoffner, par une sorte de prédétermination que pourtant il se refuse à admettre, lui permet de se rapprocher de Rosa Luxemburg, alors que la présence d’Emma Goldman semble également imprégner l’atmosphère de la galerie (p. 410). Pourtant, même les écrits les plus habités et lyriques de cette socialiste ne suscitent chez lui (chez l’auteur également ?) qu’une certaine méfiance, sentiment compréhensible, après tout, si l’on songe à sa fonction sociale policière. Nikolaï Hoffner semble loin de toute empathie pour l’engagement socialiste de la révolutionnaire (il considère ses polémiques avec Karl Kautsky comme des « bisbilles » insignifiantes, p.189, ce qui reflète sans aucun doute ce que pouvaient penser nombre de citoyens allemands), mais il cherche pourtant à retrouver la fibre réellement humaine de Rosa Luxemburg – cet humanisme fortement ressenti face aux dessins de Käthe Kollwitz – ce qu’il semble atteindre à travers un recueil de poésies annoté. Il est surtout aidé dans sa recherche par Leo Jogiches, dirigeant du jeune KPD (Parti communiste allemand) qui a réussi à échapper un temps, mais un temps seulement, à la répression (il est arrêté et abattu peu après). On touche là une incohérence majeure du roman : il est en effet difficile d’imaginer un révolutionnaire communiste faire confiance à ce point à un gradé des forces de l’ordre d’un système qu’il abhorre.

D’ailleurs, au risque d’en dévoiler trop sur la solution de l’énigme de Rosa, la machination imaginée par Jonathan Rabb permet de remonter jusqu’aux figures de Dietrich Eckhart et Anton Drexler, dirigeants de la Société de Thulé, société secrète ésotérique et raciste dont le but est de réveiller « « l’âme intrinsèque » du peuple germanique » en le « purgeant de [sa] maladie (…) par l’élimination des Juifs » (p. 442/444). Évocation des prodromes du nazisme, cette société endosse la responsabilité du meurtre de Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, en lieu et place des socialistes de gouvernement (Gustav Noske en particulier), ici finalement exemptés de toute accusation… Il y a là une manière de rabattre les enjeux historiques sur une extrême droite honnie, en innocentant un socialisme modéré, possédant la légalité de son côté puisqu’il tient les rênes de l’État. Pourtant, dès ce moment de la jeune République allemande, l’extrême droite, propagatrice de la légende du « couteau dans le dos », est déjà active, non seulement dans les Corps francs (qui assassinèrent les deux leaders spartakistes) mais dans les rues. Le 21 février 1919, donc au milieu de l’enquête de l’inspecteur Nikolaï Hoffner, le socialiste Kurt Eisner est tué à Munich par le comte Anton Arco-Valley, membre de la Société de Thulé …

La dernière réflexion de Nikolaï Hoffner, en forme d’épitaphe, prouve indubitablement qu’il sait et sent au plus profond de son être que « ces hommes vont revenir à la charge. Et alors … nous repenserons à Rosa et à sa révolution » (p. 557).

In fine, cette fiction historique, malgré quelques critiques que nous avons soulignés, brosse un tableau saisissant des soubresauts qui agitent l’Allemagne après la fin de la guerre de 1914-1918 et pose, l’air de rien, quelques questions cruciales. Choisir comme focale le regard de policiers qui refusent des « enquêtes [avec] des paramètres figés » (p. 377) semble être chose habituelle pour les romanciers de polars, allemands ou non, qui proposent leur lecture de l’Allemagne de l’entre-deux-guerres, voire de la Seconde Guerre mondiale. Figurant aux côtés de Philippe Kerr (La Trilogie berlinoise)6, de Richard Birkefeld et Göran Hachmeister (Deux dans Berlin)7, de Luke McCallin (L’Homme de Berlin)8 ou de Harald Gilbers (Germania, Les Fils d’Odin)9, récits mettant tous en scène des inspecteurs (ou ex-inspecteurs) de la Kripo de Berlin, ce Rosa de Jonathan Rabb a toute sa place parmi des fictions historiques retraçant à leur manière la sombre destinée d’une nation et de ses populations, avant, pendant et après le nazisme.

1Jonathan Rabb, L’Homme intérieur, Paris, 10-18, collection « Grands détectives », 2010, 478 pages.

2Jonathan Rabb, Le Second fils, Paris, 10-18, collection « Grands détectives », 2012, 423 pages.

3Pour déployer sa fiction dans les plis de cette histoire allemande, l’auteur anticipe de trois mois la découverte du cadavre de Rosa Luxemburg, retrouvé en réalité le 31 mai 1919.

4Alfred Döblin, Berlin Alexanderplatz, Paris, Folio, 2010.

5Alfred Döblin, Novembre 1918, une révolution allemande, tome IV, Karl & Rosa, Marseille, Agone, 2008.

6Philippe Kerr, La Trilogie berlinoise, Paris, Éditions du Masque/Le Livre de poche, 2010.

7Richard Birkefeld, Göran Hachmeister, Deux dans Berlin, Paris, Éditions du Masque/Le Livre de poche, 2013.

8Luke McCallin, L’Homme de Berlin, Paris, Gallimard/Folio 2016.

9Harald Gilbers, Germania, Paris, 10-18, 2016, et Les Fils d’Odin, Paris, 10-18, 2017.

Marek Corbel, Les Gravats de la rade. Zone d’ombre sur Brest, Gudensberg-Gleichen (Allemagne), éditions Wartberg, collection « Zones noires », 2015, 208 pages, 10,90 €.

>!-- .entry-header -->

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain) et un entretien de Jean-Guillaume Lanuque avec Marek Corbel

La collection Zones noires des éditions Wartberg a décidé de proposer des polars dont l’intrigue se déroule dans une région particulière, permettant de découvrir cette dernière sous un angle original. Marek Corbel, auteur qui n’en est pas à son coup d’essai (voir l’entretien qu’il nous a consacré), a choisi pour sa part sa région d’origine, la Bretagne, et plus spécialement la ville de Brest. Passionné par l’histoire, il a élaboré une intrigue complexe qui redonne de la lumière à un épisode singulier du militantisme révolutionnaire d’extrême gauche…

Trois trames parallèles contemporaines sont ainsi juxtaposées. Les deux premières ont ceci en commun qu’elles mettent en scène des officiers de gendarmerie, le capitaine Gourmelon et le lieutenant Oudjani. Le premier est chargé d’enquêter sur l’assassinat de la veuve d’un grand industriel breton de l’agro-alimentaire, Le Moign, tandis que la seconde doit s’efforcer de comprendre le suicide d’un activiste allemand, Hans Schwitzer, ancien membre de la Fraction Armée rouge, dont le corps est retrouvé dans la rade de Brest. Les investigations que ces deux enquêteurs mènent chacun de leur côté finissent bien sûr par se rejoindre, permettant la résolution de l’affaire et, accessoirement, la concrétisation d’une idylle entre les deux gendarmes, isolés de la vie. Un troisième personnage, Maryse Dantec, se retrouve également mêlé à cette histoire. Fille d’un responsable communiste (imaginaire), ancien maire de Saint-Denis, Jean Dantec, elle revient à Brest à la fois pour voir son père à l’hôpital et pour reprendre son Master d’histoire sur la résistance à Brest, une envie de jeunesse qu’elle ne parvient à réaliser qu’une fois en retraite de son emploi d’institutrice. A ces trois lignes narratives, s’ajoutent des retours réguliers vers le passé, celui de la Seconde Guerre mondiale, puisque la veuve Le Moign, Jean Dantec et Hans Schwitzer partagent une tragédie commune.

C’est essentiellement par le séjour d’Yves Bodenez, militant trotskyste emprisonné, que Marek Corbel reconstitue pour ses lecteurs ce militantisme aussi rare à l’époque que dangereux, le travail de fraternisation mené en direction des soldats de la Wehrmacht. Si l’auteur innove en la matière (aucun autre texte de fiction, à ma connaissance, n’est centré sur ce thème, Dernier convoi pour Buchenwald de Roger Martin ne l’abordant que partiellement1), et si les propos qu’il prête à Bodenez et à ses camarades témoignent d’une bonne compréhension de l’idéologie « bolchevik-léniniste », il est cependant dommage qu’une annexe explicative n’ait pas été ajoutée, afin de présenter d’une manière plus synthétique les événements, tels que les évoquent Jean-Pierre Cassard2 ou Jacqueline Pluet3. D’autant que Marek Corbel utilise les faits tels qu’ils ont pu être reconstitués en y ajoutant des éléments de son invention, bases de son scénario : Konrad Leplow, le soldat ayant dénoncé les militants à la Gestapo, devient le père adoptif d’un des personnages, et il est accompagné, dans sa tâche, par une jeune fille et ses deux frères collaborationnistes…

Dans ce récit dense4, bien informé5 et prenant6, Marek Corbel semble avoir voulu éclairer un pan méconnu7 de la Seconde Guerre, certes, mais aussi mettre en valeur la difficile lutte marginale, dissidente8, et montrer ces « cadavres dans le placard » que la famille communiste a longtemps refusé de voir en face. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le livre de Pierre Broué et Raymond Vacheron, Meurtres au maquis, est évoqué de manière implicite, participant finalement de la même démarche. Pour conclure, nous avons là un exemple de fiction qui renseigne sur la perception/représentation de l’extrême gauche (même si Marek Corbel n’aime guère cette catégorisation heuristique9) que peut avoir en 2015 un jeune auteur de polar historique, à travers le prisme de son imaginaire artistique, de son efficace romanesque. D’autres romancier(cière)s ont des représentations et des procédés narratifs similaires, tangents ou différents. Mais tous pensent saisir l’histoire des marges et/ou des luttes par le fictionnel. Nous en reparlerons.

Entretien : Cinq questions à… Marek Corbel (entretien réalisé le 15 octobre 2015)

Pouvez-vous vous présenter, nous expliquer quel a été votre parcours menant à l’écriture, et la ou les raisons pour lesquelles vous avez opté pour le polar ?

Marek Corbel : Je travaille comme fonctionnaire, plus spécifiquement en tant que juriste, dans l’Éducation Nationale, à Paris. Je suis marié et père de deux enfants. Marek Corbel est un nom d’auteur, au titre de différentes commodités. En outre, j’ai, depuis l’âge de mes dix-neuf ans (presque 40 aujourd’hui), toujours eu une activité syndicale. Avant d’arriver à l’écriture, je demeure, au départ, un lecteur invétéré, et ce depuis mon plus jeune âge.

Le cheminement vers l’écriture a tardé. Outre la littérature ou les recherches relatives à l’histoire du mouvement ouvrier qui m’ont intéressé, dès que j’ai été en mesure de comprendre un certain nombre de choses, la passion pour le roman policier, puis noir ne m’a jamais lâché. En 2009, un de mes meilleurs amis m’a offert Un pays à l’aube (The Given Day) de Dennis Lehane qui venait de sortir. J’ai ressenti, à sa lecture, un véritable coup de foudre pour cette fresque historique noire traitant des convulsions de l’Amérique contemporaine, en 1919. Il y est question, notamment, de la montée révolutionnaire dans la ville de Boston au travers de la naissance d’un syndicat de policiers, dans un pays en crise, de son affiliation à l’AFL-CIO, de la misère ouvrière, du milieu anarchiste, de son infiltration.

J’avais, enfin, trouvé la fonction ultime que j’assignais au roman noir, en tant que lecteur. En discutant avec mon épouse et des amis, j’en suis venu à la conclusion qu’en Europe et en France, il y avait matière à… J’avais, bien entendu, lu plusieurs auteurs engagés dits du « néo-polar », sur un plan hexagonal. J’ai toujours trouvé, d’ailleurs, qu’il y avait autant de néo-polars que d’auteurs de cette génération. L’approche globalisante qu’a essayé d’en faire Ernest Mandel (Germain), à la fin de son Meurtres exquis. Histoire sociale du roman policier (Paris, La Brèche-Pec, 1986), est de ce point de vue erronée, selon moi. Donc, j’ai commencé l’écriture. J’ai publié trois opus, à compte d’éditeur en numérique, et deux en papier dont Les Gravats de la rade, en septembre dernier.

La structure de Les Gravats de la rade est particulièrement élaborée, avec une multiplicité de personnages et de lignes narratives et temporelles qui se croisent : avez-vous des modèles en la matière ?

Marek Corbel : Je vous remercie pour la question car elle témoigne, dans votre cas, du fait que je suis arrivé au dessein que je m’étais fixé, en la matière. Je dirais, en l’espèce, que si j’ai des modèles, ils sont davantage d’ordre cinématographique que littéraire. Je reste un inconditionnel, aussi surprenant que cela puisse paraître, de Leone et Coppola. Je trouve que leur principale qualité a consisté, au travers de films noirs, à intégrer des éléments historiques, sociologiques conférant une dimension de fresque à leurs réalisations.

Dans Les Gravats de la rade, vous mettez à profit des pages peu connues de l’histoire, en premier lieu le travail de fraternisation mené par les trotskystes durant la Seconde Guerre mondiale. Sur quelles sources et références bibliographiques vous êtes-vous basées ? Avez-vous mis à contribution le CERMTRI ? Comment avez-vous choisi d’ajouter des éléments issus de votre imagination ?

Marek Corbel : A plusieurs reprises, au gré de mes lectures afférentes à l’histoire du mouvement ouvrier, en France, je suis tombé sur cet épisode historique brestois, ville que je connaissais familialement, par ailleurs. Quand je me suis décidé à écrire des romans policiers, noirs historiques ou politiques, cette période est revenue progressivement, à ma mémoire.

Je me suis basé sur l’excellent site de Michel Calvès, le fils de Ned Calvès l’un des protagonistes de ce groupe de militants, sur le site RADAR qui recensait les publications du POI à cette période, sur ce que j’avais pu lire évoquant cet événement. Je pense notamment au livre de Jean-Jacques Marie sur Les Trotskysmes, parfaitement concis. Je me suis servi de l’ouvrage de Ned Calvès Sans bottes, ni médailles, où il relate dans le détail le combat de ces trotskystes brestois, durant l’Occupation. Sans doute, les Cahiers du mouvement ouvrier du CERMTRI, que je lis occasionnellement, ont-ils imprégné, également, ma manière de traiter le sujet.

Concernant la construction de l’intrigue, je me suis donc documenté, j’ai absorbé les différents écrits, avant de laisser place à l’imagination. Je fonctionne un peu comme un acteur. J’essaye d’en arriver au point où je pense, j’agis comme mes personnages. Je cherchais, en outre, à ne pas circonscrire le roman à cet épisode de 1943. Je voulais qu’il soit un moyen d’éclairer le PCF, son encadrement de l’après-guerre, sa faculté permanente à réécrire l’histoire. Le personnage de l’institutrice retraitée, fille d’un dignitaire communiste, m’est apparue, alors, utile. Concernant cet aspect des choses, le Tome 2 de Histoire intérieure du PCF de Philippe Robrieux m’a sensiblement aidé. Pour ce qui relève de la figure d’Hans Schwitzer, je me suis librement inspiré du parcours de Hans Joachim Klein, notamment lors de son procès.

Plus précisément, quel regard personnel portez-vous sur ce travail de fraternisation, et plus largement sur l’histoire du mouvement trotskyste ? Avez-vous des sympathies particulières pour l’extrême gauche politique ?

Marek Corbel : Le terme de fraternisation, pour certains historiens, si j’ai bien compris, est impropre. Je pense qu’il s’agissait davantage d’un travail de fraction dans des unités allemandes réputées politiquement perméables à un travail de propagande. La plupart des sous-mariniers allemands, basés à Brest, venaient de Hambourg, port où la classe ouvrière se caractérisait par sa densité et son organisation avant l’arrivée d’Hitler au pouvoir.

Le POI, au moment où se déroule l’intrigue, a intégré politiquement le fait que la classe ouvrière allemande a été, avant tout, défaite, en 1933, par la politique suicidaire de ses dirigeants, à commencer par Thalman au KPD. Hic et les siens ont en tête, quand ils déploient une telle orientation, les poussées révolutionnaires de 1919 en Allemagne, la république des conseils en Bavière, un peu plus tard. La montée révolutionnaire de la Libération, après 36, dans toute l’Europe, que vont confisquer Staline et les dirigeants des PC occidentaux confirme, par-delà les graves erreurs commises par ces militants sur la forme, l’existence de la possibilité d’un travail révolutionnaire dans certains secteurs de l’armée d’occupation.

Je considère que le trotskysme constitue un des courants du mouvement ouvrier, à titre personnel. Je récuse, pour ma part, le terme d’extrême-gauche. Je considère qu’utilisant cette terminologie, on considère que la gauche serait le PS et accessoirement le Front de Gauche et ses composantes. Je suis syndicaliste. J’appartiens au mouvement ouvrier et je demeure internationaliste. Je ne pense pas qu’on puisse réconcilier les exploiteurs et les exploités, dans des diagnostics partagés, des conférences sociales. Pour le reste….

Quels sont vos projets d’écriture, avez-vous déjà des idées précises sur le sujet de votre prochain roman ? Plus généralement, avez-vous des auteurs et/ou des titres particulièrement marquants à conseiller ?

Marek Corbel : J’ai terminé, il y a quelques semaines, le deuxième tome d’une trilogie uchronique et politique intitulée En proie au labyrinthe. J’ai débuté une novella noire, depuis peu, suite à la sollicitation d’un directeur de collection. L’action débute le lendemain de la manif « Charlie », le 12 janvier 2015.

Comme précédemment indiqué, je ne saurais trop vous recommander Un pays à l’aube de Dennis Lehane, publié chez Rivages. La suite, pour information, est nettement moins bonne. En matière de roman noir politique et/ou historique français, Les années Noires et Rouges de Gérard Delteil, sorti il y a un ou deux ans, est vraiment réussi. Il y est question du traitement politique et social des Trente Glorieuses.

Merci encore pour toute l’attention que vous avez porté à mon polar.

[Entretien réalisé par courriel le 15 octobre 2015]

1Ce roman est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4514

2Jean-Pierre Cassard, Les trotskystes en France pendant la deuxième guerre mondiale (1939-1944), Université de Paris I Sorbonne, mémoire de maîtrise, Paris, Selio, 1981, 160 p.

3Jacqueline Pluet-Despatin, Les trotskistes et la guerre 1940-1944, Paris, Anthropos, 1980, 256 p.

4On remarque cependant quelques maladresses de langage, de lourdeurs de style (« épaisse matière sombre « pour fumée, « son faciès qu’il savait mutique », « entame comminatoire » etc.) ainsi qu’un emploi daté ou incorrect de termes d’argot, par exemple, « décanillant sa canette » alors que décaniller signifie déguerpir.

5Seules de légères erreurs peuvent être décelées : ainsi, Yves Bodenez ne pouvait, dans sa cellule, citer un extrait du Journal d’exil de Trotsky, celui-ci n’ayant été édité que dans les années 1950 ; ce n’est pas le Secrétariat international provisoire de la IVe Internationale qui adopta une résolution sur le mouvement des partisans, mais le Secrétariat provisoire européen (le Secrétariat international, pour sa part, réduit à la figure de Jean van Heijenoort, était réfugié aux États-Unis). On notera par ailleurs que l’évocation du travail de l’historien, avec consultations dans les archives, permet également de citer les notices biographiques du Dictionnaire Maitron !

6Une inconnue demeure toutefois : la pression mise par Paris sur un des juges en charge de l’enquête afin de classer l’affaire n’est pas réellement explicitée quant à ses motivations profondes.

7Quand il n’est pas carrément dévalorisé, voire déformé. Voir par exemple le livre de Simon Epstein, Un Paradoxe français, Paris, Albin Michel, 2008.

8Outre les trotskystes du POI (Parti ouvrier internationaliste), il y a le passé du père du lieutenant Oudjani, un Algérien ancien membre du MNA et du maquis Bellounis.

9Lire son entretien.